Maryse Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé.

Maryse Condé née Maryse Liliane Appoline Boucolon le [1],[2],[3],[4] à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), est journaliste, professeure de littérature et écrivaine d'expression française, « guadeloupéenne indépendantiste » ainsi qu'elle l'a toujours revendiqué[5],[6],[7].

Elle est l'autrice d'une œuvre conséquente de renommée mondiale. Elle est surtout connue pour son best-seller, Segou, roman historique qui, à travers le destin de trois frères, retrace la chute du royaume bambara de Ségou et dont la parution intervient dans le contexte de l' « effet Roots »[8], le célèbre roman de Alex Haley adapté pour la télévision quelques années plus tôt. Elle est également connue pour son roman Moi, Tituba sorcière… , un récit d'esclave (slave narrative) dont la version anglaise est accompagnée d'une préface d'Angela Davis[9]. En Guadeloupe et en Martinique, on l'associe essentiellement à Traversée de la mangrove et La Vie sans fard, sa première autobiographie ouvertement avouée dans laquelle elle ébranle le mythe qui s'était forgé au fil de sa carrière littéraire[10]. Elle a d'abord été dramaturge avant d'être reconnue comme romancière. Elle a écrit des romans pour adolescents, notamment dans le magazine Je bouquine.

Elle a travaillé comme journaliste culturelle à la BBC et à RFI.

Fondatrice du Centre des études françaises et francophones pour lequel elle avait expressément été recrutée par l'université Columbia, elle contribue ainsi à faire connaître la littérature dite francophone aux États-Unis.

Professeure émérite, elle vit à présent à Gordes, où, avec une assistance médicale et le soutien de son mari, elle reçoit sa famille et des membres de son entourage et continue de se « questionner », d'écrire[11]. Son dernier roman, paru en juin 2017, s'inscrit dans l'actualité puisqu'il est une médiation sur le phénomène de la radicalisation dans le contexte de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher en amont de laquelle Clarissa Jean-Philippe, une policière de 25 ans originaire de Martinique, avait été tuée par Amedy Coulibaly[12].

Biographie[modifier | modifier le code]

Maryse Boucolon naît en Guadeloupe dans une famille de huit enfants dont elle est la benjamine. Elle insiste sur le fait qu'elle est née dans un « milieu d'embryon de bourgeoisie noire » et que donc « [son] enfance a été purement française. Je l'ai dit déjà dans Le Cœur à rire et à pleurer, mon père commandait des livres de littérature française à la librairie Nelson ; lui ne les lisait pas, mais mon frère et moi, on coupait des pages et on lisait. Petits, on a été imprégnés de littérature et de culture françaises »[13].

Sa mère, Jeanne Quidal, est la première institutrice noire de sa génération[14]. Par son statut de fonctionnaire, la famille avait l'opportunité de se rendre à peu près tous les cinq ans « en métropole » - comme certains continuent à le dire en Guadeloupe. Sa grand-mère, Victoire Elodie Quidal, était cuisinière. Après sa retraite universitaire, en 2003, elle entreprend des recherches sur sa grand-mère, ce qui lui fournit la matière d'un « portrait » littéraire où l'imagination et l'invention lui permettent de restituer la dignité de cette figure occultée par l'ascension sociale de ses parents. Avec Victoire, les saveurs et les mots, qu'elle considère comme l'un de ses livres les plus aboutis, elle s'inscrit dans l'héritage de sa grand-mère Victoire qui « se louait » chez des « blancs pays » et qui « parvint à forcer pour sa fille les portes de la petite bourgeoisie noire naissante »[15].

Son père, Auguste Boucolon, par sa « grande amitié » avec Ferdinand d'Alexis, fait partie des 19 commerçants qui, en 1915, crée La Caisse Coopérative des Prêts - en 1955, celle-ci prend le nom de Banque Antillaise avant d'entrer, en 1979, « dans le giron » de la Banque Française Commerciale (BFC) après une première prise de participation par la filiale d’Indosuez en 1975[16]. Auguste Boucolon a perdu sa mère dans un incendie quand il avait 7 ans, croit se souvenir Maryse Condé au micro de Yasmine Chouaki sur RFI, pour expliquer l'importance qu'il accorde à son éducation[14].

Ses parents ont d'abord habité à Pointe-à-Pitre rue Condé avant d’emménager rue Alexandre Isaac[17].

Départ de Guadeloupe[modifier | modifier le code]

En 1950, l'année de ses 16 ans, elle part étudier au lycée Fénelon où, avec un étudiant en histoire, « Jacques A... », elle fonde le club Luis Carlos Prestes[18].

Un jour, se souvient-elle, une professeure, sensible à son malaise vis-à-vis des comportements racistes qu'elle endure sans encore en comprendre l'origine et le fonctionnement[19], lui propose de faire un exposé sur « les Antilles ». C'est là qu'elle réalise son ignorance des réalités antillaises et qu'elle lit, sur les conseils de son grand frère[20], La Rue Cases-Nègres de Joseph Zobel. Cette lecture lui permet de prendre conscience de ce qu'elle ne faisait qu'entrevoir depuis la fenêtre de la voiture de ses parents lorsqu'ils sortaient donner le bonjour à de la famille ou passer quelques jours dans leur « maison de changement d'air ».

Elle se lie d'amitié avec Françoise Bruhat, la fille de Jean Bruhat, un historien marxiste de renom qui enseignait à la Sorbonne : « Eux, le père et la fille, m'ont appris le sens du mot colonialisme, colonisation, identité, origine, dépossession, et pour la première fois, ils m'ont parlé de l'esclavage, que mes parents avaient toujours occulté, et j'ai compris pourquoi il y avait des Noirs aux Antilles »[21]. Elle découvre alors la maison d'édition Présence africaine et les écrivains de la négritude ; le Discours sur le colonialisme lui ouvre les yeux[22].

Au cours de ces années, elle publie ses premiers écrits : conte (« La légende du flamboyant »), nouvelle (« Enfances noires ») essai (« Le rêve exotique en peinture »). Ceux-ci dénotent une première réflexion sur la « créolité » - que sa mère refoulait[23] - à travers un jeu linguistique sur les créolismes et une curiosité pour les peintres-voyageurs tel Paul Gauguin ou faussement voyageur tel le Douanier Rousseau auxquels elle consacre une étude en deux volets[24].

[…] je faisais mon intéressante parce que j’écrivais dans des feuilles de chou estudiantines et que tout le monde louait ma plume. Je n’avais pas encore osé envisager de devenir écrivain. Par contre, je me voyais très bien en journaliste. Je me souviens de deux articles que je signai et qui firent grand bruit dans notre petit monde[25].

En 1952, son texte « Le merveilleux Noël d’Arsène » remporte le Prix de la nouvelle des étudiants Antillais et Guyanais de la revue Alizés dans laquelle elle publie de 1952 à 1954. Elle s'inscrit à la Sorbonne en licence d'anglais. Au cours de ces années estudiantines, elle fréquente les foyers africains et rencontre l'acteur guinéen jouant le rôle d'Archibald dans la première mise en scène de la pièce Les Nègres de Jean Genet : Mamadou Condé. En août 1958, à la mairie du XVIIIe arrondissement de Paris, elle l'épouse et prend le nom de Condé[26]. Mais ce mariage ne fera pas long feu, celui-ci étant fondé sur un malentendu explique-t-elle :

« Quand je l’ai épousé, il était Archibald dans Les Nègres. Il avait un rôle qui ne correspondait pas à ce qu’il était vraiment. Finalement j’ai épousé une sorte de masque. Je ne veux pas dire du mal de lui puisqu’il est mort maintenant, et qu’après tout, nous nous sommes aimés, même si cela n‘a pas duré. Mais Condé n’était pas Archibald. Il n’aimait pas les ennuis. La politique lui faisait peur, il voulait une vie sans histoire. Il était macho. Il n’aimait pas avoir une femme tranquille qui lui fasse des gosses. Il était mécontent que je fréquente tous ces marxistes mal vus du pouvoir. C’était normal en fait. Je le comprends. »[27]

Ce mariage est donc ambivalent : d'un côté, c'est la materialisation de son tropisme pour l'Afrique ; de l'autre, ce mariage entre en contradiction avec sa conscience politique. En effet, l'Afrique ne vaut qu'en fonction de sa volonté de « comprendre l'origine de ses souffrances » et pourquoi ses parents « méprisaient » tant le continent d'où furent déportés leurs ancêtres[21]. C'est depuis Paris qu'elle apprend le décès de sa mère, Jeanne Quidal, en 1953[23] ; puis de son père, Auguste Boucolon, en 1959.

J'ai beaucoup pensé à ma mère pendant toute une époque, puis, c'est bizarre, moins, au fur et à mesure que j'écrivais. Au début, je lui en voulais : "Enfin, on ne meurt pas quand on a une fille de dix-neuf ans !" Aujourd'hui, c'est passé, c'est dominé, je pense à elle autrement. Je me dis que c'est dommage qu'elle ne soit pas là pour voir ses petits-enfants[23].

Départ vers l'Afrique[modifier | modifier le code]

En Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Cette même année 1959, se souvient-elle dans La vie sans fard, « la Coopération commençait de balbutier. Une aile du ministère abrita bientôt un bureau d’embauche pour les Français qui voulaient tenter leur chance en Afrique. Cette offre semblait faite pour moi. »[28] C'est ainsi qu'elle se retrouve professeure de français au lycée de Bingerville en Côte d'Ivoire.

Entre la Guinée et le Ghana[modifier | modifier le code]

Fin 1961, elle rejoint Mamadou Condé en Guinée. Lors des quatre jours de deuil national décrété par Sékou Touré suite à la mort de Frantz Fanon le 6 décembre, elle emploie ce temps à lire l'œuvre du psychiatre martiniquais et, particulièrement, Les Damnés de la terre, le chapitre IV « Sur la culture nationale » précédé d'une longue citation de Sékou Touré dont elle relève l'ironie rétrospective[29].

Elle commence à écrire un roman qui restera inachevé et inédit, Les Pharisiens dont le tapuscrit, daté de 1962, est conservé par l'Université des Antilles, en Guadeloupe sur le site Fouillole.

En 1964, elle s'envole, seule, pour le Ghana[30] où elle rédige la première version de ce qui deviendra son premier roman, Heremakhonon[31].

À Londres pour BBC Afrique[modifier | modifier le code]

Quelque temps après le coup d'état du 26 février 1966 qui contraint Kwame Nkrumah à l'exil dans la Guinée de son « ami » Sékou Touré, du fait de son passeport guinéen, explique-t-elle, on la suspecte d'être une espionne. Grâce à l'intervention d'un avocat ghanéen, Kwame, qui « connaissait pas mal de gens du nouveau pouvoir », elle est libérée mais est contrainte de vivre plusieurs mois sans passeport avant d'être finalement expulsée. C'est ainsi qu'elle part à Londres avec ses enfants pour travailler au service Afrique de la BBC où elle fait « des comptes rendus de livres, d'expositions, de concerts et de pièce de théâtre africains ou ayant trait à l'Afrique ». Ce lui est, notamment, l'occasion d'assister à sa première représentation d'une pièce de Wole Soyinka, The Lion and the Jewel et de profiter du passage à Londres, à l'occasion du congrès Dialectique de la libération (en) du 5 and 30 juillet 1967, de Stokely Carmichael pour l'interviewer. Deux ans plus tard, elle rentre au Ghana pour, « selon le calendrier établi », se remarier avec Kwame. Mais, n'ayant pas réussi à joindre Mamadou Condé, elle n'a pas pu obtenir le divorce et la cérémonie est reportée[32].

Au Sénégal[modifier | modifier le code]

En 1969, elle se sépare de Kwame et, avec ses enfants, quitte le Ghana pour le Sénégal. À Dakar, elle travaille d'abord à l'Institut Africain de Développement Économique et de Planification (IDEP) comme traductrice avant de faire une demande auprès du ministère de la Coopération français. Elle est ainsi affectée au lycée Gaston Berger de Kaolack (rebaptisé lycée Valdiodio Ndiayede en 1984[33]), dans le Sine Saloum. C'est là, dans cette ville qu’elle a « haï »[34], qu'elle fait la connaissance d'un britannique professeur d'anglais, Richard Philcox, qui devient son conjoint puis son deuxième mari en 1981.

En France[modifier | modifier le code]

En 1970, elle décide de quitter l'Afrique de l'Ouest, de reprendre sa vie en main : « J'en avais vraiment marre de l'Afrique. Trop de coups durs. Je me voyais en train de stagner dans des postes médiocres et des maisons de fonction délabrées avec tous ces enfants qui commençaient à grandir. Il ne semblait n'y avoir ni issue ni avenir. »[35] Pour ce faire, elle confie ses enfants, « même [s]on fils Denis », à Mamadou Condé avec lequel elle est séparée mais non encore divorcée.

Impressionnée par le genre canonique du roman, elle se fait la main avec le théâtre et conçoit deux pièces : en 1973, au festival de théâtre de Fort-de-France, Dieu nous l'a donné est mise en scène par Ivan Labejoff ; quant à La mort d'Oluwemi d'Ajumako, elle est jouée au Centre culturel Senghor à Dakar par le Théâtre du Toucan[36].

Les années Présence africaine[modifier | modifier le code]

Elle travaille alors chez Présence africaine, la revue et la maison d'édition panafricaine fondées par Alioune Diop avec le soutien de sa femme Christiane Yandé Diop[37]. Avec Kala-Lobé, le frère de Christiane Yandé Diop, elle s'occupe des colloques et des articles à publier dans la revue et fait des recensions d'ouvrages : « C'était pas mal comme travail et cela m'a permis de rencontrer beaucoup de gens »[35], « des gens aux noms importants », précisera-t-elle en 2015, tel que Théophile Obenga[38]. Ce sont des années formatrices au cours desquelles elle reprend ses études universitaires en soutenant d'abord un mémoire de maîtrise à Paris IV Sorbonne en 1974, Étude comparée des proverbes bambaras, yorubas, antillais, puis, deux ans plus tard, une thèse de doctorat, Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique, sous la direction de René Etiemble. En 1976, paraît aussi Heremakhonon : « Je suis persuadée que si mon ami Stanislas Adotevi ne m’avait pas forcé la main, Heremakhonon [...] n’aurait jamais vu le jour. Stanislas Adotevi dirigeait la collection "La voix des autres" chez 10/18 de Christian Bourgois et s’amouracha du roman. » Bien que le roman soit très mal reçu par la critique - au point d'en être affectée confie-t-elle dans son autobiographie - et que les exemplaires invendus finissent par être « pilonné[s] »[39], celui-ci sera réédité en 1988 assorti d'une préface rédigée par ses soins dans laquelle elle répond à la critique condescendante de Oruno Denis Lara et, surtout, l’ignominieuse critique de Ernest Pépin[40]. À ce moment-là, au cours d'un entretien avec Vèvè Amassa Clark, elle évoque cette terrible réception : « J'ai lu tellement de stupides réactions à Hérémakhonon, tel l'article paru dans Le Naïf où j'ai été accusée d'être une nouvelle Mayotte Capécia passant ma vie en Afrique dans des draps souillés de sperme. »[41] C'est ce qui la pousse à défendre son intention d'écrivaine en donnant les clefs de lecture à sa critique : il faudrait voir en Véronica Mercier, l'héroïne avec laquelle elle a été amalgamée hâtivement, « la première illustration littéraire du célèbre avertissement de Frantz Fanon dans Les Damnés de la terre : "Les Nègres sont en train de disparaître de la surface de la terre…  Il n’y a pas deux cultures identiques…" »[42]

Elle est l'autrice de la recension tant controversée du premier roman de Simone Schwarz-Bart signé en son nom seul en 1972, Pluie et vent sur Télumée Miracle. Dans cette recension d'inspiration fanonienne, elle problématise ce que Romuald Fonkoua appellera le « discours en "situation" de francophonie interne »[43]. pour rendre compte des écritures antillaises évoluant en « pays dominé »[44]. C'est ce qui l'amène à commencer par poser le contexte d'énonciation : « Quand un Antillais prend la plume et se targue d’écrire, pour qui le fait-il ? À qui s’adresse-t-il ? »[45]. Ceci étant dit, elle reconnaît et salue son travail de pionnière : il faut, écrira-t-elle ensuite, « faire une place à part à Simone Schwartz-Bart qui élabore véritablement un nouveau langage »[46]. La sévérité de sa critique de Pluie et vent sur Télumée Miracle provient de sa méfiance vis-à-vis de l'exotisme et de l'héritage, encore pesant, de cette littérature doudou vilipendée par Suzanne Roussi Césaire dans les années 1940. Chez Gilbert Gratiant, par exemple, elle relève « tout un carnaval douceâtre dans lequel nous reconnaissons pêle-mêle les éléments de l’exotisme. » Or, poursuit-elle, « Le danger de cette littérature est [...] [qu'] elle [...] invite [les Antillais] à se connaître dans de telles caricatures. » Elle distingue ainsi l'écriture de Gilbert Gratiant de celle d'un Sonny Rupaire chez qui le « Le créole [...] demeure "naturel", loin d’une mièvrerie à la Gratiant. »[47]

Lors de la parution de l'encyclopédie d'histoire littéraire des Antilles de Jack Corzani[48], elle soulève un certain nombre de points quant au découpage opéré : sa critique principale porte sur le parti pris de faire se côtoyer et se succéder écrivains blancs créoles attachés à leur privilège blanc et la génération d'écrivains nés avec la négritude lesquels s'établissent, précisément, en rupture avec cette colonialité du champ littéraire antillais. Outre cet antagonisme politique à l'œuvre dans la littérature, ce sur quoi s'appesantit Maryse Condé est la question de la valeur littéraire : pour l'histoire de la littérature française, telle que la propose les manuels scolaires - notamment le célèbre et traditionnel Lagarde et Michard - fait valoir Maryse Condé, on ne retient pas tant les œuvres pour leur indice sociologique que pour leur littérarité. Or, ce qu'elle reproche à Jack Corzani, c'est d'avoir procédé selon un catalogage régionaliste qui relègue au second plan la dimension génocidaire de la littérature créole qui, pourtant, lui est consubstantielle. C'est ce qui explique la faiblesse de ses analyses davantage soucieuses d'un consensuel vivre-ensemble que de la contestation de l'ordre social nervurant les discours littéraire postcoloniaux d'un Aimé Césaire, d'un Frantz Fanon ou d'un Edouard Glissant[49]. Cet aspect sera développé dans sa thèse de doctorat, celle-ci étant le parachèvement de son activité de critique littéraire chez Présence africaine. Elle dressera alors une typologie opposant la « civilisation du créole » à celle du « bossale », puis du « marron ».

Alors que les colonies départementalisées en 1946 sont toujours la proie de vives tensions sociales et raciales attisées par les luttes décoloniales et leur répression à travers le monde[50], Maryse Condé pose significativement Frantz Fanon, non seulement comme une figure centrale du « discours antillais », mais encore l'érige en fer de lance de la lutte anticoloniale : « Il est impossible de parler des Antilles sans parler de Fanon. Fanon nous semble le seul espoir du monde antillais. Il réalise à la perfection et porte à leurs limites l’ambition politique de Césaire comme la prétention psychanalytique de Glissant. Il est le premier Marron »[51]. Ce faisant, Maryse Condé conceptualise une politique de la littérature caribéenne à même de saisir les clivages inhérents à des sociétés constituées par la déshumanisation systématique des Africains et Africaines[52]. La stéréotypie en est le produit ; la littérature, son lieu d'expression privilégié.

En 1975, paraît sa traduction de Eric Williams, De Christophe Colomb à Fidel Castro : L'Histoire des Caraïbes, 1492-1969[53], qu'elle a entreprise avec son mari Richard Philcox à la demande de Christiane Yandé Diop.

Séjour en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Le 29 novembre 1976, elle donne une conférence au centre Remy Nainsouta (Pointe-à-Pitre) sur la littérature féminine en Guadeloupe et en Martinique[54].

Collaboratrice à Demain l'Afrique[modifier | modifier le code]

En 1977, elle rejoint l'équipe de l’hebdomadaire Demain l'Afrique dont le financement par le ministère de la coopération française, est-il fait état dans la revue Peuples noirs, peuples africains de Mongo Béti, entrerait en contradiction avec la ligne éditoriale affichée par Paul Bernetel, le rédacteur en chef.[55] De 1977 à 1981, elle anime la rubrique « Les livres » et publie des reportages. Elle y fait une recension positive de la réédition de l'ouvrage désormais classique - après le colloque international du Caire sous l'égide de l'UNESCO en 1974 - de Cheikh Anta Diop : « “Nations nègres et culture” : un ouvrage fondamental »[56]. Elle est amenée à se rendre aux États-Unis, ce qui lui permet de rencontrer des « femmes de grande valeur » telle que Patricia Hill Collins, alors âgée de 32 ans, directrice de l’African American Center de Tufts, Sandy Moore, architecte, Sarah Griffin, Gwendolyn Brown et Adrienne Morrison. A son retour, elle publie un reportage, « L'Amérique noire au féminin », pour parler de la trajectoire de ces femmes noires et diplômées : « Paradoxalement, ces femmes instruites, qualifiées, se sentent les plus défavorisées, car elles n'obtiennent jamais les postes qu'elles méritent vraiment. [...] Certes moins ostracisées que l'homme instruit, elles n'accèdent jamais entièrement à la reconnaissance qu'elles croient mériter. Trop souvent aussi, elles effraient l'homme noir moins privilégié, sans intéresser leurs égaux qui, pour une intégration plus totale, recherchent des compagnes blanches. »[57]

Elle participe au ciné-débat des Dossiers de l'écran pour la diffusion, en France, des deux premiers épisodes de la série Racines (Roots) de Alex Haley en décembre 1977.

En automne 1979, elle enseigne pendant un semestre à l'Université de Californie à Santa Barbara[58].

Animatrice radio pour RFI[modifier | modifier le code]

Elle anime une émission de radio sur RFI où, en compagnie d'universitaires, elle retrace la vie de grandes figures noires de la révolution tel que Malcolm X, Julius Nyerere, Kwame Nkrumah. En 1981, elle invite Alain Anselin pour parler de son livre sur La Question peule et l'histoire des Égyptes ouest-africaines.

En 1981, elle épouse Richard Philcox à la mairie du 13e arrondissement quelque temps après la mort de Mamadou Condé et avant leur départ pour les États-Unis[59].

Retour en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Suite au succès de Ségou (le 1er volume est vendu à 200 000 exemplaires, le 2e à 100 000[60]), elle achète une maison à Petit-Bourg (Guadeloupe) là où ses parents avaient une « maison de changement d'air », du côté de Sarcelles à proximité d'une rivière. Cet élément biographique constitue un tournant à la fois sur le plan personnel et dans sa carrière littéraire puisqu'il donne lieu à un entretien de référence qui, par son titre même, « "Je me suis réconciliée avec mon île" : une interview de Maryse Condé »[61], consacre le thème du retour au pays natal[62], un thème qui revient tout au long de son œuvre. Pendant la durée des travaux de sa future maison, elle enseigne un an à Los Angeles[63]. Avec son mari Richard Philcox, elle vit alors entre les États-Unis et la Guadeloupe, partageant son temps entre son travail de professeure et son métier d'écrivaine.

Son installation au pays la conduit à réfléchir sur le « rôle de l’écrivain indépendantiste » et la question de l'identité guadeloupéenne[64]. Elle donne des entretiens et envoie des contributions aux magazines indépendantistes du journaliste Dannyck Zandronis : Jougwa (Journal Guadeloupéen), Magwa (Magazine guadeloupéen), Moun[65].

Après la mort de Guy Tirolien, le 3 août 1988, elle fait partie du Comité Feuilles vivantes qui se propose de rendre hommage à « notre poète national ». Une veillée se tient le 4 août 1989. Dans Sept Mag, magazine généraliste bien diffusé en Guadeloupe, elle publie un hommage dans lequel elle souligne l'importance de son œuvre[66].

Au début des années 1990, suite à l'effervescence provoquée par L'éloge de la créolité puis l'attribution consécutive du prix Novembre et Goncourt à deux des signataires du manifeste, respectivement, Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau, Maryse Condé organise avec sa collègue et amie Madeleine Cottenet-Hage un colloque sur la créolité dont les actes seront publiés chez Karthala en 1995 avec une postface dans laquelle elle réaffirme le droit à la créativité et le refus des carcans idéologiques : chacun doit pouvoir vivre « sa créolité » comme il l'entend[67].

En 1997, elle rejoint l'université Columbia au sein de laquelle elle fonde et préside le Centre des études françaises et francophones jusqu'en 2002[68].

En 2003, elle prend sa retraite universitaire.

Elle préside le Comité pour la mémoire de l'esclavage, créé en janvier 2004, pour l'application de la loi Taubira qui a reconnu en 2001 la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité. À ce titre, c'est sur sa proposition que le président Jacques Chirac a fixé au 10 mai la Journée de commémoration de l'esclavage, célébrée pour la première fois en 2006[69].

En 2007, elle vend sa maison de Montebello à Petit-Bourg et quitte, « avec une certaine amertume », le pays natal pour plusieurs raisons ayant fait l'objet d'un vif débat au sein de la société guadeloupéenne - comme l'atteste, de manière virulente, le billet de Patricia Braflan Trobo plus d'une dizaine d'années plus tard[70],[71].

Mercredi 11 juillet 2007, un hommage lui est rendu à la résidence départementale du Gosier au cours duquel Ernest Pépin évoque les « liens » qui l'unissent à Maryse Condé.

« Ils furent soudain, continus, discontinus au gré de nos flottements mais ils sont je crois toujours lestés par l’affection. On connaît les amitiés d’écrivains. Elles sont des amitiés de hérissons. Trop proches, ils se piquent. Trop éloignés, ils ont froid. J’ai déjà froid, Maryse, à l’idée de savoir que tu t’en iras nous privant de ce rire derrière lequel tu caches souvent ton besoin des autres, de tes commentaires critiques sur le pays qui sont la mesure même de ton amour de la Guadeloupe, de ce contact franc qui devient d’autant plus cher qu’il s’éloigne. Nous avons tous froid et la véranda de Montebello a froid aussi. »[72]

Le lendemain, sur Télé Guadeloupe, dans une interview avec Gérard César, elle annonce publiquement son départ : « Elle évoque des raisons de santé, son désir de se rapprocher de ses enfants mais parle aussi de déception quant aux espérances profondes qu’elle nourrissait vis-à-vis de son pays » comme cela sera résumé dans l'avant-propos du fascicule de présentation du fonds Maryse Condé co-édité par la Médiathèque Caraïbe Bettino Lara et le Conseil départemental de la Guadeloupe suite au don de l'écrivaine d'une grande partie de sa bibliothèque personnelle[70],[73].

Elle participe au festival Étonnants voyageurs qui se tient du 1er au 4 décembre 2007 à Port-au-Prince (Haïti) en compagnie, notamment, de Edwidge Danticat et Dany Laferrière[74],[75].

En décembre 2011, suite à la décision de donner son nom au collège de la Désirade - dont est originaire la lignée Quidal du côté de sa mère -, le maire de l'île, René Noël, l'invite à la cérémonie de baptême[73].

À Paris[modifier | modifier le code]

Elle habite plusieurs années dans le quartier du Marais[76].

Le 30 septembre 2012, elle est invitée par Laurie Pezeron, la fondatrice de Read!, une association qui organise des club de lectures afros[77], pour échanger avec ses lecteurs et lectrices. À la fin de la rencontre, elle accepte d'être la marraine de Read! afin de soutenir cette initiative pédagogique[78].

À Gordes[modifier | modifier le code]

En 2013, leur appartement parisien vendu, le couple s'installe dans la commune de Gordes et vit désormais « retiré dans ce nid provençal bordé d’une oliveraie et de quelques plants de lavande » comme le constate Katia Dansoko Touré lorsqu'elle se rend chez eux quelques semaines après la parution du dernier roman de Maryse Condé. C'est pourtant là qu'elle imagine le Fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana, un roman qu'elle aura dicté, « la maladie la privant de l’adresse de ses mains, à une amie de longue date et à son mari traducteur, Richard Philcox »[76].

Dans les jours qui suivent la sortie du Fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana, elle envoie au magazine L'Obs une tribune en écho au discours abondamment commenté dans la presse de Emmanuel Macron dans lequel le président qualifie la colonisation de crime contre l'humanité. Dans cette tribune, l'écrivaine retrace son processus de conscientisation et de décolonisation, faisant ainsi du Discours sur le colonialisme « sa Bible et sans exagération », souligne-t-elle, puis revient sur la période des « soleils des indépendances » - d'après l'expression malinké traduite et popularisée par Ahmadou Kourouma - pour exprimer sa vision actuelle. Renvoyant dos-à-dos l'avidité des conquistadors dénoncée par Aimé Césaire et les « rêves de possession des colonisés » analysés par Frantz Fanon, elle s'interroge et fait la part belle au rêve en rebondissant sur une obsession occidentale, la décadence, réactualisée par l'essai fortement médiatisé de Michel Onfray paru au début de l'année 2017.

Alors que conclure ? Mais précisément faut-il conclure ? Ne concluons pas. Rêvons plutôt, imaginons. L’histoire du monde n’est pas finie. Déjà des esprits éclairés prédisent la mort de l’Occident. Un jour viendra où la terre sera ronde et où les hommes se rappelleront qu’ils sont des frères et seront plus tolérants. Ils n’auront plus peur les uns des autres, de celui-ci à cause de sa religion ou de celui-là à cause de la couleur de sa peau, de cet autre à cause de son parler. Ce temps viendra. Il faut le croire[22].

Cette profession de foi pour un nouvel humanisme peut se lire comme la morale du Fabuleux et triste destin d'Ivan et Ivana.[12]

Séjours en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Pour la visite officielle du Mémorial de l'esclavage[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 2016, elle est au Mémorial ACTe, à Pointe-à-Pitre, pour une visite officielle en compagnie du directeur scientifique et culturel du MACTe, Thierry L'Étang[79]. Tout en reconnaissant la nécessité de « prouver » que l’esclavage est un « grand crime », elle répond à une journaliste de Arte qu'elle porte davantage son attention sur le présent plutôt que sur le passé et parle des problèmes d'eaux, graves et récurrents en Guadeloupe, de la situation déplorable du CHU ainsi que du taux de chômage particulièrement élevé. Son souci premier, continue-t-elle, est de mettre en place des politiques publiques dans le but de « développer le pays et [d'] essayer de réparer les erreurs du passé ». Aussi craint-elle que le MACTe ne soit qu'un « symbole, un respect, un hommage de ce qui a été fait dans le passé »[80].

Après le Nobel dit "alternatif"[modifier | modifier le code]

Après son séjour à Stockholm pour la cérémonie officielle, le 9 décembre 2018, de remise du Nouveau prix académique de littérature par la Nouvelle Académie (The New Academy Prize in Literature[81]), elle se rend en Guadeloupe pour remercier le « pays » d'avoir appuyé sa nomination parmi les quatre finalistes[82] et ainsi partager son prix avec le peuple guadeloupéen[83].

Le 18 décembre 2018, elle est reçue dans le carré VIP puis le carré presse de l'aérogare Pôle Caraïbe, pour un premier accueil officiel et une conférence de presse aux côtés de sa fille Sylvie Condé[84]. Une foule compacte l'accompagne jusqu'à sa voiture en chantant son « retour au pays ». Le 23 décembre 2018, un hommage lui est rendu par la Région Guadeloupe sous la présidence de Ary Chalus au Mémorial ACTe[85].

Bibliothèque de l'écrivaine[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Maryse Condé entretient un dialogue intertextuel avec l'histoire littéraire en glissant, dans ses récits, des références plus ou moins érudites à des livres l'ayant marqués d'une façon ou d'une autre. Ce procédé ne lui est pas propre mais, dans le cas des écrivains catégorisés « francophones », cela est d'autant plus remarquable que celui-ci permet de se jouer d'une critique littéraire parfois prompte à rattacher les textes francophones aux canons de l'histoire littéraire française au détriment de l'intention de l'écrivain. Ces clins d’œils érudits en viennent à constituer une « bibliothèque textuelle » et participent d'une « mise en scène de l'écrivain francophone » en face de sa critique - c'est l'objet du séminaire de Romuald Fonkoua à Paris IV Sorbonne avec le cas, notamment, de Victoire, les saveurs et les mots[86].

La littérature de la diaspora[modifier | modifier le code]

Haïti[modifier | modifier le code]

Maryse Condé entretient un lien viscéral avec Haïti, « là où la négritude se mit debout pour la première fois », notamment à travers sa riche littérature[87],[88],[89]. Elle en partage « chaque souffrance » comme en témoigne, particulièrement, En attendant la montée des eaux écrit dans l'actualité immédiate puisque le tremblement de terre du 12 janvier 2010 l'oblige à changer le dénouement du récit, ses personnages étant conduits à rester en Haïti plutôt qu'à partir confie-t-elle au cours d'un entretien vidéo[89]. Interrogée sur sa relation avec Haïti, elle dit combien ce pays lui entre dans la chair :

Un lieu qui à la fois m’a appris à me connaître, m’a donné beaucoup de fierté et m’a donné aussi beaucoup de sentiments de manque, de déception. Je crois que si je n’avais eu ce rapport intime, étroit avec Haïti, j’aurais été une autre femme. Donc je dirais qu’il y a deux pôles importants pour moi : Haïti et l’Afrique[89].

Son œuvre est ainsi parsemée de références implicites ou explicites à des classiques tel que Thémistocle Epaminondas Labasterre de Frédéric Marcelin, La Bête de Musseau de Philippe et Pierre Thoby-Marcelin, Ainsi parla l'oncle de Jean-Price Mars, Gouverneur de la rosée de Jacques Roumain, Bon Dieu rit de Edris Saint-Amand, les récits traditionnels de Justin Lhérisson et, particulièrement, Compère général soleil de Jacques Stephen-Alexis[18].

En tant qu'écrivaine, elle dit se sentir « coupable et responsable de n’avoir pas su faire le peuple guadeloupéen aimer comme il le mérite le peuple haïtien »[89].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Les écrivaines africaines-américaines, telle que Zora Neale Hurston, Alice Walker et Toni Morrison ont nourri son imaginaire d'écrivaine : « les femmes écrivains de l'Amérique noire m'ont impressionnée », dit-elle à Amassa Vèvè Clark et précisant qu'elle les a lues en anglais[90].

La littérature française[modifier | modifier le code]

L'un des rares auteurs français qu'elle cite, en dehors de Jean-Paul Sartre ou, épisodiquement, de André Malraux, est François Mauriac dont le roman, Le Sagouin, qu'elle a lu adolescente, a particulièrement retenu son attention[91].

La littérature américaine[modifier | modifier le code]

La figure du cannibale et la théorie du cannibalisme littéraire[modifier | modifier le code]

Suite à la réécriture, au début des années 1990, de Wuthering Heights de Emily Brontë - roman qu'elle se souvient avoir lu à 14 ans après avoir reçu un exemplaire comme récompense scolaire pour ses qualités d'écriture[92] - dans un contexte caribéen, Maryse Condé théorise sa pratique littéraire sous l'étiquette de cannibalisme littéraire en s'emparant de la charge parodique et subversive[93] du Manifesto Antrofagico publié par le poète José Oswald de Souza Andrade en 1928. En cela, elle s'inscrit dans le fil d'un mouvement d'avant-garde brésilienne ayant pour égérie une figure tutélaire du Nouveau Monde : le cannibale qui devient alors un signifiant postcolonial[94].

« For the most part Condé maintains Brontë's characters, but Condé layers her own universe of Guadeloupe in 1900 over Brontë's universe of England in 1800. Condé's refusal to situate her story within Emily Brontë's, as Rhys did with Charlotte Brontë's, represents Condé's break away from the rigid Victorian novel structure into a freer African oral narrative. It is significant that Condé, as a Caribbean writer, chose to rewrite Wuthering Heights by an English writer. Condé's nearly full reworking of Brontë's novel represents the political act of a colonized Condé appropriating a colonial text from the colonizer Brontë. If Condé called for a transformation of West Indian literature, Windward Heights is an attempt at making that transformation. Windward Heights challenges the restrictive literary model that Glissant, Chamoiseau and Confiant promote by breaking some of what Condé calls their "commands" for writing. While Condé's novel follow the model of the black man as protagonist, she breaks with the rule that this black man should be a messiah for his people. Rayzié is modeled, after all, after the unlikable Heatchcliff. »[95]

Avec Histoire de la femme cannibale en 2003, elle se met en scène à travers le personnage de Rosélie Thibaudin. Artiste-peintre originaire de Guadeloupe, elle se sent comme « échouée » à Cape Coast en Afrique du Sud après la disparition de son mari Stephen, blanc et anglais[96] - à l'instar de Richard Philcox, le mari de l'écrivaine. Rosélie se fascine alors pour un fait divers ayant défrayé la chronique : Fiéla a tué son mari, l'a dépecé et s'est mise à en manger les morceaux. Du point de vue de Rosélie, cet acte de cannibalisme conjugal s’interprète comme la réaction névrotique d'une femme qui, tout comme elle avec Stephen, se faisait « bouffer » par son mari : manger ou être mangé, tel est le dilemme auquel elle a dû faire face commente malicieusement Maryse Condé. La femme-cannibale devient alors une métaphore de la femme noire mariée à un homme blanc - le couple mixte est l'un des thèmes majeurs de l'œuvre de Maryse Condé présent dès son premier roman publié - dont la subjectivité peut être muselée, au sein du foyer conjugal, par le double impensé du racisme et du patriarcat. Rosélie, quant à elle, devient l'avatar de l'écrivaine puisqu'elle aussi, en se faisant medium, cannibalise les histoires de ses clients qu'elle écoute attentivement. Sa voix est d'ailleurs traversée par le discours métalittéraire que l'autrice tient sur la littérature francophone avec laquelle elle entretient, comme nombre d'écrivains issus des colonies, une relation d'inconfort[97] : « Je parle ce que je suis. [...] Le français m'appartient. Mes ancêtres l'ont volé aux Blancs comme Prométhée, le feu. Malheureusement, ils n'ont pas su allumer d'incendies d'un bout à l'autre de la francophonie ».[98]

Prix, distinctions, hommages[modifier | modifier le code]

C'est grâce au roman Moi, Tituba sorcière... Noire de Salem (1986) qu'elle reçoit en 1987 son premier prix littéraire : le Grand Prix littéraire de la Femme[99]. Puis elle reçoit en 1993 le prix Puterbaugh, décerné aux États-Unis à un écrivain de langue française pour l'ensemble de son œuvre et dont elle est la première femme à en être honorée[100]. Le prix Marguerite-Yourcenar est décerné à l'écrivaine en 1999 pour Le Cœur à rire et à pleurer, écrit autobiographique qui fait le récit de son enfance[101].

Maryse Condé est successivement élevée au rang de Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres en 2001, Commandeur de l'ordre national du Mérite en 2007 et Officier de l’ordre national de la Légion d’honneur en 2014[102].

En 2003, pour marquer la fin de sa carrière universitaire, l'université Columbia lui rend hommage : la Romanic Review lui consacre un numéro spécial.

En février 2018, l'émission La Compagnie des auteurs sur France culture lui consacre une semaine spéciale[103].

Le 20 mars 2018, à l'Institut de France, le président de la République française Emmanuel Macron fait une allusion marquée à son premier roman dont le titre, Heremakhonon, vient d'une expression malinké qui veut dire « en attendant le bonheur » et invite «  nos diplomates et nos concitoyens » à « [relire] les écrits de Maryse Condé », notamment, afin de comprendre l'importance du « plurilinguisme ». Il cite l'exemple similaire de sikidilatif, un mot qui vient du kikongo et qui veut dire « suscitant de l’espoir »[104].

Le 23 mai 2018, la comédienne Danielle Gabou, accompagnée de la pianiste Lise Diou-Hirtz, lui rend un hommage théâtral à la maison de l'UNESCO à Paris en présence de Christiane Taubira[105].

Le 12 octobre 2018, elle remporte le prix de la Nouvelle Académie de littérature (The New Academy Prize in Literature) - un Nobel qualifié d' « alternatif » par la presse[106],[107],[108],[109], à de rares exceptions près[110] - décerné par la Nouvelle Académie (Den Nya Akademien) suite à l'annulation exceptionnelle de l'édition 2018 du Prix Nobel de littérature consécutive aux graves accusations exposées au monde entier par le mouvement féministe propagé de manière virale par le hashtag #MeToo. Cette Nouvelle Académie se compose de 109 intellectuels suédois et a été fondée par quatre personnalités du monde culturel - Ann Palsson, Lisbeth Larrson, Peter Stenson et Gunilla Sandin - pour s'assurer, au nom de valeurs éthiques (« democracy, openness, empathy and respect »), qu'un prix international de littérature soit décerné (« The New Academy was founded to warrant that an international literary prize will be awarded in 2018 »[111]). Afin de rendre la procédure moins élitiste, libraires et lecteurs sont invités à prendre part au choix des nominés : 47 auteurs et autrices sont, d'abord sélectionnés ; puis, il appartient aux lecteurs et lectrices de porter leur suffrage sur l'un ou l'une des nominés de sorte à en retenir 4 (Anne Palson se félicitera de compter environ 33 000 votants à travers le monde) ; enfin, c'est au jury d'élire le lauréat[112],[113]. C'est ainsi que le 12 octobre 2018, lors d'une cérémonie retransmise en direct sur Youtube, Maryse Condé est annoncée comme la récipiendaire du prix. Avant cela, dans un discours éloquent, Alexandra Pascalidou rappelle l'actualité de ces derniers mois ayant conduit à la création de cette Nouvelle Académie.

« It all started with Me Too, you know, the hashtag that became a revolution. It all started with accusations of sexual assault, sexual harassment, leaks, corruption. And one day, we heard that the Swedish Academy was to cancel the Nobel Prize in literature. I was not the only one who felt embarrassed and frustrated. Why was literature, why was the authors going to pay the price, why would they be punished for what happened or what they did ? So I started calling friends and colleagues and people I met that were crazy enough to believe, to have a vision and to, you know, think we can change what we cannot accept. I called people in from different cultures and classes and so on and they were like "let's do this". So when the Prize was canceled we thought we can do something new, something much more diverse, something much more inclusive, something democratic because we are privileged : we live in the most equal country in the world. [...] And we should be able to do this, we should be able to create out of that chaos. »[112]

L'Académie a ensuite motivé son choix en insistant, particulièrement, sur la dimension postcoloniale de l'œuvre :

« Elle décrit dans son oeuvre les ravages du colonialisme et le chaos post-colonial dans une langue à la fois précise et bouleversante[114]. »

Comme le relève la journaliste Katia Dansoko Touré de Jeune Afrique, Maryse Condé « exulte » car, à ses yeux, cette consécration internationale de son œuvre est aussi un moyen d'attirer l'attention sur la Guadeloupe dont elle estime la voix insuffisamment prise en compte par « les Français »[115]. Aussitôt après l'annonce de la Nouvelle Académie, l'écrivain haïtien et académicien français Dany Laferrière lui écrit une « belle lettre » qui l'émeut profondément[116].

Le 16 octobre 2018, quatre jours après l'annonce, dans l'annexe de Columbia University à Paris lors d'une rencontre avec les écrivains africains-américains Ta-Nehisi Coates et Jake Lamar, l'universitaire Maboula Soumahoro prononce un discours dans lequel elle interroge le sens de ce label "alternatif" pour une femme noire écrivaine originaire d'une colonie française (la Guadeloupe)[117],[118].

Le 9 décembre, elle est à Stockholm pour la cérémonie officielle avant de se rendre en Guadeloupe remercier la région d'avoir soutenu sa nomination parmi les quatre finalistes du prix de la Nouvelle Académie de littérature. Une journée hommage, animée par Daniel Picouly, lui est consacrée sur France Ô le dimanche 16 décembre 2018[119].

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1987 - Grand prix littéraire de la Femme : prix Alain-Boucheron, pour Moi, Tituba sorcière... Noire de Salem
  • 1988 - Prix de l'Académie française, pour La Vie scélérate
  • 1988 - Prix LiBeratur (Allemagne), pour Ségou : Les Murailles de terre
  • 1993 - Prix Puterbaugh, pour l'ensemble de son œuvre
  • 1994 - 50e grand prix littéraire des jeunes lecteurs de l'Île-de-France, pour Moi, Tituba, sorcière noire de Salem
  • 1997 - Prix Carbet de la Caraïbe, pour Desirada
  • 1999 - Prix Marguerite-Yourcenar, pour Le Cœur à rire et à pleurer
  • 2003 - Grand prix Metropolis bleu
  • 2005 - Hurston/Wright Legacy Award (catégorie fiction), pour Who Slashed Célanire's Throat?
  • 2006 - Certificat d'honneur Maurice Gagnon du Conseil international d'études francophones (CIEF)
  • 2007 - Prix Tropiques, pour Victoire, les saveurs et les mots
  • 2008 - Trophée des arts afro-caribéens (catégorie fiction), pour Les Belles Ténébreuses
  • 2010 - Grand prix du roman métis, pour En attendant la montée des eaux
  • 2018 - Nouveau prix académique de littérature, institué par la "Nouvelle académie"

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Depuis 2001, son nom est associé à un prix, le prix littéraire FETKANN ! MARYSE CONDÉ « Mémoire des pays du Sud, Mémoire de l’Humanité »[122], créé à la suite du vote de la loi Taubira.
  • 2011 : Le collège de l'île de La Désirade (971 Guadeloupe), anciennement nommé collège Jean-Bellot-Hervagault, est devenu collège Maryse-Condé, à compter du 10 décembre 2012.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Dieu nous l'a donné (1972), pièce en 5 actes
  • Mort d'Oluwémi d'Ajumako (1973), pièce en 4 actes
  • Hérémakhonon (1976)
  • Stéréotype du noir dans la littérature antillaise : Guadeloupe-Martinique (1976)
  • La Civilisation du bossale : réflexions sur la littérature orale de la Guadeloupe et de la Martinique (1978)
  • La Parole des femmes [Texte imprimé] : essai sur les romancières des Antilles de langue française (1979)
  • Une saison à Rihata (1981)
  • Segou, tome 1 : Les Murailles de terre (1984)
  • Segou, tome 2 : La Terre en miettes (1985)
  • Pays mêlé, suive de Nanna-ya (1985)
  • Moi, Tituba sorcière… Noire de Salem (1986)
  • Haïti chérie (1986), réédité sous le titre Rêves amers (2005)
  • La Vie scélérate (1987)
  • En attendant le bonheur (1988)
  • Pension Les Alizés (1988), pièce en 5 tableaux
  • Hugo le terrible (1989)
  • Traversée de la mangrove (1989)
  • Quet de voix pour Guy Tirolien, coécrit Alain Rutil (1990) (OCLC 24289054)
  • Haïti chérie (1991)
  • Les Derniers Rois mages (1992)
  • La Colonie du Nouveau Monde (1993)
  • La Migration des cœurs (1995)
  • Desirada (1997)
  • Hugo le terrible (1998)
  • Le Cœur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance (1999)
  • Célanire cou-coupé: roman fantastique (2000)
  • La Belle Créole (2001)
  • Rêves amers (2001)
  • La Planète Orbis (2002)
  • Histoire de la femme cannibale (2005)
  • À la courbe du Joliba (2006)
  • Uliss et les Chiens (2006)
  • Victoire, les saveurs et les mots : récit (2006)
  • Comme deux frères (2007), adaptation dramatique
  • Les Belles Ténébreuses (2008)
  • Chiens fous dans la brousse (2008)
  • Savannah blues (2008)
  • Conte cruel (2009)
  • La Faute à la vie (2009), théâtre
  • En attendant la montée des eaux (2010)
  • La Vie sans fards (2012)
  • La Belle et la Bête : une version guadeloupéenne (2013)
  • An tan révolisyon : elle court, elle court la liberté (2015), théâtre
  • Mets et Merveilles (2015)
  • Le Fabuleux et Triste Destin d’Ivan et d’Ivana (2017)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Dieu nous l’a donné, Pierre Jean Oswald, 1972
  • ort d’Oluwémi d’Ajumako, Pierre Jean Oswald, Paris 1973
  • Le Morne de Massabielle, Théâtre des Hauts de Seine, Puteaux 1974
  • Pension les Alizés, Mercure, Paris 1988
  • An Tan Revolisyon, Conseil Régional, Guadeloupe 1989
  • Comédie d’amour, mis en scène au Théâtre Fontaine, Paris, juillet 1993; New York, novembre 1993
  • Comme deux frères, Lansman, Paris 2007
    • allemand : Wie zwei Brüder, mis en scène en Guadeloupe, Martinique, France, États-Unis
  • La Faute à la vie Lansman, Paris 2009

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Haïti chérie, Bayard, Paris 1991; nouveau titre : Rêves amers. Bayard Jeunesse, Paris 2001
  • Hugo le terrible, Sépia, Paris 1991
    • en allemand : Hugo der Schreckliche, Berlin 1997
  • La Planète Orbis Jasor, Pointe-à-Pitre 2002
  • Savannah blues, dans : Je Bouquine # 250, novembre 2004
  • Chiens fous dans la brousse, dans : Je Bouquine 2006
  • À la Courbe du Joliba, Grasset-Jeunesse, Paris 2006
  • Conte cruel, Mémoire d'encrier, Montréal 2009

Essais (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Pourquoi la Négritude? Négritude ou Révolution. dans : Jeanne-Lydie Goré: Négritude africaine, négritude caraïbe. Éditions de la Francité, 1973, S. 150–154
  • Négritude Césairienne, Négritude Senghorienne. dans : Revue de Littérature Comparée. 3.4 (1974), S. 409–419
  • La Civilisation du bossale; Réflexions sur la littérature orale de la Guadeloupe et de la Martinique., Harmattan, Paris 1978/ 2000.
  • Profil d’une œuvre: Cahier d’un retour au pays natal, Hatier, Paris 1978
  • Propos sur l’identité culturelle. dans : Guy Michaud (Hrsg.): Négritude: Traditions et développement. P.U.F., Paris 1978, S. 77–84.
  • La parole des femmes: Essai sur des romancières des Antilles de langue française. l’Harmattan, Paris 1979.
  • Notes sur un retour au pays natal. dans : Conjonction. 176 (supplément 1987), S. 7–23.
  • Noir, C’est Noir (Vorwort), dans : Regards Noirs. Harmattan, Paris 1996.
  • Nèg pas bon, dans : Mythili Kaul (Hrsg.) Othello: New Essays by Black Writers. Howard University Press, Washington, D.C. 1997.
  • Créolité without Creole Language, dans : Caribbean Creolization. University Press of Florida, Gainesville 1998.
  • Unheard Voice: Suzanne Césaire and the Construct of a Caribbean Identity, dans : Adele Newson, Linda Strong-Leek (Hrsg.): Winds of Change: The Transforming Voices of Caribbean Women Writers and Scholars Peter Lang, New York 1998.
  • O Brave New World, dans : Research in African Literatures 29.3 (Fall 1998), S. 1–8.
  • Fous-t-en Depestre, Laisse dire Aragon., dans : The Romanic Review. 92.1-2 (January-March 2001), S. 177–185.
  • Haïti dans l’imaginaire des Guadeloupéens. dans : Présence Africaine. 169 (2004), S. 131–136.
  • The Stealers of Fire: The French-Speaking Writers of the Caribbean and Their Strategies of Liberation. dans : Journal of Black Studies. 35.2 (November 2004), S. 154–164.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isidori, Francesca. « Maryse Condé ». Affinités électives. Paris: France Culture, 13 juillet 2006.
  2. Chouaki, Yasmine. « Maryse Condé ». En sol majeur. RFI, 9 septembre 2010.
  3. Ruprecht, Alvina. « Fiche d’analyse de “An tan révolisyon” ». In An tan révolisyon : elle court, elle court la liberté  théâtre, par Maryse Condé, 7‑12. Répertoire théâtre Caraïbe. Paris: Éditions de l’Amandier, 2015.
  4. Moriwaki, Kei. « Stratégie (auto)biographique chez Maryse Condé ». Sorbonne Paris IV, 2018.
  5. Maryse Condé, Entretiens avec Maryse Condé : suivis d'une bibliographie complète, Editions Karthala, (ISBN 2865374351 et 9782865374359, OCLC 30739196, lire en ligne)
  6. Triay, Philippe, et Maryse Condé. « Maryse Condé : “Je mourrai guadeloupéenne. Une Guadeloupéenne indépendantiste.” » Outre-mer 1re, 28 août 2012.
  7. Condé, Maryse. « Maryse Condé : "Je rêve avec le groupe Téléphone qu’un jour la terre sera ronde" ». Le Point Afrique, 3 septembre 2018, consulté le 4 septembre 2018 [Le 12 octobre, le titre est actualisé : « Nobel alternatif : Maryse Condé consacrée à Stockholm »].
  8. « Discussion après l’intervention de A.-M. Jeay, et table ronde de conclusion ». Nouvelles du Sud, mai 1986, 138‑41.
  9. Davis, Angela Yvonne. « I can look for my story among the witches of Salem, but it isn’t there ». In I, Tituba, black witch of Salem, par Maryse Condé, xi‑xiii. Caraf Books. Charlottesville: University Press of Virginia, 1992.
  10. Poinsot, Marie, Nicolas Treiber, et Maryse Conde. « Entretien avec Maryse Condé ». Hommes & Migrations, no  1301 (6 juin 2013): 182‑88.
  11. Maryse Condé, Nouveaux entretiens avec Maryse Condé : écrivain et témoin de son temps (ISBN 9782811117078 et 2811117075, OCLC 960463375, lire en ligne)
  12. a et b Setzo’o, Axel. « Rencontre avec Maryse Condé : "Je dirais comme Fanon, quittons cette Europe… " ». Critique Panafricaine (blog), 6 décembre 2017.
  13. Matthieu Garrigou-Lagrange et Françoise Vergès, « Maryse Condé (1/4) : Une voix singulière », France Culture, La Compagnie des auteurs,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2018)
  14. a et b Chouaki, Yasmine. « Maryse Condé ». En sol majeur. RFI, 9 septembre 2010. http://www.rfi.fr/emission/20100909-1-maryse-conde.
  15. Condé, Maryse,, Victoire, les saveurs et les mots : récit, Mercure de France, (ISBN 2715225709 et 9782715225701, OCLC 69494535, lire en ligne), p. 14-15, 17
  16. « BFC Antilles Guyane », sur CBanque, l'info pour vos finances (consulté le 30 novembre 2018)
  17. Condé, Maryse,, Le cœur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance, R. Laffont, (ISBN 2221088603 et 9782221088609, OCLC 40755474, lire en ligne)
  18. a et b Condé, Maryse. « Haïti chérie ». In Haiti rising : Haitian history, culture and the earthquake of 2010, édité par Martin Munro. Liverpool, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord: Liverpool University Press, 2010.
  19. Pfaff, Françoise. Nouveaux entretiens avec Maryse Condé : écrivain et témoin de son temps. 1 vol. Lettres du Sud. Paris: Éditions Karthala, 2016, p. 94.
  20. Maryse Condé, Le Cœur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance, R. Laffont, (ISBN 2221088603 et 9782221088609, OCLC 40755474, lire en ligne)
  21. a et b Pfaff, Françoise. Nouveaux entretiens avec Maryse Condé : écrivain et témoin de son temps. 1 vol. Lettres du Sud. Paris: Éditions Karthala, 2016, p. 94-95.
  22. a et b Condé, Maryse. « “La colonisation fut coupable de pas mal de crimes...”, par Maryse Condé ». Bibliobs, 10 juin 2017.
  23. a b et c Condé, Maryse. « [Elles avaient toutes deux beaucoup impressionné ma mère] ». In À ma mère : 60 écrivains parlent de leur mère, édité par Marcel Bisiaux et Catherine Jajolet, 127‑32. Paroles. Paris: P. Horay, 1988.
  24. Condé, Maryse. « Le rêve exotique en peinture I : Gauguin ». Alizés, no  6 (mars 1953): 19‑21 ; « Le rêve exotique en peinture, II : Rousseau ». Alizés, no  9 (juin 1953): 27‑29.
  25. Condé, Maryse. « Liaisons dangereuses ». In Pour une littérature-monde, édité par Michel Le Bris et Jean Rouaud. Paris: Gallimard, 2007, p. 209.
  26. Ba, Amadou Bal. « Maryse Condé : Prix Nobel de Littérature ». Le blog de BA Amadou Bal, 9 août 2017, mis à jour après le 12 octobre 2018.
  27. Maryse Condé, Entretiens avec Maryse Condé : suivis d'une bibliographie complète, Editions Karthala, (ISBN 2865374351 et 9782865374359, OCLC 30739196, lire en ligne), p. 25
  28. Maryse Condé, La vie sans fards, JC Lattès, (ISBN 9782709636858 et 2709636859, OCLC 811124747, lire en ligne), p. 34
  29. Maryse Condé, La vie sans fards, JC Lattès, (ISBN 9782709636858 et 2709636859, OCLC 811124747, lire en ligne)
  30. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 102.
  31. « Conde Maryse », sur aflit.arts.uwa.edu.au (consulté le 12 octobre 2018)
  32. Pfaff, Françoise. Entretiens avec Maryse Condé. Lettres du Sud. Paris: Karthala, 1993, p. 28-31.
  33. Mane, Daouda. « Sénégal : Lycée Valdiodio Ndiaye de Kaolack - Le cinquantenaire fêté en novembre 2008 ». All Africa, 28 décembre 2007. https://fr.allafrica.com/stories/200712280471.html.
  34. Pfaff, Françoise. Entretiens avec Maryse Condé. Lettres du Sud. Paris: Karthala, 1993, p. 31.
  35. a et b Pfaff, Françoise. Entretiens avec Maryse Condé. Lettres du Sud. Paris: Karthala, 1993, p. 32.
  36. Kourilsky, Françoise, et Catherine Temerson, éd. Plays by Women : An International Anthology, Book Two. New York: Ubu Repertory Theater, 1994, p. 115-116.
  37. « La Maison d'édition », sur presenceafricaine.com (consulté le 27 novembre 2018)
  38. Pfaff, Françoise. Nouveaux entretiens avec Maryse Condé : écrivain et témoin de son temps. 1 vol. Lettres du Sud. Paris: Éditions Karthala, 2016, p. 49
  39. Maryse Condé, Mets et merveilles (ISBN 9782709644792 et 2709644797, OCLC 907643787, lire en ligne)
  40. Pépin, Ernest, et Maryse Condé. « Heremakhonon ». Le naïf, no  91 (30 juin 1976): 8.
  41. Clark, Vèvè Amassa. « Je me suis réconciliée avec mon île : Une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 120-121.
  42. Condé, Maryse. « Préface ». In En attendant le bonheur (Heremakhonon). Chemins d’identité. Paris: Seghers, 1988.
  43. Fonkoua, Romuald-Blaise. « Discours du refus, discours de la différence, discours en “situation” de francophonie interne : le cas des écrivains antillais ». édité par Centre de recherches interdisciplinaires sur les textes modernes, 55‑80. Paris: Éd. l’Harmattan, 1992.
  44. Patrick Chamoiseau, Ecrire en pays dominé, Gallimard, (ISBN 2070740943 et 9782070740949, OCLC 37015330, lire en ligne)
  45. Condé, Maryse. Review of Pluie et vent sur Télumée Miracle, par Simone Schwarz-Bart. Présence africaine, no  83 (1972): 138‑39, p. 138.
  46. Condé, Maryse. « Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique ». Paris IV Sorbonne, 1976, p. 176, 347.
  47. Condé, Maryse. Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique. Paris IV Sorbonne, 1976, p. 176, 211, 219.
  48. Corzani, Jack. La Littérature des Antilles-Guyane françaises. 6 vol. Fort-de-France: Desormeaux, 1978.
  49. Condé, Maryse. « Autour d’une littérature antillaise ». Présence africaine, no  81 (1972): 170‑76.
  50. Jean-Pierre Sainton, La décolonisation improbable : cultures politiques et conjonctures en Guadeloupe et en Martinique, 1943-1967 (ISBN 9782912594952 et 2912594952, OCLC 813933482, lire en ligne)
  51. Condé, Maryse. Stéréotype du noir dans la littérature antillaise Guadeloupe-Martinique. Paris IV Sorbonne, 1976, p. 176.
  52. Vété-Congolo, Hanétha. « L’Africaine en situation plantationnaire ». Le Pan Poétique des Muses, 13 février 2018. http://www.pandesmuses.fr/2018/megalesia/africaine.
  53. Williams, Eric Eustace. De Christophe Colomb à Fidel Castro : L’Histoire des Caraïbes, 1492-1969. Traduit par Maryse Condé et Richard Philcox. Paris: Présence africaine, 1975.
  54. (en) Jeanne, Max, « French West-Indian Literature », Présence africaine, no 121‑122,‎ , p. 135‑139, lire p. 137-138.
  55. .N.-P.A., P. « Bantoustans à gogos : triste chronique des indépendances mort-nées ». Peuples noirs, peuples africains 3, no  16 (1980): 35‑38.
  56. Condé, Maryse. « “Nations nègres et culture” : un ouvrage fondamental de Cheikh Anta Diop ». Demain l’Afrique, no  25 (23 avril 1979): 75.
  57. Condé, Maryse. « L’Amérique noire au féminin ». Demain l’Afrique, no  4 (décembre 1977): 66‑67.
  58. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 103.
  59. Picouly, Daniel. « S5 : Invitée : Maryse Condé ». Page 19. France Ô, 16 décembre 2018.
  60. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 126-127.
  61. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132.
  62. Condé, Maryse. « Notes sur un retour au pays natal ». Conjonction, no  176 (1987): 7‑23.
  63. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 104-105.
  64. Condé, Maryse. « Mariz Kondé : “Nous pouvons réussir notre révolution” ». Moun, no  1 (août 1985): 34‑37.
  65. Lassere, Kawol, et Maryse Condé. « Bousculer les indépendantistes... » Moun, no  3 (mai 1988): 18‑19.
  66. Condé, Maryse. « Présence de Guy Tirolien ». Sept Mag, no  528 (3 août 1989): 22‑23.
  67. Condé, Maryse. « Chercher nos vérités ». In Penser la créolité, édité par Maryse Condé et Madeleine Cottenet-Hage, 305‑10. Paris: Karthala, 1995.
  68. (en) « Maryse Condé | Columbia | French », sur french.columbia.edu (consulté le 12 octobre 2018)
  69. « Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions », eduscol.education.fr (consulté le 13 août 2015).
  70. a et b « Maryse Condé quitte la Guadeloupe avec une certaine amertume ». Creoleways (blog), 13 juillet 2007.
  71. Braflan-Trobo, Patricia. « Négrophobie : Maryse Condé et Michel Reinette victimes de l’imposition culturelle du colonisateur ? » Caraibcreolenews.com. Carib Creole News, 20 février 2018.
  72. Pépin, Ernest. « Hommage à Maryse Condé ». Potomitan, 11 juillet 2007.
  73. a et b « Maryse universelle : présentation du fonds Maryse Condé de la Médiathèque Caraïbe ». Médiathèque Caraïbe Bettino Lara & Conseil départemental de la Guadeloupe, avril 2015.
  74. « Étonnants Voyageurs : un lieu de rencontre et de partage [entretien] », sur lenouvelleiste.com, (consulté le 22 décembre 2018)
  75. « Maryse Condé (3/4) : En Maryse Condé », sur franceculture.fr, (consulté le 22 décembre 2018)
  76. a et b Touré, Katia Dansoko. « Maryse Condé, la cheffe ». JeuneAfrique.com, 7 juillet 2017.
  77. « READ! Club de lecture des auteurs Afro' », sur Facebook (consulté le 4 décembre 2018)
  78. Bocandé, Anne. « Maryse Condé se livre sans fards au club Read ». Africultures (blog), 9 octobre 2012.
  79. « L’écrivaine Maryse Condé en visite au MACTe »
  80. « "Je crains que le Mémorial de l'esclavage ne soit qu'un symbole" », sur info.arte.tv, (consulté le 3 décembre 2018)
  81. (en) « Prize ceremony and the complete program for Maryse Condé's visit to Sweden Dec 8th-11th », (consulté le 3 décembre 2018)
  82. « Interview Sylvie Condé, fille de Maryse Condé », sur youtube.com, (consulté le 3 décembre 2018)
  83. « Maryse Condé veut "partager son prix avec la Guadeloupe" », sur Outremer le mag', (consulté le 19 décembre 2018)
  84. « Maryse Condé : retour au pays natal », sur rci.fr, (consulté le 19 décembre 2018)
  85. « Maryse Condé de retour en Guadeloupe », sur guadeloupe.franceantilles.fra, (consulté le 20 décembre 2018)
  86. « Masters I et II, Programme de Littératures Francophones 2018-2019, M1FR470A / M3FR470A, 1er semestre : Pourquoi la littérature ? les écrivains disent le littéraire en francophonie », sur lettres.sorbonne-universite.fr, (consulté le 3 décembre 2018)
  87. « Haïti dans l’imaginaire des Guadeloupéens », Présence Africaine, no 169,‎ , p. 129‑136 (DOI 10.3917/presa.169.0129).
  88. Condé, Maryse. « Haïti et l’Afrique ». In Pour Haïti. Florilège de textes inédits d’écrivains et poètes du monde en soutien au peuple haïtien, édité par Suzanne Dracius, 56‑60. Anamnésis. Fort-de-France: Desnel, 2010.
  89. a b c et d « Entretien avec Maryse Condé, auteur du roman “En attendant la montée des eaux” [vidéo] ». Culturebox, 16 septembre 2010.
  90. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 119.
  91. Clark, Vèvè Amassa, et Maryse Condé. « “Je me suis réconciliée avec mon île” : une interview de Maryse Condé ». Callaloo 12, no  38 (1989): 86‑132, p. 96.
  92. « Maryse Condé by Rebecca Wolff - BOMB Magazine », sur bombmagazine.org (consulté le 12 octobre 2018)
  93. Maryse Condé, Mets et merveilles (ISBN 9782709644792 et 2709644797, OCLC 907643787, lire en ligne)
  94. Thierry Alet, Catharsis [exposition, Le François (Martinique), Fondation Clément, 28 mai-28 juin 2009], Fondation Clément,
  95. Brown, Michelle Lynn. « Maryse Condé’s Heroic Heights ». Journal of Caribbean Studies 20, no  1 & 2 (2006): 75‑91, p. 76.
  96. « Histoire de la femme cannibale », sur Gallimard.fr (consulté le 27 novembre 2018)
  97. Michel Le Bris, Jean Rouaud et Eva Almassy, Pour une littérature-monde, Gallimard, (ISBN 9782070785308 et 2070785300, OCLC 137292840, lire en ligne)
  98. Maryse Condé, Histoire de la femme cannibale : roman, Mercure de France, (ISBN 2715223269 et 9782715223264, OCLC 52178000, lire en ligne), p. 218
  99. « Moi, Tituba sorcière... - Histoire romanesque - MERCURE DE FRANCE - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le 12 octobre 2018)
  100. Eva Sansavior, Maryse Condé and the space of literature, Legenda/Modern Humanities Research Association and Maney Pub, (ISBN 9781906540944 et 1906540942, OCLC 796248352, lire en ligne)
  101. Maryse Condé, Le coeur à rire et à pleurer : contes vrais de mon enfance, France loisirs, (ISBN 2744128309 et 9782744128301, OCLC 468287172, lire en ligne)
  102. Jean Kebayo, « Maryse Condé – Une femme de lettres émérite venue de Guadeloupe – Courrier des Afriques », sur www.courrierdesafriques.net (consulté le 12 octobre 2018)
  103. « La Compagnie des auteurs : Maryse Condé », sur France culture, (consulté le 29 novembre 2018)
  104. « Transcription du discours du Président de la République à l'Institut de France pour la stratégie sur la langue française. », sur elysee.fr,
  105. Fruchon-Toussaint, Catherine. « La comédienne Danielle Gabou rend un hommage théâtral à Maryse Condé ». RFI, 22 mai 2018.
  106. Spiler, Clémentine. « Le “Nobel alternatif” de littérature attribué à Maryse Condé ». Nova, 15 octobre 2018.
  107. Hivert, Anne-Françoise. « Alexandra Pascalidou, la femme-orchestre du Nobel alternatif », 12 octobre 2018, M le mag.
  108. « Le prix Nobel alternatif de littérature décerné à Maryse Condé ». Jeune Afrique (blog), 12 octobre 2018.
  109. Weber, Stéphanie. « La Guadeloupéenne Maryse Condé dans la liste réduite des écrivains en lice pour le Prix Nobel alternatif de littérature ». Outre-mer la 1ère, 30 août 2018.
  110. León, Joaquín. « Eterno regreso al origen : Maryse Condé es la ganadora del “nuevo” Nobel de literatura. » Gatopardo, 15 octobre 2018.
  111. (en) « The New Academy Prize in Literature Award Ceremony », sur ceremony.wonderlandevent.se, (consulté le 6 décembre 2018)
  112. a et b (sv + en + et + fr) « The New Prize in Literature 2018 », sur Youtube.com, (consulté le 6 décembre 2018)
  113. Rahal, Sophie. « Le nouveau prix littéraire suédois, l’alternative au Nobel qui fait jaser ». Télérama, 12 octobre 2018, 3.
  114. Reuters, « La Guadeloupéenne Maryse Condé lauréate du Nobel alternatif de littérature », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2018)
  115. Touré, Katia Dansoko. « Maryse Condé, exulte auprès de @jeuneafrique ». Twitter, @KatiaToure, 12 octobre 2018.
  116. Laferrière, Dany. « La belle lettre de Dany Laferrière à Maryse Condé ». RCI, 14 octobre 2018.
  117. « Ta-Nehisi Coates: Huit ans au pouvoir, une tragédie américaine », sur globalcenters.columbia.edu, (consulté le 14 décembre 2018)
  118. (en + fr) « Ta-Nehisi Coates in conversation with Jake Lamar », sur Youtube.com, (consulté le 14 décembre 2018)
  119. « Journée spéciale : hommage à Maryse Condé »
  120. Décret du 13 mai 2011 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier.
  121. Décret du 7 mai 2007 portant promotion et nomination.
  122. Voir « Le genèse du prix » sur site.prix-fetkann.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noëlle Carruggi, Maryse Condé : rébellion et transgressions, Karthala, Paris, 2010, 232 p. (ISBN 978-2-8111-0362-0)
  • Marie Frémin, « Condé Maryse », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 106-111 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Lilyan Kesteloot, « Maryse Condé », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 466-468
  • Melissa L. McKay, Maryse Condé et le théâtre antillais, P. Lang, New-York, 2002
  • Rose-Myriam Réjouis, Veillées pour les mots : Aimé Césaire, Patrick Chamoiseau et Maryse Condé, Karthala, Paris, 2005
  • Eva Sansavior, Maryse Condé and the Space of Literature, Routledge, Legenda Research Monographs in French Studies, London-New York, 2012 (ISBN 1906540942)
  • Françoise Simasotchi-Bronès (dir.), Maryse Condé : en tous ses ailleurs, l'Improviste, Paris, 2014, 202 p. (ISBN 978-2-913764-57-6)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • En 2011, France 5 lui consacre un portrait dans la collection « Empreintes » intitulé Maryse Condé, une voix singulière, un film de Jérôme Sesquin, écrit par Françoise Vergès, produit par Jaraprod.
  • En 2012, un documentaire de création lui est consacré Moi, Maryse C, écrivain noire et rebelle, un film de Dimitry S. Zandronis, produit par Kontras' Prod.

Liens externes[modifier | modifier le code]