Guy Tirolien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Tirolien
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Parentèle
Malika Tirolien (en) (petite-fille)Voir et modifier les données sur Wikidata

Guy Tirolien, né le à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et mort le [1],[2] à Marie-Galante, est un poète guadeloupéen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Tirolien est né en Guadeloupe où son père, Furcie Tirolien était directeur d'école, mais il fut toute sa vie passionnément attaché à Marie-Galante où ses grands-parents étaient agriculteurs, et où il revint, à l'âge de huit ans, lorsque son père devint conseiller général, puis député de Grand-Bourg[3]. Léontine Alméda Colonneau, la mère de Guy Tirolien et l'épouse de Furcie Tirolien, était, elle aussi, née à Grand-Bourg[4].

Guy Tirolien s'est engagé dans le combat de la Négritude, aux côtés de Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas quand ceux-ci fondèrent ce mouvement littéraire. Il contribuera à fonder la revue Présence africaine, publiée simultanément à Paris et à Dakar dès 1947.

Il a été administrateur colonial au Cameroun et au Mali et a contribué efficacement au rapprochement entre les Africains et les Antillais. Il y rencontre les Afro-Américains MacKay, Langston Hughes et Richard Wright, membres de la Harlem Renaissance. Il est fait prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale avec Léopold Sédar Senghor. Il mène ensuite une carrière de fonctionnaire international de représentant de l'ONU au Mali et au Gabon notamment.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Guy Tirolien est l'auteur d'une œuvre mondialement célèbre Prière d'un petit enfant nègre (1943) reprise dans son recueil Balles d'or publié aux éditions Présence africaine. Ce poème raconte l'histoire d'un enfant noir qui ne veut plus aller à l'école des blancs. Il signe aussi Feuilles vivantes au matin toujours chez le même éditeur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Henri Lopès, « ln Memoriam : Guy Tirolien », Présence Africaine, no 146,‎ , p. 285–286 (DOI 10.3917/presa.146.0285, lire en ligne, consulté le )
  2. De nombreuses sources indiquent à tort une date de décès le 8 mars 1988.
  3. Guy Tirolien, de Marie-Galante à une poétique afro-antillaise, Guy Tirolien, Éditions Caribéennes, 1990, (ISBN 2-87679-062-9).
  4. « Base de données des députés français depuis 1789, Biographie de la IVe République, Furcie Tirolien (1886-1981) », sur Assemblée Nationale (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la dir. de Yves Leborgne, Tombeau de Guy Tyrolien, Fort-de-France : CRDP Antilles-Guyane, 1989, (Publication gouvernementale) (OCLC 462000378)
  • Willy Alante-Lima, Clefs pour Guy Tirolien, Fort-de-France : CRDP Antilles Guyane, 1990, (Critique et interprétation) (OCLC 53539308)
  • Maryse Condé et Alain Rutil, Bouquet de voix pour Guy Tirolien, Éditions Jasor, 1990, (Critique et interprétation) (OCLC 24289054)
  • Willy Alante-Lima, Guy Tirolien : l'homme et l'œuvre, éd. Présence Africaine, 1991, (Biographie) (OCLC 26235704)
  • Ernest Pépin, Pour Guy Tirolien, extrait de Babil du songer (poésie), 1997 (OCLC 4809847320)
  • Francès Santiago-Torres, « Tirolien Guy », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud, (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Éd. H. Champion, Paris, 2010, p. 442-444 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Aumane Placide et Patrick Picornot, Guy Tirolien, 1917-1988 : le chemin de Damas, P. Picornot, cahier no 52, 2011 (OCLC 762471768)
  • Magda Ibrahim, Prière d'un petit enfant nègre de Guy Tirolien : un manifeste de la négritude, L'Harmattan, 2013 (OCLC 861572254)

Liens externes[modifier | modifier le code]