Jérôme Leroy (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jérôme Leroy
Image dans Infobox.
Jérôme Leroy (2018)
Biographie
Naissance
(57 ans)
Rouen, Drapeau de la France France
Nationalité
Activité
écrivain
Autres informations
Blog officiel
Distinctions

Jérôme Leroy, né le à Rouen, est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jérôme Leroy, né à Rouen le , est un écrivain français auteur de romans, de romans noirs, de romans pour la jeunesse et de poésie.

Ancien professeur en zone d'éducation prioritaire à Roubaix « par choix, pendant près de vingt ans », Jérôme Leroy est décrit comme un « compagnon de route d’un communisme sans dogme, anar des chemins buissonniers »[1]. Après un premier roman, il découvre le néo-polar par l'intermédiaire de Frédéric Fajardie qui deviendra son ami[1].

Jérôme Leroy est l´auteur du livre Le Bloc (Gallimard, 2011)[2] qui met en scène un parti d’extrême droite nommé « Bloc Patriotique », dirigé par Roland Dorgelles puis par sa fille Agnès Dorgelles. En 2017, Leroy est le co-scénariste du film Chez nous de Lucas Belvaux, adapté de son roman Le Bloc.

Il publie aussi de la poésie. En 2011, il reçoit le prix de l'Académie française Maïse Ploquin-Caunan pour Un dernier verre en Atlantide (La Table Ronde, 2010).

En tant qu'auteur pour la jeunesse, il publie notamment Norlande (Syros, 2013), roman qui transpose la tuerie d'Utoya à travers le personnage d'une jeune fille qui se reconstruit après le massacre. Ce roman rencontre le succès et reçoit de nombreux prix (Prix des Collégiens du Doubs 2013, prix NRP de littérature jeunesse 2013-2014, Prix littéraire des Maisons familiales rurales du Maine-et-Loire 2014[3], Prix Jean-Claude Izzo 2014[4],[5], Prix spécial du jury des collégiens Livre-Franche 2014[6]). Ce livre est paru en poche en juillet 2021 dans la collection Points[7], aux éditions du Seuil.

L'Ange Gardien (Série Noire, 2014) reçoit le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes 2015. Ce roman est dédié à Serge Quadruppani.

En , il rejoint le jury du prix littéraire des Hussards, au siège de Claude Cabanes, sous la présidence de Christian Millau[8].En 2017, il reçoit le prix Rive Gauche à Paris pour Un peu tard dans la saison (La Table Ronde)

Depuis 2017, il est à l'origine d'une « Carte Noire » dans la collection Petite Vermillon (La Table Ronde)[9], qui lui permet de rééditer des titres oubliés ou trop peu lus du roman noir français (Kââ, A. D. G., Hervé Prudon, Gérard Guégan et même Jacques Laurent) et dont il préface les différents volumes. Il a également préfacé la réédition de Daimler s'en va de Frédéric Berthet (La Petite Vermillon, La Table Ronde)[10], parue en 2018 à l'occasion des trente ans de ce roman.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

- Prix Maïse Ploquin-Caunan de l'Académie française, 2011

Romans jeunesse[modifier | modifier le code]

Cycle Lou, après tout[modifier | modifier le code]

  1. 2019 : Le Grand Effondrement (Syros) Prix 1001 feuilles ados 2021 de Lamballe-Armor[16]
  2. 2019 : La Communauté (Syros)
  3. 2020 : La Bataille de la Douceur (Syros)

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • 2006 : La Princesse et le Viking (Syros, collection "Souris noire")
  • 2007 : La Grande Môme (Syros, collection "Rat noir") Prix du polar Jeunesse 2008
  • 2013 : Norlande (Syros, collection "Rat noir") Prix des Collégiens du Doubs 2013. Prix NRP de littérature jeunesse 2013-2014. Prix littéraire des Maisons Familiales Rurales du Maine-et-Loire 2014[3]. Prix Jean-Claude Izzo 2014[4],[5]. Prix spécial du jury des collégiens Livre-Franche 2014[6]. Réédition en collections Points (éditions Seuil, 2021)
  • 2016 : Macha ou l'évasion (Syros)
  • 2018 : Les filles de la pluie (Syros)

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Requiem en Pays d'Auge (Rocher)
  • 1996 : Départementales (Rocher)
  • 1999 : Une si douce apocalypse (Les Belles Lettres, collection "Le Cabinet noir").
  • 1999 : La Grâce efficace (Manitoba / Les Belles Lettres, collection "Le Cabinet noir").
  • 2003 : Travaux pratiques, La Grâce efficace, Une si douce apocalypse (Les Belles Lettres, collection Sortilèges). Réédition des deux recueils parus en 1999, complétée d'une nouvelle inédite.
  • 2004: Quelque chose de merveilleux (Rocher)
  • 2005 : Rendez-vous rue de la Monnaie (Autrement)
  • 2006 : Rêves de cristal. Arques, 2064 (Mille et une nuits, collection La Petite collection)
  • 2007 : Comme un fauteuil Voltaire dans une bibliothèque en ruines (Mille et une nuits), réédition La Petite Vermillon, janvier 2017
  • 2013 : Dernières nouvelles de l'enfer (L'Archipel)
  • 2015 : Les jours d'après, contes noirs (La Table ronde, collection Petite Vermillon)

Essais[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Claude Raspiengeas, Jérôme Leroy, franc-tireur mélancolique, la-croix.com, 19 janvier 2017.
  2. Alain Léauthier, « L'Ange gardien de Jérôme Leroy : ça s'arrange pas... », marianne.net, 28 septembre 2014.
  3. a et b Prix littéraire des MFR
  4. a et b Prix Jean-Claude Izzo
  5. a et b Blog des Éditions Syros
  6. a et b Prix des collégiens, dans le cadre de la Fête du Livre de Villefranche-de-Rouergue
  7. « Norlande , Jérôme Leroy, Points Policier », sur www.editionspoints.com (consulté le )
  8. « Jérôme Leroy rejoint le jury du prix des Hussards », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 19 / dimanche 20 novembre 2016, p. 38.
  9. « "La petite vermillon" voit noir », Livres Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Daimler s'en va - La petite vermillon - Table Ronde - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le ).
  11. Le FN gonflé à «Bloc»
  12. Prix des lecteurs Quais du polar 2015
  13. [1]Livres Hebdo 2017
  14. « Les nouvelles enquêtes de Nestor Burma – Paris Xème – Terminus Nord – French Pulp éditions », sur frenchpulpeditions.fr (consulté le )
  15. Interview de présentation sur le site de l'éditeur
  16. « 1001 feuilles ados », sur www.bibliothequedelamballe.fr (consulté le )
  17. J. Leroy lui rend hommage à la suite de son décès : J'avais un ami

Liens externes[modifier | modifier le code]