Platier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plate-forme d'abrasion à marée basse, Goélo.
Platier récifal à Makemo, archipel des Tuamotu.
Platier de Saint-Valéry-en-Caux recouvert de placages sableux mobiles.

Dans le domaine littoral, un platier rocheux, plate-forme littorale ou plate-forme d'abrasion (ou d'érosion) marine est une surface plane, plus ou moins légèrement inclinée vers la mer, taillée par les vagues et la météorisation subaérienne dans une roche présentant un minimum de résistance et se terminant en haut de l'estran sur un escarpement de falaise littorale plus ou moins bien prononcée.

Les plates-formes d'abrasion sont donc des structures de côte rocheuse en érosion.

Le niveau zéro de la mer y est généralement matérialisé par une encoche littorale ou une rupture de pente nommée pied de falaise. Les encoches se forment aussi bien du côté du large mais aussi de l'autre côté des roches isolées sur l'estran, où elles sont dues à la redescente des galets roulant sur l'estran quand la vague retombe.

Seule une permanence relativement longue (de quelques milliers d'années) permet la formation d'une plate-forme dont la surface n'est généralement jamais entièrement aplanie, des petits reliefs subsistant : crêtes, sillons, chicots rocheux, cavités, marmites et vasques dont la taille peut dépasser un mètre. Les platiers étagés forment de petits gradins taillés par l’érosion de roches de résistance différente. Le géomorphologue distingue essentiellement les plates-formes d'abrasion étagées, formées de petits gradins (micro-falaises qui peuvent atteindre le mètre de hauteur) taillés par l’érosion différentielle, et les plates-formes rainurées (érosion linéaire selon la ligne de plus grande pente), à pente plus élevée, associées aux hautes falaises[1].

La formation et le développement des plates-formes dépendent étroitement de trois paramètres :

  1. l'efficacité de l'érosion marine ;
  2. l'efficacité de la météorisation subaérienne ;
  3. la composition chimique des matériaux.

Le débat est encore ouvert quant à la prépondérance d'un facteur par rapport à l'autre[2].

Une plate-forme ou un platier rocheux fossile est nommée terrasse marine.

Le platier récifal est la partie sommitale, en arrière de la zone de déferlement des vagues, d'un récif corallien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia universalis, Encyclopædia universalis France,‎ 1989, p. 49
  2. R. Williams, European Shore Platform Dynamics, in David A. Robinson; Yannick Lageat (eds), Zeitschrift für Geomorphologie, suppL vol. n°144, 2006, v-vi