By-pass gastrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Court-circuit (homonymie).

Un bypass gastrique (également orthographié by-pass gastrique), ou court-circuit gastrique, est une opération chirurgicale consistant à réduire le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire. Il s'agit d'un type de chirurgie bariatrique destinée à traiter certains cas d'obésité importante.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières interventions datent de la fin des années 1960[1].

Technique[modifier | modifier le code]

Schéma d'un by-pass gastrique par une anastomose de Roux-en-Y.

L'intervention consiste à réduire, par cœlioscopie, le volume de l'estomac et à modifier le circuit alimentaire. Cette technique consiste à faire une trans-section verticale de l'estomac créant une poche proximale de capacité restreinte dans laquelle arrivent les aliments, reliée directement au jéjunum (par une anse en Y).

Les aliments ne passent plus par l'estomac et la partie supérieure du tube digestif, ils vont directement dans la partie moyenne de l'intestin grêle.

Action[modifier | modifier le code]

Le court-circuit gastrique agit par plusieurs mécanismes qui s'associent :

  • Une restriction (comme la gastroplastie).
  • Une malabsorption (les aliments et nutriments sont moins digérés).
  • Un syndrome de dumping (l'ingestion d'aliments très sucrés en quantité importante entraîne une sensation de malaise général et une accélération du pouls, ces aliments doivent donc être pris en petite quantité).
  • Une diminution du taux de ghréline, qui est l'hormone de la faim, ce qui entraîne un désintérêt pour la nourriture.

Effets[modifier | modifier le code]

Le court-circuit gastrique est une méthode qui peut être réversible, uniquement en cas de nécessité. Le confort alimentaire est meilleur qu'avec la gastroplastie car les vomissements ne sont pas fréquents. Les habitudes alimentaires doivent être modifiées pendant les trois premiers mois, il est souvent conseillé de prendre trois repas et deux ou trois collations.

Les grignotages sucrés sont mal supportés à cause du syndrome de dumping. Le court-circuit gastrique nécessite un suivi régulier par une équipe multidisciplinaire et une supplémentation en vitamines et minéraux à vie[2].

Un suivi nutritionnel 1 fois par mois la première année puis tous les ans est nécessaire afin de prévenir de toutes carences et de s'alimenter de manière "équilibrée", car même après une telle opération, un reprise de poids dans les 5 ans est possible. De plus, on ne connait pas à long terme les effets du by-pass. L'assimilation de médicaments par voie orale peut également être altérée.

Complications[modifier | modifier le code]

Comme toute intervention chirurgicale un certain nombre de complications plus ou moins graves existent  : hémorragie, infection du site opératoire, risques liés à l'anesthésie en elle-même.

Les risques spécifiques à la gastrectomie tubulaire sont :

  • L'abcès de paroi nécessitant une reprise chirurgicale pour effectuer un drainage.
  • La fistule (communication entre la lumière gastrique et le reste de la cavité abdominale) pouvant conduire à la formation d'un abcès, d'une péritonite voire d'un état septique grave. Le traitement de la fistule consiste en un jeûne absolu de plusieurs jours, l'administration d'antibiotiques intraveineux voire la pose temporaire d'une endoprothèse. C'est la complication la plus redoutée de la gastrectomie tubulaire, sa survenue peut prolonger l'hospitalisation de plusieurs semaines et mettre des mois avant cicatriser.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mason EE, Ito C, Gastric bypass, Ann Surg, 1969;170:329-39
  2. A. Salle, « Les carences à ne pas méconnaître après by-pass gastrique », Réalités en Nutrition et en Diabétologie, no 21,‎ octobre 2009, p. 26


Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • gastroplastie (anneau gastrique), technique alternative au bypass