Herbignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Herbignac
Herbignac
L'entrée du château de Ranrouët.
Blason de Herbignac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique
Maire
Mandat
Christelle Chassé
2020-2026
Code postal 44410
Code commune 44072
Démographie
Gentilé Herbignacais
Population
municipale
7 088 hab. (2020 en augmentation de 9,98 % par rapport à 2014)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 59″ nord, 2° 18′ 58″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 55 m
Superficie 71,43 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Herbignac
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Guérande
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herbignac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herbignac
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Herbignac
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Herbignac
Liens
Site web herbignac.com

Herbignac est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle fait partie du pays de Guérande, un des pays traditionnels de Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation

Herbignac (7 194 ha) est situé au nord-ouest du département, à proximité des marais de la Brière, à 16 km au nord de Guérande et 9 km au sud de La Roche-Bernard. La commune est limitrophe du département voisin du Morbihan, en région Bretagne.

Herbignac et ses communes limitrophes.

Deux lieux-dits, Marlais et Arbourg, sont limitrophes de Saint-Lyphard ; Pompas, autre hameau d’Herbignac, se situe sur l'axe routier Guérande-Herbignac.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de climat type océanique, pluvieux et doux, selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 805 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1986 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[7]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records HERBIGNAC (44) - alt : 22 m 47° 25′ 30″ N, 2° 20′ 06″ O
Statistiques établies sur la période 1986-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1986 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,3 3 4,6 5,9 9,3 11,6 13,4 13,3 11,2 9,2 5,5 3,4 7,8
Température moyenne (°C) 6,4 6,7 8,9 10,6 14,3 16,9 18,7 19 16,6 13,4 9,2 6,6 12,3
Température maximale moyenne (°C) 9,4 10,4 13,2 15,4 19,3 22,3 24,1 24,7 22 17,6 13 9,8 16,8
Record de froid (°C)
date du record
−11,1
02.01.1997
−13,3
10.02.1991
−9,6
01.03.05
−3,6
12.04.1986
−1,3
14.05.1995
2
09.06.1989
6,2
31.07.1988
4,3
30.08.1986
2,5
26.09.10
−2,5
30.10.1997
−6
29.11.10
−8
29.12.1996
−13,3
1991
Record de chaleur (°C)
date du record
17
24.01.16
22,8
27.02.19
25,3
30.03.21
28,7
20.04.18
32,2
26.05.17
37,2
30.06.15
38,6
23.07.19
39,4
09.08.03
33,5
03.09.05
29
02.10.11
21,4
01.11.15
17,3
19.12.15
39,4
2003
Précipitations (mm) 96,1 75,4 62,4 66,5 62,1 43,5 47,1 39,4 70 101,4 98,7 94,8 857,4
Source : « Fiche 44072002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Herbignac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Herbignac, une unité urbaine monocommunale[11] de 6 822 habitants en 2017, constituant une ville isolée[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 3,2 % 229
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 1,0 % 71
Extraction de matériaux 1,9 % 135
Terres arables hors périmètres d'irrigation 43,4 % 3093
Vergers et petits fruits 0,4 % 31
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 9,1 % 651
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 22,6 % 1609
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 0,6 % 44
Forêts de feuillus 5,9 % 421
Forêts de conifères 5,0 % 361
Forêts mélangées 1,0 % 71
Marais intérieurs 5,7 % 405
Plans d'eau 0,1 % 9
Source : Corine Land Cover[16]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Irbiniac en 1217, Herbignac en 1287, Yvrignac en 1426[17], Erbignac en 1441[18],[19].

Il s'agit d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romaine en -(i)acum[19], suffixe d'origine gauloise -acon (celtique commun *-āko, britonnique *-ōgon), localisant à l'origine, puis marquant la propriété.

Le premier élément Herbi(g)n- correspond sans doute un anthroponyme[19] selon le cas général. Albert Dauzat suggère le nom de personne latin Arbinius[19] (porté par un autochtone). Dans cette perspective, il compare avec le nom de lieu Arbigny (Haute-Marne, Arbigney) dans lequel le suffixe -acum a régulièrement évolué en -ey / -y, comme dans la plupart des régions traditionnellement de langue d'oïl. Cependant, à la rubrique Arbigny, il propose une version un peu différente de cet anthoponyme, à savoir Arbennius[19], d'aspect gaulois. Plus haut encore, il renvoie Arbéost à Arbigny, en citant une hypothèse initialement formulée par Gerhard Rohlfs qui voit dans ce toponyme le nom de personne gallo-romain Arvenius[19], d'origine gauloise. Outre cette incertitude dans l'identification exacte du nom de personne, les formes anciennes ne montrent pas le passage de [ar-] à [ir-] qui reste possible phonétiquement mais hypothétique.

Remarques : Herbignac était situé sur la frontière linguistique bretonne[20], le parler gallo-roman qui a donné le gallo, était parlé plus à l'est dans les communes voisines. Le suffixe -acum n'a pas évolué en zone bretonnante comme en zone romane (exemple : Savenay, Saviniacum). On parlait breton dans le Pays de Guérande - dont Herbignac - jusqu'au XVIIe siècle. La langue bretonne a même été parlée jusqu'au début XXe siècle dans les marais salants voisins (voir les travaux de Gildas Buron, conservateur du musée de Batz-sur-Mer). Jean-Yves Le Moing estime à 61,8 % le taux de toponymes d'origine bretonne sur la commune d'Herbignac[21].

Herbignac possède donc un nom en gallo, la langue d'oïl des communes voisines : Arbigna (graphie ABCD)[22], Èrbinyac (graphie ELG)[23] et Èrbigna ou ·Rbignâ (graphie MOGA)[24].

Herbignac a été plus récemment traduit en breton par Erbigneg[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur la commune est attestée dès le Néolithique (dolmen du Riholo).

Peu de renseignements subsistent de la période gallo-romaine (ancienne voie romaine, tessons de poterie).

Vers le Xe siècle, la juridiction seigneuriale d'Herbignac est l'une des plus importantes de la région. Dès lors, l'histoire d'Herbignac se confond avec celle des familles seigneuriales qui possèdent le château du lieu : Ranrouët. Vers 1125, les seigneurs d'Assérac, descendants de Vikings fixés dans la région depuis le Xe siècle, érigent une motte féodale où ils s'installent après avoir quitté leur domaine d'Assérac. Fédor, fils de Richard premier seigneur d'Assérac connu, pourrait être le bâtisseur de Ranrouët. Une charte de l'abbaye de Blanche-Couronne (1210) mentionne Wilhem comme propriétaire de Ranrouët. Cette construction initiale sera remplacée par un château en pierre dans la seconde moitié du XIIIe siècle sous l'impulsion d'Alain d'Assérac, seigneur des lieux[25].

Thibaud de Rochefort, baron d'Ancenis et vicomte de Donges, prend possession de Ranrouët par alliance en 1275. Mort en 1295, il ne laisse pas d'héritier direct. Sa nièce, Jeanne de Rochefort, mariée en 1374 (ou 1378) à Jean II de Rieux (compagnon de Jeanne d'Arc et maréchal de France), transmet alors Ranrouët à son fils, Pierre de Rieux, troisième du nom.

Jean IV de Rieux (1447-1518), né à Ranrouët, devient maréchal de Bretagne en 1470 puis est nommé tuteur de la duchesse Anne de Bretagne. Celle-ci lui fournit 100 000 écus d'or pour qu'il reconstruise Ranrouët après la destruction de 1488. Il combat aussi en Italie aux côtés du roi Charles VIII.

En 1574, sous le règne de Henri III, les châtellenies de Ranrouët et de Faugaret sont réunies et érigées en marquisat en faveur de Jean de Rieux. Le marquis a « en sa ville d'Herbignac » un marché tous les lundis et quatre foires par an : le lundi de la mi-carême et aux fêtes de Saint-Jean-portes Latine (6 mai), saint Cyr et sainte Julitte, patrons de la paroisse (16 juin) et sainte Catherine (25 novembre), anniversaire de la dédicace de l'église d'Herbignac.

Durant les guerres de religion, Jean VIII de Rieux rejoint la Ligue catholique et est pendu en 1593. Le château de Ranrouët devient ensuite un refuge pour des soldats qui subsistent en se livrant aux pillages dans les environs. En 1618-1620, le démantèlement partiel de Ranrouët est ordonné par Louis XIII. Cependant, Jean IX de Rieux (ou Jean-Emmanuel de Rieux), frère de Jean VIII, décide de reconstruire son château. Les travaux s'achèvent vers 1639 ; les tours sont réaménagées. Criblé de dettes, Pierre-Emmanuel de Rieux doit, avant de mourir, vendre une partie de ses terres dont le marquisat d'Assérac au surintendant des finances Nicolas Fouquet en 1656 qui en fait l'année suivante hommage au roi. La veuve du défunt marquis, Jeanne-Pélagie de Rieux, parvient à reprendre possession d'Assérac et en fait à son tour hommage au roi dès 1658. Dès 1679, son fils Jean-Gustave de Rieux (1649-1713) est à son tour contraint de céder son marquisat à René de Lopriac, baron de Coëtmadeuc. Félicité de Lopriac, épouse du marquis de Kerhoent, est la dernière marquise d'Assérac : elle est guillotinée à Paris en 1794.

En 1793, lors des chouanneries, une armée républicaine envoyée dans la presqu'île guérandaise pour éliminer les contre-révolutionnaires, incendie et détruit le château. Bien que réduit à l'état de ruines, celui-ci servira pendant la tourmente révolutionnaire à l'abbé Durand de local pour les messes clandestines. Laissé à l'abandon, le site sert de carrière de pierres[25].

Alors que la Loire-Inférieure est libérée au cours du mois d'août 1944 (Nantes le 12, le sud Loire le 30), Herbignac est une des communes de la poche de Saint-Nazaire, qui reste occupée par les Allemands jusqu'au .

L'après-guerre est marqué par la présence à la tête de la municipalité de Jacques Chombart de Lauwe, commandant des FFI de Loire-Inférieure en 1944-45, député de 1945 à 1951, directeur du journal nantais L'Avenir de l'Ouest de 1945 à 1948.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1963 Jacques Chombart de Lauwe RGRIF Exploitant agricole
Député de la Loire-Atlantique (1945 → 1951)
Conseiller général d'Herbignac (1945 → 1961)
1963 1970 Marc Lefèvre d'Argencé   Général
1970 1989 Pierre Siret DVD Pharmacien
1989 2008 Charles Moreau PS Arboriculteur
Conseiller général d'Herbignac (1992 → 2011)
2008 2020 Pascal Noël-Racine[Note 4] PS puis DVG Retraité de l'enseignement
2020 En cours Christelle Chassé DVG Enseignante
Conseillère départementale de Guérande (2021 → )
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[26].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Herbignac est une ville isolée qui est le centre d'un bassin de vie. Elle fait partie de l'aire urbaine et de la zone d'emploi de Saint-Nazaire[27]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 92 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 8 % dans des zones « très peu denses »[28].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[30].

En 2020, la commune comptait 7 088 habitants[Note 5], en augmentation de 9,98 % par rapport à 2014 (Loire-Atlantique : +7,32 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 7552 0861 9992 9203 1753 1103 1763 3273 555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 4783 6723 7843 8953 9644 1524 1534 2194 199
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 1724 1504 1103 5403 4433 4163 3253 1223 028
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 0373 0783 2393 7784 1754 3505 1176 0546 719
2020 - - - - - - - -
7 088--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 37,4 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,8 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 414 hommes pour 3 516 femmes, soit un taux de 50,74 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,42 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ou +
1,2 
5,5 
75-89 ans
7,8 
14,5 
60-74 ans
16,0 
19,5 
45-59 ans
18,7 
21,6 
30-44 ans
20,0 
15,5 
15-29 ans
14,9 
23,0 
0-14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,8 
75-89 ans
8,6 
14,7 
60-74 ans
16 
19,6 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,2 
19,2 
15-29 ans
17,5 
20 
0-14 ans
18 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Herbignac compte deux écoles publiques (René-Guy-Cadou et Marie-Pape-Carpantier) et une privée (Sainte-Marie), et deux collèges, un public (Jacques-Prévert) et un privé (Saint-Joseph).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Selon le découpage de la région Bretagne fait par Erwan Vallerie, Herbignac fait partie du pays traditionnel de la Brière et du pays historique du Pays Nantais.

Langues[modifier | modifier le code]

La langue bretonne était parlée dans cette commune jusqu'au début du XIXe siècle. Le gallo est encore connu de nos jours, il a d'ailleurs gardé plusieurs mots bretons comme une añnouyère pour une génisse, du breton annoar.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le dolmen du Riholo, lieu-dit le sapin vert.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople au château d'or donjonné de trois tours, crénelé, maçonné et ouvert de sable ; à la bordure gironnée d'or et d'azur de huit pièces.
Commentaires : Le château est celui de Ranrouet ; le champ de sinople représente la Brière ; le blason est borduré du gironné du marquisat d'Assérac (gironné d'or et d'azur de huit pièces). Délibération municipale du .

Personnalités notables liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Chombart de Lauwe (1905-1975), dit « Colonel Félix » dans la Résistance, député et conseiller général de la Loire-Atlantique, mort à Herbignac ;
  • Jules Paressant (1917-2001), peintre et sculpteur natif d'Herbignac ;
  • René Leroux, né à Herbignac en 1952, homme politique français, député de la Loire-Atlantique de 1997 à 2002.
  • Yvon Loussouarn, né à Herbignac en 1923, juriste français.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Guériff, Les potiers d'Herbignac : l'art du feu dans un coin de Bretagne, monographie historique, La Baule, Éditions des Paludiers, coll. « Folklore guérandais », , 100 p. (BNF 35317701)
  • J. de Kersauzon, Herbignac. Histoire civile, histoire ecclésiastique., Paris, Le Livre d'histoire, , 59 p. (ISBN 2-84373-807-5, présentation en ligne).
  • Denis Danilo et Stéphane Batigne, Poterie traditionnelle de Bretagne Sud : Malansac, Saint-Jean-la-Poterie, Herbignac, Questembert, Stéphane Batigne Éditeur, , 120 p. (ISBN 9791090887954)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Réélu en 2014.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Fiche du Poste 44072002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Herbignac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  12. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  13. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « Données statistiques sur les communes de métropole : répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  17. (br) Vallerie, Erwan., Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez, Le Relecq-Kerhuon, An Here, , 256 p. (ISBN 2-86843-153-4 et 978-2-86843-153-0, OCLC 614197178, lire en ligne), p. 78.
  18. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  19. a b c d e et f Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 349a.
  20. Walter, Henriette, (1929- ...).,, L'aventure des langues en Occident : leur origine, leur histoire, leur géographie, Paris, Librairie générale française, , 595 p. (ISBN 2-253-14000-7 et 978-2-253-14000-9, OCLC 708338371, lire en ligne)
  21. Jean-Yves Le Moing, Les noms de lieux bretons de Haute-Bretagne : Jean-Yves Le Moing, Coop Breizh (Spézed), , 480 p. (ISBN 2-903708-04-5, OCLC 963221846, lire en ligne), p. 357.
  22. Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2007, Broché, p. 90
  23. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  24. http://www.chubri-galo.bzh/chubri-galo_dictionnaire-gallo-francais_ChubEndret-toponymie__fr.htm
  25. a et b Loire-Atlantique, le magazine du département, juin 2009, p. 20-21.
  26. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Herbignac, consultée le 26 octobre 2017
  27. « Commune d'Herbignac (44072) », Insee (consulté le ).
  28. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Herbignac (44072) », (consulté le ).
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  35. « jardins de Kermoureau », Comité des parcs et jardins de France (consulté le ).