Stéphane Dalmat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphane Dalmat
Dalmat.jpg
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 16 février 1979 (35 ans)
Lieu Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire)
Taille 1,80 m
Période pro. 1997-2012
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1985-1996 Drapeau : France US Joué-lès-Tours
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1997-1998 Drapeau de la France LB Châteauroux 030 (1)
1998-1999 Drapeau de la France RC Lens 038 (4)
1999-2000 Drapeau de la France Olympique de Marseille 043 (1)
2000 Drapeau de la France Paris SG 026 (1)
2000-2005 Drapeau de l'Italie Inter Milan 067 (4)
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Tottenham Hotspur 028 (3)
2004-2005 Drapeau de la France Toulouse FC 020 (2)
2005-2006 Drapeau de l'Espagne Racing Santander 013 (0)
2006-2007 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux 020 (1)
2007-2010 Drapeau de la France FC Sochaux 102 (9)
2010-2012 Drapeau de la France Stade rennais 045 (2)
2012 Drapeau de la France Nîmes Olympique 000 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1998-2001 Drapeau : France France espoirs 22 (1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Stéphane Dalmat, né le 16 février 1979 à Joué-lès-Tours, est un footballeur français aujourd'hui retraité.

Dalmat est un joueur polyvalent, capable d'occuper les différents postes du milieu de terrain. Ses qualités techniques et de dribble et sa préférence pour le pied gauche, même s'il sait jouer des deux pieds, lui ont souvent valu de jouer sur le côté gauche du terrain. Son poste de prédilection est cependant celui de milieu relayeur[1].

Il connaît un parcours professionnel relativement instable[2] : entre 1997 et 2012, il porte le maillot de onze clubs différents, dans quatre championnats (français, italien, espagnol et anglais).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à Châteauroux, Stéphane Dalmat y débute sa carrière le 30 août 1997 face à l'AS Cannes, alors que le club berrichon vient d'être promu en première division. Malgré la relégation de son équipe en fin de saison, ses bonnes performances attirent de plus grands clubs français, et c'est le RC Lens qui le fait finalement signer en 1998 contre une indemnité estimée à 25 millions de francs (soit 3,8 M€)[3]. En position de meneur de jeu, il confirme les espoirs placés en lui à Lens. Il découvre la Ligue des champions et remporte la Coupe de la Ligue. Il connaît à 19 ans ses premières sélections en équipe de France espoirs[4], dont il fera partie jusqu'en septembre 2001[5].

La cote du joueur monte et l'Olympique de Marseille le recrute l'été suivant pour un montant de 70 millions de francs, un record à l'époque entre deux clubs français[6]. Dalmat y signe un contrat de huit ans, une durée exceptionnellement longue pour un footballeur. La première saison est un échec : Dalmat est titulaire à gauche, mais l'OM termine à une piètre 15e place en championnat, loin des espoirs de début de saison. L'entraîneur Rolland Courbis est limogé en cours de saison, remplacé par Bernard Casoni.

En 2000, le Paris Saint-Germain, deuxième du championnat la saison précédente, se lance dans une ambitieuse campagne de recrutement. Il rachète le contrat de Dalmat pour 70 millions de francs et recrute également son équipier à Marseille Peter Luccin et l'international du Real Madrid Nicolas Anelka. Après un bon début de saison, les résultats de l'équipe parisienne décoivent, et l'entraîneur Philippe Bergeroo est remplacé par Luis Fernandez. Malgré ses qualités techniques, Dalmat est peu décisif en match, et son peu d'investissement à l'entrainement conduit Fernandez à accepter l'offre de transfert de l'Inter Milan au mercato d'hiver[7], récupérant en échange le Brésilien Vampeta.

Édouard Cissé qui évolue à ses côtés au PSG dit de lui « En termes de talent, Stéphane Dalmat est le meilleur joueur que j’ai vu hormis Ronaldinho, c’était un phénomène. [...] il avait tout. Les deux pieds, le pouvoir de percussion [...] Ce qui lui a manqué à un moment, c’est peut-être un meilleur entourage, il n’a pas été suffisamment protégé mais quand on parle de phénomène, c'en est un. »[8].

En Italie, Dalmat connaît un semblant de stabilité : il reste deux saisons et demi à l'Inter, mais sans connaître de période faste durable. Il participe à 67 rencontres au total, mais jamais plus d'une vingtaine par saison de championnat, illustration de sa situation de joueur complémentaire dans l'effectif milanais. En septembre 2003 il est prêté à Tottenham Hotspur, dont le milieu gauche Christian Ziege est sujet à des blessures à répétition. Après un début de saison prometteur, le niveau de ses performances baisse et il connaît plusieurs blessures lui aussi. Il dispute une trentaine de rencontres dans la saison, sans jamais bénéficier pleinement de la confiance de l'entraîneur David Pleat (en), qui ne lève pas l'option d'achat du joueur[7].

Dalmat est de nouveau prêté la saison suivante, et fait son retour en France, au Toulouse, où il retrouve son ancien coéquipier lensois Daniel Moreira. Placé sur le côté gauche, il réalise un début de saison salué par les observateurs avant de se blesser casser un os du pied en octobre. Il ne revient qu'en fin de saison, et Toulouse, qui n'a pas pu se qualifier pour une compétition européenne, ne peut s'aligner sur le salaire du joueur à Milan[9].

Finalement Dalmat rompt son contrat avec l'Inter. Libre, il part en Espagne, où il signe en juillet 2005 un contrat de cinq ans au Racing de Santander. Son frère Wilfried Dalmat l'y rejoint peu de temps après. Ses performances déçoivent, et les deux joueurs sont critiqués par le président Manuel Huerta (en) pour être rentrés en retard de leur vacances de Noël. Il ne joue plus après le mois le mois de décembre[10], et son contrat est finalement rompu.

En août 2006, Dalmat revient en France, aux Girondins de Bordeaux. La saison est difficile pour lui, marquée par son faible temps de jeu, à peine illuminée par le but superbe inscrit sur le terrain du PSV Eindhoven en Ligue des champions[9]. Son club remporte la Coupe de la Ligue, mais il ne dispute pas la finale.

Libre de tout contrat, Dalmat choisit de signer pour deux années au FC Sochaux, séduit par le projet sportif du club et la perspective de jouer la coupe de l'UEFA. Après une saison réussie, il prolonge son contrat jusqu'à juin 2012 et devient le capitaine sochalien. En mars 2009, il est au centre d'une altercation avec la police. Il perd son brassard de capitaine. Un an plus tard, il est finalement condamné à deux mois de prison avec sursis[2].

Le 19 juillet 2010, il quitte Sochaux et signe un contrat de deux ans en faveur du Stade rennais contre une indemnité de 1,5 M€[11]. Lors de la saison 2011-2012, il décide de se mettre en marge du groupe professionnel rennais avec l'accord de son entraîneur Frédéric Antonetti, et n'apparaît plus sur les feuilles de match[12], jusqu'à la fin de son contrat fin juin 2012[13].

L'écart entre le potentiel qui lui est reconnu et ses performances sur le terrain lui ont valu d'apparaître à plusieurs reprises dans la liste des nominés du Ballon de plomb décerné par les Cahiers du football.

Après avoir rejoint le Nîmes Olympique début juillet 2012, Stéphane Dalmat décide finalement de ne pas prendre part à la saison de son nouveau club. Il arrête sa carrière étant définitivement lassé de la vie de footballeur[14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Stéphane Dalmat au 8 juin 2012[15]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B M B C M B M B
1997 - 1998 Drapeau de la France LB Châteauroux 1 29 1 0 0 1 0 - - - - - 30 1
1998 - 1999 Drapeau de la France RC Lens 1 25 3 3 0 5 1 1 0 C1 5 0 39 4
1999 - 2000 Drapeau de la France Olympique de Marseille 1 29 1 2 0 1 0 - - C1 11 0 43 1
2000 - 2001 Drapeau de la France Paris Saint-Germain 1 19 1 0 0 1 0 - - C1 6 0 26 1
2000 - 2001 Drapeau de l'Italie Inter Milan 1 17 2 0 0 - - - - - - - 17 2
2001 - 2002 Drapeau de l'Italie Inter Milan 1 16 1 1 0 - - - - C3 7 1 24 2
2002 - 2003 Drapeau de l'Italie Inter Milan 1 15 0 0 0 - - - - C1 11 0 26 0
2003 - 2004 Drapeau de l'Angleterre Tottenham Hotspur (prêt) 1 22 3 3 0 3 0 - - - - - 28 3
2004 - 2005 Drapeau de la France Toulouse FC (prêt) 1 19 1 1 1 0 0 - - - - - 20 2
2005 - 2006 Drapeau de l'Espagne Racing Santander 1 13 0 0 0 - - - - - - - 13 0
2006 - 2007 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux 1 13 0 2 0 2 0 - - C1+C3 3 1 20 1
2007 - 2008 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard 1 35 3 2 0 2 0 1 0 C3 2 0 42 3
2008 - 2009 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard 1 27 1 1 0 1 0 - - - - - 29 1
2009 - 2010 Drapeau de la France FC Sochaux-Montbéliard 1 29 4 4 1 1 0 - - - - - 34 5
2010 - 2011 Drapeau de la France Stade rennais 1 33 2 1 0 0 0 - - - - - 34 2
2011 - 2012 Drapeau de la France Stade rennais 1 4 0 0 0 1 0 - - C3 6 0 11 0
Total sur la carrière 345 23 20 2 18 1 2 0 - 51 2 436 28
  • Premier match en Ligue 1, le 30 août 1997, Châteauroux - Cannes (1-2).
  • Premier but en Ligue 1, le 12 février 1998, Châteauroux - Lens (2-1, 45e).
  • Premier match en Coupe d'Europe, le 16 septembre 1998, Lens - Arsenal (1-1),
  • Premier but en Coupe d'Europe, le 20 septembre 2001, Inter Milan - FC Brasov (3-0, 23e).
  • Premier match en série A, le 28 janvier 2001, Inter Milan - Bari (1-0),
  • Premier but en série A, le 21 avril 2001, Inter Milan - Fiorentina (4-3, 43e).
  • Premier match en Premier League, le 13 septembre 2003, Chelsea - Tottenham Hotspur (4-2).
  • Premier but en Premier League, le 6 décembre 2003, Tottenham Hotspur - Wolverhampton (5-2).

Références[modifier | modifier le code]