Raël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rael.
Raël
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Claude VorilhonVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Raël
Claude CellerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religions
Une parade de raéliens à Séoul, brandissant le portrait de Claude Vorilhon, dit Raël ou encore « le prophète des Elohim »

Raël, de son vrai nom Claude Vorilhon (né le à Vichy dans l'Allier en France), est le fondateur et chef du mouvement raëlien, objet de nombreuses controverses et classé en France comme secte par le rapport parlementaire de 1995. Claude Vorilhon fut auparavant chanteur sous le nom de Claude Celler et journaliste sportif automobile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils naturel de Colette Michel, née Vorilhon (1923-2012). D'après un documentaire[1], son père serait « un industriel juif alsacien réfugié en Auvergne pendant la guerre », travaillant dans le bois, mais déjà marié.

Claude Vorilhon passe son enfance à Ambert, en Auvergne, élevé par sa tante et sa mère, une « ardente athée »[2].

Guitariste, il se rend à Paris en 1961 pour devenir chanteur de rue. Sous le pseudonyme de Claude Celler, il sort, en 1966, plusieurs chansons en imitation de Jacques Brel, dont Le Miel et la cannelle, Madam' Pipi, Monsieur votre femme me trompe, Quand on se mariera, Sacrée sale gueule , et, en 1971, Mon amour Patricia. Il entre chez Disc'AZ avec Lucien Morisse, où il fait six disques, dont Le Miel et la Cannelle. Cependant, en septembre 1970, son producteur se suicide, et la carrière de Claude Celler s'arrête là.

Un peu plus tard, il crée à Clermont-Ferrand une revue de sport automobile[3], Auto-Pop, qui est un échec après le choc pétrolier et l'interdiction des compétitions automobiles. En 1974, il abandonne la profession de chroniqueur sportif et se consacre au mouvement qu'il vient de créer.

Claude Vorilhon a été marié trois fois, successivement à Marie-Paul Cristini, Lisa Sunagawa et Sophie de Niverville[2].

« Rencontre avec les extraterrestres »[modifier | modifier le code]

Représentation d'Elohim devant la soucoupe volante telle qu'elle fut décrite par Raël.

Claude Vorilhon affirme avoir vécu deux expériences de rencontre rapprochée du troisième type avec des extraterrestres qui sont les fondements de son idéologie.

D'après sa description, le au soir (soit 13 jours après l'interdiction des compétitions automobiles par le gouvernement Messmer[4] marquant la fin de son magazine Auto-Pop), alors qu'il se promène au Puy de la Vache et au Puy de Lassolas, il prétend apercevoir une soucoupe volante qui atterrit devant lui. Un être extraterrestre en sort, parlant français et qui lui dit être venu pour le rencontrer et lui donner un message qu'il aura pour mission de répandre dans tous les pays.

Toujours selon lui, il reçoit alors son nom de prophète, « Raël »[5],[6], qui signifierait « Le Messager ». Les entretiens dureront six jours, à raison d'une heure par jour et feront l'objet de son premier livre, Le Livre qui dit la vérité, lequel affirme que toutes les formes de vie sur Terre ont été créées par ces extraterrestres, les Elohim, grâce à une maîtrise du génie génétique et une avance scientifique de 25 000 ans. Tous les nombreux prophètes que cette Terre a connus auraient été envoyés par les Elohim mais leurs messages incompris et déformés par les humains auraient été pervertis.

Claude Vorilhon affirme avoir reçu la mission d'informer le monde sur ses origines et celle de construire une ambassade en vue du retour des Elohim[7]. Les extraterrestres lui donnent des explications sur certains mystères (qu'il rapportera dans son livre) en s'appuyant sur de nouvelles lectures des textes sacrés comme la Genèse. Il fonde alors, fin 1974, le Mouvement pour l'accueil des Elohim créateurs de l'humanité ou MADECH, qui allait devenir le mouvement raélien[8].

Rael prétend rentrer de nouveau en contact avec les Elohim le . Ces derniers l'auraient alors amené sur leur planète où il retrouve le Bouddha, Moïse, son « demi-frère » Jésus et Mahomet[9] et reçoit de nombreux enseignements qu'il va décrire dans son second livre, Les extraterrestres m'ont emmené sur leur planète. Il affirme y avoir découvert des êtres merveilleux, harmonieux et pacifiques qui lui enseignent une philosophie fondée sur le plaisir, l'amour, la connaissance et la conscience.

Doctrine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mouvement raélien.

Sa doctrine politique (« géniocratie ») préconise que seules les personnes dotées d'un quotient intellectuel élevé soient chargées des fonctions dirigeantes[10].

Claude Vorilhon s'attaque avec virulence à l'Église catholique romaine[11]. Il lance une campagne d'apostasie (« débaptisation ») et de « déchristianisation de l'Afrique » (campagne d'affichage et de distribution de feuillets « Afrique, réveille-toi ! »), et ses militants lancent une campagne contre des prêtres pédophiles.

Rencontres médiatiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2005, Claude Vorilhon reçoit la visite de l'écrivain Michel Houellebecq, qui s'est inspiré de lui pour le personnage du prophète de son roman La Possibilité d'une île[12], ainsi que celle de l'humoriste Dieudonné (sans que ni l'un ni l'autre ne fassent partie du « mouvement raélien »).

Controverses et polémiques[modifier | modifier le code]

« Gourou »[modifier | modifier le code]

Claude Vorilhon est qualifié de gourou par les journaux Libération[13] et L'Express[14].

Les procès[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1980, Raël et son mouvement ont intenté de très nombreux procès, généralement « en diffamation », à des personnalités ou des médias[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22]. Un commentaire d’Ophélie Winter en 2004 avait été plus particulièrement médiatisé.

Pour certains observateurs, les actions en justice intentées par Raël semblent lui servir de publicité au moins autant qu’à obtenir réparation, comme dans l’affaire des « bébés clonés », qui s'est révélée être un canular ou un fait qui n'a pas été démontré, mais a en tout cas valu à Raël une attention médiatique mondiale[23].

La « rencontre avec les extraterrestres »[modifier | modifier le code]

La « rencontre » est fréquemment considérée, par les associations ufologiques, comme une exploitation religieuse du phénomène OVNI[24], par d'autres auteurs comme un plagiat d'autres récits[25], comme un récit incohérent et probablement mensonger[26],[27], voire comme une histoire montée de toutes pièces pour trouver le succès, selon certaines de ses anciennes connaissances[28],[29] ou pour sortir d'une dépression[30].

Les anges de Raël[modifier | modifier le code]

Jeune femme sous un symbole raélien.

Les « anges » de Raël, sont des femmes censées être au service de Raël et des Elohim, dont le physique est « un critère important » et qui mettent « au service de leurs Créateurs et de leur Prophète leur beauté intérieure et extérieure », en « veillant sur tous les points à leur confort ». En attendant l'arrivée des Elohim, Raël étant le seul prophète, elles doivent « s'occuper de son bien-être »[31].

Reportages de Brigitte McCann[modifier | modifier le code]

Brigitte McCann du Journal de Montréal et une acolyte ont infiltré le mouvement au Québec durant des mois, avant de remettre une série de reportages critiques et de faire paraître le livre Journal d'une infiltrée en 2004. Dans les mois qui ont suivi, des raéliens ont tenté d'intimider Brigitte McCann lors d'un salon du livre en encerclant son stand[32].

Selon Canoë Infos, le mouvement a adressé une requête à la Cour supérieure pour déclarer leur mouvement en tant que religion, et demander de faire interdire « tout reportage humiliant ou dérisoire à leur sujet ». Après avoir fait appel en 2005, leur requête a été rejetée. Le journal affirme qu'ils visaient « tous les médias de Québécor », en particulier à cause des reportages de la journaliste Brigitte McCann[33].

En 2009, toutefois, le juge Grenier, de la Cour des petites créances du Québec, a condamné le Journal de Montréal et la journaliste McCann pour avoir utilisé des procédés abusifs et entravé le respect de la vie privée de raéliens[34],[35].

Accusation de plagiat[modifier | modifier le code]

Raël est accusé par un auteur anonyme d'avoir rédigé ses livres en plagiant divers ouvrages de science-fiction des années 1960 et 1970, en particulier ceux de l'auteur Jean Sendy[25].

Émission Tout le monde en parle du Québec[modifier | modifier le code]

Au Québec, lors de l'émission Tout le monde en parle, diffusée le , Raël est humilié sur le plateau par le caricaturiste du quotidien La Presse, Serge Chapleau. Ce dernier le traite de « joke » (farce) puis empoigne brièvement son chignon. Raël se plaindra dans les jours qui suivent d'avoir été victime d'une agression physique et porte plainte contre Chapleau. Le mouvement raélien demande aussi des excuses publiques à une autre invitée, la députée et ex-ministre péquiste Pauline Marois, ce que cette dernière refusera en déclarant que Raël est « fou à lier »[36],[37].

L'affaire Onfray[modifier | modifier le code]

Le 4 mars 2006, Michel Onfray s’est vu attribuer par Raël le titre de prêtre honoraire du mouvement raélien, qu'il a refusé. Onfray a répondu le 16 mars par un article : « Raël, crétin sidéral, ou La mauvaise odeur des journalistes[38]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Le Livre qui dit la vérité - (en) The Book Which Tells the Truth, British Raëlian Foundation, Londres, 1974
  • 1975 : Les extra-terrestres m'ont emmené sur leur planète - (en) Extraterrestrials Took Me To Their Planet, British Raëlian Foundation, Londres, 1975
  • 1977 : La Géniocratie, Éditions de Message, Brantôme - (en) Geniocracy: Government of the People, for the People, by Geniuses, Raëlian Foundation, Vaduz, Liechtenstein, 2005
  • 1979 : Accueillir les extra-terrestres - (en) Let's Welcome the Extraterrestrials, Tagman Press, Londres, 2003
  • 1980 : La méditation sensuelle - (en) Sensual Meditation, Tagman Press, Norwich, England, 2002
  • 1992 : Le Racisme religieux financé par le gouvernement socialiste
  • 2001 : Oui au clonage humain - (en) Yes to Human Cloning! Eternal Life Thanks to Science, Tagman Press, Norwich, England, 2001
  • 2003 : Le Maitraya - (en) The Maitreya: Extracts from his Teachings, Raëlian Foundation, Vaduz, Liechtenstein, 2005

Discographie[modifier | modifier le code]

1966 :

  • Dans un verre de vin
  • Madam' Pipi
  • Le Miel et la Cannelle
  • Monsieur votre femme me trompe
  • Quand on se mariera
  • Sacrée sale gueule
  • Les Yeux en amande
  • Patricia

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Salamolard et Pierre Rottet, Le Réel de Raël: une secte à la dérive, éd. Saint-Augustin, 2004, (ISBN 978-2940145461)
  • Annie Cathelin, Le Mouvement raëlien et son prophète : approche sociologique complexe du charisme, éd. L'Harmattan, 2004, (ISBN 978-2747561013)
  • Brigitte McCann, Raël : Journal d'une infiltrée, Éd. Stanké, 2004, (ISBN 978-2760409576)
  • Maryse Peloquin, Raël : voleur d'âme ou Biographie d'un menteur, éd. Trait d'union, 2004, (ISBN 2-89588-088-3)
  • Didier da Silva, « Les Anges du Bizarre, le cas Raël », in L'Auvergne insolite, éd. Au Signe de la Licorne, 2002, (ISBN 2-913034-03-9)

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raël, reportage sur le mouvement raélien, M6, 10 avril 2000.
  2. a et b Susan Palmer, Aliens Adored: Raël's UFO Religion, Rutgers University Press, 2004, p. 3.2
  3. Michel Salamolard, Pierre Rottet, Le réel de Raël : une secte à la dérive, Éditions Saint-Augustin, 2004, 155 p., (ISBN 2940145466 et 9782940145461), p. 13 : « Depuis son enfance, il rêve de devenir pilote de course automobile. Il commence par tâter un peu de la chanson et du spectacle pour devenir ensuite journaliste dans une revue de sport automobile. Il crée bientôt sa propre revue, ce qui lui permet du même coup de satisfaire sa passion du volant en essayant de nouveaux modèles ».
  4. Vincent Cheynet, Le choc de la décroissance, Seuil, 2008, p. 115.
  5. Michel Salamolard, Pierre Rottet, op. cit., pp. 15-16 : « Au passage, Claude Vorilhon reçoit un nom nouveau, comme Abraham, le père des croyants, comme Simon-Pierre, le chef des apôtres. »
  6. C'est également le titre d'une chanson de The Who depuis 1967 The Who Sell Out, ainsi que le personnage principal de l'album concept The Lamb Lies Down on Broadway
  7. Michel Salamolard, Pierre Rottet, op. cit., p. 15 : « Au cours des rencontres suivantes, l'étrange créature révèle à Vorilhon les origines de l'humanité à partir d'une interprétation délirante de la Bible. Elle lui donne, comme le fit Dieu sur le Mont Sinaï, les « nouveaux commandements » et enjoint au journaliste de fonder, comme Moïse, une nouvelle religion, la « religion raélienne », qui aura pour mission de construire une « ambassade terrestre » destinée aux créatures venues de l'espace, qui se nomment elles-mêmes les « Élohim ». »
  8. Raël, Le message des créateurs Messager des Elohim.
  9. Michel Salamolard, Pierre Rottet, op. cit., p. 17 : « Mais sur cette planète, il y a aussi d'anciens terriens qui ont été jugés dignes de la « réincarnation scientifique ». Ils sont admis sur la planète bienheureuse après un « stage d'éducation chimique ». C'est ainsi que Vorilhon fait la connaissance de Jésus – « que nous avons pu créer à partir d'une cellule que nous avions préservée avant sa crucifixion », est-il précisé –, de Moïse, de Bouddha et de Mahomet scientifiquement réincarnés. »
  10. Raël, Le Livre qui dit la vérité.
  11. Michel Salamolard, Pierre Rottet, op. cit., 155 p., (ISBN 2940145466 et 9782940145461), p. 52 : « « Phobie de la dégénérescence, haine du judéo-christianisme, élitislme méprisant, perception inégalitaire de la condition humaine, scientisme comminatoire, obsession de l'hérédité, et de l’"hygiène généalogique", etc. ». On retrouve plusieurs de ces traits dans le raélisme, notamment la « connotation anti-chrétienne », très marquée, spécialement à l'égard de l'Église catholique. »
  12. « Houellebecq, le nouvel alibi de Raël », L'Illustré, décembre 2003, Suisse [lire en ligne].
  13. Quand un gourou se fait savant fou sur Libération.
  14. La folie raélienne sur L'Express.
  15. Les procès engagés par le mouvement raélien.
  16. Le Mouvement raélien perd son procès contre « La Liberté ».
  17. Une ex-raélienne attaquée en justice par le gourou.
  18. La secte Raël perd son procès contre un journal suisse.
  19. La CEDH déboute le Mouvement Raélien.
  20. Les Raéliens en quelques procès.
  21. Raël a bien des problèmes au Québec.
  22. Raël perd son procès et est qualifié de menteur ou d'halluciné par un juge de la Cour Supérieure du Québec.
  23. Human cloning still long way off.
  24. sectes ufologiques: 1950-1980 Par Cyril Le Tallec
  25. a et b Sur Prevensectes
  26. Sur Prevensectes
  27. Sur Prevensectes
  28. Documentaire Mouvements sectaires : ces gourous qui nous manipulent de la série, Les Infiltrés, diffusé sur France 2 et Soirée spéciale sectes, diffusé sur M6 le 10 avril 2000.
  29. Article Un canular pour tous, mais pas pour Claude Vorilhon, Le Progrès, Lyon, 16/01/2003
  30. Article Raël : itinéraire d'un gourou en quête d'identités, par Emmanuelle Chantepie, paru dans Le Journal du dimanche, le 5 janvier 2003 En ligne.
  31. Raël : Journal d'une infiltrée par Brigitte McCann, éd. Stanké, 2004
  32. journaliste intimidée par des Raéliens, texte intégral de la dépêche AFP du 21 octobre 2004.
  33. Le mouvement de Claude Vorilhon débouté en appel, Canoë Infos du 08/11/2006).
  34. Les raéliens ont gain de cause, La Presse, 12 mai 2009.
  35. « Tout cela confère à la démarche de Corporation Sun Media un caractère de désinvolture et un manque de sérieux qui sont peu compatibles avec les principes du journalisme d'enquête énoncés par les guides du Conseil de presse du Québec et de la Fédération des journalistes professionnels du Québec.(...) le tribunal en vient à la conclusion que le reportage du 12 octobre 2003 qui est celui qui concerne les demandeurs a été documenté et publié à partir de gestes clandestins non justifiés qui constituaient une faute de la part de Corporation Sun Media, faute qui engage sa responsabilité civile à l'endroit des demandeurs » Le jugement intégral.
  36. Raël veut des excuses de Radio Canada sur le site Internet de Radio Canada
  37. Tout le monde en parle porte bien son nom sur Le Devoir
  38. Site officiel de Michel Onfray - « Raël, crétin sidéral, ou La mauvaise odeur des journalistes »