Marcel Bozzuffi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Bozzuffi
Marcel Bozzuffi, acteur français (1928-1988)-Trailer.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Marcel Louis Édouard BozzuffiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Conjoint
Françoise Fabian (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata

Marcel Bozzuffi, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine) et mort le à Paris 13e, est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, formation et débuts[modifier | modifier le code]

Marcel Louis Édouard Bozzuffi naît le à Rennes. Après une enfance passée en Bretagne, il monte à Paris et s'inscrit au cours Simon.

Carrière[modifier | modifier le code]

À l'écran, Marcel Bozzuffi fait partie des « seconds rôles », comme Raymond Bussières, Robert Dalban, Michel Peyrelon et tant d'autres, qui ont marqué si profondément le cinéma français.

Bien que souvent cantonné à des rôles soit de policier soit de gangster auxquels il donnait, tant par ses traits que par son jeu d'acteur, des tons sombres et inquiétants, il a su sortir dans les années 1980 de ce registre stéréotypé qui a marqué sa carrière en jouant des rôles de composition tout à l'opposé de son étiquette de « méchant » comme son personnage d'homosexuel dans Identification d'une femme de Michelangelo Antonioni. Il a donné la réplique aux plus grands, notamment Jean Gabin (dans Gas-oil, Du rififi à Paname et Maigret voit rouge).

Il a également mis sa voix grave et si particulière aux services du doublage de films, doublant entre autres Paul Newman et Charles Bronson. Il fut aussi la voix de Lucky Luke dans Lucky Luke - Daisy Town. Il mesurait 1,70 mètre. Pour les cinéphiles, il reste surtout connu pour son interprétation de Nicoli, le porte-flingue d'Alain Charnier poursuivi par Gene Hackman dans une scène restée mythique du cultissime French Connection de William Friedkin. Marcel Bozzuffi, ayant des racines italiennes, parlait très bien l'italien, avec un léger accent français, ce qui lui permet de participer à des films italiens, surtout dans les années 1960 et 1970.

Tombe de Marcel Bozzuffi au cimetière du Montparnasse (division 7).

Acteur, Marcel Bozzuffi a également écrit et réalisé un film (L'Américain en 1969), trois téléfilms et un recueil de nouvelles (Forfana - Récits, publié à titre posthume en 1990).

Vie privée et fin de vie[modifier | modifier le code]

En 1963, Marcel Bozzuffi rencontre l'actrice Françoise Fabian, qu'il épouse en 1986[1] et avec qui il vivra jusqu'à sa mort.

Il meurt des suites d'une tumeur du cerveau le , à l'âge de 58 ans. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (7e division) à Paris, non loin de Jean Poiret et de Philippe Noiret.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur de cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Acteur de télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Animation[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Forfana - Récits, recueil de nouvelles. Éditeur : Alinea, collection : Littera Francai, , 140 p. (ISBN 978-2-9046-3191-7). Publication à titre posthume.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance de Marcel Bozzuffi, disponible sur « Marcel Bozzuffi », sur cineartistes.com (consulté le ).
  2. Doublé seulement en 1965.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]