Jean-Marie Blas de Roblès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blas et Robles.
Jean-Marie Blas de Roblès
Description de l'image Jean-Marie Blas de Roblès (2014).jpg.
Naissance 1954
Sidi-Bel-Abbès, Algérie française
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Compléments

Directeur de la collection Archéologie chez Edisud

Jean-Marie Blas de Roblès, né en 1954 à Sidi-Bel-Abbès dans les départements français d'Algérie[1], est un philosophe et écrivain français, lauréat du prix Médicis en 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Blas de Roblès naît en Algérie, alors française, avant que sa famille ne rentre en France et ne finisse par s'installer dans le Var. Après des études de philosophie à la Sorbonne et d'histoire au Collège de France, il part au Brésil enseigner et prend la direction de la Maison de la Culture française à Fortaleza. Il reçoit en 1982 le prix de la nouvelle de l'Académie française pour La Mémoire de riz. La Chine populaire sera sa destination suivante et il aura le privilège de donner les premiers cours sur Jean-Paul Sartre et Roland Barthes à l'université de Tianjin. En 1987 paraît son premier roman L'Impudeur des choses, suivi du Rituel des dunes en 1989. Pendant ce temps, il enseigne à Palerme, en Italie, ou encore à Taïwan.

Au début des années 1990, Jean-Marie Blas de Roblès va abandonner l'enseignement pour se consacrer à l'écriture et entamer son troisième roman qu'il mettra de nombreuses années à achever, Là où les tigres sont chez eux. Durant cette période, il publiera essentiellement des essais ou des textes poétiques en revue.

À partir de 1986, il participe aux fouilles sous-marines de la Mission archéologique française en Libye. Il dirige actuellement la collection Archéologies qu'il a créée chez Edisud et qui vise à vulgariser l'archéologie. Il est également responsable de rédaction de la revue Aouras consacrée à la recherche archéologique sur l'Aurès antique[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles
Poésie
  • 1983 : D'un Almageste les fragments : Périhélie, L'Alphée, no 10
  • 1986 : D'un Almageste les fragments : Sur des ruines Le Chat bleu, cahier no 3
  • 1990 : D'un Almageste les fragments : Pancrace, Bruno Grégoire, Poésies aujourd'hui, Seghers
  • 2006 : Alerte, catacombes, Le Mâche-Laurier, no 24
  • 2015 : Hautes Lassitudes, Bernard Dumerchez
Essais
  • 1991 : Une certaine façon de se taire..., Quai Voltaire, no 3
  • 1998 : What It Means to Be in the Forest (version française) Zingmagazine, volume 2, New-York
  • 1999 : Libye grecque, romaine et byzantine, Édisud
  • 2003 : Sites et Monuments antiques de l'Algérie, avec Claude Sintes, Édisud
  • 2004 : Vestiges archéologiques du Liban, avec Dominique Piéri et Jean-Baptiste Yon, collection « Archéologie », Édisud-Librairie Antoine
  • 2011 : Sicile antique, avec Bernard Birrer et Hervé Danesi, collection « Archéologies », Édisud

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le syndrome du scaphandrier », Le Courrier de l’UNESCO, no 1,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  2. Site officiel de Jean-Marie Blas de Roblès
  3. « La symphonie Roblès », sur http://bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 11 novembre 2010)
  4. « Grand prix Thyde Monnier », sur http://www.prix-litteraires.net (consulté le 11 novembre 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]