Emmanuel Pierrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierrat.

Emmanuel Pierrat

Description de l'image defaut.svg.
Naissance (46 ans)
Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne)
Drapeau de la France France
Nationalité Française
Profession
Avocat et écrivain
Autres activités
Conservateur du musée du Barreau de Paris
Formation
Distinctions

Prix Simone Golschmidt-Fondation de France Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres

Grande médaille d'argent de l'Académie d'architecture

Emmanuel Pierrat (né le [1] à Nogent-sur-Marne[2]) est avocat au barreau de Paris, spécialisé dans le droit de l'édition, membre du conseil national des barreaux, ancien membre du conseil de l'ordre, ainsi que conservateur du musée du barreau de Paris. Il est aussi éditeur, romancier, traducteur[3], essayiste[3] et a été conseiller municipal du 6e arrondissement de Paris de 2008 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Après des études à l'université Paris II (DEA de droit de la propriété industrielle, littéraire et artistique, licence de communication de l'Institut français de presse) et à Louvain-la-Neuve (Belgique), Emmanuel Pierrat a prêté serment auprès du barreau de Paris en 1993.

Depuis 1997, il est titulaire du certificat de spécialisation en droit de la propriété intellectuelle.

Carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

Avocat au barreau de Paris depuis 1993, Emmanuel Pierrat est également membre du Conseil national des barreaux et ancien membre du Conseil de l'ordre.

Il exerce aussi la fonction de conservateur du musée du Barreau de Paris.

En 2003, il fonde le cabinet d'avocats portant son nom, composé d'une dizaine d'avocats, et le codirige avec Sophie Viaris de Lesegno et Julien Fournier.

Il a également développé un partenariat entre son cabinet et Jean-Baptiste Blanc, avocat auprès des barreaux d'Avignon et de Paris, spécialisé en droit public et des collectivités locales.

En tant que juriste, Emmanuel Pierrat a enseigné le droit à l'université Paris 13[4]. Comme avocat, il a notamment défendu Michel Houellebecq en 2002 pour ses propos sur l'Islam dans Lire en 2001[5], ou encore le propriétaire du nom de domaine Jeboycottedanone.com dans la procédure lancée par Danone[6].

Il accompagne également ses clients artistes et auteurs das le cadre de la négociation de leurs contrats et de la promotion de leur carrière. Il exerce ainsi les fonctions d'agent d'artistes littéraires et artistiques.

Carrière politique et associative[modifier | modifier le code]

En politique, il a été candidat lors de plusieurs élections sous les couleurs du Mouvement des citoyens. Lors des municipales de mars 2008, il a été présenté en troisième position sur la liste Paris, « Un temps d’avance », pour la majorité de gauche de Bertrand Delanoë, dans le 6e arrondissement où il exerça les fonctions de conseiller municipal. Aux municipales de 2014, il est candidat à la tête d'une liste d'ouverture écologiste, mais n'est pas réélu.

Par ailleurs, en tant que membre du Conseil d'orientation du Centre africain pour la formation à l'édition et à la diffusion (CAFED, Tunis), il effectue de fréquentes missions d'expertise et de formation concernant le droit de la culture dans toute l'Afrique, le Proche et le Moyen-Orient, ainsi qu'en Inde.

Emmanuel Pierrat est également membre de l'Union internationale des avocats (UIA) et administrateur de l'AFPIDA, section française de l'Association littéraire et artistique internationale (ALAI), ainsi que membre de l'association Art et Droit, et adhérent de la société Les Amis du musée du quai Branly.

En septembre 2013, il est désigné co-tête de liste EELV avec Laurence Graffin dans le 6e arrondissement pour les élections municipales de 2014 à Paris. Classé en troisième position, sa liste n'a pas d'élus.

Il est franc-maçon depuis le début des années 2000 et, comme il le déclare au documentaire de 2014 Mes questions sur la franc-maçonnerie de Serge Moati et Alice Cohen, « j'ai besoin d'allez en loge chaque semaine ».

Éditeur et auteur[modifier | modifier le code]

En tant qu'éditeur, Emmanuel Pierrat est cofondateur, en 2004, des maisons d'édition Privé (avec deux associés Guy Birenbaum et Pierre-Louis Rozynès)[7] et Cartouche (avec Léo Scheer)[8].

Il a été aussi directeur de la collection L'Enfer chez Arléa, Blanche et Flammarion[4].

Il rédige un blog judiciaro-littéraire, alimenté chaque semaine, sur le site www.livreshebdo.fr, du magazine Livres-Hebdo, et écrit régulièrement dans diverses revues sur le droit d'auteur et le droit du marché du livre.

Il a publié de nombreux ouvrages juridiques de référence sur le droit de l'édition, la liberté d'expression, le droit du commerce du livre, le droit à l'image, et est aussi l'auteur de plus d'une dizaine de romans et récits. Plusieurs de ses ouvrages ou contributions ont été traduits (en vietnamien, galicien, roumain, grec, allemand, espagnol, anglais, bengali, russe, japonais, mandarin...).

Emmanuel Pierrat a également signé plusieurs essais sur la culture, la justice ou encore la censure, et en particulier : La Guerre des copyrights (Fayard, 2006), Antimanuel de droit (Bréal, 2007), La Justice pour les nuls (First, 2007 et 2013).

Il est par ailleurs le président du jury du prix Sade[9].

Emmanuel Pierrat a été également chroniqueur dans plusieurs magazines : Têtu[10], Caractère, Elle et L'Œil[11].

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le frère du journaliste et écrivain Jérôme Pierrat.

Publications[modifier | modifier le code]

Essais et ouvrages juridiques[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierrat, Emmanuel, notice d'autorité personne n°FRBNF12196689, catalogue Bn-Opale Plus, Bibliothèque nationale de France, 8 avril 1991.
  2. Serge Safran, « Emmanuel Pierrat, l'avocat de l'Enfer », Le Magazine littéraire, no 390,‎ (résumé).
  3. a et b Jacques Nerson, « Un récit d'Emmanuel Pierrat : Pierrat, l'insomniaque », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne) : « l'auteur de 6 romans, 17 essais, 7 ouvrages juridiques et 3 traductions ».
  4. a et b Jean-François Josselin, « Brève rencontre AVEC...Emmanuel Pierrat : «Payé pour lire» », Le Nouvel Observateur, no 1897,‎ (lire en ligne).
  5. Denis Demonpion, Houellebecq non autorisé : Enquête sur un phénomène, Maren Sell éd.,‎ , 376 p. (ISBN 2-35004-022-4).
  6. Alexandre Piquard, « Danone contre le boycott : l’affaire à suivre », sur Transfert.net.
  7. N. B., « Création des éditions Privé par Guy Birenbaum, Pierre-Louis Rozynès et Emmanuel Pierrat », La République des Lettres,‎ (lire en ligne).
  8. Alain Beuve-Méry, « Bienvenue chez les Mapuches et les Gagaouzes », Le Monde des Livres,‎ .
  9. Composition jury Prix de Sade
  10. Le livre noir de la censure, sur le site de la bibliothèque municipale de Lyon.
  11. Emmanuel Pierrat, sur Evene.
  12. (fr) « Pommes Libertines, livre de Emmanuel Pierrat et Richard Conte ». Site Actualité du Livre. Consulté le 5 février 2010.