Saison 1998-1999 du Racing Club de Lens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
RC Lens
Saison 1998-1999
Généralités
Couleurs Rouge et Jaune
Stade Stade Félix-Bollaert, Lens
41 649 places
Président Gervais Martel
Entraîneur Daniel Leclercq
Résultats
Championnat 6e
49 points (14V, 7N, 13D)
(46 buts pour, 43 buts contre)
Coupe de France Huitièmes
contre le Stade lavallois
(Division 2)
Coupe de la Ligue Vainqueur
contre le FC Metz (Division 1)
Ligue des champions Phase de groupes
Trophée des champions Finaliste
Battu par le Paris SG (Division 1)
Meilleur buteur Championnat :
Nouma, Vairelles (8)
Général : Nouma (13)

Chronologie

La saison 1998-1999 du Racing Club de Lens, huitième consécutive du club en première division, a vu l'équipe artésienne remporter sa première Coupe de la Ligue et participer pour la première fois à la Ligue des champions.

Avant-saison[modifier | modifier le code]

Transferts[modifier | modifier le code]

Champions de France en 1998 avec Lens, plusieurs joueurs cadres de l'équipe lensoise partent à l'étranger. Le capitaine Jean-Guy Wallemme rejoint le club anglais de Coventry City, Stéphane Ziani part en Espagne au Deportivo La Corogne[1] et Anto Drobnjak au Japon au Gamba Osaka, club entraîné par son ancien entraîneur au SC Bastia Frédéric Antonetti[2],[3]. De son côté, Romain Pitau s'engage à l'US Créteil[3]. Wilson Oruma est prêté à Samsunspor pendant que Xavier Dablemont, qui rentre de prêt au FC Gueugnon, repart en prêt, cette fois à l'ES Wasquehal[3]. Enfin, Hervé Arsène arrête sa carrière[2],[3].

Marc-Vivien Foé doit initialement quitter en juin 1998 Lens pour signer à Manchester United mais ce transfert est annulé à la suite de la fracture à la jambe de Foé en préparation de la Coupe du monde 1998[4],[5]. À l'intersaison, Éric Sikora est également très près de partir à Liverpool, cependant le transfert ne se réalise pas en raison d'un problème dans le règlement de la commission de l'ancien agent de Sikora combiné à un refus de partir à l'étranger de la famille proche du joueur[Biblio 1].

Au niveau des arrivées, Pascal Nouma est recruté de Strasbourg pour remplacer en attaque Anto Drobnjak, ce qui suscite de la part des supporters lensois une pétition contre sa venue en raison d'un mauvais geste de Nouma envers eux durant un match de la saison précédente[6]. Daniel Moreira, priorité de Gervais Martel à l'intersaison, est lui recruté en provenance de Guingamp pour faire oublier Stéphane Ziani au poste de meneur de jeu[Biblio 2]. Au milieu de terrain, Alex Nyarko arrive du Karlsruher SC pour remplacer Foé. Ce recrutement se complète par les arrivées de Cyril Rool (Bastia) et Stéphane Dalmat (Châteauroux)[2],[3]. En défense, Ernest Etchi arrive en provenance du Coton Sport Garoua[2],[3]. Enfin, Didier Sénac rejoint l'encadrement technique du club[3].

En , Valérien Ismaël rejoint le RC Lens après dix mois à Crystal Palace. Au mercato hivernal, Aboubacar Sankharé et Xavier Méride sont prêtés au Toulouse FC, Pape Diop allant de son côté à Valenciennes dans le cadre d'un accord général de formation entre les deux formations. Marc-Vivien Foé s'engage de son côté à West Ham et Wagneau Eloi à l'AS Monaco[2],[3]. Une arrivée est effectuée pendant ce mercato, celle de Nicolas Laspalles en prêt du Paris Saint-Germain[2].

Préparation d'avant-saison[modifier | modifier le code]

Quelques jours après le titre de champion de France 1997-1998, les Lensois effectuent un stage dans les Antilles[Biblio 3]. Avant le championnat qui débute le , le Racing Club de Lens dispute plusieurs matchs amicaux en juillet. Le premier se déroule le contre les Girondins de Bordeaux au stade Jules-Ladoumègue de Lormont et se solde par un match nul 0-0. De retour en Nord-Pas-de-Calais, Lens domine ensuite six buts à un le KSC Lokeren à Boulogne-sur-Mer au stade de la Libération sept jours plus tard avec notamment un doublé pour Pascal Nouma. Lens conclut sa préparation par deux victoires, la première deux à un contre l'Athletic Bilbao le à Montauban, la deuxième à quatre à zéro contre le Standard de Liège le à Vervins, quatre jours avant le premier match officiel de la saison, le Trophée des champions[7].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Trophée des champions[modifier | modifier le code]

Vainqueur du championnat la saison précédente, le Racing Club de Lens est qualifié pour le Trophée des champions où le club artésien affronte le Paris Saint-Germain, vainqueur de la Coupe de France 1997-1998 contre le club artésien.

Ce match se dispute le au stade de la Vallée du Cher de Tours devant un public de 10 365[Match 1] ou 12 766 spectateurs[8]. Lors du match, personne n'inscrit de but en première mi-temps. En deuxième mi-temps, Yann Lachuer inscrit pour Paris un but à la cinquante-quatrième minute[Match 1]. Aucun but n'est ensuite inscrit ce qui permet à Paris de remporter ce trophée.

Finale Lens 0–1 Paris Saint-Germain stade de la Vallée du Cher, Tours

Lachuer But inscrit après 54 minutes 54e Spectateurs : 10 365 ou 12 766
Arbitrage : Gilles Chéron
Rapport

Championnat[modifier | modifier le code]

La saison de championnat de division 1 1998-1999 a lieu du au . C'est la 61e édition du championnat de France de football et elle oppose 18 clubs au cours de 34 rencontres. C'est la 46e participation du Racing Club de Lens à cette compétition, cette saison étant la 8e consécutive. Les deux premiers du championnat sont qualifiés pour la phase de groupe de la Ligue des Champions la saison suivante, le troisième passera par le 3e tour préliminaire, le quatrième la Coupe de l'UEFA et les trois suivants la Coupe Intertoto.

Déroulement de la saison[modifier | modifier le code]

Photo de Daniel Leclercq.
Daniel Leclercq, entraîneur du RC Lens depuis une saison.

Au début de la saison, le quotidien belge Le Soir considère l'Olympique de Marseille comme étant le favori suivi ensuite d'un groupe de plusieurs clubs comportant l'AS Monaco, le Paris Saint-Germain, deux clubs à gros budget, ainsi que les deux premiers de la saison précédente, le Racing Club de Lens et le FC Metz[9]. Le championnat commence pour le Racing Club de Lens par un déplacement au Stadium de Toulouse pour y affronter le Toulouse FC. Le match se solde par une victoire toulousaine trois buts à deux[Match 2]. Les Lensois font ensuite match nul à domicile contre le FC Lorient avant de gagner à l'extérieur contre le FC Sochaux quatre à zéro puis à domicile deux à un contre l'AS Nancy-Lorraine. En septembre, Lens perd trois rencontres consécutives ce qui amène le club en treizième place du classement[10]. Le RC Lens stoppe cette série de défaites par une victoire à l'extérieur contre le Paris Saint-Germain sur un but en fin de match de Wagneau Eloi[Match 3]. Après un nul à domicile contre Auxerre[Match 4], Lens alterne les défaites à l'extérieur et les victoires à domicile jusqu'à mi-championnat que le club termine en neuvième position[11]. L'année 1998 se conclut pour Lens par une victoire à Nancy un à zéro sur un but de Marc-Vivien Foé en première mi-temps lors de la vingtième journée[Match 5].

Photo de Pascal Nouma.
Pascal Nouma, meilleur buteur du club en championnat de la saison avec Tony Vairelles.

En 1999, après trois matchs sans victoire, Lens enchaîne quatre victoires consécutives contre le Paris Saint-Germain, à Auxerre, contre Montpellier et à Metz pour atteindre la sixième place du championnat[12]. Lens bat à domicile lors de la trentième journée par quatre à zéro Marseille alors en tête de la première division[Match 6]. Lors de la trente-deuxième journée, toujours à domicile, Lens s'incline contre Bordeaux quatre buts à deux[Match 7]. Cette victoire, couplée à la défaite de Marseille à Paris, permet à Bordeaux de prendre la tête du championnat[13]. Finalement, Lens termine sixième d'un championnat remporté par Bordeaux[14].

Classement final et statistiques[modifier | modifier le code]

Le Racing Club de Lens termine le championnat à la sixième place avec 14 victoires, 7 matchs nuls et 13 défaites[14]. Lens présente la sixième attaque avec 46 buts[15] et la onzième meilleure défense avec 43 buts encaissés[16]. Le Racing Club de Lens, dixième équipe à domicile avec 31 points[17], est septième à l'extérieur avec 18 points[18]. Enfin, l'affluence moyenne dans le Stade Bollaert a été de 36 010 spectateurs ce qui en fait la 3e meilleure moyenne derrière celles de l'Olympique de Marseille (49 726) et du Paris Saint-Germain (40 910)[19].

Les Girondins de Bordeaux et l'Olympique de Marseille sont qualifiés directement pour la phase de groupes de la Ligue des Champions 1999-2000, l'Olympique lyonnais devant passer par le 3e tour préliminaire. L'AS Monaco est quant à elle qualifiée pour la Coupe UEFA 1999-2000. Le Stade rennais, cinquième, se qualifie pour la Coupe Intertoto 1999. Il est accompagné du huitième, Montpellier, et du dixième, Metz. Le Racing Club de Lens, sixième, accompagne le club monégasque en Coupe UEFA grâce à sa victoire en Coupe de la Ligue tout comme le FC Nantes, vainqueur de la Coupe de France. Metz bénéficie enfin du refus du Paris Saint-Germain, neuvième, de participer à la Coupe Intertoto.

Extrait du classement de Division 1 1998-1999[14]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Girondins de Bordeaux 72 34 22 6 6 66 29 +37
2 Olympique de Marseille 71 34 21 8 5 56 28 +28
3 Olympique lyonnais 63 34 18 9 7 51 31 +20
4 AS Monaco 62 34 18 8 8 52 32 +20
5 Stade rennais 59 34 17 8 9 45 38 +7
6 Racing Club de Lens 49 34 14 7 13 46 43 +3
7 FC Nantes 48 34 12 12 10 40 34 +6
8 Montpellier HSC 43 34 11 10 13 53 50 +3
9 Paris SG 39 34 10 9 15 34 35 -1
10 FC Metz 39 34 9 12 13 28 37 -9

Coupe de France[modifier | modifier le code]

Le RC Lens entre en lice en Coupe de France, comme tous les clubs professionnels, au niveau des trente-deuxièmes de finale, comme pour tous les clubs de première division. Le tirage au sort amène les Lensois à affronter le la JA Armentières, pensionnaire du CFA. Bien qu'Armentières reçoive, le match se dispute au Stade Félix-Bollaert de Lens[Match 8]. Le match est marqué par l'ouverture du score lensoise par Wagneau Eloi dès la deuxième minute du match. Une minute plus tard, Armentières égalise par Yannick Maniez. Marc-Vivien Foé redonne l'avantage à Lens à la vingt-et-unième minute mais Maniez égalise à nouveau avant la mi-temps. Rien n'est marqué en deuxième mi-temps. En prolongation, Lens s'impose en inscrivant grâce à un doublé de Daniel Moreira et un but de Vladimír Šmicer[Match 8].

Au tour suivant, Lens affronte l'Olympique de Marseille, un mois après la victoire lensoise contre Marseille en Coupe de la ligue aux tirs au but dans une rencontre disputée à Caen au stade Michel-d'Ornano. Dans un match marqué par l'absence d'habituels titulaires de l'OM tels que Laurent Blanc, Robert Pirès ou Fabrizio Ravanelli, les Lensois prennent l'avantage en première mi-temps grâce à deux buts de Philippe Brunel et Tony Vairelles aux trente-huitième et quarante-cinquième minutes. En deuxième mi-temps, Pascal Nouma inscrit un troisième but avant qu'Arthur Moses ne réduise l'écart à la soixante-cinquième minute[Match 9].

En huitièmes de finale, à nouveau au stade Bollaert, Lens reçoit le Stade lavallois, club de deuxième division. À ce stade de la compétition, seulement trois clubs de première division restent en lice, le FC Metz qui reçoit le FC Nantes étant les deux autres clubs de l'élite accompagnant le RC Lens[20]. Favoris de leur match, les Lensois encaissent cependant dès la première minute un but d'Hamed Diallo. Pascal Nouma égalise ensuite en deuxième mi-temps mais la décision se fait aux tirs au but. Lors de ceux-ci les Lavallois s'imposent par quatre tirs à deux[Match 10], Nouma ratant notamment son tir au but qu'il tente avec son mauvais pied[20].

Coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

La Coupe de la Ligue 1998-1999 a lieu du au . Le Racing Club de Lens débute la coupe de la Ligue en seizièmes de finale, comme les autres clubs de division 1, les équipes d'un niveau inférieur passant par un tour supplémentaire.

Le tirage au sort des seizièmes de finale a amené Lens à se déplacer à Marseille pour rencontrer l'Olympique de Marseille le . Le stade Vélodrome, cependant suspendu, la Ligue nationale de football décide d'inverser le match et de le faire jouer au stade Félix-Bollaert de Lens. Après protestation des dirigeants marseillais et une phrase de l'entraîneur olympien Rolland Courbis (« La pelouse de Bollaert doit tellement ressembler à une banquise en ce moment que je ne serais pas surpris d'y voir des pingouins ! »), l rencontre se dispute finalement à Caen au stade Michel-d'Ornano, devant 18 500 spectateurs[21]. Les Marseillais ouvrent le score à la soixante-troisième minute par Christophe Dugarry, les Lensois égalisent vingt minutes plus tard par Pascal Nouma[Match 11]. Les prolongations ne changent rien. Au cours des tirs au but, après un tir lensois raté, le Marseillais Éric Roy voit sa frappe heurter la barre transversale, rebondir derrière la ligne de but puis ressortir du but. L'arbitre Bruno Derrien invalide ce pénalty pourtant valable[21]. La séance continue donc et Lens s'impose finalement six tirs au but à cinq[21],[Match 11].

Au tour suivant, en février, Lens évolue de nouveau en Normandie, cette fois au stade Jules-Deschaseaux du Havre contre Le Havre AC. Le club artésien s'impose et se qualifie donc en gagnant deux à zéro, deux buts inscrits en première mi-temps par Pascal Nouma et Stéphane Dalmat[Match 12]. En quart de finale, Lens se déplace encore, cette fois sur le terrain du Stade rennais, le . Le RC Lens gagne grâce à un nouveau but de Pascal Nouma, inscrit en fin de match[Match 13]. En avril, la demi-finale du RC Lens se déroule au Stade Félix-Bollaert contre le FC Sochaux. Les deux équipes n'arrivent pas à se départager dans le temps réglementaire. C'est en toute fin des prolongations que Daniel Moreira inscrit le premier but du match pour Lens. Philippe Brunel marque dans la foulée un deuxième but qui envoie Lens en finale[Match 14].

La finale se déroule le au stade de France de Saint-Denis et oppose le RC Lens au FC Metz. Disputé devant près de 80 000 spectateurs, la première mi-temps ne permet pas à une équipe de prendre l'avantage. À la cinquante-sixième minute, sur une passe de Cyril Rool, Daniel Moreira, placé côté gauche du jeu lensois, tire du pied gauche dans la lucarne opposée et donne le titre au RC Lens, ce qui qualifie du même coup Lens en Coupe UEFA 1999-2000[Biblio 2],[Match 15],[22],[Match 16].

Ligue des champions[modifier | modifier le code]

La Ligue des champions met aux prises chaque année sous forme d'une phase de groupes puis de matchs aller-retour à élimination directe des équipes issues de l'ensemble des pays membres de l'UEFA selon une répartition effectuée par tirage au sort. Le Racing Club de Lens s'est qualifié pour l'édition 1998-1999 grâce à sa victoire en championnat la saison précédente.

Le RC Lens est le seul club français présent au tirage au sort, le FC Metz étant éliminé au tour préliminaire par le HJK Helsinki (1-0, 1-1)[23]. Lors du tirage au sort, le RC Lens figure parmi les six têtes de série en tant que champion de France, un des cinq pays les mieux placés au coefficient UEFA. Ce tirage amène Lens à affronter Arsenal, membre du chapeau 2, Panathinaïkos, membre du chapeau 3, et le Dynamo Kiev du chapeau 4 dans le groupe E[24],[25]. Pour le premier match de l'histoire du club dans la compétition, le , le RC Lens reçoit Arsenal au stade Félix-Bollaert. En deuxième mi-temps, Arsenal ouvre le score par Marc Overmars sur une passe d'Emmanuel Petit. Lens égalise dans le temps additionnel par Tony Vairelles qui reprend un corner tiré par Daniel Moreira et que touche Frédéric Déhu[26],[27],[Match 17]. Panathinaïkos, vainqueur du Dynamo Kiev, pointe en tête du groupe devant Arsenal et Lens[26].

Lens se déplace ensuite à Kiev affronter le Dynamo en sortant d'une défaite à domicile quatre à deux contre le FC Nantes en championnat[28]. Le match se décante à l'heure de jeu. Andriy Chevtchenko marque un but de la tête à la suite d'un corner. Dans la minute qui suit, Tony Vairelles égalise, permettant à Lens d'obtenir le match nul[28],[Match 18]. Dans le même temps, Arsenal bat Panathinaïkos, ce qui permet au club anglais d'être premier du groupe avec quatre points, devant le club grec (trois points), le RC Lens (deux points) et le Dynamo Kiev avec un point. Pour compléter les matchs aller, le RC Lens reçoit à Bollaert Panathinaïkos. En première mi-temps, un but de Pascal Nouma est logiquement refusé pour hors jeu. À la quatre-vingtième minute, Wagneau Eloi exploite une déviation de Pascal Nouma et permet à Lens de remporter le match et de se classer ainsi deuxième du groupe E avec le même nombre de points que le premier, Arsenal, qui a concédé le nul à domicile contre le Dynamo Kiev[29],[Match 19].

Le premier des matchs retour de Lens se déroule sur le terrain du Panathinaïkos. Les Grecs concrétisent leur domination par un but à la cinquante-troisième de Vokolos. Lens ne parvient pas à égaliser[30],[Match 20]. Au classement, Panathinaïkos prend la tête du groupe avec six points, les autres équipes suivant avec cinq points. Lens se déplace ensuite au stade de Wembley à Londres pour y affronter Arsenal, privé de ses titulaires Emmanuel Petit, Patrick Vieira et Dennis Bergkamp. Le match se dispute devant plus de 73 000 spectateurs dont 8 000 supporters lensois[Biblio 4],[Biblio 5]. En deuxième mi-temps, Mickaël Debève marque le but de la victoire lensoise[Biblio 4],[31],[Match 21]. Lens devient la première équipe française à remporter une rencontre à Wembley[Biblio 5],[32]. La fin du match est marquée par plusieurs expulsions : Ray Parlour côté anglais, Tony Vairelles côté lensois[32]. La suspension de Vairelles est très contestée côté lensois : les images vidéos révèlent que le défenseur anglais Lee Dixon commence par pousser Vairelles avant de tomber sur la pelouse et simuler une agression du Lensois. L'arbitre Anders Frisk, qui n'a pas assisté à l'action, décide néanmoins d'expulser Vairelles[33]. Un appel à l'UEFA n'est pas accepté et Vairelles est suspendu pour le prochain match[34]. Dixon est également suspendu[33]. Kiev s'étant imposé de son côté[31], la qualification du groupe se joue dans le dernier match qui oppose Lens à Kiev à Bollaert[33]. Lens aborde le match en étant privé de Tony Vairelles, Éric Sikora et Cyril Rool, suspendus[4]. En cas de victoire Lens est qualifié en quart de finale, un 0-0 peut aussi le permettre en fonction du résultat de l'autre match du groupe[4]. Lors de cette rencontre, Lens est réduit à dix dès la sixième minute à la suite de l'expulsion du capitaine Frédéric Déhu[Biblio 4]. Le RC Lens tient le score jusqu'à la soixantième minute et le but de Kaladze après un corner. Vashchuk double le score un quart d'heure plus tard. Vladimír Šmicer réduit l'écart dans la foulée sur coup franc direct avant que Chevtchenko n'assure la victoire et la qualification au Dynamo Kiev[4],[Match 22].


Joueurs et encadrement technique[modifier | modifier le code]

Encadrement technique[modifier | modifier le code]

Daniel Leclercq, adjoint de Roger Lemerre en 1996-1997, devient l'entraîneur du Racing Club de Lens en 1997-1998 où il remporte le titre de champion de France. Leclercq, âgé de 48 ans quand il remplace Lemerre, a évolué comme défenseur à Lens de 1974 à 1983. Natif de Trith-Saint-Léger en banlieue de Valenciennes, Leclercq commence le football dans le club de l'US Valenciennes Anzin en junior puis en professionnel de 1967 à 1970. Après s'ensuivent 3 années à l'Olympique de Marseille (1970-1971 et 1972-1974), entrecoupées d'une saison dans le club d'Angoulême entre 1971 et 1972. Sa carrière d'entraîneur débute, quant à elle, à l'US Valenciennes Anzin de à . Il intègre l'encadrement du Racing Club de Lens en 1992[Biblio 6].

François Brisson évolue à Lens de 1981 à 1885 avant de rejoindre l'encadrement technique du club à l'intersaison 1997 pour y seconder Daniel Leclercq. Après avoir joué les trois dernières saisons de sa carrière professionnelle au club de Lille (1990 à 1993), il commence sa carrière d'entraîneur dans le club de Montauban en 1994 et y reste jusqu'à ce que Lens le contacte. Didier Sénac rentre dans l'encadrement technique du club au poste d'adjoint au début de la saison. Sénac, né en 1958 et formé au club, est défenseur de l'équipe première de 1977 à 1987 et obtient durant cette période lensoise deux sélections en équipe de France.

André Lannoy, ancien gardien de but de Lens de 1967 à 1976, est également dans l'encadrement au poste d'entraîneur adjoint, responsable des gardiens de buts. Déjà présent à ce poste à l'arrivée de Daniel Leclercq, il conserve ses attributions durant cette saison.

Effectif professionnel[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous reprend l'effectif lensois pour la saison 1998-1999[35],[36]. Durant cette saison, Xavier Méride et Nicolas Laspalles portent tour à tour le numéro 22.

Effectif professionnel du Racing Club de Lens de la saison 1998-1999
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent
1 G Drapeau de la France Warmuz, GuillaumeGuillaume Warmuz 22/05/1970 (29 ans) France A' CS Louhans-Cuiseaux
16 G Drapeau de la France Chabbert, SébastienSébastien Chabbert 15/05/1978 (21 ans) AS Cannes
30 G Drapeau de la France Berthelin, CédricCédric Berthelin 25/12/1976 (22 ans) Formé au club
2 D Drapeau de la France Sikora, ÉricÉric Sikora 04/02/1968 (31 ans) France espoirs Formé au club
3 D Drapeau de la France Lachor, YoannYoann Lachor 17/01/1976 (23 ans) France espoirs Formé au club
4 D Drapeau de la France Magnier, CyrilleCyrille Magnier 24/09/1969 (29 ans) France espoirs Formé au club
5 D Drapeau du Cameroun Etchi, ErnestErnest Etchi 04/06/1975 (23 ans) Cameroun Coton Sport Garoua
13 D Drapeau de la France Déhu, FrédéricFrédéric Déhu 24/10/1972 (26 ans) France A' Formé au club
22 D Drapeau de la France Méride, XavierXavier Méride 09/01/1975 (24 ans) France espoirs Formé au club
23 D Drapeau de la France Laspalles, NicolasNicolas Laspalles 27/11/1971 (27 ans) France espoirs Paris Saint-Germain
24 D Drapeau de la France Pierre-Fanfan, José-KarlJosé-Karl Pierre-Fanfan 26/07/1975 (23 ans) USL Dunkerque
25 D Drapeau de la France Ismaël, ValérienValérien Ismaël 28/09/1975 (23 ans) Crystal Palace
26 D Drapeau de la France Sankharé, AboubacarAboubacar Sankharé 17/01/1978 (21 ans) Formé au club
33 D Drapeau de la France Queudrue, FranckFranck Queudrue 27/08/1978 (20 ans) Formé au club
999 D Drapeau de la France Vernier, CédricCédric Vernier 13/01/1975 (24 ans) Formé au club
6 M Drapeau de la France Rool, CyrilCyril Rool 15/04/1975 (24 ans) France espoirs SC Bastia
7 M Drapeau de la France Debève, MickaëlMickaël Debève 01/12/1970 (28 ans) France espoirs Toulouse FC
8 M Drapeau de la France Dalmat, StéphaneStéphane Dalmat 16/02/1979 (20 ans) France espoirs LB Châteauroux
9 M Drapeau du Ghana Nyarko, AlexAlex Nyarko 15/10/1973 (25 ans) Ghana Karlsruher SC
10 M Drapeau de la France Moreira, DanielDaniel Moreira 08/08/1977 (21 ans) France espoirs Guingamp
17 M Drapeau du Cameroun Foé, Marc-VivienMarc-Vivien Foé 01/05/1975 (23 ans) Cameroun Canon Yaoundé
27 M Drapeau du Sénégal Diop, Pape SeydouPape Seydou Diop 12/01/1979 (20 ans) Formé au club
999 M Drapeau de la France Charton, CyrilCyril Charton 09/09/1976 (22 ans) Formé au club
11 A Drapeau de la France Vairelles, TonyTony Vairelles 10/04/1973 (26 ans) France espoirs AS Nancy-Lorraine
12 A Drapeau d'Haïti Eloi, WagneauWagneau Eloi 11/09/1973 (24 ans) France militaire AS Nancy-Lorraine
18 A Drapeau de la France Brunel, PhilippePhilippe Brunel 28/02/1973 (26 ans) France espoirs US Grand-Boulogne
19 A Drapeau de la Tchéquie Šmicer, VladimírVladimír Šmicer 24/05/1973 (24 ans) République tchèque Slavia Prague
21 A Drapeau de la France Nouma, PascalPascal Nouma 06/01/1972 (27 ans) France espoirs RC Strasbourg
29 A Drapeau de la France Delporte, LudovicLudovic Delporte 06/02/1980 (19 ans) France -18 ans Formé au club
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • ?
Entraîneur(s) des gardiens

Légende

Consultez la documentation du modèle

Statistiques individuelles[modifier | modifier le code]

Le Racing Club de Lens dispute 49 matchs officiels au cours de cette saison, 34 en championnat, 3 en coupe de France, 5 en coupe de la Ligue, le Trophée des champions et 6 en Ligue des champions. Le joueur le plus utilisé de l'effectif est le gardien Guillaume Warmuz, qui participe à toutes les rencontres. Concernant les joueurs de champ, le joueur ayant le plus joué dans la saison est Frédéric Déhu[2].

Le meilleur réalisateur du club, toutes compétitions confondues, est Pascal Nouma qui a marqué 13 buts dont 8 en championnat. Tony Vairelles marque à 11 reprises, dont également 8 en championnat. Vairelles est le meilleur passeur en championnat du club avec 8 passes. Les autres buteurs en championnat sont Wagneau Eloi (7 buts), Vladimír Šmicer et Daniel Moreira (4 buts), Stéphane Dalmat, Mickaël Debève et Alex Nyarko (3 buts), Philippe Brunel et Marc-Vivien Foé (2 buts) et Nicolas Laspalles (1 but)[37].

Éléments économiques[modifier | modifier le code]

Le budget du Racing Club de Lens s'élève pour cette saison à 185 millions de francs[38], en augmentation sensible par rapport aux 135 millions de la saison précédente[39],[40]. Le principal sponsor maillot du club est Ola, une marque de téléphonie mobile de France Télécom[38],[41]. L'équipementier du club est la marque Umbro[41].

Le , un partenariat avec l'Entente sportive de Wasquehal, club de deuxième division, est mis en place pour une durée de trois ans. Cette convention entre les deux clubs permet à Lens de prêter des jeunes joueurs au club wasquehalien, leur permettant ainsi de se confronter à d'autres professionnels. Une contribution financière lensoise est prévue en échange de cette aide sportive, de l'ordre de 6 millions de francs dont la moitié payée quatre jours après la signature de ce partenariat. Cette aide permet à Wasquehal d'assurer son maintien en deuxième division qui était menacé par la Direction nationale du contrôle de gestion en raison d'un déficit du club[42],[43].

Affluences[modifier | modifier le code]

Près de 30 000 personnes sont abonnées au club durant la saison[Biblio 7].

Affluence du Racing Club de Lens à domicile

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

L'équipe réserve du RC Lens sert de tremplin vers le groupe professionnel pour les jeunes du centre de formation mais permet également à certains joueurs non alignés avec l'équipe professionnelle d'avoir du temps de jeu. La réserve est également utilisée fréquemment par des professionnels en phase de reprise à la suite d'une blessure.

Pour la saison 1998-1999, l'équipe réserve du RC Lens évolue dans le groupe A du championnat de France amateur, la quatrième division de football en France. Après une treizième place obtenue l'année précédente, l'équipe réserve du RC Lens termine cette saison à la huitième place[44]. En fin de saison, la réserve de l'AJ Auxerre, première du groupe, devient championne de France des réserves.

La majorité des joueurs lensois du groupe professionnel participent à des matchs avec la réserve. Ainsi, les gardiens de but Christophe Marichez et Cédric Berthelin disputent respectivement 10 et 13 rencontres. En défense, Ernest Etchi dispute 13 rencontres, José-Karl Pierre-Fanfan 12 et Yoann Lachor 4. Les milieux de terrain Ludovic Delporte (16 matchs), Philippe Brunel (3 matchs), Daniel Moreira et Cyril Rool (1 match) jouent également avec la réserve. Transférés en cours de saison, les défenseurs Xavier Méride et Aboubacar Sankharé jouent respectivement 2 et 9 rencontres, Pape Diop 13, Marc-Vivien Foé 2, Wilson Oruma 1 et Wagneau Eloi 3[45].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  2. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Références extraites de la bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. Delporte 2002, p. 77-88
  2. a et b Dupont et Paquet 2006, p. 112-113
  3. Dequevauviller 2010, p. 126
  4. a b et c Camus 2005, p. 42
  5. a et b Dupont et Paquet 2006, p. 107
  6. Dupont et Paquet 2006, p. 104
  7. Camus 2005, p. 43

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Brèves Sports », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d e f et g « Football - Fiche club: Lens (1998-1999) », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  3. a b c d e f g et h « Les transferts lensois de la saison 1998/1999 », sur sitercl.com (consulté le )
  4. a b c et d Gilles Dhers, « FOOT. En Ligue des champions, Lens s'incline 3-1 au stade BollaertLens cède les quarts de finale à la dynamite de Kiev », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (en) Rupert Metcalf, « Football: Foe's World Cup dream ends with broken leg », The Independent,‎ (lire en ligne [archive du ])
  6. Blandine Hennion, « Football. La fantasque nouvelle recrue lensoise affronte ce soir Arsenal en Ligue des Champions. Nouma, grande gueule noire », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. « Matches amicaux du RCL - saison 1998/1999 », sur sitercl.com (consulté le )
  8. (en) Erik Garin et Sébastien Duret, « France Super Cup Finals - Details », sur www.rsssf.com, RSSSF, (consulté le )
  9. Alexandre Charlier, « L'Hexagone plus que jamais en fête », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Classements - 7e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  11. « Classements - 17e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  12. « Classements - 27e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  13. « Classements - 32e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  14. a b et c « Classements - 34e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  15. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Ligue 1 - Classement général de l'attaque (saison 1999-2000) », sur lfp.fr (consulté le )
  16. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Ligue 1 - Classement général de la défense (saison 1999-2000) », sur lfp.fr (consulté le )
  17. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Ligue 1 - Classement général à domicile (saison 1999-2000) », sur lfp.fr (consulté le )
  18. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Ligue 1 - Classement général à l'exterieur (saison 1999-2000) », sur lfp.fr (consulté le )
  19. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Ligue 1 - Affluences par journée, par club, taux de remplissage », sur lfp.fr (consulté le )
  20. a et b « Foot : ces « petits » clubs qui ont éliminé Lens en Coupe de France depuis 20 ans (VIDEOS) », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,
  21. a b et c Alain Pécheral, « Rétro : L’étonnante erreur de 1999... » [archive du ], sur om.net, (consulté le )
  22. Alexandre Charlier, « Des Lensois dignes du stade de France Près de 80.000 personnes ont assisté à la victoire de Lens contre Metz en finale de la Coupe de la Ligue RC LENS 1 FC METZ 0 », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. Frédéric Michel, « Metz reste à la porte », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (es) Francesc Aguilar, « Mas que un sorteo », El Mundo Deportivo,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le )
  25. (es) Francesc Aguilar, « Mas que un sorteo », El Mundo Deportivo,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le )
  26. a et b Christian Losson, « Lens s'arrache à la machine Arsenal. En Ligue des Champions, Vairelles égalise face aux Anglais dans les arrêts de jeux (1-1). », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Face à Face : Ligue des Champions 1998/99 RC Lens - Arsenal », sur sitercl.com (consulté le )
  28. a et b Gilles Dhers, « A Kiev, Lens éteint le DynamoLes Ukrainiens, manquant de hargne, tenus en échec: 1-1. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Blandine Hennion, « Foot. Lens prend la tête du groupe E en Ligue des champions.Eloi ne perd pas le Nord », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. Philippe Rochette, « FOOT. Les Sang et Or subissent leur première défaite en Ligue des champions. Lens tombe sur l'os Panathinaïkos », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. a et b Gilles Dhers, « FOOT. En Ligue des champions, les Nordistes battent Arsenal 1-0.A Wembley, Lens s'entrouvre les portes du bonheur », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. a et b « Face à Face : Ligue des Champions 1998/99 Arsenal - RC Lens », sur sitercl.com (consulté le )
  33. a b et c « C 1: appel à la vidéo? », Le Soir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Vairelles reste sur le banc », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « Les joueurs du RC Lens - saison 1998/1999 », sur sitercl.com (consulté le )
  36. « Effectif », sur lfp.fr (consulté le )
  37. « Les buteurs lensois du championnat », sur sitercl.com (consulté le )
  38. a et b « RC Lens », France Football, no 2731,‎ , p. 10 (supplément)
  39. Laurent Chasteaux, « A l'heure du foot-business, une structure associative touche au but », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le )
  40. Joël Domenighetti, « Bilan 1997-1998 », France Football, no 2719,‎ , p. 6
  41. a et b « La légende du maillot Sang et Or », sur sitercl.com (consulté le )
  42. [PDF] « ROD 0301 RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES - Société anonyme d'économie mixte Entente Sportive de Wasquehal - », Chambre régionale des comptes du Nord Pas-de-Calais,‎
  43. « Accord de partenariat entre le RC Lens et Wasquehal », AFP,‎ (lire en ligne)
  44. a et b « Saison 1998-1999 CFA Groupe A », sur footballenfrance.fr (consulté le )
  45. « Lens réserve pro 1998-1999 » [archive du ], sur stat2foot.com (consulté le )

Feuilles de match[modifier | modifier le code]

  1. a et b « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Trophée des champions - RC Lens / Paris Saint-Germain », sur lfp.fr (consulté le )
  2. « Toulouse FC - RC Lens - Saison 1998/1999 - 1ère journée », sur lfp.fr (consulté le )
  3. « Paris Saint-Germain - RC Lens - Saison 1998/1999 - 8e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  4. « RC Lens - AJ Auxerre - Saison 1998/1999 - 9e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  5. « AS Nancy-Lorraine - RC Lens - Saison 1998/1999 - 20e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  6. « RC Lens - Olympique de Marseille - Saison 1998/1999 - 30e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  7. « RC Lens - Girondins de Bordeaux - Saison 1998/1999 - 32e journée », sur lfp.fr (consulté le )
  8. a et b « Coupe de France 1998-1999 - 32ème de finale - Fiche d'Armentières-Lens », sur deux-zero.com (consulté le )
  9. « Coupe de France 1998-1999 - 16ème de finale - Fiche de Lens-Marseille », sur deux-zero.com (consulté le )
  10. « Coupe de France 1998-1999 - 8ème de finale - Fiche de Lens-Laval », sur deux-zero.com (consulté le )
  11. a et b « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Coupe de la Ligue - Saison 1998/1999 - 1/16 de finale - Olympique de Marseille / RC Lens », sur lfp.fr (consulté le )
  12. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Coupe de la Ligue - Saison 1998/1999 - 1/8 de finale - Le Havre AC / RC Lens », sur lfp.fr (consulté le )
  13. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Coupe de la Ligue - Saison 1998/1999 - 1/4 de finale - Stade Rennais FC / RC Lens », sur lfp.fr (consulté le )
  14. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Coupe de la Ligue - Saison 1998/1999 - 1/2 finale - RC Lens / FC Sochaux », sur lfp.fr (consulté le )
  15. « LFP.fr - Ligue de Football Professionnel - Coupe de la Ligue - Saison 1998/1999 - Finale - RC Lens / FC Metz », sur lfp.fr (consulté le )
  16. « Lens-Metz Coupe de la Ligue 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  17. « Lens-Arsenal (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  18. « Dynamo Kiev-Lens (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  19. « Lens-Panathinaïkos (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  20. « Panathinaïkos-Lens (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  21. « Arsenal-Lens (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  22. « Lens-Dynamo Kiev (C1) Ligue des Champions 1998/1999 », sur footballdatabase.eu (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Delporte, Éric Sikora : Une vie en Sang et Or, Agenda du sport Éditions, (ISBN 978-2-9516577-2-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Frédéric Camus, RC Lens Cent ans de passion, La Voix du Nord Éditions, , 51 p. (ISBN 978-2-84393-084-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Isabelle Dupont et Dominique Paquet, Racing Club de Lens, un siècle de passion en Sang et Or, Jordan Éditions, , 145 p. (ISBN 978-2-930485-03-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Benoît Dequevauviller, Les enfants terribles de Bollaert, Roubaix, Les Lumières de Lille Éditions, , 189 p. (ISBN 978-2-9524305-9-3) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]