Enlèvement de Travis Walton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 16′ 49.17″ N 110° 35′ 54.42″ O / 34.280325, -110.59845

Vue d'artiste de l'enlèvement

L'enlèvement de Travis Walton est une affaire de prétendu enlèvement par les extraterrestres qui fut très médiatisée. Le bûcheron Travis Walton disparut du 5 au 10 novembre 1975. Lorsqu'il reparut, désorienté et déshydraté, il prétendit avoir été enlevé par les occupants d'un objet volant non identifié.

Chronologie des événements selon Travis Walton[modifier | modifier le code]

Le 5 novembre 1975, Travis Walton et six de ses collègues du service des forêts rentrent en camion après une journée passée à couper du bois du côté de Snow Flake (domaine forestier situé à 240 km de Phoenix dans l'Arizona). Vers 18 h 00, ils commencent à apercevoir une puissante lueur à travers les arbres. Paniqué, le chauffeur arrête le camion à une trentaine de mètres de la lumière.

Travis Walton, malgré les mises en garde de ses collègues, décide d'aller voir de plus près et est alors frappé par un rayon lumineux bleuté puis s'écroule. Terrifiés, ses collègues quittent immédiatement l'endroit aussi vite que le permet le camion. Après avoir parcouru quelques centaines de mètres, Mike Rogers (le chef d'équipe) voit une forte lumière les survoler à quelques mètres au-dessus des arbres et disparaître. Au moment où les hommes décident de revenir sur le site de l'observation, Travis Walton a disparu.

Aussitôt prévenues, les autorités locales lancent des recherches pour retrouver Walton. Les autorités n'ont pas cru à cette histoire d'enlèvement et le shériff pensait que les compagnons de Travis Walton tentaient de camoufler son assassinat. Pendant cinq jours, la police, aidée pour l'occasion par plusieurs dizaines de volontaires, organise des battues pour retrouver Walton, sans succès. Pendant la battue, des tests de radioactivité étaient réalisés en vain sur le terrain, mais des radiations étaient présentes sur l'équipement des compagnons de Trevis. Après quatre jours de recherches, le 9 novembre, des rumeurs du meurtre de Travis par ses camarades commencent à circuler parmi la population et les autorités. C'est alors que le shériff décide de faire passer les compagnons de Travis au détecteur de mensonge. De nombreuses caméras de télévision y assistèrent. La personne chargée de réaliser le test polygraphique (détecteur de mensonge) était l'une des meilleures de l'Arizona (C. Y. Gilson). Durant cet examen, cinq des collègues de Travis ont réalisé le test ; le dernier, Allen Dalis, a refusé de le passer. Le plus extraordinaire est que le résultat fut sans appel, car les cinq personnes furent jugées sincères par le détecteur de mensonge.

Le 10 novembre, en fin de journée, le beau-frère de Travis reçoit un appel téléphonique en PCV : il s'agit de Travis qui l'appelle d'une cabine publique à quelques kilomètres de là. On le retrouve sur place, désorienté et en état de choc, amaigri et déshydraté (comme le confirmera un examen médical ultérieur).

Travis racontera l'histoire suivante : après avoir perdu connaissance sur la route, il se réveilla dans une pièce, entouré de trois créatures d'1,50 m de haut qu'il décrira comme ressemblant à des fœtus. Pris de panique, il repoussa violemment les trois créatures et tenta de s'échapper de la salle par une porte. Il déboucha dans une pièce plus grande où se trouvaient un siège ainsi que plusieurs leviers de commande. Une créature, de forme beaucoup plus humaine et portant un casque, entra alors et guida poliment Travis vers une autre pièce, refusant toutefois de répondre à toutes les questions que celui-ci lui posait. À peine entré dans la nouvelle pièce, on lui passa un masque respiratoire sur le visage et il perdit de nouveau conscience. Lorsqu'il revint à lui, il eut juste le temps de voir l'OVNI disparaître.

Travis a également réalisé le test du détecteur de mensonge avec la même personne que pour ses cinq camarades, et sa sincérité fut également reconnue.

Depuis 1975, aucun de ces hommes n'a changé sa version des faits, et c'est en 1993 que C. Y. Gilson eut l'opportunité de faire passer le test du polygraphe au dernier de la bande, Allen Dalis à propos de l'enlèvement de Travis par un OVNI. Le résultat fut conforme à ceux obtenus avec les collègues d'Allen Dalis.

On rappelle qu'il est impossible que sept personnes puissent tromper un détecteur de mensonge sur une même histoire, d'où le grand intérêt des médias pour cette dernière. Néanmoins, un détecteur de mensonge ne fait qu'indiquer la sincérité de celui qui y est soumis, c'est-à-dire si ce dernier est convaincu de ses dires ; il ne prouve en rien leur véracité.

Travis Walton écrivit un livre sur cette affaire, The Walton experience, qui fut publié en 1978 et réédité en 1996 sous le titre Fire in the Sky.

Un long-métrage également intitulé Fire in the Sky (Visiteurs extraterrestres en français) et librement inspiré de ces événements fut réalisé en 1993 par Robert Lieberman.

Hypothèses sceptiques[modifier | modifier le code]

  • Travis Walton et ses collègues furent soupçonnés de toxicomanie : ils reconnurent publiquement consommer occasionnellement du cannabis. On soupçonna Travis Walton d'avoir inventé toute cette histoire dans un but mercantile de publication. Travis Walton avait déjà été condamné en 1971 pour émission de faux chèques[1].
  • Philip Klass assure que l'enlèvement de Travis Walton n'était qu'une astucieuse mise en scène imaginée par Michael Rogers, employeur de Travis Walton. Celui-ci était dans l'impossibilité d'honorer le contrat pour lequel il s'était engagé. La date butoir approchait et il lui restait encore plusieurs hectares à éclaircir. Il faut savoir qu'aux États-Unis un contrat peut être dénoncé si le travail s'effectue dans des conditions de sécurité inacceptables. Le prétendu enlèvement fournissait donc à Michael Rogers un motif légal pour rompre son contrat[1].
  • Selon un des psychiatres qui examina Travis Walton, le Dr Rosenbaum, Travis Walton n'aurait pas été enlevé mais aurait connu une expérience liée à un état psychotique particulier[1].
  • Sur les lieux de l'incident, aucune trace n'a été découverte[1].
  • Les Walton ont monnayé leur histoire au National Enquirer[1].

Arguments ufologiques en faveur de la thèse de l'enlèvement[modifier | modifier le code]

Un médecin local confirma l'état d'extrême désorientation et de déshydratation sévère dont souffrait Travis lorsqu'on le retrouva le 10 novembre. Le récit de Travis Walton est conforme à ceux des autres témoins, y compris le témoignage sous hypnose. Pour l'expert qui mena le test, Travis croyait dire la vérité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « La disparition de Travis Walton (3) », Jean-Luc Vertongen et Alice Ashton, Inforespace nº 36, novembre 1977, pages 20-22.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]