Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm)
Image illustrative de l'article Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines

Création 4 janvier 1996
Type Service à compétence nationale
Siège 147, plage de l'Estaque, Marseille
Langue Français
Organisations affiliées Ministère de la Culture
Site web http://www.culturecommunication.gouv.fr/Disciplines-et-secteurs/Archeologie/Archeologie-sous-les-eaux

Le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) est un service du Ministère de la Culture français créé le 4 janvier 1996 et dédié à l'archéologie subaquatique et sous-marine[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Créée en 1966 par le ministre de la Culture André Malraux, la Direction des Recherches Archéologiques Sous-Marines (DRASM) se change en Département des Recherches Archéologiques Sous-Marines en 1991. Par l'arrêté du 4 janvier 1996[2], il devient le Département des Recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, en fusionnant avec le CNRAS (Centre National de la Recherche Archéologique Subaquatique) créé en 1980 pour gérer et protéger le patrimoine culturel enfouis dans les eaux intérieures.

Implanté conjointement à Marseille et à Annecy, le Drassm relève de la direction du patrimoine (sous-direction de l’archéologie) du Ministère de la Culture[3].

Ce département obtient la compétence nationale par l'arrêté du 16 décembre 1998[4].

En 2009, le Drassm quitte ses locaux du Fort Saint Jean de Marseille et s'installe à l'Estaque.

En 2012, l’André Malraux remplace l'Archéonaute, navire emblématique du service devenu trop vieux.

Missions[modifier | modifier le code]

Le Drassm délivre les autorisations de prospection et de sondage et il contrôle les opérations de fouilles préventives et programmées dans le domaine public maritime.

Il assure l’inventaire (recensement et expertise) du patrimoine archéologique subaquatique et sous-marin et alimente la carte archéologique nationale. Le Drassm intervient sur 11 millions de km² en Zones Économiques Exclusives (ZEE) et assure la mise en œuvre de la loi sur les biens culturels maritimes[5].

Depuis sa création, 1 500 sites archéologiques, datant de la Préhistoire à nos jours, ont été fouillés dans les eaux intérieures et extérieures du monde entier.

Il gère le mobilier culturel qui lui est remis ou qu’il découvre et assure sa conservation et sa mise en dépôt dans les musées. À cette fin, une cellule de conservation préventive a vu le jour en 2010.

Le Département assure un volet de formation auprès des plongeurs bénévoles (certificat d’aptitude à l’hyperbarie, accueil sur les chantiers de fouilles) ainsi qu’auprès des futurs archéologues professionnels (collaboration avec le master MoMarch). Il diffuse également ses recherches par la publication, chaque année, de son bilan scientifique et sa participation à des manifestations: expositions, colloques, conférences, journée du Drassm, journées nationales de l’archéologie, journées européennes du patrimoine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'archéologie subaquatique se pratique dans les eaux douces des lacs et rivières, l'archéologie sous-marine dans les eaux salées de la mer.
  2. Arrêté du 4 janvier 1996 portant création et organisation du département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, sur Legifrance.fr
  3. Bernard Beaulieu, Michèle Dardy-Cretin, Histoire administrative du Ministère de la culture, 1959-2002 : les services de l'administration centrale, la Documentation française, , p. 80
  4. Arrêté du 16 décembre 1998 érigeant le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines en service à compétence nationale, sur Legifrance.fr
  5. Loi n° 89-874 du 1 décembre 1989 relative aux biens culturels maritimes et modifiant la loi du 27 septembre 1941 portant réglementation des fouilles archéologiques, sur Legifrance.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]