Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des civilisations.
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée
Le MuCEM, de nuit, avec le fort Saint-Jean.
Le MuCEM, de nuit, avec le fort Saint-Jean.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Marseille
Adresse 7, promenade Robert Laffont
13002 Marseille
Monument Fort Saint-Jean
Coordonnées 43° 17′ 43″ N 5° 21′ 43″ E / 43.295278, 5.36194443° 17′ 43″ Nord 5° 21′ 43″ Est / 43.295278, 5.361944  
Informations générales
Type Musée national
Date d’inauguration
Conservateur Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections,
Denis Chevallier, responsable du département recherche et enseignement
Superficie 40 000 m2 (sur trois sites)
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 2 millions dont 650 000 pour les expositions (2014)
Site web mucem.org

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

Géolocalisation sur la carte : Marseille

(Voir situation sur carte : Marseille)
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée

Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM)[1] est un musée national situé à Marseille en France. Il est ouvert depuis le [2] lors de l'année de la Capitale européenne de la culture.

Se définissant comme un « musée de société »[3],[4], il est consacré à la conservation, l'étude, la présentation et la médiation d'un patrimoine anthropologique relatif à l'aire européenne et méditerranéenne, à partir de collections d'origine internationale et de recherches tournées vers une approche transdisciplinaire, concernant les sociétés dans leur totalité et dans l'épaisseur du temps.

Au delà des collections, le MuCEM a pour vocation de fonctionner comme un forum, un lieu de débats, où les présentations de référence et les expositions temporaires s'articulent autour de grandes questions de société[5].

Le MuCEM est présidé par Jean-François Chougnet, Zéev Gourarier étant directeur scientifique et des collections.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Le musée est construit sur le site du fort Saint-Jean[6],[7] et de l'esplanade du J4. Surplombant la darse entre ces deux sites, une passerelle de 130 m de long relie le fort au musée. Une autre passerelle relie le fort Saint-Jean à l'esplanade de la Tourette. Le bâtiment est accolé à la villa Méditerranée.

Le musée proprement dit, « un bâtiment de pierre, d’eau et de vent »[8], est réalisé par l'architecte Rudy Ricciotti[9] (associé à Roland Carta), dans le nouveau bâtiment – un cube de 15 000 mètres carrés. Il présente les collections sur deux niveaux et accueillant en outre un auditorium de quatre-cents places, une librairie et un restaurant avec terrasse panoramique dirigé par le chef du Petit Nice, Gérald Passédat. Dans le fort Saint-Jean réaménagé, la tour du roi René est consacrée à l'histoire du site, le bâtiment du DRASSM[10] accueille l'Institut Méditerranéen des Métiers du Patrimoine (I2MP), les casernements hébergent des ateliers et expositions permanentes et le bâtiment Georges-Henri-Rivière est réservé à des expositions temporaires.

Les réserves du musée, ainsi que les espaces consacrés à la recherche, sont situées sur un autre site, le Centre de conservation et de ressources (CCR), aménagé par Corinne Vezzoni à la Belle de Mai[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le MuCEM hérite des collections du musée national des arts et traditions populaires (MNATP) à Paris, fermé en 2005 par le ministère de la Culture et de la Communication.

Ouvert en 1937, le MNATP avait lui-même remplacé la salle « France » du musée d'ethnographie du Trocadéro ouverte en 1884[8].

Lors du week-end d'inauguration (en juin 2013), il reçoit 63 910 visiteurs, ce qui est considéré par la direction comme une « affluence exceptionnelle » puisqu’on avait estimé auparavant qu'il recevrait 300 000 visiteurs par an[12].

Financement[modifier | modifier le code]

La création du MuCEM aura coûté 167 millions d'euros, financé à 65 % par l'État et à 35 % par les collectivités locales, le département et la région[13]. Dans son rapport publié en février 2015, la Cour des comptes[14] dénonce un équilibre économique « fragilisé »[15] et les larges dépassements budgétaires de sa construction (88 millions d'euros étaient prévus à l'origine)[16]. Elle souligne également qu'une « grande partie des coûts d'entretien et de maintenance (...) demeure incertaine »[17].

Collections[modifier | modifier le code]

Les collections sont constituées principalement à partir de celles de l'ancien MNATP mais également à partir de celles du département Europe du musée de l'Homme et d'œuvres provenant d'autres musées nationaux. En plus de ces dépôts, une politique d'acquisition, sous forme d'achats, de donations ou d'enquêtes-collectes de terrain est réalisée avec l'accord et le concours des musées et des centres de recherche partenaires dans les pays concernés. Le chantier des collections du MuCEM, commencé en juin 2004, prend en charge la totalité des collections du musée des ATP, soit environ 250 000 objets présents sur le site parisien et dans les réserves extérieures, et traite ultérieurement les collections en deux dimensions (estampes, archives sonores…). Les collections issues du musée de l'Homme comprenant environ 30 000 objets, ce sont au total environ un million d’objets de taille, de forme et de matériaux extrêmement variés qui sont traités dans le chantier.
Le MNATP ayant pour vocation de faire découvrir le patrimoine rural de la France, les objets qui se retrouvent au MuCEM n'ont pas tous trait à l'Europe ou à la Méditerranée[18], d'où la question de l'adéquation du fonds du musée et son objectif[13].

Expositions[modifier | modifier le code]

Vue du MuCEM depuis un bateau.

« La galerie de la Méditerranée » est l'exposition permanente du musée dont la scénographie a été conçue par Adeline Rispal.

Des expositions temporaires sont présentées au J4 et dans l'ancienne caserne, devenu bâtiment Georges Henri Rivière, au fort Saint-Jean dont l'ancienne salle de garde est consacrée à l'histoire du fort. Dans les espaces intérieurs, un parcours exposition retrace les « jeux de la fête »[8].

Exposition temporaire
J4
Dates Exposition
au
au
Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen...
Au bazar du genre, Féminin – Masculin en Méditerranée
12 mars au
26 mars au
Splendeurs de Volubilis
Le Monde à l'Envers
au
au
Food. produire, manger, consommer
Raymond Depardon .Un moment si doux
29 avril au
24 juin au
Lieux Saints Partagés
Migration Divines
Fort Saint-Jean Bâtiment Georges-Henri-Rivière
Dates Exposition
7 juin au
au
Les choses de ce côté du monde
Mare-Mater, Patrick Zachmann
14 mars au
2 juin au
Des Artistes dans la cité 1 : L'art en travail
Des Artistes dans la cité 2 : Passerelle artistique: étrange paradoxe
au
13 mai au
History Zéro Stefanos Tsivopoulos
Traces… Fragments d’une Tunisie contemporaine


L'auditorium Germaine Tillion accueille des conférences, débats et spectacles[19]. Des projections de films et des concerts sont organisés sur le parvis devant le musée.

Galerie : le MuCEM en construction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ouverture au public du MuCEM, la nouvelle muse de Marseille, RFI le 6 juin 2013
  2. Site du MuCEM, consulté le 18 mai 2013
  3. Apparu dans la terminologie culturelle française au cours des années 1990 sous le titre Musées et sociétés, ce type de musée (écomusées, musée d'arts et traditions populaires, musée d'ethnographie, d'histoire, d'industrie ou musée de plein air) évoque l'évolution de l'humain dans sa société. Source Encyclopædia Universalis: Musées de société
  4. « Le MuCEM réenchante Marseille », sur La Croix,‎
  5. MuCEM: «Au Bazar du genre» on discute du sexe en Méditerranée, RFI le 8 juin 2013
  6. Le MuCEM en 20 images: le J4, le fort Saint-Jean et les expositions, RFI le 7 juin 2013
  7. Après avoir été fermé au public pendant des siècles, le fort devient un lieu de promenade en accès libre.
  8. a, b et c Le MuCEM visite générale
  9. Rudy Ricciotti : «Le Mucem, une architecture féminine et musculaire», RFI le 3 juin 2013
  10. Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines
  11. Le Centre de Conservation et de Ressources
  12. Plus de 60 000 visiteurs pour l'ouverture du MuCEM de Marseille, Le Monde.fr, 9 juin 2013.
  13. a et b Claire Bommelaer, « Le MuCEM, nouveau phare de Marseille », sur Le Figaro,‎
  14. Le MuCEM : une gestation laborieuse, un avenir incertain, ccomptes.fr, février 2015
  15. Étudiants du CFJ, « Marseille: la Cour des comptes épingle le Mucem », Challenges,‎ (lire en ligne)
  16. Mais à quoi sert le MuCEM ?, tempsreel.nouvelobs.com, 28 février 2015
  17. La Cour des comptes casse la baraque du MuCEM !, lepoint.fr, 11 février 2015
  18. Le MuCEM cherche son «M», RFI le 7 juin 2013
  19. « MuCEM - Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée », sur www.mucem.org (consulté le 28 mai 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]