Éraste de Corinthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éraste (homonymie).
Éraste de Corinthe
Image illustrative de l'article Éraste de Corinthe
Saint
Fête 26 juillet

Éraste de Corinthe (Ier siècle) est un disciple de Paul de Tarse et un saint chrétien.

Éraste s'attache à Paul et quitte, pour cela, sa charge d'économe ou de trésorier de Corinthe[1]. Il le suit à Éphèse où il se trouve en l'an [réf. nécessaire] lorsque Paul l'envoie en Macédoine avec Timothée d'Éphèse, apparemment pour préparer les aumônes des fidèles[2]. Éraste et Timothée sont tous deux avec Paul à Corinthe en l'an [réf. nécessaire], lorsque celui-ci écrit aux Romains, qu'il salue de la part de l'un et de l'autre[1],[3]. Éraste semble suivre Paul jusqu'au dernier voyage que celui-ci fait à Corinthe. Si l'on en croit une lettre à Thimothée, attribuée à Paul mais écrite une dizaine d'années après sa mort, Éraste reste à Corinthe[4] où Timothée le rejoint peu après à la demande de Paul. Arrêté à Jérusalem vers 58, Paul passe deux ans en prison à Césarée. Après une seconde audience en présence du procurateur Festus, accompagné du roi Agrippa II et de sa sœur Bérénice, Paul se rend pour la première fois à Rome où il prêchera pendant deux ans. Il ne reviendra à Rome par la suite que pour y être jugé et exécuté en 67-68.

Éraste est fêté localement le [5].

Un ou plusieurs Éraste[modifier | modifier le code]

Selon plusieurs ouvrages, il est douteux qu'Éraste le disciple que Paul envoie en Macédoine soit la même personne que le trésorier Éraste[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Romains 16:23 : « Éraste, le trésorier de la ville (Corinthe), vous salue (...) ».
  2. Actes 19:22 : « Il (Paul) envoya en Macédoine deux de ses aides, Timothée et Éraste, et il resta lui-même quelque temps encore en Asie ».
  3. Romains 16:21 : « Timothée, mon compagnon d'œuvre, vous salue ».
  4. 2 Timothée 4:20 : « Éraste est resté à Corinthe, et j' (Paul) ai laissé Trophime malade à Milet ».
  5. « Saint Éraste » [html], sur nominis.cef.fr, Conférence des évêques de France (consulté le 27 septembre 2015)
  6. Gerard 1989, p. 337.
  7. Poswick et Rainotte 1985, p. 174.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Éraste », dans André-Marie Gerard, Dictionnaire de la Bible, Robert Laffont, (ISBN 2-221-05760-0), p. 337.
  • « Éraste », dans R.-Ferdinand Poswick (dir.) et Guy Rainotte (dir.), Dictionnaire de la Bible, Paris, Lidis et Brepols, (ISBN 2-503-52001-4), p. 174.