Zecharia Sitchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Zecharia Sitchin
Description de l'image ZECHARIA SITCHIN.jpg.
Nom de naissance Заха́рия Си́тчин (ru)
Naissance
Bakou en Union soviétique
Décès (à 90 ans)
New York
Auteur
Langue d’écriture Anglais

Zecharia Sitchin, né le à Bakou en Union soviétique et mort le à New York[1], est un écrivain américain d'origine soviétique. Ses théories, mêlant celle du néo-évhémérisme et celle du dessein intelligent de type extraterrestre, sont considérées comme pseudo-scientifiques par les scientifiques et les historiens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zecharia Sitchin naît le à Bakou (RSS d'Azerbaïdjan, URSS), mais vit par la suite en Palestine mandataire. Diplômé en économie à l'Université de Londres, il est éditeur et journaliste en Israël avant de s'installer à New York en 1952. En 1976 il publie La Douzième Planète, qui rencontre un grand succès. Ses livres sont traduits dans une douzaine de langues et à plusieurs millions d'exemplaires, malgré la fantaisie des thèses qu'il y développe.

Théories[modifier | modifier le code]

Dans ses livres Zecharia Sitchin expose ses théories sur l'origine de l'Humanité, fondées sur ses traductions personnelles (et controversées par les spécialistes) de tablettes cunéiformes de l'époque prébabylonienne. Il attribue la création de l'humanité aux Annunaki, divinités sumériennes qu'il présente comme étant des extraterrestres qui, venus sur Terre pendant la Préhistoire, auraient été divinisés par les premiers hommes. La Mésopotamie aurait été la première colonie terrienne de ces visiteurs venus de l'espace.

Les Anunnaki auraient créé l'Homo sapiens en croisant leurs propres gènes avec ceux de l'Homo erectus, pour ensuite l'utiliser comme esclave pour l'extraction de matières premières (de l'or principalement) nécessaires à la protection de l'atmosphère, alors en danger, de leur propre planète Nibiru.

On peut d'ores et déjà remarquer que, l'homme partageant plus de 98 % de gènes avec le chimpanzé, il en partage sûrement bien plus avec l'Homo erectus ; on peut dès lors se demander où sont ces fameux gènes dans notre patrimoine. Cependant, on parle de plusieurs dizaines de milliers de gènes pour le génome humain. Ainsi, la différenciation entre l'homme et le singe, même si elle ne s'exprime que sur un faible pourcentage, est représentée tout de même par des milliers de gènes. On peut alors comprendre que même avec finalement peu de gènes différents en pourcentage, les phénotypes en résultant peuvent façonner une espèce bien différente. Ce qui laisse une fenêtre de crédibilité à sa thèse en l'état actuel des connaissances, sans toutefois l'étayer.

Dans son livre, La 12e planète, il offre la traduction d'extraits d'une ancienne légende, L'Épopée de la Création, découverts dans les ruines de la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive. Plutôt que d'y voir des combats célestes symboliques opposant les divinités, il décide de les interpréter comme des faits astronomiques réels, chaque divinité représentant une planète, remarquant qu'une planète inconnue était mentionnée en tant que Tiamat. Il explique qu'une collision entre Tiamat et Nibiru, nommée aussi Mardouk, a engendré la Terre et la ceinture d'astéroïdes. Accomplissant une orbite elliptique, Nibiru ne passerait au voisinage de la Terre que tous les 3 600 ans, causant à chaque fois d'importantes perturbations et destructions[2].

Ses thèses sont reprises dans les livres de David Icke sur la fraternité babylonienne, mais, contrairement à lui, Sitchin ne considère pas les Anunnaki comme d'origine reptilienne.

Anton Parks décrit dans son livre Le Secret des étoiles sombres la genèse des Anunnaki, mais vus comme des reptiliens.

L'une des hypothèses de Sitchin revisite le mythe de Lucifer, l'ange rebelle qui osa s'approcher des humains malgré un interdit divin. Il s'agirait en fait d'un renégat anunnaki (Enki ?) qui n'aurait pas supporté que les humains soient seulement une espèce réduite à l'esclavage.

Publications[modifier | modifier le code]

Earth Chronicles / Les Chroniques de la Terre[modifier | modifier le code]

  1. La douzième planète, Louise Courteau, 2000 ((en) The 12th Planet, Harper, 1976), trad. François Fargue et Patricia Maré, revue par l'auteur.
  2. L'escalier céleste, Ramuel, 1998 ((en) The Stairway to Heaven, Avon Books, 1980)
    Réédité en 2015 aux éditions Macro éditions sous le titre Les Degrés du Ciel, traduction d'Olivier Magnan
  3. Les guerres des dieux et des hommes, Ramuel, 2004 ((en) The Wars of Gods and Men, Avon Books, 1985), trad. Michel Cabart
    Réédité en 2012 aux éditions Macro éditions sous le titre Guerres des dieux, guerres des hommes
  4. (en) The Lost Realms, Avon Books, 1990
  5. (en) When Time Began, Avon Books, 1993
  6. Code Cosmos, Macro éditions, 2016 ((en) The Cosmic Code, Avon Books, 1998), trad. Olivier Magnan
  7. La Fin des Temps : Les prophéties du retour, Macro éditions, collection Savoirs Anciens, 2011 ((en) The End of Days: Armageddon and Prophecies of the Return, William Morrow, 2007), trad. Olivier Magnan
  8. Les Chroniques Anunnakis, Macro éditions, collection Savoirs Anciens, 2017 ((en) The Anunnaki Chronicles: A Zecharia Sitchin Reader, Bear & Company, 2017), trad. Olivier Magnan
    présenté par Janet Sitchin, nièce de l’auteur

Earth Chronicles Expedition[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Earth Chronicles Expeditions, Bear & Company, 2004
  2. (en) Journeys to the Mythical Past, Bear & Company, 2007
  • (en) The Earth Chronicles Handbook, Bear & Company, 2009

Autres[modifier | modifier le code]

  • La planète cachée à l'origine de l'humanité, Carnot, 2004 ((en) Genesis Revisited: Is Modern Science Catching Up With Ancient Knowledge?, Avon Books, 1990), trad. Olivier Magnan
    Réédité par Macro éditions sous le titre CosmoGenèse
  • Rencontres avec le divin. Une explication des visions des anges et autres émissaires, Macro-Éditions, 2014 ((en) Divine Encounters: A Guide to Visions, Angels and Other Emissaries, Avon Books, 1995), trad. Olivier Magnan
  • Le livre perdu du dieu Enki, Macro éditions, 2011 ((en) The Lost Book of Enki: Memoirs and Prophecies of an Extraterrestrial god, Bear & Company, 2001)
  • Quand les géants dominaient sur Terre, Macro éditions, 2010 ((en) There Were Giants Upon the Earth: God, Demigods, and Human Ancestry: The Evidence of Alien DNA, Bear & Company, 2010), trad. Olivier Magnan

Collectif[modifier | modifier le code]

  • (en) America's Ist Civilization: Older Than Believed Possible in Discovering the mysteries of ancient America: Lost History and Legends, Unearthed and Explored, Career Press, 2006

DVD[modifier | modifier le code]

  • (en) Are We Alone in the Universe? (inspiré de Genesis Revisited), documentaire, 1978 (2003, version DVD)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dirk Vander Ploeg, « Zecharia Sitchin Has Died », sur UFOdigest.com, (consulté le 27 octobre 2010).
  2. Les Grands Mystères de l'Histoire, No 40, février 2009, « Neb-Heru (Nibiru), À la recherche de la Xe planète », p. 70.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]