Lipœdème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mot lipœdème[1] provient de la contraction de lipocyte ou adipocyte, qui désigne le tissu graisseux, et œdème, qui désigne l'augmentation de la quantité de liquide intercellulaire.

On peut définir le lipœdème comme l'œdème qui survient aux membres inférieurs associé à une surcharge en tissu graisseux.

  1. il peut être transmis génétiquement ;
  2. il affecte presque exclusivement les femmes ;
  3. il consiste en une accumulation de liquide intercellulaire du à un développement de cellules graisseuses d’une manière inhabituelle et singulière : bilatérale, symétrique, de la taille aux chevilles, morphologie gynoïde particulièrement marquée ;
  4. au contraire de la graisse habituelle à l’obésité, la graisse lié à une morphologie gynoïde ne peut être évacuée par le régime ou l’activité physique.

Le traitement chirurgical consiste à réduire la quantité de graisse par liposuccion. Contrairement à certaines idées reçues, elle améliore la situation (diminution des sensations de "jambes lourdes" en fin de journée et même de la pointure des chaussures).[réf. nécessaire]

Le lipœdème peut débuter à la puberté, en même temps que s'installe la dystrophie graisseuse, lorsque les hormones de la féminité font apparaître la morphologie gynoïde.

Les estimations de l’incidence du lipœdème varient largement et s’élèvent jusqu’à 11 % de la population féminine post-pubertaire.[réf. nécessaire]

Symptômes[modifier | modifier le code]

Les patientes ont tendance à prendre du poids dans les régions lipoœdémiques et d’en perdre dans les zones non-lipoœdémiques. Les patientes lipoœdémiques obèses qui passent par la chirurgie bariatrique perdent d’abord de la graisse à partir de la taille. Même les femmes anorexiques peuvent perdre de la graisse « normale » par le régime et l’exercice physique mais conserver la graisse lipœdémique.

Lorsque le lipœdème progresse, le volume du corps augmente dans la partie inférieure du corps. La silhouette lipœdémique classique est ainsi celle d’une femme qui a une taille 36 au-dessus de la ceinture et une taille 44 en dessous, avec des jambes disproportionnément larges et ressemblant à des colonnes. Les chevilles et les pieds ne sont généralement pas affectés.

Certaines patientes ne peuvent supporter les vêtements de compression associés avec le lymphœdème conventionnel car la graisse lipœdémique sous-jacente est douloureuse.

Les femmes souffrant de lipœdème ont un risque accru d’obésité car la graisse lipœdémique ne peut être perdue par un régime. Lorsque l’état s’aggrave, les patientes deviennent fréquemment moins mobiles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La base de cet article est l'article du même nom sur la version anglaise de Wikipédia à la date du 12 nov. 2011