François Brisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Brisson.
François Brisson
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (57 ans)
Lieu Saintes, (Charente-Maritime)
Taille 1,74 m (5 9)
Période pro. 1975-1993
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1968-1975 Drapeau : France AS Bourg La Reine
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1975-1981 Drapeau : France Paris SG 087 00(7)
1977-1978 Drapeau : France Stade lavallois 039 0(10)
1981-1985 Drapeau : France RC Lens 164 0(46)
1985-1986 Drapeau : France RC Strasbourg 043 0(12)
1986-1987 Drapeau : France Olympique de Marseille 034 00(2)
1987-1989 Drapeau : France Stade lavallois 060 0(12)
1989-1990 Drapeau : France Olympique lyonnais 028 00(7)
1990-1993 Drapeau : France Lille OSC 092 0(21)
1975-1993 Total 547 (117)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1983-1984 Drapeau : France France olympique 009 00(3)
1981-1989 Drapeau : France France 002 00(0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1994-1997 Drapeau : France Montauban FC
1999-2000 Drapeau : France RC Lens
2002-2003 Drapeau : France Nîmes Olympique
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

François Brisson est un footballeur international puis entraîneur français né le à Saintes. Il évolue au poste d'attaquant du milieu des années 1970 au début des années 1990. Son frère jumeau, Gilles, est également footballeur.

Il est formé au Paris Saint-Germain puis évolue notamment au Stade lavallois, au RC Lens et au Lille OSC. Il compte deux sélections en équipe de France et remporte avec l'équipe de France olympique le tournoi de football des jeux olympiques de 1984

Il devient ensuite entraineur et dirige le Montauban FC, le RC Lens et le Nîmes Olympique. Il occupe actuellement un poste au sein de l'équipe recrutement de l'Olympique de Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les années Paris Saint-Germain[modifier | modifier le code]

François Brisson débute le football, à l'âge de dix ans, à l'AS Bourg La Reine, club de la ville où ses parents ont emménagés peu de temps après la naissance des jumeaux François et Gilles[1]. Alors qu'il est en classe de première, il réussit le concours d'entrée au centre de formation du Paris Saint-Germain[1]. Il fait ses débuts en équipe professionnelle le 21 décembre 1975 lors d'un match au Parc des Princes qui se conclut sur la défaite, trois buts à deux, des parisiens sur le Stade de Reims[2]. Il voit son temps de jeu augmenter et il est alors appelé en équipe de France juniors par Henri Guérin. Il remporte avec les « Bleuets » le Tournoi de Toulon en fin de saison 1977[3] puis dispute la première Coupe du monde des moins de 20 ans. Il ne joue pas le premier match contre l'Espagne, mais il joue les deux matchs suivants face à la Tunisie et au Mexique à la 64e minute[4]. La France est cependant éliminée au premier tour de la compétition.

En championnat, le nouvel entraîneur du club parisien, l'ancien international Jean-Michel Larqué en fait un titulaire au poste de milieu de terrain et il dispute 33 matchs sur 38 de la saison 1977-1978. La saison suivante, le successeur de Larqué, Velibor Vasović lui offre moins de temps de jeu et il se met de lui-même à l'écart de l'équipe. Il dit sur cet épisode « Mes problèmes avec Vasovic, je les ai créé moi même, en réagissant mal, en n'étant pas suffisamment patient. J'avais envie de jouer et je n’ai pas supporté d'être mis sur la touche[1] ».

François Brisson demande alors à être prêté et il rejoint le Stade lavallois lors de la saison 1979-1980. Avec Michel Le Milinaire comme entraîneur, il retrouve le plaisir de jouer et inscrit dix buts en championnat, son coéquipier Erwin Kostedde terminant meilleur buteur avec 21 buts inscrits. De retour dans le club parisien, malgré des propositions de transferts provenant du champion en titre, le Racing Club de Strasbourg, et de l'AS Saint-Étienne, il est titulaire en début de saison mais perd ensuite la confiance de Georges Peyroche et redevient remplaçant[1].

Le Racing club de Lens et l'or olympique[modifier | modifier le code]

En 1981, il est transféré au RC Lens qui rachète sa dernière année de contrat[5]. En fin de saison, Les « sang et or » terminent 13e du championnat. L'année suivante, Gérard Houllier devient entraîneur du club et les Lensois, menés par Philippe Vercruysse et l'attaque Xuereb-Ogaza-Brisson, terminent 4e du championnat se qualifiant ainsi pour la coupe de l'UEFA[6]. Le journaliste Jean-Philippe Rethaker dit alors de lui « A 20 ans, François Brisson, était déjà un grand espoir du football national, mais au PSG où il débuta tout jeune, on ne sut ni ne put le garder en raison de la concurrence avec Mustapha Dahleb. Ailier gauche redoutable, aux dribbles de débordement et aux centres meurtriers, François Brisson aura pu s'épanouir totalement au RC Lens, au point de devenir international au cours de la saison 1982-1983[7] ». Cette première sélection a lieu le 10 novembre 1982 face aux Pays-Bas. Le sélectionneur Michel Hidalgo le fait entrer à la 68e minute du match en remplacement de Jean-Marc Ferratge et, à la 81e minute, il effectue sur coup franc un passe décisive à Michel Platini. Les Français s'imposent deux à un dans ce match amical disputé au Feijenoord Stadion[8]. Le 23 avril, Henri Michel le sélectionne en équipe de France olympique pour disputer face à la Belgique, le second match des qualifications aux Jeux olympiques de 1984. Les Français l'emporte sur le score de deux à zéro[9].

En 1983-1984, Les Lensois débutent la saison par quatre victoires de suite mais réalisent ensuite une saison en dent de scie terminant 13e de division 1. François Brisson termine meilleur buteur du club en inscrivant 17 buts. En coupe UEFA, le RC Lens n'est opposé qu'à des clubs belges. Après avoir éliminé La Gantoise et Royal Antwerp FC, contre lesquels François Brisson marque un but, les Lensois sont éliminés au stade des huitièmes de finale par le futur finaliste de l'épreuve, le RSC Anderlecht. Avec les olympiques, il remporte le sous-groupe B des qualifications devant l'Espagne et la Belgique mais ne dispute pas la finale de qualification face à la RFA où les Français s'imposent deux à un au terme des deux matchs.

Sélectionné pour les Jeux olympiques avec ses coéquipiers Didier Sénac et Daniel Xuereb, François Brisson n'est pas retenu pour disputer le premier match face au Qatar. Titulaire face à la Norvège, il inscrit un doublé et les Français s'imposent deux à un. Il ne quitte plus l'équipe type et en finale, les Français sont opposés au Brésil, qui est le Sport Club Internacional de Porto Allegre renforcé[10]. Le match disputé au Rose Bowl Stadium de Pasadena devant 101 799 spectateurs voit les Français remporter l'or olympique après une victoire deux à zéro[11]. François Brisson ouvre le score pour les Français à la 55e minute[12]. C'est le second triomphe bleu de l'année après la victoire lors du championnat d'Europe.

En 1984-1985, les Lensois terminent 7e du championnat. François Brisson connait alors sa seconde sélection en équipe de France, le 13 octobre 1984, en match de qualification à la coupe du monde face au Luxembourg. Henri Michel le fait débuter aux côtés de Yannick Stopyra à la pointe de l’attaque tricolore. Il est remplacé à la 72e minute par Philippe Anziani dans un match que les « Bleus » remporte quatre à zéro[13]. Ce match est sa dernière apparition sous les couleurs tricolores.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

François Brisson quitte le club lensois et signe au RC Strasbourg pour la saison 1985-1986. Les Strasbourgeois terminent à la 19e place et sont relégués en division 2. Il ne reste pas dans le club alsacien et s'engage en 1986 à l'Olympique de Marseille. En concurrence avec Abdoulaye Diallo et Patrick Cubaynes pour soutenir en attaque Jean-Pierre Papin, il dispute 27 rencontres du championnat. Les Marseillais terminent vice-champion de France derrière les Girondins de Bordeaux[14], adversaire qu'il retrouve en finale de la coupe de France, François Brisson ne dispute cependant pas cette rencontre qui voit les Girondins s'imposer sur le score de deux à zéro[15]. La saison suivante, après quatre matchs disputés sous les couleurs olympiennes, il revient au Stade lavallois le 15 octobre 1988. Le club lavallois termine 14e du championnat mais se retrouve relégué en division 2 l'année d'après.

François Brisson signe en 1989 à l'Olympique lyonnais qui vient de retrouver la division 1 après six ans en D2. Il ne reste cependant qu'un an dans le club lyonnais et en 1991, il rejoint le Lille OSC où il met fin à sa carrière professionnelle en 1993.

Entraîneur[modifier | modifier le code]

François Brisson devient, en cours de saison 1994, entraîneur-joueur du Montauban FC et dès sa première saison au club remporte le champion de Midi-Pyrénées de division d'honneur[16]. L'année suivante, les Montalbanais sont proches de leur seconde accession consécutive. Ils s'inclinent, sur le score de deux à un, en barrage d'accession au National 2 face au Limoges FC[16]. En 1995-1996, le club termine premier de son groupe puis, en phase finale à Sapiac, emporte le titre de champion de France de National 3 en battant trois buts à un le Stade beaucairois de Michel Estevan. François Brisson déclare alors « Ce titre n’a rien d’anormal ou d’extraordinaire ; on a accumulé de l’expérience en 3 ans. Elle est moins flamboyante que la précédente mais elle est plus solide et plus forte mentalement[16] ».

Après une dernière saison avec les « bleu et jaune », le Racing Club de Lens le contacte en 1997. Il revient alors « dans [son] club[17] » pour devenir l'adjoint de Daniel Leclercq. Avec ce duo, le club remporte le championnat pour la première fois de son histoire en 1998 et la coupe de la Ligue en 1999[18]. Le 1er octobre 1999, Daniel Leclercq est démis de ses fonctions suite à une série de mauvais résultats et François Brisson devient entraîneur de l'équipe première. Les dirigeants lui donnent cinq matchs pour redresser la situation d'un club alors 18e et dernier. Après deux défaites initiales, les « sang et or » terminent finalement 5e du championnat[18]. Sous ses ordres, les Lensois atteignent également les demi-finale de la coupe UEFA après avoir éliminé notamment le FC Kaiserslautern, l'Atlético de Madrid et le Celta de Vigo. Ils s'inclinent à ce stade de la compétition face au Arsenal FC sur le score de trois à un sur les deux matchs[19]. En fin de saison, il quitte ses fonctions d'entraîneur avec « la volonté de prendre du recul après une saison éprouvante[20] ». Il rejoint alors la cellule sportive du club lensois et devient superviseur des équipes adverses de 2000 à 2002[21].

Il revient sur le banc d'entraîneur en 2002 au Nîmes Olympique, club venant d'être relégué en National et connaissant des difficultés financières[22]. Suite à une série de mauvais résultats, il est licencié en mars 2003. Il reste alors quatre ans au chômage malgré des contacts avec des clubs comme l'US Créteil en 2002[23] ou le RAEC de Mons en 2004[24].

François Brisson est engagé en 2006 par l'Olympique de Marseille pour prendre en charge la cellule de recrutement du club[18]. Sa mission au sein du club marseillais est actuellement de superviser les futurs adversaires[25].

Palmarès[modifier | modifier le code]

François Brisson dispute 547 matchs et marque 117 buts durant sa carrière professionnelle en club dont 103 en championnat de France. Il termine vice-champion de France en 1987 avec l'Olympique de Marseille.

En équipe de France, il compte 2 sélections mais ne dispute aucun compétition internationale. Avec l'équipe de France olympique, il est sélectionné à 9 occasions et a inscrit 3 buts. Il est médaillé d'or aux jeux olympiques 1984. Il remporte également avec l'équipe de France espoirs le Tournoi de Toulon en 1977.

Au poste d'entraîneur, il est, avec le Montauban FC, champion de Midi-Pyrénées de division d'honneur en 1994 puis champion de France de National 3 en 1996.

En tant qu'entraîneur-adjoint, il remporte avec le Racing Club de Lens, le championnat de France en 1998 et la coupe de la Ligue en 1999 puis en tant qu'entraîneur principal, il est demi-finaliste de la coupe UEFA en 2000.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous résume les statistiques en match officiel de François Brisson durant sa carrière de joueur professionnel[26],[27].

Saison Club Pays Championnat Coupes nationales Coupe d'Europe Sélection
Division Matchs Buts Matchs Buts Type Matchs Buts Matchs Buts
1975 - 1976 Paris SG Drapeau de la France France Division 1 1 0 1 0 - - - - -
1976 - 1977 Paris SG Drapeau de la France France Division 1 7 0 - - - - - - -
1977 - 1978 Paris SG Drapeau de la France France Division 1 33 4 3 1 - - - - -
1978 - 1979 Paris SG Drapeau de la France France Division 1 23 2 1 0 - - - - -
1979 - 1980 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 38 10 1 0 - - - - -
1980 - 1981 Paris SG Drapeau de la France France Division 1 17 0 1 0 - - - - -
1981 - 1982 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 31 2 1 1 - - - - -
1982 - 1983 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 38 10 3 1 - - - 1 0
1983 - 1984 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 38 17 7 2 C3 6 1 - -
1984 - 1985 RC Lens Drapeau de la France France Division 1 36 11 4 1 - - - 1 0
1985 - 1986 RC Strasbourg Drapeau de la France France Division 1 38 10 5 2 - - - - -
1986 - 1987 Olympique de Marseille Drapeau de la France France Division 1 27 1 3 1 - - - - -
1987
octobre→
Olympique de Marseille Drapeau de la France France Division 1 4 0 - - - - - - -
octobre→
1987 - 1988
Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 20 4 1 0 - - - - -
1988 - 1989 Stade lavallois Drapeau de la France France Division 1 38 8 1 0 - - - - -
1989 - 1990 Olympique lyonnais Drapeau de la France France Division 1 28 7 - - - - - - -
1990 - 1991 Lille OSC Drapeau de la France France Division 1 28 10 2 3 - - - - -
1991 - 1992 Lille OSC Drapeau de la France France Division 1 38 5 1 1 - - - - -
1992 - 1993 Lille OSC Drapeau de la France France Division 1 22 2 1 0 - - - - -
Total 505 103 36 13 - 6 1 2 0

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Pierre-Marie Descamps, « Brisson Autocritique », France Football, no 1948,‎ , p. 18 (ISSN 0015-9557)
  2. « Fiche de François Brisson », sur www.racingstub.com (consulté le 13 novembre 2011)
  3. « 5ème Festival Foot "Espoirs" », sur www.festival-foot-espoirs.com (consulté le 13 novembre 2011)
  4. « Championnat du Monde Juniors de la FIFA, Tunisie 1977 », FIFA (consulté le 13 novembre 2011)
  5. Brisson Autocritique, op. cit., p. 19
  6. « Histoire du RCL (5) : les années 80… », sur www.sitercl.com,‎ (consulté le 6 novembre 2011)
  7. Monique Pivot et Jean-Philippe Rethaker, Super Foot 83, Hachette (ISBN 9782851083272)
  8. « Pays-Bas 1-2 France », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 13 novembre 2011)
  9. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Sélections françaises », Football 84, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 107
  10. Jacques Ferran et Jean-Philippe Réthacker, « Au pays de l'or bleu », Football 84-85, Les guides de l'Équipe,‎ , p. 90
  11. « France-Brésil », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 6 novembre 2011)
  12. « Los Angeles, 1984 », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 6 novembre 2011)
  13. « Luxembourg 0-4 France », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 14 novembre 2011)
  14. « La Saison 1986-1987, finaliste et deuxième », sur www.om4ever.com (consulté le 14 novembre 2011)
  15. « Coupe de France Saison 1986 - 1987 », sur www.fff.fr, FFF (consulté le 14 novembre 2011)
  16. a, b et c « Histoire du club », sur www.montaubanfctg.fr (consulté le 13 novembre 2011)
  17. Patrick Boudreault, « TFC - Lens : Brisson est retourné à la mine », La Dépêche du Midi,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  18. a, b et c Stéphane Carpentier, « François Brisson : « Avec l'OM, c'est la corrida tous les week-ends » », La Voix du Nord,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  19. « La saison 1999-2000 », sur bayou.chez-alice.fr (consulté le 13 novembre 2011)
  20. « Brisson quitte Lens, Courbis approche », Le Parisien,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  21. Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2002-2003, Saint-Germain en Laye, DT Sport International,‎ , 736 p. (ISBN 2-9515650-2-X), p. 227
  22. Olivier de Los Bueis, « Nîmes gagne mais ne sourit pas », Football365.fr,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  23. « François Brisson en pôle position », Le Parisien,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  24. Grégory Dufert, « Un nouvel entraîneur à Mons lundi », La Libre Belgique,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  25. « Didier Deschamps rend hommage à François Brisson », sur www.madeinlens.com,‎ (consulté le 13 novembre 2011)
  26. « François Brisson », sur www.footballdatabase.eu (consulté le 28 juillet 2011)
  27. « François Brisson », FFF (consulté le 13 novembre 2011)