Rue Ordener

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
18e arrt
Rue Ordener
Vue de la rue Ordener.
Vue de la rue Ordener.
Situation
Arrondissement 18e
Quartier Goutte-d'Or
Clignancourt
Grandes-Carrières
Début 73, rue Marx-Dormoy
1, rue de la Chapelle
Fin 191, rue Championnet
rue Vauvenargues
rue Georgette-Agutte
Voies desservies Rue Jean-Robert
rue Stephenson
rue Émile-Duployé
rue Marcadet
place Louis-Baillot
rue Ernestine
rue Léon
rue des Poissonniers
boulevard Barbès
rue Boinod
boulevard Ornano
rue de Clignancourt
rue Eugène-Süe
rue Baudelique
rue Simart
rue Ferdinand-Flocon
square de Clignancourt
rue Hermel
place Jules-Joffrin
rue du Mont-Cenis
rue Sainte-Isaure
rue du Poteau
rue Lapeyrère
rue de Trétaigne
rue Duhesme
rue du Ruisseau
rue Montcalm
cité Nollez
rue Damrémont
rue Désiré-Ruggieri
rue du Marché-Ordener
Morphologie
Longueur 2 020 m
Largeur 20 m
Historique
Création 23 mai 1863
Dénomination 2 mars 1867
Ancien nom Chemin de la Croix Moreau
Géocodification
Ville de Paris 6845
DGI 6918

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Ordener

La rue Ordener est une voie du 18e arrondissement de Paris, en France.

Situation[modifier | modifier le code]

La rue Ordener se trouve dans le quartier des Grandes-Carrières du 18e arrondissement de Paris.

Longue de plus de deux kilomètres, cette voie traverse pratiquement tout le 18e arrondissement d’est en ouest, en longeant par la face nord le pied de la butte Montmartre. La mairie de l’arrondissement est située dans cette rue, au niveau de la place Jules-Joffrin et face à l’église Notre-Dame de Clignancourt.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom de Michel Ordener (1755-1811) général français de la Révolution et de l’Empire.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie, de l'ancienne commune de Montmartre était initialement une partie :

Rattachée à la voirie de Paris en 1863, elle est prolongée entre les rues Stephenson et de Clignancourt et elle prend son nom actuel le 2 mars 1867.

Les ateliers de l'artificier Ruggieri, no 164, rue Ordener, au centre d'un terrain vague, explosent le 19 février 1882[1].

Le 3 mai 1884 fut posée la première pierre de l'église Notre-Dame de Clignancourt, en face de ce qui deviendra la mairie du 18e arrondissement[2].

Le [3], à h, devant le no 148, Bonnot[4] et sa bande se présentent à la Société générale pour ce qui va être le premier braquage utilisant une voiture (une Delaunay-Belleville verte et noire de 12 CV, modèle 1910).

Lors de l'élargissement du faisceau ferroviaire de la gare du Nord, les immeubles du début de la rue (entre les nos 14 et 20, côté nord, et entre les nos 17 et 19, côté sud) ont été détruits[5],[6]. Le pont est alors prolongé à l'est, ce qui explique pourquoi le grillage est plus moderne à cet endroit. À cette occasion, les derniers vestiges de la gare de Pont-Marcadet sont détruits.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

La rue Ordener dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La rue Ordener est citée par le groupe de rap Svinkels dans sa chanson Série Noire :

« Arrivés à Marx Do où la lumière glauque d'un réverbère,
D'vant l'McDo' s'réverbère dans une flaque d'eau et d'poussière,
Où une p'tite souris termine le burger d'hier,
Non, arrête, y'a notre sauveur qu'est ouvert rue Ordener. »

Accès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Adolphe van Cleemputte, La Vie parisienne à travers le XIXe siècle. Paris de 1800 à 1900…, volume 3.
  2. Paris à travers les siècles. Histoire nationale de Paris et des…, volume 5.
  3. Christian Benoît, « Braquage de la Société générale par la bande à Bonnot », dans 250 réponses aux questions d'un flâneur parisien : en hommage à Léon-Paul Fargue (1878-1947), poète et piéton de Paris, Aix-en-Provence, Le Gerfaut, , 260 p. (ISBN 2914622821 et 978-2-914622-82-0, notice BnF no FRBNF41144165, lire en ligne), p. 228.
  4. Émile Becker, La Bande à Bonnot : 1911-1912, nouvelles éditions Debresse, , 197 p. (OCLC 23417182, lire en ligne), p. 108 et 145.
  5. Atelier parisien d'urbanisme, « L'évolution physique du quartier de La Chapelle », février 1999 [lire en ligne].
  6. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), 71e quartier « Goutte-d'Or », 122e feuille, cote PP/11981/A.
  7. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, Paris, Éditions A. Roussard, 1999, p. 174.
  8. Anita Hausser, Sarkozy : itinéraire d'une ambition, Paris, Archipel, , 308 p. (ISBN 2-84187-495-8 et 9782841874958, OCLC 742968267, notice BnF no FRBNF39093275, lire en ligne), p. 21
    « On a trouvé le frère de ma grand-mère maternelle. Il habitait au 100, rue Ordener dans le XVIIIe arrondissement. »
  9. Site de Montmartre aux Artistes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :