Saucats (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saucats
Saucats (Gironde)
La mairie (août 2015)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Intercommunalité Communauté de communes de Montesquieu
Maire
Mandat
Bruno Clément
2020-2026
Code postal 33650
Code commune 33501
Démographie
Gentilé Saucatais
Population
municipale
3 156 hab. (2018 en augmentation de 29,88 % par rapport à 2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 39′ 11″ nord, 0° 35′ 42″ ouest
Altitude Min. 24 m
Max. 70 m
Superficie 89,15 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saucats
(ville isolée)
Aire d'attraction Bordeaux
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Brède
Législatives Neuvième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saucats
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Saucats
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saucats
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saucats
Liens
Site web www.mairie-saucats.fr/

Saucats /sokat͡s/ est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux, Saucats est située sur le Saucats dans les Landes de Bordeaux, en Haute-Lande-Girondine, et dans le vignoble des Graves à 30 km au sud de l'agglomération bordelaise sur la route nationale 651. Elle fait partie du canton de La Brède et de la communauté de communes de Montesquieu.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Léognan au nord, La Brède au nord-est, Saint-Morillon à l'est, Cabanac-et-Villagrains au sud-est, Saint-Magne au sud, Le Barp dans un grand ouest-sud-ouest et Cestas au nord-ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 7,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 967 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Cabanac et Vill », sur la commune de Cabanac-et-Villagrains, mise en service en 1984[8] et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 13,1 °C et la hauteur de précipitations de 923 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Bordeaux-Mérignac », sur la commune de Mérignac, mise en service en 1920 et à 21 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 13,3 °C pour la période 1971-2000[12], à 13,8 °C pour 1981-2010[13], puis à 14,2 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saucats est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saucats, une unité urbaine monocommunale[18] de 3 156 habitants en 2018, constituant une ville isolée[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bordeaux, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 275 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (73,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (53 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (20,8 %), terres arables (18,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,2 %), zones urbanisées (2,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,4 %), eaux continentales[Note 6] (0,4 %), mines, décharges et chantiers (0,3 %), prairies (0,3 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait du substantif gascon sahuc qui signifie « sureau »[24].

Le nom gascon de la commune est identique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour l'état de la commune au XVIIIe siècle, voir l'ouvrage de Jacques Baurein[25].

À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de Saucats forme la commune de Saucats[26].

Le au matin, après avoir été renseignés par un collaborateur français proche de la Milice, les troupes nazies épaulées par des hommes de la Milice attaquent, au sud-ouest du village, la ferme de Richemont qui abrite un groupe d'une vingtaine de résistants âgés de 17 à 23 ans. Quelques-uns parviendront à s'échapper mais douze d'entre eux seront tués sur place et un treizième fusillé quelques jours plus tard au Camp de Souge. Neuf de ces jeunes hommes étudiaient ou avaient fait leurs études au lycée Michel-Montaigne de Bordeaux. Malgré leur défense acharnée, ils tombent sous les balles de leurs agresseurs qui vont jusqu'à recourir à de l'artillerie lourde à bout portant (tir tendu)[27]. Une stèle de 35 mètres de haut a été érigée et un portail construit à partir de vestiges de la ferme, porte cette inscription :

« Le 14 juillet 1944, en ce lieu même dans la ferme de Richemont où ils avaient constitué une école de cadres au service de la Résistance française, 13 jeunes hommes appartenant à l'élite intellectuelle de la nation tombèrent sous les balles ennemies après 3 heures d'un combat héroïque et inégal. C'est pour rappeler leur sacrifice et celui de tous ceux qui sont tombés pour la même cause que ce mémorial a été élevé. »

En 1949, la commune est confrontée, à l'instar des communes environnantes, à un incendie de la forêt des Landes au bilan catastrophique de plus de 80 morts au rang desquels se trouva, entre autres, le maire de la commune de l'époque, Roger Giraudeau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Saucats appartient à l'arrondissement de Bordeaux et au canton de La Brède depuis sa création. Le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015[28],[29] n'a pas modifié sa composition.

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la neuvième circonscription de la Gironde, représentée depuis 2017 par Sophie Mette (MoDem).

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Depuis le , Saucats appartient à la communauté de communes de Montesquieu.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? [31]
(décès)
Roger Giraudeau    
Hubert Lagoueyte CNI Industriel du bois, maire honoraire
Conseiller général du canton de La Brède (1961 → 1998)
Yvette Garcia DVD  
Bernard Darriet PS  
[32] En cours Bruno Clément DVG Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Saucatais[33].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[35]. En 2018, la commune comptait 3 156 habitants[Note 7], en augmentation de 29,88 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
650581665731787783841851877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
917935927925945887869833854
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
808836798667699663591550560
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5505787091 0541 5141 6551 9612 1362 827
2018 - - - - - - - -
3 156--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[36] puis Insee à partir de 2006[37].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[38] 1975[38] 1982[38] 1990[38] 1999[38] 2006[39] 2009[40] 2013[41]
Rang de la commune dans le département 251 214 177 131 126 116 114 103
Nombre de communes du département 548 543 543 542 542 542 542 542

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les collégiens vont au collège de la Brède et les lycéens vont au lycée des Graves.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Course sur route : course organisée chaque année en hiver par l'association sportive USCS, accueillant de nombreux sportifs venus de la Gironde entière.
  • Fête des Plantes : créée en 2003, la Fête des Plantes de Saucats est organisée chaque année, le premier dimanche du mois de mai, par l'association Le Sambucus. Professionnels et amateurs passionnés de jardinage et de plantes se donnent rendez-vous pour présenter leurs produits, échanger des variétés, discuter technique. Cette fête attire chaque année de plus en plus de visiteurs, parfois venant des départements voisins.
  • Fête de la Musique : les artistes et groupes de musique de Saucats et des villages avoisinants ont l'occasion de se produire sur plusieurs scènes réparties dans le centre du village, notamment au théâtre de verdure. Au programme tous les ans aussi : prestation des élèves de l'école de musique en l'église Saint-Pierre.
  • Fête de la Saint-Pierre : organisée par le comité des Fêtes du village tous les ans, le dernier week-end de juin. Outre la fête foraine et ses manèges, sont au programme chaque année : loto estival d'ouverture de la fête, le vendredi soir, grande soirée sur un thème précis, le samedi soir, vide-grenier, le dimanche toute la journée, et enfin, feu d'artifice de clôture, le dimanche soir.
  • Bal populaire du .
  • Observations astronomiques gratuites et ouvertes au public deux à trois fois par mois au mémorial de la Ferme de Richemont par l'association « Astronomie Gironde 33 », le ciel nocturne du Mémorial bénéficiant d'une bonne qualité grâce à l'absence de tout éclairage public.

Sports[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Mémorial de la Ferme de Richemont
  • L'église paroissiale Saint-Pierre, d'origine romane, a été abondamment remodelée au XIXe siècle en style néo-gothique avec surtout l'ajout d'un transept lui donnant une forme de croix latine et celui d'une vertigineuse flèche de clocher[42].
  • Mémorial de la ferme de Richemont : Saucats a connu un événement tragique concernant la résistance locale lors de la Seconde Guerre mondiale ; la ferme de Richemont témoigne de la bravoure de 13 jeunes étudiants, morts pour la France ; une plaque commémorative est apposée sur la façade du Lycée Michel-Montaigne à Bordeaux[27].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

La via Turonensis traverse le territoire de la commune et passe notamment par le hameau de Peyon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Saucats sur Géoportail, consulté le 20 août 2015.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Cabanac et Vill - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Saucats et Cabanac-et-Villagrains », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Cabanac et Vill - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Saucats et Mérignac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Bordeaux-Mérignac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Saucats », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. Saucats sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 20 août 2015.
  25. Jacques Baurein, Variétés Bordeloises, t. 3, Bordeaux, , 2e éd. (1re éd. 1786) (lire en ligne), article 5.II, pages 32-35
  26. Historique des communes, p. 62, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 20 août 2015.
  27. a et b Vestiges et mémorial de la ferme de Richemont sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 20 août 2015.
  28. Décret no 2014-192 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Gironde sur le site de Légifrance
  29. Carte des cantons et communes de la Gironde avant et après le redécoupage de 2014 sur le site du Conseil départemental de la Gironde
  30. Art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  31. « Le 20 août 1949, l’incendie tue le maire de Saucats », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  32. Suzy Vierge, « Bruno Clément, le nouveau maire », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  33. Nom des habitants de la commune sur le site Habitants.fr, consulté le 20 août 2015.
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  37. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  38. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  39. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  40. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  41. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  42. Église Saint-Pierre sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 20 août 2015.
  43. Réserve Naturelle géologique de Saucats-La Brède.