Mesquer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mesquer
Mesquer
Chapelle Notre-Dame-de-Kercabellec, 1949, Merkel
Blason de Mesquer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Saint-Nazaire
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Presqu'île de Guérande Atlantique
Maire
Mandat
Jean-Pierre Bernard
2020-2026
Code postal 44420
Code commune 44097
Démographie
Gentilé Mesquerais
Population
municipale
1 990 hab. (2018 en augmentation de 9,58 % par rapport à 2013)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 01″ nord, 2° 27′ 31″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 34 m
Superficie 16,72 km2
Type Commune rurale et littorale
Aire d'attraction Saint-Nazaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Guérande
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Mesquer
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Mesquer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mesquer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mesquer
Liens
Site web http://www.mesquerquimiac.fr/

Mesquer (prononcé [mɛs.kɛʁ]) est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle fait partie du pays de Guérande, un des pays traditionnels de Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Mesquer dans le département de la Loire-Atlantique

Mesquer est située sur le littoral de l'Océan Atlantique, dans la presqu'île guérandaise, non loin de l'embouchure de la Vilaine. La baie ostréicole et mytilicole que forme le traict de Mesquer (Traict de Merquel, Traict du Rosay, Traict de Rostu, qui se prolonge par l'étier de Pont-d'Arm[1] ou Pont-d'Armes) et qui borde le littoral nord de la commune constitue la limite septentrionale de la côte d'Amour.

Mesquer, en sus du bourg, sis dans les terres comme de nombreuses communes du bord de mer en bretagne, comprend les hameaux ou lieux-dits de Fontaine Braz, Kerro, Kerroué, Quimiac, Keralmen, Kercabellec, Kerdandec, Kerguilloté, Rostu, et l'ile de Mainguen.

Les communes limitrophes sont La Turballe, Piriac-sur-Mer, Saint-Molf et Assérac.

Mesquer est à 8 km au nord de Guérande et 25 km au nord-ouest de Saint-Nazaire

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 12,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 803 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Guerande », sur la commune de Guérande, mise en service en 1994[8] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,8 °C et la hauteur de précipitations de 654,6 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Saint-Nazaire-Montoir », sur la commune de Montoir-de-Bretagne, mise en service en 1957 et à 25 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[12], à 12,3 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,6 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Mesquer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Nazaire, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[18],[19].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 22,5 % 378
Équipements sportifs et de loisirs 2,1 % 35
Terres arables hors périmètres d'irrigation 23,7 % 399
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 1,4 % 23
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 19,7 % 331
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 4,2 % 70
Forêts de feuillus 0,2 % 4
Forêts mélangées 8,1 % 137
Landes et broussailles 1,3 % 22
Marais salants 16,6 % 280
Zones intertidales 0,2 % 4
Source : Corine Land Cover[23]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mesquel et Mesquer en 1330, Mesquier en 1415, Mesguer en 1574, Mesguier en 1630, Mesquier en 1654[24].[réf. nécessaire]

En breton, elle a été dénommée Mesker par l'Office de la langue bretonne[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque Romaine[modifier | modifier le code]

La possibilité d’exploiter le sel, denrée très recherchée, produit dans la saline du Rostu, explique l’occupation du site au moins dès l’époque romaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L’évangélisation qui suit donne à Mesquer son premier lieu de culte : le prieuré de Merquel est fondé par les moines de Saint-Gildas-de-Rhuys au VIIe siècle. La chapelle du prieuré de Merquel fut dédiée à notre Dame et à Saint-Gildas. Comme en témoignent les toponymes et de nombreux patronymes locaux, au cours du Moyen Âge, les bretons s’installent dans le pays de Mesquer. Les Bretons implantèrent leur civilisation et leur langue, toutes deux déjà héritées des Celtes. À Mesquer, le type de l’habitat démontre encore leur influence.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Plusieurs manoirs et châteaux sont construits, ainsi que quelques maisons du bourg, dont témoignent encore l’ancienne cure et le presbytère. On a estimé la population mesquéraise à 700 âmes au début du XVe siècle. Il ne reste rien à Mesquer du château que les acquéreurs de Campzillon avaient édifié en 1566 sur les ruines de l’ancien. Le , les troupes espagnoles venues soutenir le duc de Mercœur, fervent défenseur de la ligue, brûlèrent le château des seigneurs protestants. Mesquer ne garde aucun souvenir particulier des guerres de religion.

L’activité salicole s’est développée au fil des siècles pour atteindre son apogée au XIXe siècle. Le sel est embarqué au port de Kercabellec et exporté sur toute la façade atlantique de l’Europe. À cette époque, le commerce mesquérais se développe, et toute une société de cap-horniers, de paludiers et de douaniers se constitue.

L'importance de Mesquer est attestée par sa présence sur la carte de France de John Speed de 1626. Mesquer y figure ainsi que Le Croisic, alors même que Guérande n'y figure pas, ni Saint Nazaire, ni bien évidemment La Baule. L'atlas Major de Joan Blaeu (1665) mentionne aussi "Mesquier" sur la carte du "Duché de Bretaigne".

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Mesquer est aujourd'hui connue pour ses activités :

  • ostréicoles avec la présence de nombreux parcs à huitres et exploitations ostréicoles ;
  • salicoles avec la remise en exploitation depuis une quarantaine d'années des salines. Le sel de Mesquer bénéficie de l'appellation « sel de Guérande » ;
  • d'élevage de pigeons de chairs ;
  • touristiques et balnéaires, grâce à ses plages et activités nautiques.

Victime de la marée noire de 1999 à la suite du naufrage de l'Erika, la commune de Mesquer sous la houlette de la mairesse de l'époque, Marie-Jeanne Guillet , a porté plainte en justice contre Total, réclamant l'indemnisation des frais de nettoyage. Mesquer a été déboutée de ses demandes le par la cour d'appel de Rennes, qui affirmait qu'au sens de l'article L. 541-2 du code de l'environnement (qui transpose en droit français la directive européenne du 15 juillet 1975 relative aux déchets), Total ne devait pas être tenu pour propriétaire du déchet que constituait le fioul. Cette décision a cependant été partiellement cassée par la Cour de cassation en . À la suite de la saisie de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) afin d'éclairer la notion de « déchet » dans les termes de l'article L. 541-2 du code de l'environnement, la Cour a en effet partiellement cassé la décision, affirmant que Total devait bien être tenu pour propriétaire du fioul déversé[25].

Langues[modifier | modifier le code]

Mesquer fut l'une des dernières communes de la Loire-Atlantique à conserver l'usage de la langue bretonne, jusqu'au milieu du XIXe siècle d'après un témoignage recueilli par Paulin Benoist (Exposition sur la langue bretonne au pays de Guérande) auprès d'Ernest-Célestin Rio : c'est à Mesquer qu'on a cessé en dernier (de parler le breton). En 1327, l'un des traducteurs requis lors du procès en béatification de Saint Yves était Jacob recteur de Mesquer. Encore parlé jusqu'au milieu du XIXe siècle il fut supplanté par le gallo (dialecte roman de Haute-Bretagne). Ce parler local a d'ailleurs conservé des termes bretons, dont le verbe chouquë (s'asseoir) issu directement du breton local choukeñ (s'asseoir) dans la phrase collectée par Pierre Bertho en 1990 : Chouque-te don, et encore le mot « karrikell » (brouette)...

Mesquer possède un nom en gallo : Messqér (écriture ELG), et en breton : Mesker[26].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Mesquer Blason
De gueules fretté d'or.
Devise
Terrae marique fidelis. (Feal d'an douar ha d'ar mor.) (À terre et mer fidèle.)
Détails
Ce blason est une inversion d'émaux, par les commis de Vannier, des armes de Y. Perraud, recteur de Mesquer, qui portait d'or fretté de gueules (Armorial de France – 1701).
Blason enregistré le par délibération municipale du .
Alias
Alias du blason de Mesquer
Blason avec ornements extérieurs et devise.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Mesquer : Terrae marique fidelis. (Feal d'an douar ha d'ar mor.) (À terre et mer fidèle.)

Label[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, les marais salants de Guérande et Mesquer (marais du Mès) portent le label Ramsar (voir Convention de Ramsar).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1797 Pierre Perraud    
1797 1814 Jean Lagree    
1814 1836 René Le Quimener    
1836 1846 Auguste Branchu    
1846 1848 Jean Michel    
1848 ? Louis Desiré Le Quimener    
1853? ? ? Josseau    
1892 ? Jean Kerguistel    
1943 1945 Yves Jan-Kerguistel    
1945 1965 Georges Tiret    
1965 1977 Lucien Riou    
1977 1989 Jean Ernest Holley    
1989 1995 Pierre Cabanas    
1995 2001 Marie-Jeanne Guillet   infirmière anesthésiste
mars 2001 En cours Jean-Pierre Bernard[Note 6] DVD consultant
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee, Mesquer fait partie de l'aire urbaine, de la zone d'emploi et du bassin de vie de Saint-Nazaire. Elle n'est intégrée dans aucune unité urbaine[27]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « peu dense » : 96 % des habitants résidaient dans des zones « peu denses » et 4 % dans des zones « très peu denses »[28].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2018, la commune comptait 1 990 habitants[Note 7], en augmentation de 9,58 % par rapport à 2013 (Loire-Atlantique : +6,31 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2359511 4371 4781 6051 6331 6661 7131 825
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8041 8731 9201 8141 7041 5851 6001 5131 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3881 4081 3691 1371 0901 0509899601 007
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0341 0191 0151 2011 3721 4731 6311 7271 938
2018 - - - - - - - -
1 990--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (41,1 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[33],[34],[35]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[33],[34],[35].

Pyramide des âges à Mesquer en 2013 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ans ou +
1,2 
11,7 
75 à 89 ans
12,9 
27,2 
60 à 74 ans
28,0 
20,1 
45 à 59 ans
20,8 
13,7 
30 à 44 ans
14,8 
10,6 
15 à 29 ans
7,8 
15,5 
0 à 14 ans
14,6 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Procession du 15 août à Mesquer (Alfred Andrieux)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le milieu naturel de Mesquer-Quimiac est notamment marqué grâce au marais salant du Rostu, qui permet une extraction du sel qui n'a jamais cessé. Ce fut l'un des premiers marais exploités. Concernant la faune, celle-ci est multiple, on peut retrouver dans les marais des oiseaux caractéristiques de paysage marécageux. De multiples crustacés vivent aussi dans ce marais, notamment dans le cours d'eau qui le traverse, comme des crevettes, des écrevisses, des petits crabes et même parfois des poissons d'eau salée. Concernant la flore, on retrouve majoritairement un paysage de bruyère.

En avril 2019, Mesquer devient par décret la 21e commune adhérente au Parc naturel régional de Brière[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Elles sont à l'origine de la loi Pollueur-payeur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Réélu en 2008 et 2014.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. SANDRE, « étier de Pont d'Arm (J9404000) ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Guerande - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Mesquer et Guérande », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Guerande - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Mesquer et Montoir-de-Bretagne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Saint-Nazaire-Montoir - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Données statistiques sur les communes de métropole commune : répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur Corine Land Cover, (consulté le ).
  24. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  25. Arrêt no 1317 du Cour de cassation - Troisième chambre civile.
  26. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le ).
  27. « Commune de Mesquer (44097) », Insee (consulté le ).
  28. « La grille communale de densité », Insee (consulté le ), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. a b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Mesquer - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  34. a b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  35. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le ).
  36. « Mesquer La commune rejoint le Parc naturel régional de Brière », Presse-Océan,‎ (lire en ligne).
  37. « Mgr Gaston Lequimener est décédé », sur actu.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]