Philippe Lacoche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Lacoche
Description de cette image, également commentée ci-après

© Ludo Leleu

Alias
Le marquis des dessous chics
Naissance (61 ans)
Chauny, Aisne (France)
Activité principale
Journaliste-écrivain-parolier
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Philippe Lacoche, né le 27 janvier 1956 à Chauny dans l'Aisne, est un journaliste-écrivain-parolier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1977, Philippe Lacoche commence sa carrière de journaliste par un stage chez Best, mensuel rock fondé en 1968.

Pigiste régulier, il parcourt alors la France afin d’y découvrir les groupes qui font l’actualité de la scène rock et ce jusqu’en 1991.

Il quitte L'Aisne nouvelle, qui l’avait recruté en 1979 comme localier, pour rejoindre Le Courrier picard en 1983.

En 2003, il devient« Le marquis des dessous chics », du nom de sa rubrique hebdomadaire dans ce quotidien.

On le retrouve dans les colonnes du Magazine littéraire entre 1991 et 2000, au service littéraire du Figaro Magazine et dans les pages du Figaro littéraire entre 2004 et 2008.

Depuis 2007, il écrit régulièrement pour Service littéraire et plus récemment pour Causeur.

En juillet 2014, Philippe Lacoche est nommé au grade de chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

L’auteur a signé plus d’une trentaine d’ouvrages, romans et recueils de nouvelles, dont son premier en 1988 : Rock d’Issy, un roman publié aux éditions Ledrappier. En 2000, il reçoit le prix Eugène Dabit du roman populiste pour HLM, un recueil de nouvelles qui brasse les problématiques liées à la drogue, au chômage, et aux grands traumatisme de la guerre d'Algérie et de celle de 40 dans les barres HLM de Picardie.

Ce fils et petit-fils de cheminot aime à affirmer ses origines. Son enfance à Tergnier, dans l'Aisne, est évoquée sans apprêts dans Cité Roosevelt (1993). Les décors de ses romans, même s'ils varient d'une œuvre à l'autre, sont parcourus de champs, de HLM, de gares et de petits bals de province, vaste terrain vague où Philippe Lacoche loge sa carte du tendre. L'amour et les femmes sont pareillement au cœur de cet univers stendhalien, veiné de nostalgie. « L'univers littéraire de Philippe Lacoche frappe par sa sensibilité faite de tendresse et de rudesse », dira Christian Authier. De tendresse, il est également question dans Tendre rock, publié en 2003, et dans lequel l'auteur s’attarde sur ses premières années de rock critique à Best, avec une délicatesse d'écriture qui sera sa signature. En 2012, il publie Des rires qui s'éteignent, chez Écriture. Ce roman nostalgique dresse le portrait d'une génération marquée par le rock et l'amour libre, rattrapée par le sida et le temps qui passe.

Passé par tous les genres littéraires possibles, Philippe Lacoche se spécialisa dans le récit court, avec plus d'une dizaine de recueils de nouvelles à son actif, tels qu'au Au fil de Creil, Veilleur de Nuits ou Petite garce. Ces saynètes, loufoques voire teintées d'érotisme, lui permettent de croquer une multitude de personnages déjantés. Ainsi d'Au fil de Creil, dans lequel il évoque une danseuse de cabaret qui se fait confectionner un soutien-gorge en bois afin de séduire un Afghan épris de seins fermes.

Ses romans, à l'émotion parfaitement maîtrisée, sont souvent menés sous forme d'enquêtes sentimentales parsemées de flashbacks. Ils offrent l'opportunité d'un salut aux aînés, à leur engagement et aux femmes. Un procédé d'écriture qui atteint son paroxysme dans Les matins translucides, publié en 2013. Un matin de décembre, Jérôme, fils d'ouvrier d'une cité cheminote, part à la recherche de son adolescence, d'un amour de jeunesse et de son histoire familiale. Ce roman offre également en arrière-plan le portrait de l'un des oncles du narrateur, un ancien résistant.

Son inspiration, Philippe Lacoche la puise au pied des collines de l'enfance, ou dans les remous de l'adolescence, ce qui lui a valu le surnom d' « hussard d'automne ». Les Trente glorieuses, l'après 68 et les seventies forment la toile de fond de ses romans.

Ces multiples variations sur le temps qui passe sont peuplées de personnages mystérieux, sortes de petits frères du Grand Meaulnes, le roman qui deviendra le socle de sa formation littéraire. Une formation à laquelle pourront s'ajouter les Hussards : Roger Nimier, Antoine Blondin, Michel Déon, Jacques Laurent ou encore Kléber Haedens en tête, pour ses phrases au style couperet. Marcel Aymé, Jacques Perret mais surtout Roger Vailland, font également partie de ses références. Les classiques Stendhal et Pierre Choderlos de Laclos infusent tout aussi fortement son œuvre. Une œuvre que l'on pourrait tout aussi bien qualifier de « modianesque », de par son aspect obsessionnel dans sa quête anxieuse du temps perdu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Rock d’Issy, roman, éditions Ledrappier, 1988
  • Le Pêcheur de nuages, roman, Le Dilettante, 1996 (Prix François-Sommer 1996) ; Syros, 2001 ; La Table ronde, coll. La Petite Vermillon, poche, 2007
  • Des petits bals sans importance, roman, Le Dilettante, 1997 ; Le Castor astral, coll. Poche, 2006 (Prix des lecteurs de la Baie de Somme 2007)
  • La Promesse des navires, roman, Flammarion, 1998
  • Un léger désenchantement, roman, Flammarion, 2000
  • Tendre rock, roman, Mille et Une Nuits, 2003
  • Les yeux gris, roman, Mille et Une Nuits, 2006
  • La Maison des girafes, roman, Alphée Jean-Paul Bertrand éditeur, 2009
  • Des rires qui s’éteignent, roman, éditions Écriture, 2012
  • Les matins translucides, roman, éditions Écriture, 2013
  • Vingt-quatre heures pour convaincre une femme, roman, éditions Écriture, 2015
  • Le chemin des fugues, éditions du Rocher, 2017

Nouvelles et Contes[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Les ténors du rock, biographie, avec Jean-Yves Legras, Jacques Grancher éditeur, 1984
  • Couture et le secret de la barbichette, biographie, La Vague Verte, 1994

Pamphlet et chroniques[modifier | modifier le code]

  • Pour la Picardie, pamphlet sentimental, Les Équateurs, 2009
  • Les Dessous chics, recueil de chroniques, Les Éditions La Thébaïde, en partenariat avec Le Courrier picard, 2014

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Cicatrices de guerre(s), bande dessinée, avec Serge Dutfoy, collectif, La Gouttière, 2009

Pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre8Zéro présente les boîtes - Un article de Clotilde Rudent pour le magazine Sab's connexions, 2014.
  2. Philippe Lacoche en boîtes et au théâtre, un reportage d'Alexandra Oury, 2014.
  3. Avec des textes de Jérôme Leroy, A.D.G., Jean-Pierre Andrevon, Jean-Baptiste Baronian, Olivier Delcroix, Nicolas d’Estienne d’Orves, Frédéric H. Fajardie, Gérard Klein, Sébastien Lapaque, Sophie Loubière, Christophe Mager, Jean Mazarin, José Nocé, Chantal Pelletier, Michel de Pracontal, Serge Quadruppani, Jacques Sternberg, Marc Villard, Roland C. Wagner, Daniel Walther et Martin Winckler.
  4. Avec des textes de Éléonore Lelong, Yves-Marie Lucot, Marie-Thérèse Mutin.
  5. Avec la collaboration de Frédéric Mitterrand, Bruno Foucart et les textes de Éliette Abécassis, Brigitte Allègre, Philippe Amelot, Jacques Attali, Michel Arrivé, Pierre Assouline, Christian Authier, Robert Badinter, Dominique Barbéris, Thierry Beinstingel, Mehdi Belhaj Kacem, Philippe Besson, Jean-Marie Blas de Roblès, François Bon, Amélie de Bourbon Parme, Vincent Brocvielle, Laure Buisson, Renaud Camus, Claro, Pierre Cleitman, Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Didier Daeninckx, Charles Dantzig, Maryline Desbiolles, Régine Detambel, Marie Didier, Philippe Di Folco, Christophe Donner, Hélène Duffau, Mathias Énard, Nicolas d'Estienne d'Orves, Nicolas Fargues, Alain Fleischer, Élise Fontenaille, Philippe Garnier, Adrien Goetz, Didier Goupil, Philippe Grimbert, Pauline Guéna, Hubert Haddad, Stéphane Héaume, Thierry Illouz, Isabelle Jarry, Jean-Noël Jeanneney, François Jonquet, Pierre Jourde, René Koering, Julia Kristeva, Jean-Marie Laclavetine, Cécile Ladjali, Jérôme Lambert, Marc Lambron, Sébastien Lapaque, Mathieu Larnaudie, Camille Laurens, Linda Lê, Stéphan Lévy-Kuentz, Gila Lustiger, Arnaud Maïsetti, Carole Martinez, Brice Matthieussent, Catherine Millet, Marc Molk, Denis Montebello, Gérard Mordillat, Marie Nimier, Hubert Nyssen, Martin Page, Laurence Plazenet, Serge Pey, Emmanuel Pierrat, Jean-Bernard Pouy, Jérôme Prieur, Zahia Rahmani, François Raynaert, Rudy Ricciotti, Danièle Sallenave, Julien Santoni, Leïla Sebbar, Jacques Serena, Thierry Serfati, Martine Sonnet, Camille de Toledo, Pascal Torres, Lyonel Trouillot, Marc Villemain.
  6. Avec des photographies, des dessins et des nouvelles de Pierre-Antoine Bernheim, Jacques Jouet, Lucien Suel, Barbara Israël, Carole Martinez, Jean-Bernard Pouy, Anne Goscinny, Christine Montalbetti, Pierre Tilman, Jean-Pierre Luminet, Guy Konopnicki, Jacques Gaillard, Hubert Haddad, Hervé Le Tellier.

Liens externes[modifier | modifier le code]