Plan International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Plan International
Plan International Logo blue.jpg
Logo de Plan International.
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Organisation de solidarité internationale
Organisation non gouvernementale internationale
Siège
Organisation
Effectif
8 500 employésVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
John Langdon-Davies (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Stephen Omollo (d) (depuis ), Anne-Birgitte Albrectsen (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnes clés
Anne-Birgitte Albrectsen (en)
Suman Pokhrel
Anil Kapoor
Danny Boyle
Jacqueline Kennedy-Onassis
Beau Bridges
Dina Eastwood (en)
Scott Bakula
Nicholas Kristof (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Budget
1 000 000 000 € ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Récompense
Site web

Plan International est un réseau d’ONG (Organisation non gouvernementale) qui œuvre pour faire progresser les droits des enfants et l'égalité entre les filles et les garçons. Ce réseau, créé en 1937, est présent dans 78 pays et conduit près de 2 000 projets.

Plan international est l'une des plus anciennes et plus importantes organisations de parrainage d'enfants. Aujourd'hui, l'organisation intervient à travers un système de parrainage et de programmes en Afrique de l'Est, en Afrique de l'Ouest, en Asie et en Amérique latine.

Plan International accompagne plus de 50 millions d’enfants et de jeunes dans le monde.

Principes et objectifs[modifier | modifier le code]

Le but de Plan International est d’améliorer les conditions de vie des enfants et des jeunes les plus vulnérables ainsi que celle de leur famille.

L'ONG intervient dans le cadre des principes établis dans les traités internationaux. Elle inscrit son action dans le cadre de la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 et des Objectifs du Millénaire pour le Développement adoptés en 2000.

Plan International intervient dans 56 pays bénéficiaires en Afrique centrale, en Afrique de l'Est et de l'Ouest, en Amérique du Sud et en Asie. Son réseau s'appuie sur 21 pays collecteurs de dons en Amérique du Nord, Europe et Asie.

Plan international France[modifier | modifier le code]

Logo de l'ONG Plan international France

Fondée en 1993, Plan international France est une fondation reconnue d’utilité publique[1], membre du réseau Plan International. Elle compte plus de 30 salariés et une centaine de bénévoles. Elle œuvre pour faire progresser les droits des enfants et l’égalité entre les filles et les garçons grâce notamment au parrainage d’enfants[2]  

Depuis juillet 2021, Anne Bideau est directrice générale de l’organisation.

Actions[modifier | modifier le code]

Le parrainage d'enfants[modifier | modifier le code]

En France, l'organisation compte 31 500 parrains et marraines qui accompagnent des enfants et leurs familles dans 38 pays[3]

Pour l'égalité fille/garçon[modifier | modifier le code]

Régulièrement, l'ONG rappelle les inégalités subies par les filles dans le monde notamment dans le domaine de l'éducation.

"Les filles sont particulièrement exposées dès le moment où l'instabilité s'installe. Nous essayons ainsi, de leur donner un accès à une éducation de base et de les protéger", explique l'organisation[4].

En 2019, 132 millions de jeunes filles n'ont pas été scolarisées[5].

"Les droits des filles ont tout de suite était pris en compte chez Plan International" déclare Anne Bideau le 20 novembre 2021 à l'occasion de la Journée mondiale de l'Enfance. Les droits des enfants englobent bien sûr les deux sexes. Mais il y a progressivement eu une prise de conscience que les droits des filles nécessitaient une attention spécifique parce qu’il y avait des barrières liées aux inégalités de genre qui leur étaient propres, et qui venaient s’ajouter à celles auxquelles font face les enfants en général. »[6]

11 octobre : Journée internationale des filles[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, Plan international France célèbre cette Journée.

Pour la première édition, l'ONG fait installer une fresque de 10 mètres sur le parvis de l'Hôtel de ville à Paris[7].

Le 11 octobre 2016, elle organise un grand rassemblement près du métro Filles du Calvaire, sur la place du cirque d’hiver qui, pour l’occasion, sera renommée «Place calvaire des filles». Pour marquer l'évènement, la ministre des Familles, de l'enfance et des droits des femmes, Laurence Rossignol, avait symboliquement inauguré cette place éphémère[8].

En octobre 2019, à l'appel de l'organisation, de nombreuses personnalités mais aussi des anonymes se mobilisent sur les réseaux sociaux en postant des selfies avec un signe égal sur la joue[9].

En octobre 2020, pour célébrer la journée, l'ONG Plan International France, aux côtés de son ambassadrice, Kadidiatou Diani, a choisi d'évoquer "l'émancipation des jeunes filles par le sport"[10].

En octobre 2021, l'ONG publie un rapport intitulé «Pour une éducation inclusive des filles et des jeunes femmes au numérique» élaboré sur la base d'une étude réalisée sur 26 000 filles dans 32 pays.[11] Elle y rappelle l'importance d’être "connectées pour pouvoir s’émanciper"[12].

A cette occasion également, Anne Bideau, la directrice générale de l'ONG, alerte sur la situation alarmante des filles dans le monde en raison de l'épidémie de la COVID-19 et déclare constater « une augmentation des mariages forcés et des grossesses précoces, une augmentation du travail des enfants et une diminution de l’accès aux services de santé[13] ».

Combattre le travail forcé des enfants[modifier | modifier le code]

Selon l'organisation, "160 millions d’enfants travaillent dans le monde, soit une augmentation de 8,4 millions de travailleurs ayant moins de 18 ans depuis 2016"[14].

L'organisation alerte sur l'augmentation du phénomène notamment en Tanzanie où " plus de 70% des enfants sont employés dans la pêche, l’agriculture mais aussi les mines"[15],[16].

Personnalités qui soutiennent Plan International France[modifier | modifier le code]

L'organisation compte 4 ambassadeurs :

et, parmi ses 31500 parrains et marraines, on compte :

Financements[modifier | modifier le code]

Plan international France se finance au moyen de donateurs, de subventions publiques et de partenariats.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 2 septembre 2016 portant reconnaissance d'une fondation comme établissement d'utilité publique par transformation d'une association. », sur Légifrance, journal officiel septembre 2016
  2. « Plan International France », sur France générosités (consulté le )
  3. « Tarbes. Juliette, marraine d'une petite Emma en Bolivie », sur ladepeche.fr (consulté le )
  4. « JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FILLE. Yvan Savy : "des millions de filles vivent actuellement dans des situations d’urgence" », sur Franceinfo, (consulté le )
  5. Journaliste stagiaire, « Le Monde des ados | ACTU | 11 OCTOBRE : Journée internationale des filles », sur Le Monde des ados, (consulté le )
  6. « Plan International : agir pour les droits des filles », sur Société Générale Fondation (consulté le )
  7. « Journée internationale des filles : l’ONG Plan en campagne - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  8. Frantz Durupt, « Pourquoi la place du métro Filles du Calvaire devient-elle celle du Calvaire des Filles ? », sur Libération (consulté le )
  9. Désirée de Lamarzelle, « 8ème Journée Internationale Des Filles : Des Personnalités Se Mobilisent Sur Les Réseaux Sociaux ! », sur Forbes France, (consulté le )
  10. « Émancipation des jeunes filles par le sport : "un puissant levier d'éducation", selon l'ONG Plan international », sur ladepeche.fr (consulté le )
  11. United Nations, « Journée internationale de la fille | Nations Unies », sur United Nations (consulté le )
  12. Lucie Beaugé, « Journée internationale des filles : « Avec internet, elles peuvent commencer à défendre leurs droits » », sur Libération (consulté le )
  13. Madame Figaro, « Journée internationale des filles : "Elles cumulent toutes les formes d’exploitation", alerte la présidente de Plan International France », sur Madame Figaro, (consulté le )
  14. « Les filles, premières victimes du travail des enfants qui augmente », sur RFI, (consulté le )
  15. « En Tanzanie, le travail des enfants expose les filles à des abus sexuels, selon Plan international », sur Franceinfo, (consulté le )
  16. « En Tanzanie, "l'école est le rempart le plus efficace pour protéger les jeunes femmes de l'exploitation et des violences sexuelles", plaide Plan International », sur LaProvence.com, (consulté le )
  17. « Juan Arbelaez rejoint l'ONG Plan International France comme ambassadeur », sur Youtube (consulté le )
  18. « Kadidiatou Diani : nouvelle ambassadrice de l'ONG Plan International France », sur Youtube (consulté le )
  19. « Notre ambassadrice Ophélie Guillermand a un message pour vous ! », sur Youtube (consulté le )
  20. « Pauline Lefèvre, nouvelle ambassadrice de la fondation Plan International France », sur Youtube (consulté le )
  21. « Catherine Marchal « Agir contre les féminicides me parait urgent » », sur Women Today, (consulté le )
  22. Prisma Média, « PHOTO – Fauve Hautot marraine d’une petite fille dans le besoin : ce courrier qui l’a émue - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  23. « Pourquoi je suis devenue marraine ? Caroline de Maigret témoigne ! », sur Parrainage d'enfants et aide au développement - ONG Plan International France (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]