Fait divers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Faits divers)

Sur les autres projets Wikimedia :

Le fait divers, orthographié aussi fait-divers (événements appelés également les chiens écrasés en argot), est, en journalisme, un type d'événement qui n'est classable dans aucune des rubriques qui composent habituellement un média d'actualité (international, national, politique, économie, etc.)[1]. Par conséquent, les faits divers sont regroupés au sein d'une même rubrique, malgré l'absence de lien qui les unisse[2]. Il s'agit généralement d'événements tragiques, tels que les crimes, les accidents, les larcins énonçables en trois lignes.

En France, la part des faits divers dans le traitement médiatique est en sensible hausse depuis les années 2000. Une enquête de l'Institut National de l'Audiovisuel fait état d'une augmentation de 73 % des faits divers dans les journaux télévisés en l'espace de 10 ans[3].

Si leur importance paraît souvent secondaire, les faits divers peuvent parfois avoir une portée plus large. C'est ainsi que l'affaire Paul Voise est régulièrement présentée comme ayant joué un rôle dans le résultat de l'élection présidentielle française de 2002.

Selon certains[Qui ?], les médias accorderaient une trop grande importance à la couverture des faits divers, en raison d'une attirance supposée du public pour ce type d'événements, et du bénéfice qui en découlerait en termes d'audience[4].

Certaines parutions sont spécialisées dans les faits divers : c'est par exemple le cas, en France, du magazine Le Nouveau Détective.

Le fait-diversier est le journaliste qui tient la rubrique des faits-divers.

Critiques générales sur les faits divers[modifier | modifier le code]

  • Sur le rapport qu'ils auraient avec d'autres thèmes d'information : « Le fait-divers fait diversion », phrase du sociologue Pierre Bourdieu[5],[6].
  • Sur les faits divers de violence : « Depuis les années 80, les faits divers ont fait un retour en force par le biais de la télévision. » à la question : « Quel type de prisme les faits divers offrent-ils pour saisir la société, en particulier la criminalité ? », il répond « Un prisme totalement déformant, c'est bien le problème ! Il est normal que le débat public s'interroge sur les faits qui sortent de l'ordinaire. L'avion s'est écrasé, pourquoi ce terrible accident alors même que 99,9 % des avions décollent et atterrissent normalement ? Mais certains sujets comme le crime occasionnent beaucoup plus que cela. Loin de passer pour un accident de la vie quotidienne, l'érection du fait divers criminel en priorité de l'information le transforme en un fait de société. Il est promu au rang de symptôme des dérèglements de la vie sociale. Et lorsqu'il rencontre une ambiance générale de morosité et d'inquiétude sur l'avenir, il devient le révélateur d'une décadence. Ainsi le fait divers criminel n'occasionne pas simplement un discours sur la violence qui est insupportable, mais aussi sur la violence qui augmente, qui rajeunit… Ce qui pourtant est tout aussi faux que l'idée selon laquelle les avions risqueraient de plus en plus de s'écraser. » Laurent Mucchielli, sociologue français spécialisé en criminologie[7].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Claude Ambroise-Rendu, Petits récits des désordres ordinaires : Les Faits divers dans la presse française des débuts de la IIIe République à la Grande Guerre, Paris, Seli Arslan, coll. « Histoire, cultures et sociétés », , 332 p. (ISBN 2-84276-102-2).
  • Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Le suicide ou les silences de la chronique des faits divers », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 77-88 (lire en ligne).
  • Georges Auclair, Le Mana quotidien : Structures et fonctions de la chronique des faits divers, Paris, Anthropos, , 277 p.
  • Roland Barthes, Essais critiques, Paris, Seuil, coll. « Tel quel », , 273 p. (ISBN 2-02-001923-X), « Structure du fait divers », p. 188–196
  • Noëlle Benhamou, « De l'influence du fait divers : les Chroniques et Contes de Maupassant », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 47-58 (lire en ligne).
  • Jean-Louis Cabanès, « Gustave Geffroy et l'apprentissage des faits divers », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 59-68 (lire en ligne).
  • Philippe Désormeaux, « Les assassins de Pierre Larousse : encyclopédisme et fait divers », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 31-46 (lire en ligne).
  • Daniel Compère, « Faits divers et vulgarisation scientifique », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 69-76 (lire en ligne).
  • Laetitia Gonon, Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Sciences du langage », , 328 p. (ISBN 978-2-87854-587-6, présentation en ligne, lire en ligne).
  • Philippe Hamon, « Introduction. Fait divers et littérature », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 7-16 (lire en ligne).
  • Dominique Kalifa, L'encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, , 351 p. (ISBN 2-213-59513-5, présentation en ligne), [présentation en ligne], [présentation en ligne].
  • Dominique Kalifa, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, no 97 « Le fait divers »,‎ , p. 89-102 (lire en ligne).
  • Marc Lits et Annick Dubied, Le Fait divers, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », , 127 p. (ISBN 2-13-049871-X).
  • Marine M'Sili, Le Fait divers en République : Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS histoire », , 311 p. (ISBN 2-271-05747-7).
  • André Petitjean, « Les Faits divers : Polyphonie énonciative et hétérogénéité textuelle », La Langue française, no 74 « La typologie des discours »,‎ , p. 73-96 (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de « fait divers » dans « Glossaire des termes de la presse écrite », sur le site du Clemi : « événement plus ou moins important qui ne relève ni de l'actualité mondiale, ni de la politique, ni de l'économie ».
  2. Définition de « fait divers », dans le Petit Robert : « événements du jour [...] sans lien entre eux, faisant l'objet d'une rubrique dans les médias ».
  3. « En dix ans, le nombre de faits divers dans les JT a augmenté de 73 % », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 1er juin 2017)
  4. « Pourquoi les faits divers fascinent », rappel des faits du numéro du 7 mars 2003 de l'émission C dans l'air, sur le site de France 5, version archivée par Internet Archive.
  5. a b et c « Les Nouveaux Chiens de garde : Secrets de tournage », AlloCiné, 2012.
  6. Fiche sur Les Nouveaux Chiens de garde, L'Express Culture.
  7. Sylvain Bourmeau, « Les faits divers ont fait un retour en force par le biais de la télé », Libération,‎ (lire en ligne).
  8. Sébastien Homer, « Faits divers et fiction », L'Humanité,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]