Château de Coppet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Coppet
Image illustrative de l'article Château de Coppet
Le château de Coppet, façade sud.
Début construction XIVe siècle
Fin construction vers 1730
Protection Bien culturel d'importance nationale
Coordonnées 46° 18′ 57″ N 6° 11′ 35″ E / 46.315852, 6.19304846° 18′ 57″ Nord 6° 11′ 35″ Est / 46.315852, 6.193048  
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
Commune Coppet

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Château de Coppet

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Château de Coppet

Le château de Coppet est un château vaudois située sur le territoire de la commune de Coppet, en Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ville et château ont été fondés vers 1280 par Humbert IV de Thoire et Villars et sont attestés en 1284 sous les termes de « maison forte » et « bâtie », tandis qu’en 1299 on trouve la première mention explicite in burgo castri nostri de copet soit « dans le bourg de notre château de Coppet » [1].

La succession des Thoire et Villars se révélant assez difficile, on assiste à de multiples changements de seigneurs de 1364 à 1427. Avec Amédée de Viry, qui acquiert la seigneurie en 1484, Coppet retrouve une certaine stabilité[2].

Le château, pris d’assaut une dernière fois en 1536 lors de la conquête du Pays de Vaud par les Bernois, reste aux mains de la famille de Viry, puis passe à Jean-Aimé de Beaufort en 1543, et à Michel de Gruyère en 1550. Après la faillite de ce dernier, la baronnie de Coppet est saisie au profit de divers créanciers de Mulhouse et de Bâle[3].

En 1569, l'ensemble est acquis par Claude-Antoine de Vienne, seigneur de Clervant, qui, toutefois, ne peut acquitter la totalité de son prix d’achat. C’est finalement François de Bonne de Lesdiguières, qui en sera le nouveau détenteur dès 1601. Il marquera le château de son empreinte[3].

En 1621, par échange, le domaine passe à Daniel de Bellujon (1594 ?-1630), qui fut conseiller d’Henri IV et gouverneur de Villemur en Languedoc[3].

En 1657, c’est Frédéric de Dohna, issu d’une importante famille de la noblesse allemande, qui acquiert le château. Il est alors gouverneur de la principauté d’Orange, poste avancé de la liberté religieuse aux portes du royaume de France. Il doit cependant abandonner ce territoire réformé en 1660 à Louis XIV après des années de résistance acharnée et vient alors se réfugier dans sa baronnie de Coppet, qu'il a récemment acquise avec la seigneurie voisine de Prangins. Il poursuit néanmoins ses voyages au service de la Maison d’Orange-Nassau[4].

Parmi ses héritiers, seul son fils, Alexander zu Dohna-Schlobitten, a les moyens de reprendre la baronnie de Coppet, ayant eu la chance d’entrer au service de l’électeur Frédéric de Bandebourg qui devient le roi Frédéric Ier de Prusse en 1701. Alexandre s’occupe de Coppet surtout entre 1697 et 1704. Passé cette date, il se voue essentiellement à ses fonctions en Prusse orientale, travaillant au repeuplement de cette contrée ravagée par la peste et organisant l’implantation de nombreuses colonies huguenotes. Son château de Schlobitten (de) (Słobity) lui sert alors de demeure principale[5].

Dohna cherche à vendre la baronnie dès 1708, mais ne trouve un acquéreur qu’en 1713 en la personne de Sigismond d’Erlach, maréchal et colonel des cent-suisses au service du roi de Prusse. Deux ans plus tard déjà, toutefois, celui-ci s’en défait au profit de Jean-Jacques Hogguer, d’une famille de marchands saint-gallois devenus banquiers à Lyon, puis à Paris. Jean-Jacques, qui s’est tenu à l’écart des spéculations malheureuses de John Law et de la Compagnie du Mississippi qui poussèrent de nombreux financiers français et genevois à la ruine, investit au contraire dans l’achat d’une belle maison à Genève en 1713 et dans l’acquisition en 1715 de la seigneurie de Coppet, ayant obtenu deux ans plus tôt, pour services rendus, le titre de baron de la part du roi de Suède[6].

Baron de Coppet dès 1767, Gaspard de Smeth (vers 1711-1771), originaire de Francfort et négociant à Livourne, n’est pas étranger, par son mariage, au monde de la finance genevoise, mais sa biographie est mal connue. Son fils et seul héritier direct étant mort peu après son géniteur, la seigneurie passe en 1772 à un neveu, Juste-Raymond von der Lahr, qui s’en dessaisit déjà en 1780[7].

Coppet est acquis le 1er mai 1780 par la veuve de Georges-Tobie de Thellusson au nom de son fils mineur, Pierre-Germain (1767-1831). Mais ce dernier cède le domaine déjà en 1784 à l’associé de feu son père, le banquier Jacques Necker (1732-1804)[8].

Jacques Necker, célèbre ministre des finances de Louis XV, mène une vie très brillante au château. Son épouse étant morte près de Lausanne le 6 mai 1794, il reste seul avec ses enfants à Coppet. À sa mort, en 1804, même si la Révolution vaudoise a supprimé les droits féodaux liés à la baronnie, ses héritiers sont au bénéfice d’une fortune imposante, de nombreux biens immobiliers et d’un patrimoine historique et intellectuel considérable[9].

Le château échoit à sa fille et héritière Germaine Necker, qui épouse en 1786 le baron Erik Magnus de Staël-Holstein, ambassadeur du roi de Suède en France, son aîné de 17 ans (cf. son portrait par le suédois Wertmuller, 1783), puis se remarie à 45 ans, à un M. de Rocca, officier de 20 ans son cadet, dont elle a un fils, Alphonse de Rocca. Germaine, plus connue sous le nom de Mme de Staël, a contribué pour beaucoup à la célébrité du château par son activité littéraire, en réunissant dans cette demeure le Groupe de Coppet, ensemble de personnalités appartenant à l'élite intellectuelle européenne[10].

Le 15 février 1816, sa fille Albertine (1797-1838) épouse à Livourne le diplomate et homme d’État Victor de Broglie, 3e duc du nom. À la mort de Germaine de Staël l'année suivante, Coppet passe à son fils Louis-Auguste (cf. son portrait par François Gérard[11]) qui disparut en 1827, puis au fils de celui-ci (mort en bas-âge), puis à sa veuve, apparentée au théologien genevois Jacob Vernet - connu pour ses démêlés avec Rousseau et Voltaire -, enfin en 1876 à Louise-Albertine de Broglie (1818-1882), comtesse Joseph Othenin d'Haussonville (cf. son portrait par Ingres), qui le légua à sa fille ; sa descendance l'a conservé[12].

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

La forteresse primitive était originellement flanquée d’une tour circulaire et d’une autre rectangulaire. Seuls les vestiges de la grosse tour ronde sont conservés, à demi-engagés dans l’aile sud de l’édifice classique actuel. La château était entouré d’un vaste fossé, sec sur trois côtés et inondé à l’est, c'est dire côté lac, alimenté par les eaux du Greny. L’entrée d’origine se situait au sud. On y arrivait après avoir traversé une zone protégée par les murs de la ville et formant une sorte de barbacane[13].

Brûlé par les troupes bernoises lors de l'invasion de 1536, le château est en très mauvais état à l’aube du XVIIe siècle et Lesdiguières investit des sommes considérables en travaux de reconstruction, particulièrement entre 1601 et 1603. Il remplace alors le « grand corps de logis » (vraisemblablement celui du Moyen Âge) et construit un « petit logis », ainsi qu’une grande tour carrée et diverses dépendances. En 1621, toutefois, les travaux ne sont pas achevés, le grand escalier en vis tombe en ruine, et les toitures nécessitent d’importantes réparations[3].

Dès 1657, Frédéric de Dohna, se faisant aider par l’ingénieur Maximilien van Hangest-Genlis, dit d’Yvoy (1621-1686), y fait procéder dès 1665 à de très importants travaux. Pour donner un caractère résidentiel à ce qui, auparavant, n’était guère qu’une forteresse, il ouvre le château, lui donnant une grande cour régulière et facile d’accès, et élève contre le flanc sud du bâtiment médiéval une nouvelle aile terminée par deux pavillons. Cette composition est pour la Suisse une réalisation très moderne, l’un des tout premiers exemples de façade classique à la française. Elle se réfère aux châteaux de la première moitié du XVIIe siècle, époque faste pour les architectes protestants français tels que les du Cerceau, Marot, ou Jacques Perret, dont Dohna possédait les ouvrages dans sa bibliothèque[4].

Alexander zu Dohna-Schlobitten, après avoir remis à flot la comptabilité et l’administration de la baronnie de Coppet, peut enfin s’occuper des bâtiments très délabrés depuis la mort de ses parents, à tel point que l’aile ouest s’est effondrée vers 1693. Les réflexions relatives à une reconstruction se concrétisent vers 1702, le projet étant de reconstruire les parties anciennes du château de manière à obtenir un plan en U tout à fait classique. Des plans, heureusement conservés dans les archives de Dohna, sont dans la droite ligne des réalisations genevoises contemporaines et peuvent être attribués à l’architecte huguenot Jean Vennes ou à l’entrepreneur architecte Moïse Ducommun avec lequel il collabora sur de nombreux chantiers. Pour faire pendant à la grosse tour ronde contre laquelle son père avait construit l’aile sud, Alexandre a l’idée de faire établir symétriquement une demi-tour contre le pavillon nord-ouest qu’il a fait bâtir, se contentant par ailleurs de réparer simplement l’aile nord, qui sera retouchée par la suite[14].

Grâce à sa fortune et à son style de vie sédentaire, Jean-Jacques Hogguer parvient à achever le remaniement complet du château, y travaillant de façon continue durant plus de dix ans et lui donnant enfin les quatre pavillons assurément prévus dès XVIIe siècle. Il reconstruit ainsi l’aile nord selon un nouvel alignement et rebâtit entièrement le grand corps de logis oriental, soit celui donnant côté lac. Jacques Favre, maçon-architecte de Genève, dirige les travaux jusqu’en 1728 en tout cas. On peut donc attribuer aux travaux de Hogguer l’apparence actuelle du château, même si celui-ci a encore subi des transformations par la suite[15].

L’intervention manifeste de Gaspard de Smeth à Coppet se lit au fronton de la façade sur cour, où il a fait remplacer les armes de Hogguer par les siennes propres et celles de son épouse. Il a modernisé durant les années 1770 l’intérieur du château, le dotant de nouvelles cheminées de salon et y généralisant l’usage de papiers peints, notamment des papiers de Chine, dit « des Indes » [16].

En dépit de projets grandioses de reconstruction de l’aile sud impliquant de grands noms de l’architecture tels que Pierre-David Matthey, de Genève, et du Parisien Claude Jean-Baptiste Jallier de Savault (projets non réalisés) – les Thellusson n’ont guère laissé de traces d’intervention directe au château. En revanche, ils ont laissé à leurs successeurs tout leur mobilier, y compris sans doute les tableaux[17].

Château de Coppet, façade sur cour transformée par Necker. Au fronton, les armes de Smeth et Kunkler.

Les Necker commencent en 1784 par restaurer complètement le château, remodelant notamment l’avant-corps sur la cour intérieure, puis ils entreprennent en 1790 la transformation de l’aile sud, dont la façade d’entrée reçoit alors son aspect définitif[18].

Germaine de Staël n’apporte guère de modifications aux bâtiments. Elle cède le château en 1809 à son fils Louis-Auguste de Staël (1790-1827) qui demande en 1816 au menuisier Samuel Chouet d’y établir une remarquable bibliothèque Empire et qui développe son domaine en faisant élever (selon un style très moderne pour l’époque) une nouvelle loge de portier en 1820-1822, et en créant sur ses terres une ferme expérimentale d’inspiration anglaise bientôt connue internationalement dans les milieux agronomiques[19].

Le bâtiment est inscrit comme biens culturels suisses d'importance nationale[20]. Propriété privée ouverte au public, il est desservi depuis 2004 par une association (l'association des amis du château de Coppet) chargée à la fois « de la conservation et la mise en valeur du Parc du Château de Coppet » et de l'organisation des différentes manifestations qui s'y tiennent[21].

Depuis 2003, l'institut européen de l'Université de Genève a installé au château son centre d'archives européennes[22], soit une cinquantaine de fonds d'archives « relatifs à la construction de l'Europe politique au XXe siècle. »[23].

Depuis 2013, une partie du château est réservée à l'accueil de séminaires d'entreprises.

Dépendances hors de l’enceinte du château[modifier | modifier le code]

  • Le Pavillon, soit loge de la Pouterlaz, ou loge de portier établie en 1820-1822 selon les plans d’un architecte Vaucher de Genève (Samuel Vaucher, ou même Jean-Jacques-Frédéric Vaucher-Ferrier).
  • La grange des dîmes. Premier bâtiment rural élevé en 1615, reconstruit et agrandi à la fin du XVIIIe siècle, transformé en 1825-1826 en ferme modèle[24].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Grandjean, « Villes neuves et bourgs médiévaux, fondement de l'urbanisme régional », dans L'Homme dans la ville (Cours général public de l'Université de Lausanne, 1983-1984), Lausanne,‎ , p. 61-100.
  • Daniel de Raemy, Châteaux, donjons et grandes tours dans les États de Savoie (1230-1330). Un modèle, le château d'Yverdon, Lausanne, Cahiers d'archéologie romande 98-99,‎ .
  • Léandre Vaillat, Le château de Coppet (L'Art et les Artistes, no 100- juillet 1913, p. 161 à 172, ill. de photographies de vues et de plusieurs portraits conservés sur place - arch. pers.).
  • Béatrix Andlau, Le château de Coppet, Impr. du Courrier de La Côte,‎ .
  • Pierre Kohler, Madame de Staël au château de Coppet, Éditions Spes, coll. « Vieille Suisse »,‎ .
  • Monique Bory (dir.), Coppet. Histoire et architecture, Yens-sur-Morges, Cabédita,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grandjean 1984, p. 61-100
  2. Bory (dir.) 1998, p. 11.
  3. a, b, c et d Bory (dir.) 1998, p. 72-73.
  4. a et b Bory (dir.) 1998, p. 76-84.
  5. Bory (dir.) 1998, p. 85.
  6. Bory (dir.) 1998, p. 89-90.
  7. Bory (dir.) 1998, p. 100.
  8. Bory (dir.) 1998, p. 109.
  9. Bory (dir.) 1998, p. 109-112.
  10. Bory (dir.) 1998, p. 125.
  11. Bory (dir.) 1998, p. 128, fig. 139.
  12. Bory (dir.) 1998, p. 124.
  13. de Raemy 2004, p. 219-221.
  14. Bory (dir.) 1998, p. 85-88.
  15. Bory (dir.) 1998, p. 89-99.
  16. Bory (dir.) 1998, p. 100-108.
  17. Bory (dir.) 1998, p. 112-114.
  18. Bory (dir.) 1998, p. 115-121.
  19. Bory (dir.) 1998, p. 128-141.
  20. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  21. « L'Association des Amis du Château de Coppet (APCC) », sur jardinsenfete.ch (consulté le 2 juillet 2012)
  22. « Le Centre européen de Coppet », sur unige.ch (consulté le 2 juillet 2012)
  23. « Le centre d'archives européennes », sur unige.ch (consulté le 2 juillet 2012)
  24. Bory (dir.) 1998, p. 137-141.