Matrix (série de films)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matrix.

Matrix
Description de l'image The-matrix-logo.svg.
Titre québécois La Matrice
Titre original The Matrix
Auteur d'origine Lana et Lilly Wachowski
Nombre de films 3
Premier opus Matrix (1999)
Sociétés de production Warner Bros.
Village Roadshow Pictures

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Matrix, ou La Matrice au Québec et au Nouveau-Brunswick (The Matrix), est une série de films américano-australiens écrits et réalisés par Lily et Lana Wachowski. La saga a également été développée en courts métrages (Animatrix), ainsi que dans plusieurs jeux vidéo (Enter the Matrix, The Matrix Online, …).

L'univers de Matrix[modifier | modifier le code]

L'environnement[modifier | modifier le code]

Les personnages évoluent dans deux univers :

  • la Matrice : univers virtuel réaliste dans lequel les humains sont enfermés, simulant le monde actuel. Il a existé plusieurs versions de la Matrice, qui se corrige au fur et à mesure des itérations et des anomalies systémiques qui apparaissent inévitablement.
  • le monde réel : il s'agit de la Terre en ruines et sous une couche de nuages cachant définitivement le Soleil. Les machines ont pris le contrôle, et utilisent les êtres humains comme source d'énergie.

Pour les garder vivants et productifs, les machines branchent les humains dans la Matrice pour leur donner une impression de liberté.

Des humains rebelles ont formé une ville souterraine, Sion, à laquelle les machines cherchent à accéder par tous les moyens afin de la détruire. En anglais, Zion est l'écriture phonétique de Sion, nom qui désigne le mont Sion, sur lequel est bâtie Jérusalem ; par extension, Sion désigne Jérusalem. Il est également précisé dans Matrix Reloaded que Sion comporte environ 250 000 habitants.

Personnages[modifier | modifier le code]

Sion (Humains)[modifier | modifier le code]

Kid[modifier | modifier le code]

Michael Karl Popper, surnommé le Kid, est relié à la Matrice, comme des milliers d'êtres humains. Seulement l'adolescent reste persuadé que le monde autour de lui n'existe pas. Kid prend contact avec Néo et Trinity ; il ne rêve que d'une chose : sortir de la Matrice.

Un jour, en cours, Kid reçoit sur son téléphone un appel de Neo, le prévenant de l'arrivée d'agents : ceux-ci savent que Kid a conscience de l'existence de la Matrice. L'adolescent, plutôt doué en skateboard, réussit à distancer les agents et son professeur, qui lui courent après. Kid atteint le toit de son école, mais les agents le suivent de près ; Kid n'a qu'une seule chance : sauter dans le vide.

Sa chute provoquera son réveil dans le monde réel. Seulement, même si la Matrice n'est pas réelle, mourir dans ce programme entraîne, en principe, la mort dans le monde réel. En survivant à cette pseudo-mort dans la Matrice, Kid prouvera que l'auto-survivance (mourir dans la Matrice sans succomber dans le monde réel) est possible. Il sera recueilli par le Nebuchadnezzar, vaisseau du capitaine Morpheus et ira à Sion. Kid éprouvera une très grande reconnaissance pour Neo, ne cessant de lui répéter qu'il l'a « sauvé ». Neo, quelque peu embarrassé et gêné par cette reconnaissance de tous les instants, essaiera de faire comprendre à Kid qu'il s'est sauvé lui-même.

Kid apparaît rapidement dans Matrix Reloaded et dans Matrix Revolutions. Dans le dernier volet de la série, c'est lui qui ouvre la porte de Sion, pour permettre au vaisseau piloté par Niobe (en) et Morpheus d'entrer dans la ville.

Les apparitions de Kid sont rapides, mais un épisode entier d'Animatrix raconte son histoire (celle ci-dessus).

Son vrai nom, Michael Karl Popper, est une référence au philosophe autrichien Karl Popper, dont la théorie des trois mondes peut être vue comme une définition de la Matrice.

Exilés[modifier | modifier le code]

Les exilés apparaissent dans les deux derniers volets de la trilogie Matrix Reloaded et Matrix Revolutions. Ce sont des programmes de la Matrice qui, une fois leur mission terminée, refusent la destruction et se cachent en son sein. Parmi eux sont à nommer l'Agent Smith, l'Oracle, le Maître des clefs (the Keymaker).

Les Machines[modifier | modifier le code]

  • Les Sentinelles : machines se promenant dans le monde réel afin de tuer toute forme de vie non autorisée. Elles sont contrôlées par Deus Ex Machina (interface centrale de la ville des machines). Elles font partie du programme Monde du Dessous de la Matrice, de manière à faire croire aux humains du Monde du Dessous la rivalité entre humains et machines.
  • Les APU : ce sont des exosquelettes pilotés par les humains dans le but de défendre Sion. Le chef des unités d'élite d'APU est le capitaine Mifune.

Les « Programmes » dans la Matrice[modifier | modifier le code]

Les Agents[modifier | modifier le code]

Ils se promènent librement dans la Matrice pour en assurer la sécurité et lutter contre les humains la piratant. Ils sont impossibles à supprimer car ils n'ont pas de corps propre et intègrent les corps humains branchés sur la Matrice en se téléchargeant « sur » eux ; s'ils se font tuer, ils se téléchargent sur un autre corps, en laissant derrière eux le cadavre de leur hôte. On peut tuer les agents s'ils ne se téléchargent sur un corps humain branché sur la Matrice, et ils sont dotés d'une force et d'une rapidité bien supérieure à tout autre humain d'après Morpheus.

L'Agent Smith[modifier | modifier le code]

L'Agent Smith est tout d'abord lié à la Matrice puis, à cause d'un bug causé par Neo sur ce programme, réussit à s'en émanciper. Son oreillette ne fonctionne alors plus. Il ne peut désormais plus se télécharger à distance, et ainsi passer de l'image résiduelle d'un être humain à un autre. En revanche il peut se multiplier à l'infini, créant des doubles totalement indépendants, par contact, tant sur des images résiduelles d'êtres humains que sur des agents, et même passer dans le monde réel en répondant à un appel de sortie de la Matrice, habituellement utilisé par les humains. Sa haine des humains et le bug engendré par sa défaite contre Neo changent son but : de protecteur de la Matrice, il en devient l'ennemi. Il souhaite alors se dupliquer jusqu'à avoir le contrôle total de la Matrice, puis du monde des machines (monde réel). Dans Matrix Revolutions, il fusionne avec l'Oracle, formant ainsi un programme considérablement plus puissant que l'Agent Smith original, prenant même le dessus sur Neo.

L'Oracle[modifier | modifier le code]

Programme très ancien ayant vu l'évolution de la Matrice. Elle sert de guide aux humains. Toujours très énigmatique, elle est protégée par Séraphin. C'est elle qui manipule tout le monde depuis le début, car, en tant que programme de la Matrice, il est de son devoir de la protéger de l'anomalie Neo. Une autre interprétation est qu'elle est une autre anomalie de la Matrice car elle agit en dépit de l'Architecte, dans le troisième volet. Absorbée à la fin par l'agent Smith, en même temps que le reste de l'humanité, elle lui confère ainsi le don de clairvoyance qui le rend quasiment invincible.

Le Mérovingien[modifier | modifier le code]

On pense que le Mérovingien fut créé peu après l'apparition de la Matrice, plusieurs éléments dans les films laissent à penser qu'il survivrait au-delà des différentes Matrices tout en emportant des programmes avec lui. C'est un trafiquant d'informations très dangereux. Il fait des contrats avec les autres programmes de la Matrice et tient prisonnier le Maître des clefs.

Les jumeaux[modifier | modifier le code]

Les jumeaux sont les gardes du Mérovingien, ils peuvent devenir translucides et avoir un corps fantôme quand on leur tire dessus ou qu'on essaie de les toucher avec une arme blanche. Ils ont, comme les agents, de très bons réflexes. Bien que battus par Morpheus mais a priori vivants, on ne sait pas ce qu'il advient d'eux par la suite.

L'Homme du train[modifier | modifier le code]

Il est au service du Mérovingien. Il gère la liaison entre la Matrice et la source du monde des machines.

L'Architecte[modifier | modifier le code]

Concepteur de la Matrice. Il révélera à Neo toute la machination de la Matrice (Monde du Dessus, du Dessous, les mensonges de l'Oracle, l'existence de plusieurs versions de Matrices, …).

Sati[modifier | modifier le code]

Petite fille, programme responsable de l'aurore : première apparition dans Matrix Revolutions. Après la paix entre les machines et les humains, c'est la première mise en marche du programme donc la première fois que le soleil apparaît dans la Matrice.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Équipe Matrix (1999) Matrix Reloaded (2003) Matrix Revolutions (2003)
Titre original The Matrix The Matrix Reloaded The Matrix Revolutions
Titre québécois La Matrice La Matrice Rechargée La Matrice Révolutions
Réalisateurs Les Wachowski
Scénaristes
Producteur Joel Silver
Producteurs délégués Les Wachowski
Monteur Zach Staenberg
Photographie Bill Pope
Musique Don Davis
Sortie Drapeau des États-UnisDrapeau du Canada
Sortie Drapeau de la France
Durée 130 minutes 132 minutes 129 minutes
Budget 63 000 000 $[1] Entre 127[2] et 150[3] millions $ 150 000 000 $[2]
Genre science-fiction
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Australie Australie
Distribution Warner Bros.

Distribution[modifier | modifier le code]

Personnages Matrix (1999) Matrix Reloaded (2003) Matrix Revolutions (2003)
Neo / Thomas A. Anderson Keanu Reeves
Trinity Carrie-Anne Moss
Morpheus Laurence Fishburne
Agent Smith Hugo Weaving
Cypher Joe Pantoliano
Tank Marcus Chong
Apoc Julian Arahanga (en)
L'Oracle Gloria Foster Mary Alice
Perséphone Monica Bellucci
Séraphin Collin Chou
Le Mérovingien Lambert Wilson
Maggie Essie Davis
Zee Nona Gaye
Colt Peter Lamb
Ghost Anthony Brandon Wong (en)
Mifune Nathaniel Lees
Niobe Jada Pinkett Smith
Lock Harry Lennix
Link Harold Perrineau
AK Robert Mammone
Mme Dillard Robyn Nevin
Roland David Roberts
Le kid Clayton Watson
Conseiller Hamann Anthony Zerbe
Cas Gina Torres
Officier Wirtz Genevieve O'Reilly
Conseiller West Cornel West
Rama-Kandra Bernard White
L'opérateur de la porte de Sion Rene Naufahu
L'homme du train Bruce Spence

Influences et interprétations[modifier | modifier le code]

Les films Matrix font de nombreuses références à d'autres ou des livres, ainsi qu'à des mythes historiques et des thèmes philosophiques comme le bouddhisme, la Védanta, l'hindouisme Advaïta Védanta, la chrétienté, le messianisme, le judaisme, le gnosticisme, l'existentialisme, l'obscurantisme et le nihilisme. L'idée de départ des films renvoie à l'allégorie de la caverne de Platon, au malin génie de René Descartes, aux réflexions d'Emmanuel Kant sur le phénomène contre le noumène, sur le Rêve du papillon de Zhuangzi, la théorie sociale marxiste et l'expérience de pensée du cerveau dans une cuve. Plusieurs références sont faites au roman de Jean Baudrillard, Simulacres et Simulation, dont une exemplaire apparait dans le premier film, mais l'auteur le considère mal utilisé[4], toutefois Lana Wachowski affirme que la référence a été mal comprise[5]. Il y a des points communs avec des oeuvres du cyberpunk comme Neuromancer de William Gibson[6], qui décrit Matrix comme « certainement la création 'cyberpunk' ultime[7]. »

Le film d'animation japonais Ghost in the Shell de Mamoru Oshii a eu une forte influence[8]. Le producteur Joel Silver a déclaré que les Wachowskis ont décrit leur note d'intention pour Matrix et lui montrant l'anime avant de dire « On veut le faire en vrai[9],[10]. » Mitsuhisa Ishikawa de Production I.G, qui a produit Ghost in the Shell, note que les visuels ultra-détaillés de l'anime ont été une grande source d'inspiration pour les Wachowskis. Il ajoute « [...] les films cyberpunk sont difficiles à décrire à une tierce personne. J'imaginais que Matrix est le genre de film très difficile à définir à l'écrit pour être proposé au studio. » Il dit que depuis que Ghost in the Shell est reconnu aux Etats-Unis, les Wachowskis l'utilisent comme « objet promotionnel »[11]. Des points communs avec l'anime de 1985 Megazone 23 ont été notées, mais les Wachowskis affirment ne l'avoir jamais vu[12].

Les critiques ont remarqué les ressemblances entre Matrix et d'autre films de la fin des années 1990 tels que Strange Days, Dark City et The Truman Show[13],[14],[15]. Les Wachowskis nient avoir été inspirés par Dark City, mais ont remarqué, comme avec The Truman Show, qu'il trouvaient « très étrange que l'Australie fasse le lien avec trois films qui se penchent tous sur la nature de la réalité[12]. »

Des comparaisons sont également faites avec la série de comics de Grant Morrison The Invisibles (en) ; Morrison considère même que les Wachowskis ont plagié son oeuvre pour créer le film[16]. Les Wachowskis admettent avoir apprécié le comic mais nient toute inspiration[12].

De plus, la ressemblance entre le concept de base et un ressort de la première série Doctor Who a été remarqué. Comme dans le film, la Matrice de la série (introduite dans le serial de 1976 The Deadly Assassin) est un système informatique géant par lequel un humain peut se connecter par la tête, permettant à l'utilisateur de voir des représentations du vrai monde et changer les lois de la physique, mais si l'utilisateur est tué à l'intérieur, il meurt dans le monde réel[17].

Le premier film Matrix fait plusieurs références au Lapin blanc, au terrier et aux miroirs, renvoyant aux romans de Lewis Carroll Alice au Pays des Merveilles et De l'autre côté du miroir[18],[12].

Suite à la transition des Wachowskis après la sortie des films, l'analogie de la pilule dans le premier film a été vue comme une analogie de l'expérience des Wachowskis en tant que femmes transgenres. Prendre la pilule rouge et quitter la matrice symboliserait reviendrait la recherche de sa propre identité de genre, de la transition jusqu'au coming out transgenre, en opposition à une vie dans la Matrice/le genre assigné[19],[20] Lilly Wachowski has acknowledged this analysis by calling it "a cool thing because it's an excellent reminder that art is never static"[21].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Film Année Recettes au box-office (en USD) Nombre d'entrées Budget Sources
Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada Reste du monde Monde Monde Drapeau de la France France Paris
Matrix 1999 171 479 930 292 037 453 463 517 383 4 771 685 1 107 796 63 millions $ [1],[22]
Matrix Reloaded 2003 281 576 461 460 552 000 742 128 461 5 701 222 1 244 895 environ 150 millions $ [23],[24]
Matrix Revolutions 2003 139 313 948 288 029 350 427 343 298 3 535 174 750 386 150 millions $ [3],[24]
Total 592 370 339 $ 1 040 618 803 $ 1 632 989 142 $ 363 millions $ [25]

Critique[modifier | modifier le code]

Film Allociné Imdb Rotten Tomatoes Metacritic
Matrix 4,3/5 (1 796 critiques) 8,7 (309 critiques) 87% (139 critiques)[26] 73/100 (35 critiques)[27]
Matrix Reloaded 3,5/5 (1 427 critiques) 7,2 (278 critiques) 73% (237 critiques)[28] 62/100 (40 critiques)[29]
Matrix Revolutions 3,3/5 (1 484 critiques) 6,7 (248 critiques) 36% (208 critiques)[30] 47/100 (41 critiques)[31]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Matrix (1999) », sur Box Office Mojo (consulté le 24 juillet 2014)
  2. a et b Allmovie. 2010a. The Matrix Reloaded. [Online] Rovi Corporation (Updated 2010) Available at: http://www.allmovie.com/movie/the-matrix-reloaded-v279420 [Accessed 19 February 2010]. Archived at https://www.webcitation.org/5nfH2gABv.
  3. a et b (en) « The Matrix Revolutions (2003) », sur Box Office Mojo (consulté le 24 juillet 2014)
  4. « IJBS » [archive du ], archive.org, (consulté le 31 mars 2017)
  5. Andy Wachowski and Lana Wachowski () Consulté le . La scène se produit à 01:11:34.
  6. « Postmodernism Lesson Plans: The Matrix and Neuromancer », purdue.edu (consulté le 31 mars 2017)
  7. William Gibson, « THE MATRIX: FAIR COP », The William Gibson Blog, (consulté le 10 décembre 2012)
  8. « Home », warnervideo.com (consulté le 31 mars 2017)
  9. Joel Silver, interviewé dans le mini-documentaire Scrolls to Screen: A Brief History of Anime sur le DVD The Animatrix.
  10. Joel Silver, interviewé dans le mini-documentaire Making "The Matrix" sur le DVD de Matrix.
  11. Mitsuhisa Ishikawa, interviewed in The South Bank Show, episode broadcast February 19, 2006 [1]
  12. a b c et d « ONLINE CHAT - Larry & Andy Wachowski » [archive du ], archive.org, (consulté le 27 mars 2017)
  13. Roger Ebert, « The Matrix », suntimes.com, (consulté le 17 septembre 2012) : « "The Matrix" recycles the premises of "Dark City" and "Strange Days,"... »
  14. « The Matrix (1999) - Film Review from FilmFour » [archive du ], Film4, Channel Four Television Corporation (consulté le 17 septembre 2012) : « The film is a perfect product of its time. It is a very modern conspiracy thriller, a film based, like The Truman Show, on the appealingly terrifying notion of a universal conspiracy - that life itself and everything that we know and take for granted are lies. It's also a film steeped in the traditionals of Japanese anime and megamixed philosophy and semiotics (spot the Baudrillard references kids). »
  15. Rowley, Stephen, « What Was the Matrix? », sterow.com, (consulté le 9 janvier 2012) : « The Matrix was the third in a cycle of movies to arrive in the late nineties with a strikingly similar theme. Like its predecessors from the previous year, Dark City and The Truman Show, it tells the story of a seemingly ordinary man who suddenly finds that his whole life is faked: he is trapped in an artificially created environment designed to keep him in submission. Like the heroes of those earlier movies, Keanu Reeves' Neo starts to realise that he is somehow special, and tries to escape the confines of his prison. »
  16. "Poor Mojo Newswire: Suicide Girls Interview with Grant Morrison « https://web.archive.org/web/20090628091125/http://www.poormojo.org/pmjadaily/archives/002657.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ." URL retrieved July 31, 2006.
  17. Condon, Paul. The Matrix Unlocked. 2003. Contender. p.141-3. (ISBN 1-84357-093-9)
  18. Richard Corliss, « Popular Metaphysics », (consulté le 1er avril 2017)
  19. Dr. Eleanor A. Lockhart, « Bootlegging the Matrix: In Which Bootleg Girl Explains the Matrix Sequels », Medium, (consulté le 10 mars 2018)
  20. Marcy Cook, « Decoding the Transgender Matrix: The Matrix as a Transgender Coming Out Story », The Mary Sue, (consulté le 10 mars 2018)
  21. https://www.themarysue.com/the-matrix-trans-lens/
  22. « Matrix », sur JP's box-office (consulté le 24 juillet 2014).
  23. (en) « The Matrix Reloaded (2003) », sur Box Office Mojo (consulté le 24 juillet 2014)
  24. a et b « Matrix Reloaded », sur JP's box-office (consulté le 24 juillet 2014).
  25. (en) « The Matrix Moviesat the Box Office », sur Box Office Mojo (consulté le 24 juillet 2014)
  26. « The Matrix », Rotten Tomatoes (consulté le 1er septembre 2012)
  27. « The Matrix (1999) », Metacritic (consulté le 15 décembre 2008)
  28. « The Matrix Reloaded », Rotten Tomatoes (consulté le 1er septembre 2012)
  29. « The Matrix Reloaded (2003) », Metacritic (consulté le 15 décembre 2008)
  30. « The Matrix Revolutions », Rotten Tomatoes (consulté le 1er septembre 2012)
  31. « The Matrix Revolutions (2003) », Metacritic (consulté le 11 décembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :