Férel (Morbihan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Férel.
Férel
La place du village
La place du village
Blason de Férel
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Vannes
Canton Muzillac
Intercommunalité Communauté d'agglomération Cap Atlantique
Maire
Mandat
Françoise Fonmarty
2014-2020
Code postal 56130
Code commune 56058
Démographie
Gentilé Férélais, Férélaise
Population
municipale
3 130 hab. (2014)
Densité 108 hab./km2
Population
aire urbaine
70 248 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 59″ nord, 2° 20′ 33″ ouest
Altitude 40 m (min. : 0 m) (max. : 52 m)
Superficie 28,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 14.svg
Férel

Géolocalisation sur la carte : Pays de Guérande

Voir sur la carte topographique du Pays de Guérande
City locator 14.svg
Férel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Férel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Férel
Liens
Site web Site de la commune

Férel [feʁɛl] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne.

Le nom en breton de la commune est Ferel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Férel est située sur la rive gauche de la Vilaine, à 7 km au sud-ouest de La Roche-Bernard et 30 km au nord de Saint-Nazaire. Le marais de Brière se trouve à 8 km au sud-est (commune d'Herbignac).

Les communes limitrophes sont Camoël, Arzal, Marzan et La Roche-Bernard en Morbihan, Herbignac en Loire-Atlantique.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Férel est une commune rurale multipolarisée, notamment par l’aire urbaine de Redon, et qui fait partie de l’espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Le point culminant (51 m) se trouve à l'emplacement du château d'eau à Kerrouault.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ferrel ou Ferel, francisé en Férel est attesté en 1429[1].

Les Gaulois, habiles forgerons, ont laissé à proximité de Férel, à Pénestin et dans « les bois du Foué » à Blain des traces de leur industrie du fer[2].

Le nom de la commune de Férel trouve là son origine. Il pourrait dériver de fereollum, qui signifie « mine de fer ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Férel était une trève dépendant de la paroisse d'Herbignac et, de ce fait, rattachée au diocèse de Nantes. La commune a été créée en 1790, rattachée au canton de Camoël, district de la Roche-Bernard jusqu'en 1797, puis en 1801 à l'arrondissement de Vannes et en 1802 au canton de La Roche-Bernard.

En mars 2015, la commune est rattachée au canton de Muzillac.

La langue bretonne a été parlée dans cette commune jusqu'au début du XIXe siècle.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Férel (Morbihan).svg

Les armoiries de Férel se blasonnent ainsi :

D’azur à une vierge à l’enfant d’or, à la bordure gironnée d’or et d’azur.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 130 habitants, en augmentation de 8,57 % par rapport à 2009 (Morbihan : 3,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 370 1 419 1 465 1 473 1 489 1 450 1 407 1 591 1 632
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 571 1 644 1 748 1 773 1 846 1 928 1 944 2 023 2 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 034 2 025 2 057 1 827 1 804 1 750 1 704 1 617 1 597
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
1 555 1 619 1 638 1 891 2 027 2 050 2 503 2 996 3 109
2014 - - - - - - - -
3 130 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1793 François Chatal    
         
1908 1919 Adrien du Boisrouvray    
1919 1939 François du Boisrouvray    
1939 1941 Gustave Rio    
1941 1943 Jean Texier    
1943 1944 Gustave Rio    
1944 1945 Jean Texier    
1945 1945 Gustave Rio    
1945 1953 Jean Texier    
1953 1966 Bernard du Boisrouvray    
1966 1971 Paul Clavier    
1971 1983 Bernard du Boisrouvray    
1983 1989 Yvan de l'Estourbeillon    
1989 2008 Michel Texier PS  
2008 2014 Patrick Bastien   Policier
2014   Françoise Fronmarty   Enseignante retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Bon Garant (XIXe siècle).
  • Vitrail Arbre de Jessé (XVe siècle ?).
  • Manoir de Coëtcouron, propriété de la famille de Jacquelot du Boisrouvray.
  • Manoir de Trégrain, propriété de la famille Pouverin de la Chapelle.
  • Manoir de Coët-Castel, propriété successive des Courtois de Coët-Castel, Le Hénos, de la Landelle, Chomart de Kerdavy (1820) et par alliance de Kersauzon de Pennendreff puis de l'Estourbeillon.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans les archives de la Seigneurie de la Roche-Bernard
  2. Revue des provinces de l'Ouest (Bretagne, Poitou et Anjou), volume 3, page 80
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :