Antisystème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La pyramide du système capitaliste, selon l'organisation syndicale Industrial Workers of the World, 1911

Antisystème est un adjectif qualifiant des personnes, des groupes ou des partis politiques portant un discours critiquant les institutions politiques dominantes.

Dans sons sens implicite, le terme antisystème s'oppose au système, le système en question pouvant notamment être le système politique ; l'organisation sociale ; le système de santé ; le système financier ; le système économique ; le système capitaliste ou encore le système familial. Dans tous les cas, il s'agit d'un système complexe.

La notion d'antisystème reste vague, contrairement à des notions plus spécifiques comme la séparation des pouvoirs ; le contre-pouvoir, l'anarchisme, l'altermondialisme, ou l'anticapitalisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Le terme est apparu en 1717 quand les quatre frères Paris de Grenoble tentèrent de renverser le financier Law (Jean de Fauriston) et son Système, (le Système de Law), sous l'influence des parlementaires[1] et d'anglo-hollandais[2]. L'antisystème pris fin le 28 octobre 1719[3]. D'après le dictionnaire Littré, l'antisystème est un système financier opposé au système de financier de Law[4], cependant un avis publié par la Société française d'étude du XVIIIe siècle suggère qu'il ne faut pas opposer le système à l'antisystème [5].

D'après l'historien Nicolas Lebourg, « la dimension « antisystème » tend à être le plus petit commun dénominateur idéologique de la mouvance d'extrême droite. Inspiré de la dénonciation du Systemzeit par les nationalistes allemands durant les années 1920, qui faisaient de la République de Weimar un tout aussi homogène que malfaisant, ce concept pénètre les milieux néofascistes français à partir de 1951. En 1954, il est mis en avant pour fonder le Rassemblement national, qui relie une vingtaine de groupuscules »[6].

En 1960, Jean Maze donne à l'un de ses livres le titre anti-système[7] ; il y parle du système, alors que le pays se trouve entre le changement constitutionnel de 1958 et l'indépendance de l'Algérie en 1962.

En 1973, le PCF utilise le terme antisystème avec une acception politique[8].

Giovanni Sartori a défini parti anti-système en 1976 comme un parti qui « mine la légitimité du régime contre lequel il se dresse » en proposant dans leur programme une alternative crédible, suscitant un appétit de changement chez les électeurs et produisant des conflits entre les partis conventionnels[9].

En 2016, le milliardaire Donald Trump accède à la présidence des États-Unis, après avoir martelé durant sa campagne qu'il était l'ennemi de l'establishment (les partis politiques, la presse, etc.)[10] et avant finalement de revenir sur plusieurs de ses critiques[11].

Deux catégories de formations politiques ont pu être définies : celles, légalistes, qui défendent leur projet dans l'ordre politique établi sans le remettre en question ; et celles, séditieuses, se tenant à la marge du jeu politique traditionnel et entendant heurter de front le dispositif institué[12].

Aspects politiques[modifier | modifier le code]

Au sens commun, la notion d'antisystème regroupe différentes formes de populisme: nationalisme, antiparlementarisme, dénonciation des “élites”[13].

En Europe des partis qualifiés ou se qualifiant d’anti-système sont souvent situés à l'extrême gauche ou à l'extrême droite du paysage politique[14].

En 2017, une époque où la proximité de la « classe politique » et du monde des affaires est mal vue, l'étiquette Antisystème est revendiquée par les principaux candidats à l'élection présidentielle française. Cette étiquette peut même être revendiquée par ceux-là même qui incarnent le système, comme la présidente du Front national Marine Le Pen, l’ancien ministre de l’économie Emmanuel Macron et le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon[15], l'ancien premier ministre François Fillon dénonce également un système qui l'a discrédité dans l'affaire dite de Pénélope.

Plusieurs raisons se situant dans les perceptions des électeurs ont été évoquées pour expliquer la part croissante du vote «anti-système» également dénommé vote contestataire  :

  • le tarissement de l'offre électoraliste (due à la coopération croissante de partis majoritaires dans le cadre de coalitions, comme en Autriche, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves, ou à l'enchaînement d'alternances dont les différences de résultats ne sont pas perçues par une partie de l'opinion) ;
  • des repères identitaires de plus en plus flous (en raison du déplacement vers le centre des partis de gouvernement, et notamment l'abandon progressif de partis de gauche traditionnels dans les domaines économiques)[16].

Diverses formes d'idées antisystème existent[17],[18]

  • le Front national est antisystème de par l'opposition des élites au peuple
  • Jean-Luc Mélenchon est antisystème par rapport aux questions du capitalisme
  • au NPA (Nouveau parti anticapitaliste), Philippe Poutou se considère comme « seul vrai candidat (présidentiel) anti-système ».
  • Nicolas Dupont-Aignan a repris sur son blog un slogan des Indignés espagnols : « Je ne suis pas anti système, le système est anti moi ».
  • François Bayrou se positionne en anti-système dans sa lutte contre le système bipartite

Pour l'Institut français d'histoire sociale, la social démocratie a abandonné l'antisystème à la sortie de la seconde guerre mondiale, pour se convertir au capitalisme et à l'économie de marché[19].

Le leader du parti politique antisionniste, Dieudonné se revendique également de l'antisystème, avec lequel il a développé un système de buzz basé sur la gestuelle de la quenelle s'exprimant au travers d'un bras d'honneur réalisé en conservant les bras le long du corps. Cet antisystème se rapproche de l'antisionisme, de l'antisémitisme et de l'apologie du terrorisme[20]. Mais derrière cet amalgame entre antisystème et antisémitisme, certains voient une différence entre le simple antisystème et l'antisémitisme [21]. Pour d'autres, cet antisystème n'est que le camouflage du racisme antisémite de Dieudonné[22]. Pour les communistes, l'antisystème de Dieudonné est au contraire un système visant à détourner la colère des classes populaires de la lutte anticapitaliste[23],[24].

Aspects philosophiques[modifier | modifier le code]

Le discours antisystème est une manière de gagner en notoriété. Certaines personnes en bonne position dans le système économique — comme Donald Trump — et se font les chantres de l'antisystème et fondent leur discours sur la notion de «système truqué». La notion d'antisystème fait naître des paradoxes de par le fait même que le caractère antisystème, naît, incarne ou fait naître un nouveau système. Ainsi, l'antisystème est un système[25].

D'un point de vue philosophique, un système philosophique est associé à Hegel. Ce système prévoit le ressentiment et la colère — c'est-à-dire l'antisystème — ainsi, lorsque le ressentiment et la colère deviennent visibles, elles confirment le système qui l'avait prévu. Ainsi, la contestation du système est prévue par le système lui-même[25].

D'autres philosophes après Hegel, comme Kierkegaard ou Sartre ou Adorno peuvent être considérés comme antisystème car ils ne se fondent pas sur ce système de Hegel[25].

Lorsque la philosophie antisystème est transposée sur les questions politiques elle est utilisée pour critiquer l’État et le marché. Dans l'idée, l’antisystème de droite critique l’État alors que l’antisystème de gauche critique le marché, mais les nuances sont multiples[25].

Ceux qui souffrent du système y sont liés par un lien de dépendance: de ce fait, seules deux possibilités existent: conserver le système et le subir, ou dénoncer le système et en subir les conséquences[25].

En pratique, des aléas et de facteurs humains sont de nature à remettre en question le système en compromettant les logiques de la domination du système[25].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gazette littéraire : revue française et étrangère de la littérature, des sciences, des beaux-arts, etc. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k51663s/f426.image
  2. Jules (1798-1874) Michelet, Histoire de France. Tome 17 / par M. Michelet,... (lire en ligne)
  3. Histoire de la Banque de France et des principales institutions françaises de crédit depuis 1716 / par Alphonse Courtois fils (1825-1899) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5724346h/f31.image
  4. Dictionnaire de la langue française : supplément... / par E. Littré ; par Marcel Devic http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406583t/f26.image
  5. Dix-huitième siècle : revue annuelle / publiée par la Société française d'étude du XVIIIe siècle http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k32744m/f401.item
  6. Nicolas Lebourg, « Le Front national et la galaxie des extrêmes droites radicales », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national : sociologie d'un parti politique, Presses de Sciences Po, , p. 121-122
  7. Maxime (1873-1957) Auteur du texte Leroy et Institut d'histoire sociale (Nanterre) Auteur du texte, « Le Contrat social : revue historique et critique des faits et des idées », sur Gallica, (consulté le 11 novembre 2016)
  8. Études : revue fondée en 1856 par des Pères de la Compagnie de Jésus http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k441879b/f25.item
  9. Roger Antoine, « Les partis anti-système dans la Roumanie post-communiste », Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 31, no 2,‎ , p. 101-136 (DOI 10.3406/receo.2000.3027, lire en ligne).
  10. Trump face à son public qui veut renverser « l’establishment », Le Monde, 18 février 2016
  11. Une semaine après son élection, Trump fait déjà marche arrière sur des dossiers-clés, Le Monde, 15 novembre 2016
  12. (en) Eva Kolinski et Gordon Smith, Opposition in Western Europe : Party and Protest: Two Faces of Opposition in Western Europe, Londres, Croom Helm, , pp. 49-72.
  13. « 1179 », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  14. Neumayer Laure, « Opinions publiques et partis politiques face à l'intégration européenne en Hongrie, Pologne et République tchèque », Revue d’études comparatives Est-Ouest Dossier: "retours sur le passé", vol. 30, no 1,‎ , p. 139-164 (DOI 10.3406/receo.1999.2958, lire en ligne).
  15. Olivier Faye, Cédric Pietralunga, Raphaëlle Besse Desmoulières et Matthieu Goar, « En 2017, l’« antisystème » s’impose comme une stratégie de conquête du pouvoir », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  16. « La flambée du vote « anti-système » Stratégies et perspectives d'évolution des droites extrêmes », cnrs.fr (consulté le 3 décembre 2014).
  17. « Être "anti-système", ça veut dire quoi ? - Société - La Vie », sur www.lavie.fr (consulté le 11 novembre 2016)
  18. Olivier Faye, Alexandre Lemarié, Raphaëlle Besse Desmoulières, Cédric Pietralunga et Matthieu Goar, « Présidentielle : comment les candidats se sont convertis à la critique du « système » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  19. Le Mouvement social : bulletin trimestriel de l'Institut français d'histoire sociale
  20. « Dieudonné à Téhéran pour remettre une Quenelle d’or à « l’antisioniste » Ahmadinejad », sur Nouvelles d'Iran (consulté le 11 novembre 2016)
  21. La quenelle antisémite ou anti-système? Les chiffres ne mentent pas http://www.huffingtonpost.fr/alberic-guigou/quenelle-antisemite_b_4519651.html
  22. Se prétendant antisioniste, de quoi Dieudonné est-il vraiment le nom ? http://blog.francetvinfo.fr/scenes-politiques/2013/12/30/se-pretendant-antisioniste-de-quoi-dieudonne-est-il-vraiment-le-nom.html
  23. Dieudonné anti-système ? Quelle plaisanterie ! http://www.jeunes-communistes.org/2014/01/16-dieudonn%C3%A9-anti-syst%C3%A8me-quelle-plaisanterie-10431
  24. Dieudonné : vous avez dit anti-système ? http://internationalistes.blogspot.fr/2014/09/dieudonne-vous-avez-dit-anti-systeme.html
  25. a, b, c, d, e et f Michaël Foessel, « Trump : comment être milliardaire et antisystème ? », Libération.fr,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :