Agnolo di Cosimo di Mariano, dit Bronzino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Agnolo di Cosimo di Mariano
dit Il Bronzino

Nom de naissance Agnolo di Cosimo
Naissance 17 novembre 1503
Florence
Décès 23 novembre 1572
Florence
Activités Peintre
Maîtres Pontormo
Élèves Alessandro Allori
Mouvement artistique maniérisme
Influencé par Michel-Ange, Pontormo
Influença Alessandro Allori, Ingres

Angelo di Cosimo ou Agnolo di Cosimo (17 novembre 1503, Florence23 novembre 1572, Florence), dit aussi il Bronzino, est un peintre maniériste italien. Il était le fils adoptif et apprenti de Pontormo, et aussi l'élève de Girolamo Genga.

Il devrait son surnom à son teint sombre ou à la couleur de ses cheveux. Il a partiellement inspiré à Hans Christian Andersen le conte Le Sanglier de bronze où l'un de ses tableaux est mis en scène[1].

Son disciple et fils adoptif, Alessandro Allori, était également surnommé « il Bronzino ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait d’Eléonore de Tolède et son fils Giovanni de Medicis

Vers 1518 (probablement dès 1515), il est l'apprenti du Pontormo, qui l'aurait représenté (d'après Giorgio Vasari) dans son tableau Joseph en Égypte (assis sur une marche); il le suit ensuite à la chartreuse de Galluzzo où il s'est réfugié pendant la peste.

Devenu peintre indépendant, il fait ses premiers portraits à la cour d'Urbino.

À Pesaro, il décore la villa impériale puis revient à Florence ou Pontormo le réclame pour des portraits (comme ceux d'Ugolino Martelli, de Bartolomeo Panciatichi et de sa femme),

Il entre au service des Médicis en 1539 pour les décorations du mariage de Cosme Ier de Toscane et d'Éléonore de Tolède pour laquelle il décorera toute une chapelle du Palazzo Vecchio et dont il fera le portrait en 1545. Ses deux œuvres clairement maniéristes sont La Déploration sur le Christ mort (1543-1545) et l’Allégorie du triomphe de Vénus (à la National Gallery de Londres) dont Erwin Panofsky décryptera savamment le contenu.

Il exécutera ensuite de nombreux cartons de tapisseries.

Sa dernière œuvre marquante est le portrait de la poétesse Laura Battiferri de 1560.

Il a eu sa part dans les débats qui ont animé les artistes de l'époque sur la supériorité de la peinture ou de la sculpture. Ardent défenseur de la peinture, le Bronzino réalise un tableau à deux faces, le Nain Morgante, où il représente un homme de face et de dos, pour démontrer la capacité de la peinture à faire sentir les volumes de la chair[2].

L'activité du Bronzino en tant que poète est moins reconnue. Il a néanmoins composé quelques recueils[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Portrait de Lorenzo Lenzi
Portrait de Lucrezia Panciatichi
Fresque de la Chapelle Eleonora da Toledo au Palazzo Vecchio (Florence)
Portrait de Lodovico Capponi
Détail de la fresque
Allégorie du Triomphe de Vénus, 1540-1545

A Florence[modifier | modifier le code]

Ailleurs en Italie[modifier | modifier le code]

En Europe[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Au Canada[modifier | modifier le code]

En Australie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Beaucoup de gens passent devant ce tableau et le négligent, et il renferme pourtant un trésor de poésie; c'est Le Christ descendu dans le monde souterrain (...). Le florentin Angiolo Bronzino (sic) a peint ce tableau; ce qu'il y a de plus parfait, c'est la certitude exprimée dans le visage des enfants qu'ils iront au ciel(...) »

    Andersen, compilation complète des contes en quatre volumes (vol. 1), Mercure de France,,‎ 1964, 198 p.
  2. « exposition-bronzino-peintre-et-poete-a-la-cour-des-medicis-palazzo-strozzi-florence.php, Rétrospective le Bronzino à Florence », sur lintermede.com
  3. « Bronzino poeta », sur docs.google.com
  4. Correspondance de la Gazette des Beaux-Arts de septembre 1860, p.57.

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Catalogue de l'exposition au Palazzo Strozzi, Bronzino, Artist and Poet at the court of the Medici, Mandragora,‎ 2010, 359 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]