Jacques Van Rillaer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Van Rillaer
Portrait de Jacques Van Rillaer
Jacques Van Rillaer en février 2016
Biographie
Naissance (73 ans)
à Leuven (Belgique)
Nationalité Drapeau de Belgique Belge
Thématique
Études Psychologie
Formation Université catholique de Louvain et
Titres Professeur émérite
Profession psychologue et psychothérapeute, spécialiste des thérapies cognitivo-comportementales
Intérêts thérapies cognitivo-comportementales, psychanalyse, freudisme

Jacques Van Rillaer, né à Leuven (Belgique) le de parents flamands, est un psychologue et psychothérapeute, spécialiste des thérapies cognitivo-comportementales. Il est professeur émérite à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis (Bruxelles). Il est notamment connu pour ses recherches historiques et critiques sur la vie et de l'œuvre de Sigmund Freud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Jacques Van Rillaer a fait ses études de psychologie à l’Université catholique de Louvain (1962-1967). Il s’est spécialisé en psychologie clinique. En 1968, durant six mois, il a été assistant au département de psychologie clinique de l’Université Radboud de Nimègue (Pays-Bas), où il découvrit les thérapies comportementales, plus particulièrement le traitement des phobies. La même année, il fut nommé assistant chargé de cours à l’Université Saint-Louis (Bruxelles). En 1972, il a défendu sa thèse de doctorat : L’agressivité dans la pensée freudienne, qui a donné lieu à un livre publié en 1975[1]. En 1974, il fut nommé chargé de cours à temps plein à la Faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain et chargé de cours extraordinaire à l’Université Saint-Louis. En 1980, il fut nommé professeur dans les deux universités.

Parcours de psychothérapeute[modifier | modifier le code]

Jacques Van Rillaer a travaillé un an comme psychologue praticien au Centre consultatif pour les études et cinq ans au Centre de psychologie clinique du professeur Jacques Schotte. Il a été membre de l’École belge de psychanalyse de 1965 à 1979. Il a effectué son analyse didactique de 1965 à 1969. Il a pratiqué la psychothérapie d’orientation freudienne de 1969 jusqu'au moment de sa démission de l’École belge de psychanalyse en novembre 1979.

De 1979 à 1983, sa pratique de la psychothérapie fut largement inspirée des conceptions développées par Carl Rogers.

De 1983 à 1986, il s’est formé aux thérapies cognitivo-comportementales (TCC) à l’Association flamande de thérapie comportementale. Parallèlement, il a entamé une pratique de comportementaliste, en se spécialisant dans le traitement des troubles anxieux. Jacques Van Rillaer est superviseur à l’Association pour l’étude, la modification et la thérapie du comportement (AEMTC).

Controverses[modifier | modifier le code]

Opposition à Roudinesco, aux freudiens et aux lacaniens[modifier | modifier le code]

La première publication critique à l’égard de la psychanalyse est l'ouvrage Les illusions de la psychanalyse qui, en 420 pages, passe en revue la technique interprétative de Freud, ses théories et sa pratique thérapeutique. L'ouvrage a provoqué de vives polémiques, surtout en Belgique francophone.

En 2005, il avait répondu à Élisabeth Roudinesco[2] à propos du Livre noir de la psychanalyse[3]. Il lui avait reproché à l'occasion d'une autre polémique, portant notamment sur l'ouvrage Mensonge freudiens de Jacques Bénesteau, « mauvaise foi » et mensonge[4].

Son analyse de l'ouvrage Freud en son temps et donc le nôtre de Mme Roudivesco met en évidence des erreurs factuelles, des dissimulations de faits essentiels (p.ex. les mensonges de Freud concernant de prétendues guérisons) et une méconnaissance de la psychologie scientifique.

Le professeur Jacques Van Rillaer soutient Michel Onfray en publiant une critique argumentée du livre d'Élisabeth Roudinesco Mais pourquoi tant de haine ?[5] dans lequel il met lui aussi en évidence de nombreuses erreurs factuelles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications personnelles[modifier | modifier le code]

  • Les Illusions de la psychanalyse, Mardaga[6], 1980, 4e éd. en 1996, (ISBN 2870091281)
  • La Gestion de soi, Mardaga, 1992, 4e éd. en 2000, (ISBN 2870095163)
  • Les Thérapies comportementales, Bernet-Danilo, coll. « Essentialis », 1995, (ISBN 2909509583)
  • Les Colères, 1999, Bernet-Danilo, (ISBN 2912663253)
  • Psychologie de la vie quotidienne, Odile Jacob, 2003, (ISBN 2738113451)
  • La nouvelle gestion de soi : ce qu'il faut faire pour vivre mieux, Mardaga, 2012
  • J. Van Rillaer, « La psychanalyse freudienne : science ou pseudoscience ? », Pratique Neurologique - FMC, vol. 3, no 4,‎ , p. 348–353 (DOI 10.1016/j.praneu.2012.09.001, lire en ligne)

Publications collectives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'agressivité humaine : approche analytique et existentielle, vol. 59, Bruxelles, Dessart et Mardaga, coll. « Psychologie et sciences humaines », 1975 (2e éd. 1988), 268 p. (ISBN 2-87009-062-5)
  2. Affirmations parues dans L'Express en date du 5 septembre 2005
  3. Le professeur Jacques Van Rillaer analyse les affirmations d’Élisabeth Roudinesco sur Le Livre noir de la psychanalyse.
  4. « Roudinesco ment et sans doute le sait-elle (j’ai peine à imaginer que cette « psychanalyste » mente inconsciemment). »[1]
  5. Argumentaire de J. Van Rillaer sur pseudo-sciences.org.
  6. Diffusé en France par Sofedis.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]