Jacques Roumain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Roumain
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de Jacques Roumain.
Naissance
Port-au-Prince (Haïti)
Décès (à 37 ans)
(Haïti)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Négritude
Genres

Œuvres principales

Jacques Roumain, né le à Port-au-Prince et mort le à Haïti, est un écrivain et homme politique haïtien.

Il est le fondateur du Parti communiste haïtien. Bien que sa vie fût courte, Jacques Roumain, le poète, a une influence considérable sur la culture haïtienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Jacques Roumain est né le 4 juin 1907 à Port-au-Prince, en Haïti. Il est issu de l'aristocratie haïtienne et est le fils aîné de onze enfants d'Emilie et d'Auguste Roumain. Son grand père, Tancrède Auguste a occupé la Présidence de la République en Haïti de 1912 à 1913. L'année même où son grand-père meurt au pouvoir, le jeune Jacques âgé de six ans commence ses études primaires et les deux premières années du secondaire dans le plus grand centre d'enseignement en Haïti, l'institution Saint-Louis de Gonzague de Delmas, une école catholique à Port-au-Prince. Il étudie par la suite en Belgique, en Suisse, en France et en Allemagne. Il voyage également au Royaume-Uni et en Espagne où il amorce des études d'agronomie.

Carrière universitaire et politique[modifier | modifier le code]

En 1927, il revient en Haïti et fonde La Revue Indigène avec Émile Roumer, Philippe Thoby-Marcelin, Carl Brouard et Antonio Vieux, dans laquelle ils publient des poèmes et des nouvelles.

Il est très actif dans la lutte contre l'occupation américaine d'Haïti (1915-1934). En 1934, il fonde le Parti communiste haïtien. Il est le président-fondateur et secrétaire de la ligue de la jeunesse patriote haïtienne, délégué du comité de ratification des pouvoirs du président Eugène Roy. En raison de ses activités politiques et de sa participation au mouvement de résistance contre la présence américaine, il est régulièrement arrêté et exilé par le président de l'époque, Sténio Vincent.

Pendant ses années d'exil, Roumain travaille et se lie d'amitié avec de nombreux écrivains et poètes de son époque, comme Langston Hughes. Après le changement de gouvernement à Haïti, il est autorisé à revenir dans son pays natal. Il fonde le bureau d'Ethnologie de la République d'Haïti et en prend la direction, tout en enseignant l'archéologie précolombienne et l'anthropologie préhistorique à l'Institut d'Ethnologie.

En 1941, le président Élie Lescot l'investit d'une charge de diplomate à Mexico. Il achève à la même époque deux de ses livres les plus influents : le recueil de poésie Bois D'Ébène et le roman Gouverneurs de la Rosée, qui se vend pourtant à moins d'un millier d'exemplaires la première année suivant sa publication.

Mort[modifier | modifier le code]

En 1943, Roumain part pour le Mexique et y tombe malade, vraisemblablement à cause d'une consommation excessive d'alcool et de cigarette. Apparemment rétabli, il regagne son poste. Le , trois jours après son retour à Haiti d'un voyage à Cuba où il rencontre des camarades cubains et haïtiens, dont Nicolás Guillén, il décède à l'âge de 37 ans d'une cirrhose et de la malaria.

Postérité[modifier | modifier le code]

La majorité du travail de Roumain exprime la frustration et la rage d'un peuple qui a été brimé durant des siècles. Il incluait tous les Haïtiens dans ses écrits, et appelait les pauvres à s'unir contre la misère. Son œuvre continue d'influencer la culture haïtienne et africaine en général.

Publications[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les Fantoches, Port-au-Prince : Imprimerie de l'État, 1931.
  • La Montagne ensorcelée, Port-au-Prince : Imprimerie E. Chassaing, 1931
diverses rééditions, dont : Montréal, Mémoire d'encrier, 2004 ; Paris, Le Temps des cerises (éditions), 2013.
La montagne ensorcelée, récit paysan / Jacques Roumain ; préface de Jean Price Mars. - Port-au-Prince : Imprimerie E. Chassaing, 1931. - 115 p. ; 16 cm. - (Collection Indigène).
PRISKA DEGRAS :

La Montagne ensorcelée déroule, en huit courts chapitres, la série d'évènements dramatiques mais aussi la chaîne collective de pensées irrationnelles qui mènent au meurtre de la jeune Grâce et de sa mère Placinette, victimes expiatoires de la misère et de la superstition, sacrifiées par une communauté conduite au bord de la folie par son isolement, son extrême pauvreté et son obscurantisme. Ce récit sombre, à peine éclairé par l'amour de Grâce et d'Aurel — qui ne pourra sauver la jeune fille — est le constat sans fard de l'immense dénuement matériel et moral de ces paysans plongés dans l'angoisse de la survie quotidienne puis dans l'horreur d'un meurtre collectif.

diverses rééditions, dont : Montréal : Mémoire d'encrier, 2004 ; Paris, Le Temps des cerises (éditions), 2000 ; Paris, Éditions Zulma, coll. Z/a, 2013.

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Bois d'ébène suivi de Madrid, Mémoire d'encrier, Montréal, 2003, 47 pages, (ISBN 9782923153131)

Poésie[modifier | modifier le code]

Poèmes[1] :

  • 1927 – juillet. « Midi », La Trouée, p.22 (Anth. p.32.)
  • 1927 – juillet. « Pluie », La Trouée, p.22 (Anth. p.31.)
  • 1927 – juillet. « Cent mètres », La Revue indigène (Anth. p.33-34.)
  • 1927 – août. « La Danse du poète-clown », La Revue indigène, p.62.
  • 1927 – août. « Noir », La Revue indigène, p.62. (ms.: Wiener Walzer).
  • 1927 – août. « Nungesser et Coli », La Trouée, p.49.
  • 1927 – septembre. « Le Buvard : Insomnie », La Revue indigène, p.111.
  • 1927 – septembre. « Le Buvard : Le Chant de l'homme », La Revue indigène, p.113.
  • 1927 – septembre. « Le Buvard : Calme », La Revue indigène, p.114.
  • 1927 – septembre. « Le Buvard : Orage », La Revue indigène, p.112. (Anth. p.35.)
  • 1927 – septembre. « Corrida » (signé Madrid, ), La Revue indigène, p.115-116.
  • 1927 – septembre. « Après-midi », La Trouée.
  • 1927 – octobre. « Miragôane », La Trouée.
  • 1928 – janvier « À jouer aux billes », La Revue indigène, p.208.
  • 1928 – mars « Échappée », La Trouée.
  • 1928 – « Surgi d'une natte de paille peinte » (Anth. p.40.) (ms. Paysage irréel)
  • 1928 – « Absence » (Anth. p.38.)
  • 1928 – « Angoisse » (Anth. p.36.)
  • 1928 – «Attente» (Anth. p.37.) (ms. Soir)
  • 1928 – « Mirage » (Anth. p.39.)
  • 1928 – « Appel » ; poème par...; suivi de « La Chanson des Lambis », par Émile Roumer, Port-au-Prince, Impr. V. Pierre-Noël.
  • 1929 – . « Horizon ... soleil », La Presse.
  • 1929 – . « Je rêve que je rêve », La Presse.
  • 1929 – . « L'Aube », La Presse.
  • 1931 – . « Quand bat le Tam-Tam », Haïti-Journal.
  • 1931 – . « Une composition inédite de Ludovic Lamothe – poème de Jacques Roumain », Haïti-Journal
  • 1931 – . « Langston Hugues », Haïti-Journal.
  • 1931 – . « Guinée », Haïti-Journal.
  • 1937 – avril. « Madrid », Commune (Paris), n° 44, 4e année, p.926-927.
  • 1945 – Bois d'ébène, Port-au-Prince: Impr. Henri Deschamps. Rééditions Éditions Mémoire d'encrier, Collection : Poésie, Montréal : 2003. Comprend quatre poèmes :
    • « Bois d'ébène » ;
    • « Nouveau Sermon nègre » ;
    • « Sales nègres » ;
    • « L'amour la mort ».
  • 1978 – . « Un poème inédit de Jacques Roumain : Chanson pour un enfant qui n'avait jamais eu de jouets », Le Nouveau Monde. (signé Bruxelles, ).
  • 1980 – « Violettes fanées », in Carolyn Fowler, "A Knot in the Thread", Washington, D.C., Howard University Press, p.4. [Composé probablement en 1926].

Essais[modifier | modifier le code]

  • Contribution à l'étude de l'éthnobotanique précolombienne des Grandes Antilles ; suivi de L'outillage lithique des Ciboney d'Haïti, Port-au-Prince, Editions des Presses Nationales d'Haïti, 2007, (ISBN 978-99935-91-23-8)
  • À propos de la campagne antisuperstitieuse, Port-au-Prince : Imprimerie de l'État, 1942.

Œuvres complètes[modifier | modifier le code]

  • Jacques Roumain, Œuvres complètes, édition critique, Collection Archivos, Espagne : 2003, 1750 p.
    Édition complète des œuvres de Jacques Roumain sous la direction de Léon-François Hoffmann.

[1][2] et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoriés par Léon-François Hoffmann (cf. lehman.cuny.edu)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christiane Chaulet Achour, « Jacques Roumain », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud, (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Paris, Éd. H. Champion, 2010, p. 384-389 (ISBN 978-2-7453-2126-8).
  • Frantz-Antoine Leconte (dir.), Jacques Roumain et Haïti : la mission du poète dans la cité, Paris, l'Harmattan, 2011, 250 p. (ISBN 978-2-296-55120-6).
  • L'Étudiant noir. Journal mensuel de l'Association des étudiants martiniquais en France, no 3, mai-.
  • Hérold Toussaint, L'utopie révolutionnaire en Haïti : autour de Jacques Roumain, Port-au-Prince, Presses nationales d'Haïti, 2008, 217 p. (ISBN 978-99935-7-368-5).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]