Protection de l'enfance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeu d'enfant - La Bourrique, œuvre de Bouguereau, XIXe siècle

En raison de leur fragilité particulière, les enfants peuvent être soumis, à travers le monde, à différents problèmes (problèmes de santé, maltraitance, travail, prostitution) susceptibles de menacer leurs droits. En réaction à ces situations difficiles, des mesures de protection ont été envisagées ou mises en place.

Problèmes rencontrés[modifier | modifier le code]

Parmi les difficultés rencontrées par les enfants, certaines sont liées à des contraintes économiques, d'autres ne présentent pas ce caractère.

Le problème du travail des enfants[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Travail des enfants.

Pour des raisons économiques de survie, dans des pays pauvres, des enfants sont poussés à travailler. Cette pratique s'aggrave depuis 1971 avec l'augmentation de la dette publique[réf. nécessaire].

Le travail de ces enfants s'effectue dans des conditions souvent difficiles, voire dangereuses et tend à empêcher leur scolarisation.

Il est difficile de bien connaître l'âge et le nombre d'enfants qui travaillent. Au moins 150 millions d'enfants de moins de quinze ans travailleraient en 2004, mais le chiffre serait plutôt sous-estimé car une partie du travail, domestique, échappe aux décomptes.

L'effet le plus pervers de ce travail pourrait être la non scolarisation des futurs citoyens, et surtout une vulnérabilité accrue face aux adultes.

Maltraitance et infanticide[modifier | modifier le code]

Certains enfants sont soumis à diverses maltraitances, y compris au sein de la famille. Ces actes peuvent être facilités par des difficultés sociales ou économiques rencontrées par des familles. Bien qu'ils soient difficiles à détecter, ils peuvent avoir des conséquences néfastes sur la future vie de l'enfant.

Les enfants peuvent également être détenus de droit commun. Dans les pays en guerre, ils peuvent être enrôlés dans des forces militaires, puis être faits prisonniers de guerre.

D'autres enfants sont obligés de se prostituer, exploités par des adultes dans des trafics illégaux (voir abus sexuel sur mineur) ou bien poussés par la pauvreté et la faim.

Les enfants peuvent aussi être tués, comme dans toutes les guerres où des enfants sont impliqués; soit impliqués dans les armées, soit simples victimes civiles. C'est aussi le cas des enfants condamnés à mort par un certain nombre de pays comme l'Iran ou la Chine[1].

En Chine[réf. nécessaire] ou en Inde, des parents vont jusqu'à tuer leurs enfants, lorsqu'ils ont des filles.

Les réponses[modifier | modifier le code]

Face à ces situations, différentes initiatives publiques ou privées ont vu le jour. Toutefois, les décisions prises ne peuvent pas toujours être appliquées facilement. Une protection efficace de l'enfance suppose l'accord et la coopération des pouvoirs publics, des organismes privés et des parents eux-mêmes.

Textes internationaux[modifier | modifier le code]

En 1919, l'Organisation internationale du travail a été créée. Elle s'inquiète entre autres du travail des enfants, notamment à travers les conventions nos 138 et 182. Elle savait répondre aux problèmes jusque dans les années 1970. Mais elle semble maintenant impuissante.[réf. nécessaire]

En 1959, l'assemblée générale des Nations unies a adopté la déclaration des droits de l'enfant. Il s'agit d'une charte similaire dans le principe à la déclaration universelle des droits de l'homme, mais adaptée aux enfants.

En 2000, un accord est intervenu entre les pays de l'ONU sur la participation des enfants aux conflits armés. Le but était d'interdire la participation des enfants aux guerres. Des concessions ont cependant été faites quant à la participation volontaire des plus de quinze ans. Cet accord a des effets positifs, mais l'âge d'un enfant reste délicat à estimer.

Le manque d'améliorations concrètes[modifier | modifier le code]

Malgré les dispositions législatives nationales ou internationales, et l'action de l'Unicef et des organisations non gouvernementales (ONG), les progrès semblent limités. Dans le monde, des enfants restent victimes de nombreux abus. Beaucoup devraient et pourraient être évités, même si les enfants restent dépendants du travail.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les États-Unis ont abandonné l'exécution des mineurs en 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Iqbal Masih, Enfant devenu symbole de la lutte pour le Droit Des Enfants.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Déclaration des Droits de l'enfant - Assemblée générales des Nations unies, 20 novembre 1959
  • Journal Le Monde, articles de 04/12/1981, 19/04/1983, 15/07/1983, 22-23 mai 1983
  • Journal Le Monde, article du 10 octobre 1998
  • Journal La Montagne, article du 7 novembre 1999
  • Extraits du journal de l'association François-Xavier Bagnoud
  • webpan.com/enfance/lestypes.htm - Les types de maltraitance
  • M.-F. Lücker-Babel, « Les droits non dérogeables de l'enfant à la lumière de la convention des Nations unies relatives aux droits de l'enfant », extrait de Organisations internationales et relations internationales - Bruylant, 1996.
  • M. Deyra, « Pertinence et impertinence du droit international des droits de l'enfant », dans Ann. Faculté de Droit de Clermont-Ferrand, 1991.
  • Principales dispositions de la convention internationale des droits de l'enfant.
  • Journal Le Monde, article du 27 janvier 2000.
  • Protocole facultatif (se rapportant à la convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication des enfants dans les conflits armés) - 25 mai 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]