Mehdi Belhaj Kacem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehdi, Belhaj et Kacem.
Mehdi Belhaj Kacem
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (44 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web
Distinction
Pensionnaire de la villa Médicis (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mehdi Belhaj Kacem, né le à Paris, est un philosophe, écrivain et acteur franco-tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Paris le d'un père tunisien et informaticien et d'une mère française et traductrice, Mehdi Belhaj Kacem passe son enfance en Tunisie, qu'il quitte à l'âge de treize ans[1].

Romans[modifier | modifier le code]

Il écrit à vingt ans son premier roman, Cancer, publié l'année suivante, en 1994 chez Tristram. Il publie dans la foulée 1993[2],[3]. Son dernier roman est publié en 1996, Vies et morts d’Irène Lepic[4]. Par la suite, il ne publie plus d'œuvre de fiction[5].

Essais[modifier | modifier le code]

Intéressé par la philosophie, sans formation universitaire en la matière mais par une approche autodidacte[5], il publie L'Antéforme[1]. Cette entrée dans la philosophie passe également par l'expérience communautaire[6], dans la veine des avant-gardes esthético-politiques, et dans le but de sortir du diagnostic nihiliste hérité de la critique situationniste du spectacle, par la notion de jeu. L'ouvrage Society est à la fois le fruit et le moteur de cette expérience[7].

Il découvre alors avec enthousiasme l'œuvre d'Alain Badiou dans laquelle il voit l'une des plus importantes de l'histoire de la philosophie : il écrit ainsi en 2009: « de même que nous avons commencé par dire que Derrida n’était qu’une parenthèse, géniale, mais une parenthèse, entre Heidegger et Badiou ; de même que nous avons osé affirmer que Heidegger n’était qu’une parenthèse, cruciale, mais une parenthèse, entre Badiou et Hegel ; nous pouvons maintenant aller jusqu’à la témérité d’affirmer que Hegel n’est qu’une parenthèse, grandiose, mais une parenthèse, entre Kant et Badiou. »[8]

Ses recherches se rationalisent, le style s'épure et ses ambitions philosophiques trouvent les moyens de leur démonstration. Il entame une œuvre philosophique en cinq tomes : L'esprit du nihilisme. Sorti en 2009 le tome 3, Une ontologique de l'Histoire, que l'auteur considère comme son travail le plus abouti, se termine par un chapitre, intitulé Algèbre de la tragédie.

Le dernier tome paraît en tant que troisième chapitre de l'ouvrage Après Badiou, dans lequel il critique la pensée de ce dernier, continuant à saluer sa construction métaphysique mais rejetant le reste, notamment les idées politiques et les règles morales qu'il juge archaïques[5],[9].

La dépression intellectuelle qui suit cette rupture, doublée par une détresse économique liée à son statut d'écrivain autodidacte, prend fin, progressivement, à partir 2013 par la reconnaissance grandissante de son œuvre philosophique : le numéro de l'année 2014 de la revue Philosophique[10] lui est entièrement consacrée ; la publication à part, cette même année, d'Algèbre de la tragédie, postfacée par Tristan Garcia qui reconnaît en Mehdi Belhaj Kacem «la figure héroïque de l'esprit critique»[11] ; la traduction en anglais de La transgression et l'inexistant[12] ; le séminaire tenu à La Générale depuis 2013[13].

En 2015 paraît le texte d'une conférence intitulée Artaud et la théorie du complot, où il évoque quelques « clochards métaphysiques », Jean-Jacques Rousseau, Friedrich Hölderlin, Søren Kierkegaard, Friedrich Nietzsche, Walter Benjamin, Guy Debord, Antonin Artaud, importants dans son propre cheminement[14]. En janvier 2016 parait l'ouvrage Textes inédits aux Presses du réel, préfacé par Michael Crevoisier et avec un avant-propos de l'auteur.

Divers[modifier | modifier le code]

Entre 1999 et 2002, Mehdi Belhaj Kacem participe à deux revues : EvidenZ[15] et Tiqqun[16],[17].

Son ouvrage, Essence n de l'Amour, est sélectionné pour le prix Décembre en 2001 mais échoue finalement au profit du livre Le Cri du sablier, de Chloé Delaume[18], son ex-femme[17].

Mehdi Belhaj Kacem est pensionnaire de la Villa Médicis dans la promotion 2015-2016 et dans la catégorie littérature[19].

Principales publications[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Cancer, éd. Tristram (Nouvelle édition en 1999, J'ai lu, coll. « Nouvelle génération », no 5153 - (ISBN 2-290-05153-5))
  • 1994 : 1993, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-08-7)
  • 1996 : Vies et morts d’Irène Lepic, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-09-5) (réédition, éd. Tristram, collection Souple, septembre 2016)

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1997 : L’Antéforme, éd. Tristram - (ISBN 2-207-25511-5)
  • 2000 : Esthétique du chaos, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-50-8)
  • 2001 : Society. Jeu investigatif et aventurier sur la communauté désavouable, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-30-3)
  • 2001 : L'Essence n de l’amour, éd. Fayard/Tristram - (ISBN 2-213-61126-2) (nouvelle édition augmentée, J'ai Lu, 2010)
  • 2002 : Théorie du trickster, avec EvidenZ, Sens & Tonka éditeurs (collection 10/vingt) - (ISBN 2-84534-050-8)
  • 2002 : De la communauté virtuelle, avec EvidenZ, Sens & Tonka éditeurs (collection 10/vingt) - (ISBN 2-84534-049-4)
  • 2002 : La Chute de la démocratie médiatico-parlementaire, Sens & Tonka éditeurs (collection 10/vingt) - (ISBN 2-84534-059-1)
  • 2004 : Événement et Répétition, préface d'Alain Badiou, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-42-7)
  • 2004 : L’Affect, éd. Tristram - (ISBN 2-907681-46-X)
  • 2004 : eXistenZ. Lecture d'un film, éd. Tristram- (ISBN 2-907681-51-6) (édition séparée d'un texte composant l'ouvrage Society)
  • 2004 : Pop philosophie, entretiens avec Philippe Nassif, éd. Denoël - (ISBN 2-207-25511-5) (édition poche, Tempus, 2008)
  • 2006 : La Psychose française, les banlieues : le ban de la République, éd. Gallimard, coll. Petite collection (ISBN 2-07-078065-1)
  • 2006 : Incipit « L'Esprit du nihilisme », éd. Ikko, coll. "6A" (ISBN 2-916011-03-X)
  • 2007 : Manifeste antiscolastique. L'esprit du nihilisme 2, Nous éditions, coll. Antiphilosophique (ISBN 2-913549-21-7)
  • 2009 : Ironie et vérité. L'esprit du nihilisme 1, Nous éditions, coll. Antiphilosophique (ISBN 291354929-2)
  • 2009 : L'esprit du nihilisme, une ontologique de l'Histoire. L'esprit du nihilisme 3, éd. Fayard, coll. Ouverture Philosophique (ISBN 9782213638584)
  • 2010 : Inesthétique et mimésis. Badiou, Lacoue-Labarthe et la question de l'art, Éditions Lignes, coll. Fins de la philosophie (ISBN 978-2-35526-045-2). Traduction allemande de Ronald Vouillé: Inästhetik und Mimesis, Berlin, Merve Verlag Gmbh, 2011
  • 2011 : Après Badiou, Grasset, coll. Figures (ISBN 978-2-2467-8392-3) (Le synthome politique, chapitrre 3. l'esprit du nihilisme 5)
  • 2012 : La conjuration des tartuffes, Léo Scheer, coll. Variations, XVI
  • 2012 : Opéra Mundi, Léo Scheer, coll. Variations, XX
  • 2012 : Protreptikos zur Lektüre von Sein und Sexuierung, Berlin, Merve Verlag Gmbh (inédit en français, manuscrit traduit par Ronald Vouillé)
  • 2013 : Être et Sexuation, L'esprit du nihilisme 4, Stock, coll. l'autre pensée (ISBN 978-2-234-07328-9)
  • 2014 : Algèbre de la tragédie, postface de Tristan Garcia : Critique et rémission, Éditions Léo Scheer, coll. Philosophie (réédition tel quel de la partie D - 4e partie - de L'Esprit du nihilisme une ontologique de l'Histoire)
  • 2015 : La transgression et l'inexistant. Un vocabulaire philosophique, ebook. Traduction anglaise de P. Burcu Yalim: Transgression and the Inexistent: A Philosophical Vocabulary, Bloomsbury Academic, 2014 (inédit au format papier en français)
  • 2015 : Artaud et la Théorie du complot, préface de Jean-Paul Chavent, Tristram Éditions, collection souple (ISBN 978-2367190433)
  • 2016: Textes inédits, préface de Michael Crevoisier, Les presses du réel, collection Relectures
  • 2017 : Dieu : La mémoire, la technoscience et le mal, Editions Les liens qui libèrent (ISBN 979-1020905192)

Directions d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Evidenz 1 Du Désœuvrement, Tristram, novembre 1999
  • Evidenz 2 De la lucidité (avec Chloé Delaume), Sens et Tonka, 2002
  • Esthétique et Politique, Alain Badiou Esthétique et Politique Mehdi Belhaj Kacem et Alexandre Costanzo (éd.), Éditions du Musée d'Art Moderne de Saint-Étienne Métropole (collection Pensées Contemporaines), 2011 (Actes du colloque 22 octobre 2008) (repris modifié in Inesthétique et mimesis. Badiou, Lacoue-Labarthe et la question de l'art)

Traductions[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Vita Nova de Dante Alighieri, postface de Jean-Pierre Ferrini, L'Arbalète Gallimard, 2007

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexander Galloway, Mehdi Belhaj Kacem, ou Le désœuvrement (III.), in Les nouveaux réalistes, Léo Scheer, 2012
  • Philosophique 2014. Mehdi Belhaj Kacem, Entretien & enjeux, Annales Littéraires de l'Université de Franche-Comté, Presses universitaires de Franche-Comté, juin 2014 (numéro de la revue comprenant une présentation de Louis Ucciani, un entretien du philosophe avec Michael Crevoisier, des textes de Stéphane Domeracki, Valentin Husson, Terence Blake, et une bibliographie très détaillée).
  • Penser le contemporain à la lumière de L'Esprit du nihilisme. Autour de Mehdi Belhaj Kacem (actes du colloque du Club de la Montagne Sainte Geneviève des 22, 23, et 24 mars 2013, Martin Fortier et Nicolas nely (dir.), Paris, ENS (à paraître, avec des interventions de jean-Clet Martin, Tristan Garcia, etc.)
  • Alain Badiou, Un corsaire du concept, préface à Evénement et Répétition, Tristram Éditions, 2004.
  • Tristan Garcia, Critique et rémission, postface à L'Esprit du nihilisme une ontologique de l'Histoire, Éditions Léo Scheer, collection Philosophie, 2014.
  • Jean-Paul Chavent, Préface à Artaud et la Théorie du complot, Tristram Éditions, collection souple, 2015
  • Michael Crevoisier, Démêlés philosophiques avec Badiou valant prolégomènes pour un système, préface à Textes inédits, Les presses du réel, collection Relectures, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mathieu Lindon, « Maudit Bejhaj Kacem », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. Baptiste Liger, « La pensée selon Mehdi Belhaj Kacem », Lire,‎ (lire en ligne)
  3. Hubert Artus, « De Badiou à BHL, Mehdi Belhaj Kacem tue le père », Rue89,‎ (lire en ligne)
  4. Hugo Marsan, « Contes de fées pour loups domestiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c Arnaud Viviant, « Badiou et Sartre. Mehdi médit », Regards,‎ (lire en ligne)
  6. Nicolas Treiber, « Mehdi Belhaj Kacem », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Eric Loret, « MBK, lecture racaille », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. Belhaj Kacem, Mehdi, 1973-, L'esprit du nihilisme : une ontologique de l'histoire, Fayard, (ISBN 9782213638584, OCLC 423391205, lire en ligne)
  9. Marcela Iacub, « "Après Badiou", de Mehdi Belhaj Kacem : vivre et penser sans Badiou », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Michaël Crevoisier et Louis Ucciani (dir.), Philosophique no 2014, Mehdi Belhaj Kacem. Entretien et enjeux, Presses Universitaires de Franche-Comté.
  11. "Critique et rémission" de Tristan Garcia. Postface à Mehdi Belhaj Kacem, Algèbre de la tragédie, Léo Sheer, Paris, 2014, p. 271.
  12. (en) Transgression and the Inexistent : A Philosophical Vocabulary [traduction de P. Burcu Yalim], Bloomsbury Academics, coll. "Suspensions" : Contemporary Middle Eastern and Islamicate Thought, 2014.
  13. Mehdi de 5 à 7
  14. Jean Birnbaum, « Prière d’insérer. Mehdi Belhaj Kacem et la paraphrase héroïque », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Jean-Luc Douin, « Lettre à la parano bien-aimée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  16. postface de la nouvelle édition de L'Essence n de l'amour, p. 86.
  17. a et b Emmanuel Poncet, « M. le messie », Libération,‎ (lire en ligne)
  18. « Le prix Décembre se jouera entre deux auteurs, dont une inconnue », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. « Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion de la réception des nouveaux pensionnaires de la Villa Médicis », sur site du Ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le 16 juin 2015).
  20. Jean-Luc Douin, « Medhi Belhaj Kacem : "J'ai composé un rôle de "machine désirante"" », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]