Onésime (Ier siècle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Onésime.
Onésime
Image illustrative de l'article Onésime (Ier siècle)
Vénéré par Église catholique
Église orthodoxe
Fête 15 février

Saint Onésime (décédé entre 68 et 95) est un esclave, devenu chrétien sous l'influence de saint Paul et rendu à son maitre, Philémon, qui est invité à le recevoir comme 'frère dans la foi'. Tout ce qui est connu d'Onésime se trouve dans la lettre de Saint Paul à Philémon. Considéré comme saint par l'Église catholique et par l'Église orthodoxe, il est liturgiquement commémoré le 15 février[1],[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Onésime était esclave de Philémon, chrétien de Colosses, ville d'Asie Mineure, qui semble responsable de la communauté locale. Prenant la fuite, sans doute après un vol, il rencontre et s'attache à saint Paul, alors en résidence surveillée, qui le convertit et le baptise.

Paul le considère dès lors comme son 'fils' dans la foi, un fils d'autant plus cher qu'il l'avait engendré à Dieu dans les chaînes. Onésime rend des services à Paul dont la liberté est entravée. Cependant, de par la loi, l'esclave doit être rendu à son maitre. saint Paul renvoie donc Onésime à Philémon, avec une lettre l'invitant à l'accueillir comme un 'frère' (dans le Christ) étant donné son baptême.

Voici quelques extraits de la lettre :

« Paul, prisonnier de Jésus-Christ, et Timothée, son frère, à Philémon, notre bien-aimé et coopérateur… grâce à vous et paix de la part de Dieu notre Père et de Notre-Seigneur Jésus-Christ… La prière que je vous adresse est pour mon fils Onésime, que j'ai enfanté dans mes chaînes… Je vous le renvoie. Recevez-le comme si c'était moi-même… Et non plus comme un esclave, mais comme un esclave, devenu un frère… J'avais pensé d'abord à le garder auprès de moi, mais je n'ai rien voulu faire sans votre consentement… S'il vous a fait tort ou qu'il vous soit redevable de quelque chose, mettez-le à mon compte. C'est moi, Paul, qui vous le rendrai…Oui, mon frère, procurez-moi cette joie dans le Seigneur… Que la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit. Ainsi soit-il. »

— Lettre à Philémon

Une tradition non vérifiée rapporte que l'apôtre en fit l'évêque de Bérée en Macédoine. Par ailleurs, le Église orthodoxe le considère comme évêque de Byzance, sur foi d'une légende du Xe siècle dont le patriarche Photios Ier de Constantinople est peut-être l'auteur[3]. Mais c'est soumis à la torture et lapidé qu'Onésime acheva sa vie à Rome en l'an 95.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Walter Eder, Johannes Renger et Wouter Henkelman (dir.), Brill's New Pauly: Chronologies of the Ancient World : Names, Dates and Dynasties, vol. 1, Brill,‎ (ISBN 9789004153202).
  • (en) « Onesimus », sur Ecumenic Patriarcate of Constantinople (consulté le 7 août 2015).