Élise Fontenaille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élise Fontenaille
depuis 2015 :
Élise Fontenaille-N'Diaye
Description de cette image, également commentée ci-après

Élise Fontenaille, au salon Livre sur la place, Nancy, 2011

Naissance (56 ans)
Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Activité principale
écrivaine, romancière
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

  • Unica (2006)
  • Les Disparues de Vancouver (2010)
  • Les Trois Sœurs et le dictateur (2013)

Élise Fontenaille, nommée depuis 2015 Élise Fontenaille-N'Diaye, née le (56 ans)[1] à Nancy (Meurthe-et-Moselle), est une auteur française de romans de littérature générale et pour la jeunesse, ainsi que de science-fiction, avec son roman Unica, pour lequel elle a obtenu le prix du Lundi (grand prix de la SF)[2] en 2007 et le prix Rosny aîné en 2008. Elle a aussi obtenu plusieurs autres prix, dont le prix Erckmann-Chatrian, en 2010, pour son ouvrage Les Disparues de Vancouver[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élise Fontenaille a suivi des études de sociologie et d'ethnologie[1] à Bordeaux et à Toulouse, puis devient journaliste à Paris. Elle vit ensuite à Vancouver au Canada[4] durant deux ans, travaillant comme attachée de presse au consul de France[1]. Elle s'inspirera ensuite de ce séjour à Vancouver pour en tirer plusieurs romans[1], dont L'Enfant rouge en 2002, Unica en 2006, Chasseur d'orages en 2009, Les Disparues de Vancouver et La Cérémonie d'hiver en 2010.

De retour à Paris, elle travaille pour plusieurs journaux, dont Actuel. Elle profite d'une période de chômage pour écrire son premier roman, La Gommeuse[5], qu'elle publie à 37 ans chez Grasset, en 1997.

En 2012-2013 elle participe à « L'école des écrivains »[6] avec l'Éducation nationale.

Elle est mère de deux garçons[1].

Thèmes d'inspiration[modifier | modifier le code]

Vancouver[modifier | modifier le code]

Élise Fontenaille a vécu deux ans à Vancouver, avant d'avoir publié son premier roman en 1997. Cette ville l'inspirera des années plus tard pour plusieurs de ses romans[1]. La ville est l'un des lieux de Demain les filles on va tuer papa en 2001, L'Enfant rouge l'année suivante, Chasseur d'orages en 2009. Son polar d'anticipation Unica en 2006 se déroule à Vancouver. En 2010, Les Disparues de Vancouver s'intéresse à l'affaire des femmes disparues du quartier de Downtown Eastside et du tueur en série Robert Pickton. La même année, son roman jeunesse La cérémonie d'hiver se déroule également à Vancouver, autour de l'histoire des indiens Haïdas[7].

Romans historiques[modifier | modifier le code]

L'Enfant rouge en 2002 se penche sur le XIXe siècle, entre Vancouver et la France, s'intéressant à la maladie de la variole et à l'opium. Brûlements en 2005 se déroule à la même période. En 2011, Le Palais de mémoire relate une passion amoureuse d'un jésuite exilé en Chine au XVIIIe siècle. L'Aérostat, en 2008, se situe à Paris, à la fin du XVIIe siècle.

En 2016, son roman jeunesse La Dernière Reine d'Ayiti se déroule à la fin du XVe siècle, lors de la colonisation des Taïnos en Haïti.

Faits divers ou historiques[modifier | modifier le code]

Les Disparues de Vancouver en 2010 revient sur l'affaire des femmes disparues du quartier de Downtown Eastside et du tueur en série Robert Pickton. L'année suivante, L'homme qui haïssait les femmes se construit autour de la tuerie de l'École polytechnique de Montréal au Québec, en 1989. Les Trois Sœurs et le dictateur en 2013 se penche sur l'histoire des trois sœurs Mirabal[8], assassinées en 1960.

Moins tragique, en 2011, le roman jeunesse Le Garçon qui volait des avions revient sur l'histoire de Colton Harris-Moore.

La Namibie[modifier | modifier le code]

En 2015, elle publie pour la première fois sous le nom de Élise Fontenaille-N'Diaye deux ouvrages qui se penchent sur la Namibie et son histoire. Un roman jeunesse Eben ou Les yeux de la nuit, et un ouvrage documentaire Blue book, enquête autour du massacre des Héréros et des Namas[9], au tout début du XXe siècle.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Élise Fontenaille-N'Diaye

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]