Aller au contenu

Piriac-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Piriac-sur-Mer
Piriac-sur-Mer
L'église Saint-Pierre, le port et le cutoir[Note 1].
Blason de Piriac-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique
Maire
Mandat
Emmanuelle Dacheux
2023-2026
Code postal 44420
Code commune 44125
Démographie
Gentilé Piriacais
Population
municipale
2 516 hab. (2021 en augmentation de 12,77 % par rapport à 2015)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 51″ nord, 2° 32′ 42″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 36 m
Superficie 12,37 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine La Turballe
(banlieue)
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Guérande
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Piriac-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Piriac-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
Piriac-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Piriac-sur-Mer
Liens
Site web http://www.piriac-sur-mer.fr/

Piriac-sur-Mer est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle fait partie du pays de Guérande, un des pays traditionnels de Bretagne.

Géographie

[modifier | modifier le code]
Situation de la commune de Piriac-sur-Mer dans le département de la Loire-Atlantique.

Piriac-sur-Mer est située sur la Côte d'Amour à l'extrême pointe de la presqu'île guérandaise, à 11 km au nord-ouest de Guérande et 25 km au nord-ouest de Saint-Nazaire.

La superficie de la commune est de 1 237 ha, soit un peu plus de 12 km2. Le Morbihan se situe à 18 km.

Géographie physique

[modifier | modifier le code]

Topographie

[modifier | modifier le code]

Le littoral a une longueur de plus de 9 km et comporte de nombreuses plages de sable fin et des plages de gravier ainsi que des falaises situées de part et d'autre de la pointe du Castelli.

Piriac-sur-Mer fait partie, au niveau régional, de la ceinture de leucogranites associée au cisaillement sud-armoricain.
Le « tombeau d'Almanzor » (situé entre Piriac-sur-Mer et Lérat) est un tor dont la forme a fécondé l'imaginaire populaire, d'où ses microtoponymes et leur association à des légendes locales qui attirent de nombreux touristes chaque année[Note 2].

Au niveau régional, le territoire de Piriac est situé dans le domaine sud armoricain (plus précisément le domaine de l'anticlinal de Cornouaille[3]) marqué par la phase orogénique bretonne de l'orogenèse varisque, au début du Carbonifère inférieur, ou Tournaisien, il y a environ 360 Ma. La collision continentale au cours de cette orogenèse hercynienne proprement dite se traduit dans le Massif armoricain par un métamorphisme général de basse-moyenne pression, formant les gneiss et micaschistes, par des phases de cisaillement et par une anatexie générant migmatites et granites. Elle se traduit enfin, par la mise en place au sud du Massif armoricain, de nombreux leucogranites (à deux micas muscovite et biotite) intrusifs à travers les schistes cristallins, concomitamment aux cisaillements et à ce métamorphisme, cicatrisant ces déchirures. Piriac fait partie de cette grande ceinture de leucogranites qui correspond à un immense batholite mis en place dans des roches métamorphiques, seuls quelques plutons atteignant le Paléozoïque épimétamorphique. Ce batholite est subdivisé en plusieurs bandes (« rubans ») qui montrent une nette divergence vers l'Est[4] : un axe majeur (Pointe du Raz - Nantes - Parthenay - Millevaches) à convexité nord-est (orienté N 110-130 °E ) associé au cisaillement sud-armoricain (décrochement dextre selon une orientation cadomienne dont le rejet horizontal atteindrait 500 km[5]), auquel fait partie le Sillon de Bretagne[6] ; au Sud de cet axe, une échine discontinue de moles syntectoniques (massifs granitiques de Trégunc, Pont-l'Abbé, Port-Louis-Ploemeur, Glénan-Quiberon-Houat-Hoedic- Noirmoutier, Piriac-Guérande-Saint-Père-en-Retz-La Roche-sur-Yon) allongés en direction sud-armoricaine dont le parallélisme avec le cisaillement sud-armoricaine incite à penser à l'influence indirecte d'une contrainte linéamentaire[7].

À la fin du Paléozoique, s'est développée une tectonique cassante fini et post-orogénèse varisque qui a initié la fragmentation et la dislocation du socle induré hercynien, composé de granites et de roches métamorphiques souvent plissées en anticlinaux et synclinaux. Cette tectonique induit l'individualisation de blocs basculés orientés NW-SE. L'un de ces blocs est souligné par un escarpement de faille rectiligne correspond au coteau de Guérande s'étendant sur 25 km depuis Piriac à l'Ouest (Pointe du Castelli) jusqu'à Saint-Nazaire à l'Est (Pointe de Chémoulin). La section de ce coteau, Piriac-sur-Mer / La Turballe, est caractérisée par une côte rocheuse tant sur les platiers que le long des falaises basses entrecoupées d'anses à plages sableuses[8].

L'ensemble des séries métamorphiques qui constituent le synforme de Piriac appartient à l'Unité de St Gilles-la Vilaine caractérisée par une série de micaschistes et de gneiss micacés porphyroclastiques datés de 477 +/-7 Ma (Ordovicien inférieur)[8]. Le leucogranite de Guérande apparaît symétriquement de chaque côté de ce pli. C'est un granite leucocrate, à grain grossier ou moyen, à paragenèse à muscovite dominante, biotite, et en partie égale quartz globuleux, feldspath microcline perthitique souvent subautomorphe et albite (An < 10) en cristaux bien maclés[9]. La pointe du Castelli est classée géosite d'intérêt majeur pour ses affleurements et une curiosité géologique, le « tombeau d'Almanzor »[10].

La commune abrite une mine d'étain[Note 3] découverte en 1813[12] et une ancienne mine d'uranium sur le site de Pen ar Ran[13]. Entre 1975 et 1989, 602 tonnes d'uranium ont été extraites de ce site, dont une partie à ciel ouvert.

Géographie humaine

[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine

[modifier | modifier le code]
  • L'agglomération principale, avec notamment la Vieille ville et ses maisons de granit[Note 4] éclairées de massifs d'hortensias et de roses trémières
  • Les bourgs secondaires : Le Port-aux-Loups, Lérat[Note 5], Saint-Sébastien, etc.
  • Hameaux et écarts

Piriac a un port à seuil en eau profonde, réservé aux bateaux de plaisance et aux quelques bateaux de pêche qui subsistent dans le port. Ce port est géré par la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire.

Panorama du port

Le phare

Le phare est codifié sur la carte marine 7033 du SHOM Oc (2) WRG 6s 10/7M.

ce qui signifie :

  • c'est un feu à secteurs (secteur W blanc, R rouge G vert) ;
  • c'est un feu à occultations (Oc) ;
  • c'est un feu à 2 occultations (2) ;
  • la fréquence est de 6 secondes (6s) ;
  • la portée est de 10 nautiques pour le secteur blanc et 7 nautiques pour les secteurs rouge et vert.

Il faut arriver par le secteur blanc.

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[16]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[17].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 796 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 6,1 jours en juillet[16]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Billiers à 18 km à vol d'oiseau[18], est de 12,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 839,9 mm[19],[20]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[21].

Au , Piriac-sur-Mer est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[22]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Turballe[Note 6], une agglomération intra-départementale regroupant deux communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 7],[23],[24]. La commune est en outre hors attraction des villes[25],[26].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[27]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[28].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 31,8 % 384
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 2,9 % 35
Équipements sportifs et de loisirs 6,0 % 72
Terres arables hors périmètres d'irrigation 19,7 % 238
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 4,1 % 50
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 18,5 % 223
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 5,3 % 64
Forêts de feuillus 2,2 % 27
Forêts mélangées 8,4 % 101
Landes et broussailles 0,25 % 3
Zones intertidales 0,75 % 9
Source : Corine Land Cover[29]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Penceriac en 861, Plebs Keriac en 862, Penkeriac en 1084, Penheuryaco et Penkerac en 1112, Penchevriac en 1271, Pereac en 1287, Pehereac en 1330, Pihirriac en 1426, Pezerac au XVe siècle, Pihiriac en 1566, Pihiryat et Pirihac en Guerande au XVIe siècle, Piriac en 1630[30], Penc'herieg en breton[30].

Le toponyme serait issu du breton penn « tête », et de l'anthroponyme gallo-romain Cariacus[31].

Sous domination bretonne depuis le VIe siècle, officiellement intégré à la Bretagne en 851 avec l'ensemble de l'évêché de Nantes, Piriac appartient au pays guérandais, en breton Bro Wenrann.[réf. nécessaire]

En gallo, la langue d'oïl de Haute-Bretagne, Piriac se prononce [pirjɑ̈] et s'écrit Piria selon l'écriture MOGA[32].

Site déjà occupé pendant la Préhistoire, des mégalithes y sont encore visibles.

Piriac-sur-Mer connaît aussi une occupation gauloise et gallo-romaine. En effet, les fondements d'une ferme datée de La Tène moyenne ont été mis au jour. S'y concentraient des activités d'agriculture et d’élevage mais aussi salicoles. Le site est occupé jusqu'au premier siècle de notre ère sans réels changements. Vers 130 ap. J.-C., l'habitat se transforme radicalement, laissant place à une petite villa gallo-romaine occupant une surface d'un hectare. Le site entame un déclin progressif à partir du IVe siècle et sera définitivement abandonné au cours du Ve siècle ou du VIe siècle[33].

Waroch se serait installé à Aula Quiriaca, lieu-dit cité sous cette forme latinisée dans le Cartulaire de Redon ainsi que sous la forme bretonne Lesguiriac, et localisé entre le bourg actuel et l'encart de Lérat. Ce toponyme qui signifie « la cour, demeure de Kiriac » renforce l'hypothèse de l'équivalence Kiriac / Waroch[pas clair].

La ville est une productrice de vin dès le IXe siècle grâce à une variété de raisin appelé « Aulny ». Le vignoble piriacais acquiert une certaine renommée, si bien que le bourg exploite une plus grande surface de vigne que Mesquer et même de Guérande, et exporte du vin vers Nantes et en Angleterre[34]. L'activité viticole cesse avec l'épidémie de phylloxéra (années 1860). On trouve dans la campagne alentour les vestiges de cette agriculture avec les vignes poussant au milieu des ronces, et dans le bourg, un pressoir[Note 8].

C'est au XVIIe siècle que Piriac connaît son plein essor économique, la pêche étant pratiquée vers Terre-Neuve. Au XVIIIe siècle Piriac se spécialise dans la pêche aux harengs et à la sardine qui décline au XIXe siècle, les piriacais non agriculteurs se tournant à cette époque vers l'administration, l'armée, la Royale ou les Douanes[35]. Le premier môle du port est construit en 1758. Les dernières conserveries ferment durant les années 1970.

Piriac a longtemps été un lieu stratégique, car elle est située près de l'embouchure de la Vilaine et possède en outre une île - l'île Dumet - qu'un fort occupe toujours aujourd'hui. Les Anglais tiendront d'ailleurs l'île pendant de longues décennies au XVIIIe siècle avant d'en être chassés par les Français. Piriac possède plusieurs forts de garde le long de la côte. Village typique, classé petite cité de caractère, Piriac accueillera notamment Émile Zola qui habita près de l'église, Alphonse Daudet qui résida sur le port et d'autres curieux en quête d'exotisme culturel.

En 1974, le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) lance l'exploitation d'une mine d'uranium sur le gisement de Pen-Ar-Ran à Piriac-sur-Mer. La mine est exploitée à ciel ouvert pendant deux ans, puis la Compagnie générale des matières nucléaires (COGEMA) réalise des travaux miniers souterrains jusqu'en 1990[36]. En , un collectif local intitulé Cap Radioactivité dénonce les écarts existant entre les mesures de radioactivité d’Areva et celles de la Criirad[réf. nécessaire][37].

Aujourd'hui, Piriac-sur-Mer vit essentiellement du tourisme et de la plaisance. Une partie de l'ancien village est protégée[réf. nécessaire].

On estime que la langue bretonne s'est maintenue à Piriac jusque dans la première moitié du XIXe siècle. On se base sur un témoignage recueilli vers 1900 par Paulin Benoist auprès d'un certain Ernest Rio dont le père, né à Piriac, avait connu vers 1830 des vieux Piriacais parlant encore le breton. Il n'existe malheureusement aucune note ni étude précise sur le dialecte breton parlé autrefois à Piriac : celui-ci était probablement très proche du breton de Batz-sur-Mer, lui-même proche du breton vannetais.

On dispose seulement de trois mots bretons collectés sur place par Édouard Richer en 1823 : morgouilh, méduse, garelé, plie (sorte de poisson), et kourikan, korrigan, lutin. Rien ne prouve qu'il ait rencontré des bretonnants : ces trois mots sont encore employés dans le gallo local, qui comprend de nombreux autres bretonnismes dont pourhic, « coquillage grain de café » (de pourc'hig, petit cochon).

De même, la toponymie piriacaise est presque exclusivement bretonne :

  • Pointe du Castelli (Castellic 1572 ; de kastellig : petit château) ;
  • Kervin (Kaeruuen IXe siècle ; de Ker Gwenn : le village blanc) ;
  • Le Closillot noté aussi Le Closio (Sclusigo 1572 ; de skluzigoù : les petites écluses) ;
  • Port-Kennet (Port Guennec XVe siècle : contient le nom d'homme Le Guennec) ;
  • Kerdrien (K/drean 1572 ; soit Ker Drean) ;
  • Pierres du Meniscoul (de menez skoul : la montagne du milan) ;
  • L'Erven (an ervenn : le sillon) ; etc.

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason Blasonnement :
De sable à la bande d'or.
Commentaires : Simplification d'un ancien blason qui était de sable à la bande d'or, broché sur une ancre de marine d'or, avec la devise Retineat Et Salvet[38]. Blason paroissial (Grand Armorial de France – 1697). Brevet d'Hozier ; blason enregistré le .

La devise de Piriac-sur-Mer : Retineat Et Salvet.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs[39]
Période Identité Étiquette Qualité
Berthe Le Vacon    
Ernest Lebeau[40]   Capitaine au long cours, capitaine de cap-hornier
Officier du Mérite maritime (1952), chevalier de la Légion d'honneur
Marcel Gringoire    
Paul Vince   Démissionnaire
Louis Clément   Ancien contremaître à Nord-Aviation
Démissionnaire pour raisons de santé
Pierre Brien   Démissionnaire pour raisons de santé
Louis Cubaynes (1921-1986) RPR Hôtelier-restaurateur
Décédé en fonction
Jean-Louis Delhumeau[41],[Note 9] UDF
puis DVD
Chef d’entreprise
Paul Chainais (1951- ) DVG Directeur territorial retraité
Jean-Claude Ribault[42] (1949- ) DVD Agent immobilier retraité, ancien premier adjoint
[43] En cours Emmanuelle Dacheux SE Adjointe administrative en disponibilité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société

[modifier | modifier le code]

Démographie

[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Piriac-sur-Mer fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Saint-Nazaire et de l'unité urbaine et du bassin de vie de La Turballe[24]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 98 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 2 % dans des zones « très peu denses »[44].

Évolution démographique

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[46].

En 2021, la commune comptait 2 516 habitants[Note 10], en augmentation de 12,77 % par rapport à 2015 (Loire-Atlantique : +6,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0547639811 0561 0931 1611 2041 2661 350
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2951 2001 3031 3101 3201 3751 4701 2771 277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3011 4061 4381 2831 1661 1391 0831 1091 152
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1271 1341 1101 2631 4421 9002 2542 1732 261
2021 - - - - - - - -
2 516--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 18,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 53,6 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 045 hommes pour 1 194 femmes, soit un taux de 53,33 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[49]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,6 
90 ou +
4,5 
12,1 
75-89 ans
18,7 
35,9 
60-74 ans
33,8 
18,3 
45-59 ans
17,7 
10,3 
30-44 ans
9,4 
11,4 
15-29 ans
7,1 
10,5 
0-14 ans
8,8 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2021 en pourcentage[50]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,8 
75-89 ans
8,6 
15,1 
60-74 ans
16,4 
19,4 
45-59 ans
18,8 
20,1 
30-44 ans
19,3 
19,2 
15-29 ans
17,4 
19,5 
0-14 ans
17,6 

Culture et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Éléments principaux

[modifier | modifier le code]

Le centre ville est de style breton avec de vieilles maisons du XVIIe siècle, à pignon et toiture et forte pente. Elles forment un ensemble compact, à dominante de granit gris. L'ancien hôtel du port a été bâti en 1626, et agrémenté plus tard d'une tourelle en tuffeau[51].

Au milieu de ce centre historique se trouve une église massive, construite en 1766, à l'emplacement de la précédente qui menaçait de ruine. Sa nef unique est en forme de croix. Le clocher, une tour carrée, est couvert d'un dôme à pans. À l'intérieur, plusieurs éléments sont classés : le bénitier en granit du XVIe siècle, le Christ en bois peint du XVIIe siècle, le retable du XVIIIe siècle[52].

Les ruelles fleuries et les murs de granit aux pierres polies par le temps sont le théâtre des animations estivales organisées par la commune : concerts, marché des artisans et soirées à thème.

Les jardins de la mairie abritent un mégalithe appelé « pierre du Méniscoul » (parfois « pierre de Méniscoul »), dont les gravures sont érodées. Il s'agirait du plus vieux mégalithe de la Loire-Atlantique, ses gravures semblant dater de l'âge du bronze[53]. Cette pierre a été inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du , alors qu'elle se trouvait sur le site des cartes du Diable, route de Saint-Sébastien. Lors de ce classement, la possibilité d'une datation plus récente des gravures est évoquée, l'érosion due à la salinité pouvant avoir été à l'origine de l'absence de traces d'utilisation d'un percuteur en métal, élément déterminant pour la datation à l'âge du bronze[54].

Le monument commémoratif aux huit victimes de l'accident d'un bombardier américain B-17, lors de la Seconde Guerre mondiale, le , au large de la côte de Piriac (vers le domaine de Villeneuve), a été érigé en 2003 par la commune, et inauguré par un des deux survivants, Peter Fryer[55].

La commune possède d'autres éléments notables : la chapelle Saint-Sébastien de Piriac-sur-Mer, la croix de Pen-ar-Ran, le sémaphore de Piriac et le sentier des douaniers[Note 11].

  • Sentier botanique[Note 12]
  • Ancien hôtel du port, bâti en 1626, agrémenté plus tard d'une tourelle en tuffeau[Note 13]
  • Manoir Castel Marie[Note 14]
  • Maison Walewski[Note 15]
  • Maison du patrimoine, créée par une association de bénévoles fondée en 1989[60]
  • Manoir Castel-Fleuri[Note 16]
  • Demeure du Castel Rado (1626)[Note 17]

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]
  • Waroch, roi du Broërec au VIe siècle, avait une résidence située près de Lérat (actuellement à la limite avec la commune de La Turballe), il venait régulièrement à Piriac-Sur-Mer ;
  • Au XIXe siècle, des personnalités sont venues en villégiature et ont ainsi marqué l'histoire de la commune par leur présence ;
    • Émile Zola : une plaque commémorative de son séjour se trouve sur une maison près de l'église ; il a écrit une nouvelle, les Coquillages de Monsieur Chabre lors d'un séjour estival à Piriac ;
    • Alphonse Daudet : il a séjourné en 1874 et 1875 à Piriac-Sur-Mer. Le village est décrit dans "La moisson au bord de la mer" inclus dans les Contes du lundi daté de 1875, comme "ce petit village perdu au milieu des rochers, intéressant par son double côté marin et pastoral" ;
    • Alphonse de Chateaubriant (1877-1951), Prix Goncourt 1911, proche de Romain Rolland, chantre de La Brière, titre de l'ouvrage pour lequel il a reçu le Grand Prix de l'Académie française en 1923.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 1, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X)
  • Michel Garnier, Se souvenir de la pointe du pays de Guérande. Piriac-sur-Mer, La Geste, , 155 p. (ISBN 978-2-36746-179-3)

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Petit muret sur le port, édifié en 1909.
  2. Le rocher a reçu différentes appellations : « la Pierre », « (le rocher de) la pipe » du XIVe ou XVIIIe siècle (la pipe désignant un tonneau utilisé pour le transport du vin, de l’eau et du pain conservés lors des voyages maritimes et encore pour entreposer du sel), puis au XIXe siècle Almanzor (issu d'un mot espagnol qui signifie « le victorieux », lui-même issu de l’arabe al-Mansur), nom popularisé par la poésie Promenade au Croisic, suivie d'Iseul et Almanzor, ou la Grotte à Madame de l'écrivain croisicais Auguste Lorieux publiée en 1828, à l’époque où le tourisme balnéaire se développe sur la côte[1]. La légende « la plus connue, et la plus farfelue, se raconte à l’époque des croisades : Almanzor, seigneur de Lauvergnac, serait parti en Orient avec Saint-Louis lors de la 8e croisade (en 1270). Attendant son bien-aimé, Dame Yseult venait guetter l’horizon chaque jour sur la côte et s’abritait régulièrement dans une grotte, devenue la grotte à Madame. Un jour de tempête, son mari revint mais le navire sombra au bord de la côte. Le corps d’Almanzor aurait été déposé par les vagues devant le rocher, qui s’ouvrit et devint son tombeau[2] ».
  3. « Située au S.-W. du port de pêche de Piriac-sur-Mer, la plage de la Mine recoupe le contact entre les micaschistes et porphyroïdes du Castelli au Nord, et le granite de Guérande au Sud. Le contact est occupé par un filon de quartz minéralisé irrégulièrement en cassitérite (anciennes exploitations minières par puits et galeries)[11] ».
  4. On peut voir de petites maisons de pêcheurs aux façades crépies à la chaux pour les protéger des vents chargés d’embruns, et aux volets peints à l'époque avec le reste des pots pour les bateaux. On peut également remarquer les belles demeures d'armateurs du XVIIe et XVIIIe siècles, à l'époque où Piriac participe à l'aventure des terre-neuvas puis se spécialise dans la pêche aux harengs et à la sardine[14].
  5. L'anse de Lérat abritait le premier port de Piriac (où relâchait une flottille de sardiniers au XVIIIe siècle) moins exposé que le port actuel. Le bourg de Lérat possédait un chantier naval et deux conserveries[15].
  6. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  7. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de La Turballe comprend une ville-centre et une commune de banlieue.
  8. Ce pressoir est situé à l'angle de la rue des mouettes et de Saint-Michel
  9. Réélu en 1989, 1995, 2001 et 2008.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  11. Au niveau de la plage Saint-Michel, le Corps de Garde qui date du XVIIIe siècle est un poste où se tenaient les milices garde-côtes. Il complète les postes de guet et cabanes de fortune bâtis tout le long du sentier.
  12. Initié par CPIE Loire-Océane, le sentier est créé en mai 2022, au départ de Kervin, longeant le ruisseau de Lérat[56].
  13. Un autre établissement situé 1, quai Verdun est l'hôtel des Bains, devenu l'hôtel de la pointe puis la brasserie La Vigie. Alphonse Daudet y séjourne en 1874 et 1875, en compagnie de son épouse, la poète Julia Allard (bretonne originaire de Pontivy)[57].
  14. Sur les conseils de Daudet, Zola séjourne à Piriac pendant ses vacances d'été en 1876, dans cette maison 10, place de l'église. Alors qu'il est en plein dans l'écriture de L’Assommoir, Zola profite de ce repos pour écrire une nouvelle polissonne, Les Coquillages de Monsieur Chabre. Inspirée par le bourg et les paysages, cette nouvelle raconte la venue à Piriac d'un couple stérile auquel le docteur conseille une villégiature balnéaire pour se soigner avec des fruits de mer. Alors M. Chabre, que l’eau effraie, reste en haut dans la falaise, sa jeune femme descend dans la « grotte à Madame » avec un garçon du village, où ils restent bloqués par la marée montante, profitant de cette mésaventure pour avoir une relation sexuelle. Elle tombe enceinte, dans l'ignorance du mari qui croit que son traitement à base d'arapèdes a été efficace[58].
  15. Demeure de Felix Colonna Walewski, colonel polonais émigré en France après l'insurrection en Pologne en 1830 et à laquelle il prend part. Il suscite d'autant plus la suspicion qu'il est considéré le fils bâtard de Napoléon Ier et de Marie Walewska. En réalité, il est le neveu par alliance de la comtesse Walewska[59].
  16. Maison qui appartenait à un couvent de religieuse au XVIIe siècle. À ne pas confondre avec le Castel Fleury, pension de famille (en face du « tombeau d'Almanzor ») où la famille Belmondo venait passer ses étés[61].
  17. Demeure de la famille Rado du Matz de Saint-Guédas, elle possède un escalier en pierre recouvert d'un dôme. La façade qui donne sur la place de la Chope (du nom des échoppes, petites boutiques en planche ordinairement en appentis autour de cette place qui a conservé son puits public) est couronnée d'une lucarne asymétrique au fronton orné d'un saumon et d'une équerre, emblème d'une loge maçonnique. Sur une autre lucarne, un dauphin sculpté rappelle la pratique de la chasse de ce cétacé[62].

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Michel Barbot, « La Pierre d’Almanzor ou le Jeu du Vainqueur ? », Histoire & Patrimoine, no 88,‎ , p. 80-85.
  2. Augustin François-Poncet, « L’été en Loire-Atlantique. Le tombeau d’Almanzor et sa légende farfelue », sur ouest-france.fr, .
  3. Figure 9 : Les divers domaines constitutifs de la zone sud armoricaine, tiré de Carine Cartier, « Structure de l’unité de Saint-Georges-sur-Loire et du domaine ligérien (Massif Armoricain). Implications géodynamiques pour la chaîne hercynienne », Géologie appliquée, Université d’Orléans, 2002, p. 24
  4. Sciences de la terre, Foundation scientifique de la géologie et de ses applications, , p. 18.
  5. C. Lorenz, Géologie des pays européens : France, Belgique, Luxembourg, Dunod, , p. 135.
  6. Ramon Capdevila, « Les granites varisques du Massif Armoricain », Bulletin de la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne, 2010, Série D (7), p.36
  7. Distribution des cinq associations plutoniques constituant les granitoïdes varisques du Massif Armoricain
  8. a et b Dominique Sellier, « Relief et patrimoine géomorphologique du Pays de Guérande », Les Cahiers du Pays de Guérande, no 46,‎ , p. 39-61.
  9. Hubert Lardeux, Guide géologique de la Bretagne, Librairie Droz, , p. 178.
  10. Fiche d'un site géologique d’intérêt majeur. La Pointe du Castelli : métarhyolites, quartzites à graphite, granite de Guérande
  11. Suzanne Durand et Hubert Lardeux, Bretagne, Masson, , p. 177.
  12. Louis Chauris, « État des connaissances sur le gisement d'étain de Piriac (Loire-Atlantique) », Bull. SSNOF, t. 23, no 2,‎ , p. 67-92.
  13. Zone minière de Guérande, rapport de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire
  14. Jacques Bachelier, Emile Letertre, Piriac et son histoire, Editions Jean-Marie Pierre, , p. 23.
  15. Emile Letertre, Piriac au XIXe siècle, É. Letertre, , p. 43.
  16. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  17. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  18. « Orthodromie entre Piriac-sur-Mer et Billiers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  19. « Station Météo-France « Billiers », sur la commune de Billiers - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  20. « Station Météo-France « Billiers », sur la commune de Billiers - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  21. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  22. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  23. « Unité urbaine 2020 de La Turballe », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  24. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Piriac-sur-Mer ».
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  27. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  28. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Données statistiques sur les communes de métropole commune : répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  30. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  31. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , p. 223.
  32. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté le ).
  33. Marie-Laure Hervé-Monteil (dir), « Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique), il y a 2500 ans…Conclusion et mise en perspective », Les Cahiersdu Pays de Guérande, no 51,‎
  34. Paul Mercier, Yves Horeau, ans la boucle du Mès, Mesquer, Quimiac, Saint-Molf, P. Mercier, , p. 90.
  35. Emile Letertre, Piriac au XIXe siècle, É. Letertre, , p. 43
  36. « Bilan environnemental des sites miniers de Loire-Atlantique », sur Areva, (consulté le ).
  37. « lechodelapresquile.fr/2015/02/… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  38. Source : Panneaux de rue de la ville.
  39. Les maires de Piriac-sur-Mer depuis 1790
  40. « La vie d'un capitaine retracée dans un roman : L'écrivain Bernard Cognaud, dans son dernier ouvrage, conte l'histoire d'Ernest Lebeau, un petit Piriacais qui parvint à devenir capitaine au long cours et navigua partout dans le monde. », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  41. Coralie Durand, « Retour sur les cinq mandats de Jean-Louis Delhumeau », L'Écho de la Presqu'île,‎ (lire en ligne).
  42. « Piriac-sur-Mer. Jean-Claude Ribault élu nouveau maire de Piriac », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  43. « Piriac-sur-Mer. Emmanuelle Dacheux est devenue maire de la commune », Presse-Océan,‎ (lire en ligne).
  44. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  49. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Piriac-sur-Mer (44125) », (consulté le ).
  50. Insee, « Évolution et structure de la population en 2021 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  51. Flohic 1999, p. 439.
  52. Flohic 1999, p. 440.
  53. La Presqu'île de Guérande et la Brière, de Laurence Vilaine, Éditions Ouest-France, 1997, p. 23.
  54. « Affleurements granitiques connus sous le nom de « Cartes du Diable » », notice no PA44000035, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le ).
  55. « B-17 41-24478 », sur Aérostèles, lieux de mémoires aéronautiques (consulté le ).
  56. « À la découverte de la flore locale », Le Piriacais. Le journal municipal trimestriel, no 5,‎ , p. 7.
  57. Jean-Yves Paumier, Jean-Paul Minster, Guide littéraire de Loire-Atlantique, Siloë, , p. 79.
  58. Jean-Yves Paumier, Jean-Paul Minster, Guide littéraire de Loire-Atlantique, Siloë, , p. 81-84.
  59. Pierre de La Condamine, Prestiges du pays de Guérande, Éditions France-Empire, , p. 244-246.
  60. Gilles Renaudeau, « La Maison du Patrimoine de Piriac au service de la conservation de la mémoire des grands et petits évènements de la vie piriacaise », Les cahiers du pays de Guérande, no 51,‎ , p. 6.
  61. Philippe Durant, Belmondo, Laffont, , p. 26.
  62. Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, Flohic éditions, , p. 26.