Acceptation des gros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La size acceptance, ou fat acceptance, que l'on pourrait traduire en français par « acceptation des gros », est un mouvement principalement américain visant à promouvoir l'image des personnes en surpoids dans la société.


Historique[modifier | modifier le code]

Ce mouvement est né dans les années 1970 aux États-Unis, par notamment la création de l'association « National Association to Advance Fat Acceptance ».

En France, une initiative similaire voit le jour en 1989, lorsqu'est créée par la comédienne Anne Zamberlan, égérie des publicités Virgin Mégastore, l'association pour les personnes fortes Allegro Fortissimo. Dans son ouvrage "Coup de gueule contre la grossophobie" (1994 - Éditions Ramsay), elle parle de la difficulté au quotidien des personnes à forte corpulence et pousse un cri d'alarme pour "tous ses frères et sœurs de misère" (extrait du 4e de couverture).

Différentes associations tentent d'alerter les pouvoirs publics et l'opinion sur la discrimination et la stigmatisation dont peuvent être victimes les personnes « fortes » au quotidien (accès à des lits et du matériel adapté dans les hôpitaux ; problèmes dans les transports, restaurants, cinémas ; discrimination à l'embauche ; insultes...). Comme les autres, cette forme de discrimination donne lieu à des souffrances. Mais faute de textes clairs et à la suite de messages confus du corps médical et des médias qui confondent parfois lutte contre l'obésité et lutte contre les personnes obèses, la « grossophobie » est une discrimination qui, aujourd'hui, ne semble toujours pas avoir atteint le statut d'« opinion politiquement incorrecte ».

Point de vue critique[modifier | modifier le code]

L'avis exprimé par les médecins et ce qui ressort de tous les résultats d'études de santé est que l'obésité est dangereuse pour la santé, dans la mesure où un surpoids trop important constitue un état de fragilité sanitaire qui peut conduire au diabète, à l'hypertension, à des problèmes cardio-vasculaires et articulatoires et, plus généralement, à des pathologies mettant gravement en danger la vie des personnes (voir Obésité) ou les handicapant lourdement au quotidien.

Des chiffres alarmants sont régulièrement annoncés sur le pourcentage d'obèses dans la population française et sur le pourcentage de risques induit par le fait d'être obèse. Ainsi, en France et aux États-Unis, certains médecins remettent en cause la pertinence des chiffres avancés (tel Paul Campos dans le livre The Obesity Myth) et le bien-fondé, sur la durée, de la lutte contre l'obésité, les régimes se révélant être des échecs à 95 % sur le long terme[réf. nécessaire][1]. En France, ces médecins et nutritionnistes sont regroupés au sein de l'association G.R.O.S. (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids).

La délimitation entre l'idée d'acceptation des rondeurs et la revendication de l'obésité constitue l'enjeu en cause : affirmer sans nuance qu'il « est bien d'être gros » n'est en effet pas souhaitable, cela constituant un encouragement au surpoids ou une perte de vigilance par rapport aux maladies favorisées par l'obésité et mettant la vie des personnes en danger.

A contrario, les militants pour l'acceptation des personnes présentant un poids plus élevé que la moyenne communément acceptée, s'inquiètent avant tout de l'absence de fondement scientifiques des bénéfices de la perte de poids et pensent qu'il s'agit avant tout d'un exemple d'utilisation de la science afin de contrôler une déviance, de tentative d'une partie de la société de faire disparaître quelque chose qu'elle trouve dérangeante[2],[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.gros.org/ressources/bibliographie/les-regimes-amaigrissants-sont-des-troubles-du-comportement-alimentaire
  2. « [http://jezebel.com/5815206/disney-fatphobia--the-pooh-sized-debate Disney, Fatphobia, & The "Pooh Sized" Debate] », Jezebel.com,‎ 24 juin 2011 (consulté le 2012-11-02)
  3. (en) Abigail B. Hulme, Fat as Deviance: Fat Phobia and the Social Control of Women's Bodies, Books.google.com,‎ 1998 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]