Dosso Dossi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jupiter, Mercure et Vertu

Dosso Dossi, de son vrai nom Giovanni di Niccolò de Lutero ou Luteri (né en 1489 à Mantoue - mort en 1542 à Ferrare) est un peintre italien de l'école de Ferrare. Il tient son nom de la villa familiale près de Mantoue, la Villa Dossi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé dans l'atelier de Giorgione, il a aussi été probablement l'élève de Lorenzo Costa. Attiré par Venise, il y séjourna et y fut en contact avec Giorgione, Cariani, Savoldo et plus tard le Titien.
En 1514 il s'établit définitivement à Ferrare et devient peintre de la cour du duc Alphonse Ier d'Este pour qui il créa des cartons de tapisseries, des décors de théâtre, des vues urbaines et des portraits de la famille princière. Il peint aussi de nombreux tableaux mythologiques et exécute pour le nouvel appartement du château de Ferrare Dix scènes de la vie d'Enée et il participe aux décorations de la Chambre d'albâtre du palais ducal, réalisées par Bellini.
Il peint aussi des retables, pour les nombreux autels des églises ducales d'Este, dont un grandiose polyptyque conservé à la pinacothèque nationale de Ferrare.

Inspiré par l'art vénitien, Dosso Dossi est considéré comme le principal représentant de l'école ferraraise, correspondant en peinture de L'Arioste en littérature.
En 1519-1520, il travaille avec Raphaël à Rome. En 1531, le cardinal Bernardo Cles, appelle Dosso Dossi et son frère cadet Battista à Trente. Il leur confie la décoration du Magno Palazzo, le Palais qu'il vient de faire construire à côté de l'ancienne forteresse, le Castelvecchio. Battista décore un corridor de fresques représentant les Dieux de l'Olympe, et Dosso peint sur le plafond de la Sala Grande « des putti frivoles devant des nuages sur fond de ciel bleu[1]. »

Giovanni Francesco Surchi (dit Il Dielai) fut son élève.

« La complexité des thèmes et les représentations allégoriques obscures ou excentriques que l'on trouve dans un grand nombre de ses meilleurs tableaux, continuent de défier toute explication. »

— Extrait de Chefs-d’œuvre du J. Paul Getty Museum, 1997[2]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Castelli, seigneurs et châteaux d'Italie, Könemann, 2001.
  2. a, b et c John Walsh, Chefs-d’œuvre du J. Paul Getty Museum : Peintures, Thames & Hudson,‎ 1997 (ISBN 2-87811-128-1), p. 27-29
  3. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008, 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 137
  4. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books,‎ 2001 (ISBN 3 406 47459 4), p. 26

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
060 le vite, galasso ferrarese.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :