Hubert Nyssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nyssen.
Hubert Nyssen
Naissance
Bruxelles, Drapeau de la Belgique Belgique
Décès
Paradou, Drapeau de la France France
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français

Hubert Nyssen, né le à Bruxelles, naturalisé français en 1976[1] et mort le à Paradou[2], est un écrivain et éditeur français d'origine belge, fondateur des éditions Actes Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir grandi à Boitsfort (aujourd'hui commune de Bruxelles), Hubert Nyssen s'est établi en Provence en 1968. Romancier, diariste, essayiste, poète, il est l'auteur de nombreux ouvrages.

Pendant son enfance bruxelloise, sous l'occupation allemande, il est influencé par son grand père qui lui donne le goût de la culture intellectuelle. Après ses études universitaires à l'U.L.B. , il fonde une société publicitaire qui devient une des plus prospères de Belgique. En même temps, il dirige son propre centre culturel à Bruxelles, parle à la radio et publie ses premières œuvres littéraires. En 1978, rompant avec un passé principalement commercial, il fonde à Arles les éditions Actes Sud, avec l'aide de son épouse Christine Le Bœuf, descendante d'une riche famille d'hommes d'affaires belges dont Henry Le Bœuf et Albert Thys. Dans cette nouvelle vie, ses dispositions pour les affaires jointes à son talent littéraire ne tardent pas à porter leurs fruits, alors que, à l'époque, installer une maison d'édition dans le sud de la France constitue une audace inédite, toutes les grandes maisons d'édition françaises étant parisiennes. C'est un défi et une véritable "exception culturelle". Parmi ses nombreuses réussites éditoriales, il fait connaître l'auteur américain Paul Auster en traduction française et publie en français la trilogie de polars suédois Millenium[3].

Mais il est aussi un auteur de talent et publie plus de quarante ouvrages dans les domaines du roman, du théâtre, de la poésie et des essais.

Docteur ès lettres, il a enseigné dans les universités d'Aix-en-Provence et de Liège. L'université de Liège, qui accueille ses archives, le fonds Nyssen, l'a nommé docteur honoris causa en 2003.

En 2005, il est fait officier de la Légion d'honneur[4].

En 2011, il est fait Chevalier de l'Ordre du Mérite wallon[5].

À son décès, l’écrivain Argentin Alberto Manguel lui rend hommage : « Ce qui était toujours déconcertant chez Nyssen, c'était sa capacité de rassembler un groupe de gens divers sans jamais se placer au centre, telle une force gravitationnelle invisible qui prête mouvement et grâce aux autres corps. Toutes ses conversations avaient en commun ce même caractère : il n'y était que simple témoin »[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Le nom de l'arbre, Grasset, 1973. Passé-Présent n° 53, Babel n° 435.
  • La mer traversée, Grasset, 1979. Prix Méridien.
  • Des arbres dans la tête, Grasset, 1982. Grand Prix du roman de la société des gens de lettres.
  • Eléonore à Dresde, Actes Sud, 1983. Prix Valéry-Larbaud, prix Franz-Hellens. Babel n° 14.
  • Les Rois Borgnes, Grasset, 1985. Prix de l'Académie française. J'ai Lu n° 2770.
  • Les Ruines de Rome, Grasset, 1989. Babel n° 134.
  • Les belles infidèles, Actes Sud (Polar Sud), 1991. Corps 16, 1997.
  • La femme du botaniste, Actes Sud, 1992. Babel n° 317.
  • L'Italienne au rucher, Gallimard, 1995. Grand prix de l'Académie française. Babel n° 664 sous le titre La leçon d'apiculture.
  • Le bonheur de l'imposture, Actes Sud, 1998. Grands caractères, 1999.
  • Quand tu seras à Proust la guerre sera finie, Actes Sud, 2000.
  • Zeg ou les infortunes de la fiction, Actes Sud, 2002.
  • Pavanes et Javas sur la tombe d'un professeur, Actes Sud, 2004.
  • Les déchirements, Actes Sud, 2008.
  • L'Helpe Mineure, Actes Sud, 2009.
  • Dits et Inédits, Actes Sud, 2012.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Les voies de l'écriture, Mercure de France, 1969.
  • L'Algérie, Arthaud, 1972.
  • Lecture d'Albert Cohen, Actes Sud, 1981. Nouvelle édition, 1988.
  • L'éditeur et son double, Actes sud, Vol. I : 1988 ; vol II : 1990 ; vol. III : 1996.
  • Du texte au livre, les avatars du sens, Nathan 1993.
  • Éloge de la lecture, Les Grandes Conférences, Fides, 1997.
  • Un Alechinsky peut en cacher un autre, Actes Sud, 2002.
  • Variations sur les variations, Actes Sud, 2002.
  • Sur les quatre claviers de mon petit orgue : lire, écrire, découvrir, éditer, Leméac / Actes Sud, 2002.
  • Lira bien qui lira le dernier : lettre libertine sur la lecture, Labor / Espace de libertés, 2004 (page consacrée au livre sur le site de l'éditeur). Babel n°705.
  • La sagesse de l'éditeur, L'Œil neuf éditions, 2006.
  • Neuf causeries promenades, Leméac / Actes Sud, 2006.
  • Le mistral est dans l'escalier, journal de l'année 2006, Leméac / Actes Sud, 2007.
  • L'année des déchirements, journal de l'année 2007, Leméac / Actes Sud 2008.
  • Ce que me disent les choses, journal de l'année 2008, Leméac / Actes Sud 2009.
  • À l'ombre de mes propos, journal de l'année 2009, Actes Sud 2010.

Poèmes[modifier | modifier le code]

  • Préhistoire des estuaires, André de Rache, 1967.
  • La mémoire sous les mots, Grasset, 1973.
  • Stèles pour soixante-treize petites mères, Saint-Germain-des-Près, 1977.
  • De l'altérité des cimes en temps de crise, l'Aire, 1982.
  • Anthologie personnelle, Actes Sud, 1991.
  • Eros in trutina, Leméac / Actes Sud.

Opéra et théâtre[modifier | modifier le code]

  • Mille ans sont comme un jour dans le ciel, Actes Sud, 2000.
  • Le monologue de la concubine, Actes Sud, 2006.
  • L'enterrement de Mozart + CD, Actes Sud / Musicatreize, 2008.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

  • L'étrange guerre des fourmis, Actes Sud Junior, 1996. Réédition au format de poche, janvier 2008.
  • Le boa cantor, Actes Sud Junior, 1996. Version + CD, 2003.
  • Un point c'est tout, Actes Sud Junior, 1999.
  • L'histoire du papillon qui faillit bien être épinglé + CD, Actes Sud Junior, 2002

Étude sur l'œuvre et l'activité éditoriale[modifier | modifier le code]

  • Pascal Durand (sous la dir. de), L'écrivain et son double : Hubert Nyssen, Liège/Arles, CELIC, Actes Sud, 2006.
  • Jacques De Decker, Le dossier Hubert Nyssen, Bruxelles, Le Cri/Académie royale de langue et de littérature françaises, 2012.
  • Benoît Denis et Pascal Durand, Postface, Éléments biographiques et Repères bibliographiques, dans Hubert Nyssen, Le Nom de l'Arbre, Bruxelles, Communauté française de Belgique, coll. "Espace Nord", n° 316, 2013.

Distinctions et Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur le site officiel d'Hubert Nyssen
  2. Annonce du décès d'Hubert Nyssen sur ActuaLitté
  3. "Hubert Nyssen ou l'exception culturelle", Jean-Pierre Thiollet, France-Soir, 16 novembre 2011
  4. Biographie sur hubertnyssen.com
  5. « Rudy Demotte a remis les premiers Mérites wallons », sur http://www.lalibre.be,‎ (consulté le 15 septembre 2011)
  6. «Pour Hubert Nyssen», Le Devoir, 29 novembre 2011, p. A7.
  7. Notice Hubert Nyssen sur le site de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique

Liens externes[modifier | modifier le code]