Observations d'ovnis entre l'été 2014 et mars 2015 au large de la côte est des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
USS Theodore Roosevelt
Le porte avion américain USS Theodore Roosevelt.
Un F/A-18 Hornet similaire aux avions qui ont permis les observations.
Un F/A-18 Hornet similaire aux avions qui ont permis les observations.

Le 26 mai 2019, le New York Times annonce que des pilotes de la la marine de guerre des États-Unis ont aperçu et filmé de nombreux objets inexpliqués entre l'été 2014 et mars 2015 alors qu'ils volaient à haute altitude au large de la côte est des États-Unis. Trois vidéos ont été rendues publiques[1], toutes émanant du site internet To the stars academy (TTSA). Dans la foulée, celui-ci met en vente des objets, plus ou moins en rapport avec les ovnis et propose à ses lecteurs d'investir dans la société. Malgré la demande d'organismes officiels, aucune version originale des ces images n'a jamais été fournie pour analyse. Un collaborateur du GEIPAN se déclare « très sceptique » et suggère une blague des pilotes, mais en l'absence de précisions et des vidéos originales s'interdit toute conclusion[2].

En septembre 2019, la Marine américaine confirme l'authenticité des vidéos et qualifie les phénomènes de « phénomènes aériens non identifiés »[3].

Les faits[modifier | modifier le code]

Entre 2014 et 2015, des pilotes chevronnés de la marine de guerre américaine ont été confrontés à un certain nombre de rencontres avec des ovnis lors de missions d'entraînement aux États-Unis. Alors que les pilotes étaient en plein vol, leur caméra d'aéronef et leur radar ont détecté des objets aux caractéristiques insolites. Les ovnis volaient à des vitesses hypersoniques jusqu'à 30 000 pieds d'altitude (9 144 mètres)[4]. Ils ne disposaient pas de moyens visibles de propulsion[4]. Ils n'avaient « aucune aile distincte, aucune queue distincte, aucun panache d'échappement distinct. »[4]. Ils ont été observés par les pilotes en train d'effectuer des manœuvres « au-delà des limites physiques d'un équipage humain » : ils tournaient instantanément[5]. « Ces choses étaient là toute la journée », déclare au Times le lieutenant Ryan Graves, pilote de F/A-18 Super Hornet et ancien combattant de la Marine depuis 10 ans. « Garder un avion en l'air demande beaucoup d'énergie. Avec les vitesses que nous avons observées, 12 heures dans l'air, c'est 11 heures de trop. »[6],[1]

Sur les vidéos militaires déconfidentialisées et rendues publiques en mars 2019, on peut notamment observer deux pilotes de la Marine pris au dépourvu après qu'un objet volant sans aile, queue ou panache d'échappement eut croisé leur route en 2015.[5]. Selon les pilotes, « On aurait dit qu'ils étaient conscients de notre présence, parce qu'ils se déplaçaient activement autour de nous. »[4]".

Six pilotes qui étaient stationnés sur le porte-avions U.S.S. Theodore Roosevelt entre 2014 et 2015 ont raconté qu'ils avaient repéré des ovnis lors de vols le long de la côte sud-est des États-Unis, de la Virginie à la Floride[4]. Les premières fois, ils n'avaient pas été capables de les capturer avec leurs caméras montées sur leur casque.[4]. Mais les pilotes ont commencé à voir les objets. Fin 2014, le lieutenant Graves déclare qu'il était de retour à la base de Virginia Beach lorsqu'il a rencontré un compagnon d'escadrille qui revenait tout juste d'une mission « avec un regard de choc sur son visage ».[1]. Le pilote avait failli entrer en collision avec un ovni[5] qui ressemblait à une « sphère enveloppant un cube. »[5]. Les observations ont été rapportées au Advanced Aerospace Threat Identification Program (Programme avancé d'identification des menaces aérospatiales du Pentagone).[1].

Les objets ont continué à apparaître, à 30 000 pieds, à 20 000 pieds, même au niveau de la mer. Ils pouvaient accélérer, ralentir et ensuite atteindre des vitesses hypersoniques.[1].

Le lieutenant Accoin déclara qu'il avait interagi deux fois avec les objets. La première fois, après avoir repéré l'objet sur son radar, il avait réglé son avion pour rejoindre l'ovni, volant à 1 000 pieds sous lui. Il aurait dû le voir avec sa caméra de casque, mais il ne pouvait pas, alors que son radar lui indiquait qu'il était là[1]. Quelques jours plus tard, le lieutenant déclara qu'un missile d'entraînement de son jet était verrouillé sur l'objet et que sa caméra infrarouge avait également détecté celui-ci : « Je savais que je l'avais, je savais que ce n'était pas un faux coup. ».[1].

En mars 2015, le Roosevelt quitte les côtes de la Floride pour se rendre dans le golfe Persique dans le cadre de la mission dirigée par les États-Unis pour combattre l'État islamique en Irak et en Syrie. Les mêmes pilotes qui interagissaient avec les objets étranges au large de la côte Est sont alors chargés d'effectuer des missions de bombardement au-dessus de l'Irak et de la Syrie.[1].

Les incidents ont cessé après leur départ des États-Unis, selon les pilotes.[1]. Cependant, selon le lieutenant Ryan Graves, après qu'un escadron d'ovnis eut suivi son groupe d'attaque de la Marine le long de la côte est des États-Unis pendant des mois, en mars 2015, après le déploiement du porte avion Roosevelt dans le golfe Persique, les ovnis avaient réapparu[4] : « Nous avons eu des problèmes avec eux quand nous sommes allés au Moyen-Orient. »[4].

Vidéos[modifier | modifier le code]

La vidéo militaire GO FAST d'un phénomène aérien non identifié (PAN).
La vidéo militaire Gimbal d'un phénomène aérien non identifié (PAN).

Analyse[modifier | modifier le code]

Interrogé par l'équipe de vérification des faits de Libération, Antoine Cousyn, collaborateur régulier du GEIPAN, avoue « ne pas pouvoir totalement émettre de certitudes »[2], indispensables à une étude scientifique. Il se déclare « très sceptique »[2]. Cousyn conclu qu'il pense sérieusement qu'il s'agit d'une blague des pilotes mais il insiste sur le fait que l'absence de précisions et des vidéos originales interdit toute conclusion. Sur la vidéo Gimbal, la rotation de l'objet pourrait être la rotation de l'avion lui-même. La vidéo du Nimitz avait par ailleurs déjà été publiée sur un jeune étudiant allemand ayant des contacts aux États-Unis[2],[7].

Les vidéos ont, depuis septembre 2019, été authentifiées par la Marine américaine mais celle-ci préfère parler de « phénomènes aériens non identifiés » plutôt que d'« objets volants non identifiés ». Pour le journaliste Rémy Decourt, « si l'authenticité des images a pour la première fois été attestée officiellement, elles n'indiquent en rien une origine extraterrestre. En effet, ces objets peuvent aussi évoquer des drones militaires très avancés qui a priori ne seraient pas américains »[3].

Divers[modifier | modifier le code]

Une série documentaire en six parties, intitulée Unidentified : Inside America's UFO Investigation et présentée à partir du , a été produite par la chaîne History à propos de ces observations d'ovnis[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Helene Cooper, « ‘Wow, What Is That?’ Navy Pilots Report Unexplained Flying Objects », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  2. a b c et d « Une vidéo déclassifiée en décembre 2017 montre un ovni aux USA. Qu'en penser? », sur Libération.fr, (consulté le 12 juin 2019).
  3. a et b Remy Decourt, « Ovni : l’U.S. Navy confirme l’observation de « phénomènes aériens non identifiés » », futura-sciences.com,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2019).
  4. a b c d e f g et h Mindy Weisberger et Senior Writer | May 29, « 'Fleet of UFOs' Followed US Aircraft, Navy Pilot Says », sur Live Science (consulté le 6 juin 2019).
  5. a b c et d (en) « U.S. Navy Pilot Reported ‘Near Miss’ With UFO Off East Coast », Huffpost,‎ (lire en ligne).
  6. (en-US) « U.S. Navy pilots reportedly spotted UFOs over East Coast », sur www.cbsnews.com (consulté le 6 juin 2019).
  7. waptek0, « 2004 Nimitz F18 Super Hornet ATFLIR TIC TAC AAV extraordinary beliefs 2007 vision unlimited f4.mov », (consulté le 13 juin 2019).
  8. (en) « Unidentified: Inside America's UFO Investigation Full Episodes, Video & More », sur HISTORY (consulté le 6 juin 2019).