Discours sur le colonialisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Discours sur le colonialisme est un essai anticolonialiste d'Aimé Césaire publié pour la première fois par Réclame, maison d'édition liée au Parti communiste français, le , avec une préface de Jacques Duclos.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Aimé Césaire, dans cette édition, a choisi de mettre en exergue, cette phrase du dirigeant communiste : « Le colonialisme, cette honte du XXe siècle ». Il s'oppose aux actions violentes et criminelles commises dans les colonies, l'exploitation des peuples et le pillage des ressources.

Dans une perspective communiste, Césaire critique la position de la classe bourgeoise qu'il qualifie de décadente, car ne connaissant plus de limites dans le mal qu'elle commet au travers du système économique capitaliste. Il estime également que la colonisation, loin d'une « œuvre civilisatrice », a au contraire décivilisé les colonisateurs : « Il faudrait d'abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser les colonisateurs, à l'abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral »[1].

La spécialiste de philosophie africaine Séverine Kodjo-Grandvaux explique que Césaire l'a poussée à s'intéresser à ce champ d'études, et aussi que Césaire critique fortement dans son Discours l'ouvrage colonialiste et évangélisateur La Philosophie bantoue de Placide Tempels[2]. Frantz Fanon met en épigraphe de son premier livre, Peau noire, masques blancs, publié en 1952, une citation de Discours sur le colonialisme[1].

Aimé Césaire prend également à partie Octave Mannoni et l'approche ethno-psychiatrique de son ouvrage Psychiatrie de la colonisation, mise en parallèle de l'insurrection malgache de 1947, Pierre Gourou et son approche de la géographie économique appliquée dans Les Pays tropicaux, ou encore Yves Florenne, journaliste du Monde[3]. À l'inverse, il met à l'honneur Leo Frobenius[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Saïd Bouamama, Figures de la révolution africaine, La Découverte,
  2. Kaba 2017.
  3. Césaire 1955, p. 38-54.
  4. Césaire 1955, p. 36.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]