Cercle de culture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Agroglyphe en Suisse.

Un cercle de culture (traduction de la dénomination anglaise « crop circle »), ou parfois « agrogramme » ou « agroglyphe », est un vaste motif ou ensemble de motifs géométriques réalisé dans un champ de céréales (généralement de blé) par flexion et couchage des épis. Visibles depuis le ciel, ces réalisations peuvent aller d'un simple cercle de quelques mètres de diamètre à des compositions de plusieurs hectares comportant de nombreuses figures disposées géométriquement.

Bien que l'origine humaine des agroglyphes apparus dans la campagne anglaise soit maintenant connue et que les approches scientifiques et sceptiques aient dissipé leur mystère, ces productions ne sont pas systématiquement revendiquées par leurs auteurs. Aussi divers amateurs de phénomènes paranormaux continuent-ils d'avancer des explications alternatives : phénomènes naturels inconnus, manifestations ufologiques ou manifestations ésotériques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières compositions géométriques de très grande taille observées sur des cultures datent de la généralisation de la prospection archéologique par photographie aérienne qui a révélé des sites antiques : plans de villas romaines, compositions monumentales préhistoriques ou celtes, implantations médiévales disparues. Les photos faisaient apparaître ces formes à cause de la différence de maturité ou de pigmentation des culture dues à des changements locaux de qualité ou d'humidité des sols provoqués par des restes de remblais ou de fouilles, des vestiges minéraux ou organiques.

Les premiers cercles de culture imprimés dans la végétation ont été observés à la fin des années 1960 dans des pays anglo-saxons : en Australie, au Canada et en Angleterre. Ils ont inspiré deux Anglais, Doug Bower et Dave Chorley, qui ont déclaré, en 1991, en avoir réalisé des centaines d'autres à partir de 1978[1] par plaisanterie[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'expression « cercle de culture » est une traduction directe du mot anglais crop circle (inventé par l'ingénieur britannique Colin Andrews à la fin des années 1970[3],[4]). On rencontre aussi mais moins souvent la traduction « cercle de récolte ». « Agroglyphe », quant à lui, est un néologisme savant issu de agro- et de glyphe (littéralement « représentation graphique dans l'agriculture »). L'étude de la formation de motifs géométriques dans les champs est la « céréologie » et les personnes étudiant ce sujet sont des « céréologues ».

Gravure du « diable faucheur »[modifier | modifier le code]

Représentation symbolique d'un « diable faucheur » dans une gazette anglaise du XVIIe siècle.

Selon Peter Jan Margry (nl) et Herman Roodenburg, les folkloristes sont muets sur la formation de cercles de culture au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, ce qui indique qu'on a probablement affaire à un phénomène contemporain récent[5].

Des céréologues présentent comme étant l'ancêtre des cercles de culture la gravure d'un « diable faucheur » (Mowing-Devil (en)), occupé à faucher une aire en forme d'anneau dans un champ d'avoine, figurant dans une gazette de 1678[6],[7]. Le texte d'accompagnement dit que le fermier, irrité par la rémunération excessive demandée par son faucheur pour accomplir son travail, jura qu'il préfèrerait que ce soit le diable lui-même qui s'en charge. Dans la nuit, le champ fut pris dans des flammes et le lendemain matin on retrouva l'avoine parfaitement fauchée[8]. Cependant, dans la mesure où l'avoine est non pas couchée mais fauchée et que c'est la totalité du champ qui est concernée et non une zone de celui-ci, on ne saurait voir dans cette gravure un ancêtre du cercle de culture.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Le 19 janvier 1966, George Pedlez, propriétaire d'une plantation en Australie, près de la ville de Tully, prétend avoir été témoin du décollage d'un aéronef qui se serait posé dans un marécage. On découvre dans les roseaux ce qu'on qualifie à l'époque du nom de saucer's nest (« nid de soucoupe »), un aplatissement des végétaux de manière circulaire. D'autres nids de soucoupe sont découverts par la suite dans le voisinage. On peut penser que cette histoire a inspiré certaines personnes, dont un certain Doug Bower, à faire des nids de soucoupe dans les champs. Une décennie plus tard, le même Doug Bower devait importer cette idée en Angleterre et, en compagnie de son compère Dave Chorley, multiplier les cercles dans des cultures, donnant ainsi naissance au mythe des crop circles (agroglyphes)[2],[9].

Au Canada, un fermier de Duhamel, Alberta, découvre des cercles de culture le 5 août 1967. Dans les semaines précédentes, plusieurs personnes avaient déclaré avoir vu des ovnis. Le rapport d'enquête conclut qu'il n'y avait pas de signe évident d'intervention humaine ni de trace d'activité chimique ni de radioactivité[10].

D'autres cercles apparaissent dans le sud de l'Angleterre, en Hampshire, Wiltshire et dans les contrées avoisinantes, à partir de 1978.

Au fil du temps, à mesure que le nombre des crop circles croît, les motifs deviennent de plus en plus complexes : alors que les premiers agroglyphes étaient de simples disques, certains de ceux apparus dans les années 1990 et 2000 sont de plus en plus élaborés et complexes. Les agroglyphes se répandent dans plusieurs régions du monde[11].

Les statistiques sur les crop circle divergent parfois beaucoup d'une étude à l'autre. Entre 170 et 250 crop circle sont recensés chaque année dans le monde, dont une soixantaine au Royaume-Uni et 90 % en Europe[12]. Les bases de données recensent de 2500[13] à 7000[14] occurrences au total.

La plupart d'entre eux apparaissent entre juin et août[15], majoritairement dans des champs de blé, mais aussi dans l'herbe, le maïs et plus rarement dans d'autres cultures[16].

Une étude suggère qu'ils sont de préférence créés à proximité des routes, près de zones d'habitation moyennes à denses, et systématiquement dans des zones faciles d'accès[17].

Origine des cercles de culture[modifier | modifier le code]

Agroglyphe.

L'explication généralement admise est que les agroglyphes sont des créations humaines, soit relevant du canular, soit similaires aux créations du land art ou encore aux graffitis dans un milieu urbain.

Construction[modifier | modifier le code]

La très grande majorité des figures sont constituées de lignes droites et d'arcs de cercles (lunules, spirales, etc.)[18] : un décamètre de longueur suffisante et une « planche à foulage », planche en bois d'un à deux mètre de long aux extrémités reliées par une corde, suffisent ainsi à les réaliser[19],[20].

Des agroplyphes relativement complexes n'exigent pas de dextérité ou d'expérience particulière[21]. Une équipe de trois ou quatre personnes peut ainsi construire une figure en quelques heures : le plan dessiné à la main sur une feuille de papier, l'équipe intervient la nuit, à la lueur des étoiles et de la Lune[18],[20]. L’œil humain, une fois accoutumé à l'obscurité, voit suffisamment loin pour se repérer.

Selon Andy Russel, les créateurs de crop circles revendiqueraient rarement leur création par peur des sanctions pénales. Ils auraient néanmoins le sentiment d'être lésés en raison des bénéfices que feraient les céréalogistes sur leurs œuvres[22].

Cas avérés de canulars[modifier | modifier le code]

La création des agroglyphes réalisés à partir de 1978 a été revendiquée par deux fermiers anglais, Doug Bower et Dave Chorley, dans la région d'Avebury dans le district de Marlborough. Ils expliquèrent plus tard[1] leur intention de faire une plaisanterie, inspirée par les « saucer's nests » d'Australie en 1966[2].

Expérience en aveugle de sceptiques français[modifier | modifier le code]

À Sarraltroff, en Moselle (France), un groupe de sceptiques français (dont Thomas C. Durand) dirigé par le vidéaste Arnaud Thiry réalise, le , un cercle de culture afin d'éprouver la fiabilité des différentes méthodes tentant de déterminer l'origine des agroglyphes.

L'expérience conclut que celles employées par les tenants des thèses alternatives sont pseudo-scientifiques et ne réussissent pas à en déterminer l'origine humaine. Elle met en évidence la pertinence de la méthode proposée par le rapport VECA [23] et le traitement sans critique ni mise en perspective de la presse sur le sujet[24],[25].

Umberto Molinaro, pour sa part, a déclaré à propos du cercle de Sarraltroff : « Ce crop est tellement élaboré. Chaque cercle est lié aux autres par des rapports particuliers. C’est vivant, comme dans les cathédrales ou devant un menhir. Un humain n’aurait pas pu le faire »[26].

Une expérience semblable avait déjà été menée en 2007, de nuit, sans éclairage, à l'initiative d'une équipe de journalistes. Le faiseur de cercles John Lundberg y témoigne : « Pour nous en tant qu'artistes, une œuvre est d'autant plus réussie qu'elle génère des débats autour de son origine. [...] Ce qui continue à m'intéresser dans les cercles, au delà du défi technique, c'est le plaisir de savourer les histoires et la mythologie autour de ces créations. » Les anomalies physiologiques alléguées des épis de blé ont été jugées normales par les agronomes et biologistes consultés.[27]

Cercles de culture réalisés dans un but artistique[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs groupes artistiques créant des agroglyphes et apportant la preuve qu'ils en sont bien les auteurs ainsi que des explications sur la manière dont sont fabriqués ces agroglyphes. C'est le cas notamment du Circlemakers arts collective[28], un collectif fondé par John Lundberg (en) dans les années 1990 et qui, en mars 1998, réalisa, de nuit, en quatre heures de temps, un agroglyphe complexe dont le dessin intégrait des éléments renvoyant à des cercles de culture ayant marqué l'histoire de la spécialité. Filmée par NBC en Nouvelle-Zélande pour une émission intitulée « Unmasked: The Secrets of Deception » (« Démasqué : les secrets d'une supercherie »), l'opération fut vue au mois de mai par 25 millions de téléspectateurs aux États-Unis, avant d'être diffusée, dans les semaines suivantes, dans le reste du monde[29].

Cercles de culture à vocation publicitaire[modifier | modifier le code]

Des médias, des sociétés, à grand renfort de publicité, ont fait réaliser à leur compte des agroglyphes ou autres motifs.

  • En 2006, l’Oregon State University Linux Users Group élabora dans un champ de maïs de l'Oregon, un cercle de culture de 70 mètres de diamètre environ, représentant le logo du navigateur Web Firefox à l'occasion de son cinquante millionième téléchargement [30].
  • Les agroglyphes réalisés en 2007 par la société Distrimix en bordure de l'autoroute A6 entre Joigny et Auxerre avaient un but publicitaire car le message textuel, associé à un logo, dépeint une marque d'une manière plus originale qu'un panneau publicitaire classique, et attire, de ce fait, plus facilement le regard[31].
  • Le quotidien The Sun commanda un agroglyphe circulaire géant faisant la publicité des Jeux olympiques de Londres 2012 et décoré des cinq anneaux entrelacés traditionnels, le piquant de cette pub étant d'avoir été réalisée sur le sol français, en plein jour, par une équipe de six « faiseurs de cercles » britanniques. Durée de la réalisation : sept heures, puis retour à Londres avant le coucher du soleil[32].
  • Fin 2013, la société Nvidia fait réaliser, dans la vallée de la Salinas en Californie, un agroglyphe d’une centaine de mètres de diamètre représentant son nouveau microprocesseur Tegra K1[33].
  • En août 2016, la société Mothership Glass fait réaliser dans le Wiltshire, un agroglyphe d'une centaine de mètres de diamètre représentant son logo [34].

Explications alternatives[modifier | modifier le code]

Les circonstances dans lesquelles les agroglyphes apparaissent, leurs formes singulières et l'absence de revendication par leurs créateurs ont suscité des interprétations attribuant leurs origines à des causes naturelles ou surnaturelles. Les personnes étudiant les agroglyphes dans cette optique sont appelées « céréalogistes »[35].

Phénomène naturel[modifier | modifier le code]

photo
Un tourbillon de vent dans un champ cultivé.

Plusieurs théories ont été émises attribuant aux agroglyphes une origine naturelle[36] : tourbillons de vent, foudre en boule, vortex de plasma, champs magnétiquesetc. Cependant ces hypothèses expliquent difficilement les agroglyphes complexes ayant des formes géométriques élaborées, circulaires ou elliptiques, parfois multiples et symétriques, ou des motifs radiaux ou angulaires, ou encore symétriques voire asymétriques.

Boule de lumière et origine extraterrestre[modifier | modifier le code]

La théorie alternative avancée par des amateurs est que les cercles de céréales auraient été causés par des boules de lumière, naturelles ou extraterrestres. Parmi ces amateurs, le BLT Research Team, Inc.[37],[38],[39],[40], dont le nom est constitué des initiales de ses trois initiateurs : John Burke (homme d'affaires new yorkais), W. C. Levengood (biophysicien autoproclamé[41]) et Nancy Talbott (musicienne ayant travaillé à l'université du Maryland et au Harvard College[42]) a acquis une certaine notoriété dans le domaine. Les membres de ce groupe disent rechercher les causes, naturelles inconnues ou autres, à l'origine de ces phénomènes et disent avoir découvert des isotopes radioactifs rares dans les agroglyphes[43], ils auraient aussi trouvé des modifications structurelles profondes dans les nœuds des plantes tressées (et non simplement couchées) qu'ils pensent provenir soit d'un « vortex de plasma » (phénomène naturel), soit d'un flux délibéré de deutérons (phénomène provoqué par une volonté humaine ou extraterrestre). Selon eux, de telles boules de lumières émettraient des micro-ondes qui réaliseraient la forme dans les blés. L'origine de ces boules n'est pas précisément définie. Dans un article de 1999, Levengood et Talbott prétendent que les blés ont été irradiés. E. H. Haselhoff (2001) propose dans la foulée un modèle physique explicatif[44]. Leurs travaux, publiés dans deux revues à comité de lecture, le Journal of Scientific Exploration[45] et Physiologia Plantarum[46], ont cependant été contestés, particulièrement sur le plan méthodologique, par le sceptique Joe Nickell dans son article Levengood's Crop-Circle Plant Research sur le site du Committee for Skeptical Inquiry[47].

foudre en boule
Une représentation du XIXe siècle d'une boule de lumière, probablement de la foudre globulaire.

Selon lui, il n'y a pas d'indication que l'analyse ait été faite en double-aveugle et il semblerait que les laboratoires ne puissent pas distinguer les épis de blé qui proviennent des agroglyphes de ceux qui n'en proviennent pas, si on ne leur donne pas l'information avant toute analyse[48]. De plus, le modèle de Haselhoff (2001), selon ses propres dires, n'explique pas comment les micro-ondes coucheraient les épis de blé[49] ni comment ils traceraient la forme de l'agroglyphe dans le champ, mais seulement une possible différence de longueur entre les épis.

Certains scientifiques, plus prudents, se contentent d'étudier le phénomène sans prétendre en expliquer l'origine exacte. Le physicien néerlandais Eltjo H. Haselhoff, dans son ouvrage The Deepening Complexity of Crop Circles (litt. « La complexité croissante des cercles de culture », traduit par Les Cercles dans les blés)[50], pense avoir apporté la preuve que certains cercles de culture, en raison de diverses particularités biologiques et physiques, ne pouvaient pas avoir été fabriqués de façon simple par des êtres humains (mystificateurs ou autres groupes utilisant des moyens rudimentaires tels que des planches et des cordes). Même s'il avance l'hypothèse de boules lumineuses pour expliquer des traces de radiations à caractère électromagnétique, il ne prétend pas pour autant connaître l'origine de ces boules. De son côté, le biophysicien américain William C. Levengood a effectué des expériences montrant des déformations anormales et, d'après lui, jusqu'à ce jour inexplicables, des nœuds des tiges de céréales situées à l'intérieur d'un grand nombre de crop circles.

dessin
Dessin parodique de l'explication extraterrestre. L'extraterrestre de gauche dit : « J'adore semer la confusion dans leur esprit ! ».

Thèse spiritualiste[modifier | modifier le code]

Pour l'architecte français Umberto Molinaro[51], les agroglyphes authentiques auraient des particularités, la conductivité des végétaux prélevés à l'intérieur des cercles différerait de celle des végétaux prélevés à l'extérieur des cercles[52]. Il considère que ce phénomène serait l'œuvre de « forces spirituelles [qui] agissent donc pour aider les humains à s’éveiller[53]. ».

Selon le technicien en électricité Colin Andrews, auteur, en 1989, du best-seller international Circular evidence et inventeur de l'expression « crop circle »[54], 80 % des cercles seraient des œuvres artistiques humaines et les 20 % restants auraient une autre origine[55]. D'après lui, le phénomène annonce une période de chaos de l'humanité, période dont la survenue pourrait être empêchée par une évolution de la conscience humaine[56].

Usage du GPS, de lasers et de micro-ondes[modifier | modifier le code]

Selon le physicien américain Richard Taylor, la réalisation des cercles de culture observés ces dernières années nécessiterait l'usage du GPS, de lasers et de micro-ondes. La complexité des dessins donne à penser que les auteurs clandestins de ces cercles font appel désormais au système GPS pour couvrir une grande surface avec une précision absolue et, dans certains cas, aux micro-ondes produites par un magnétron (tube à vide dégageant une chaleur intense, utilisé dans l'électroménager) pour aplatir très rapidement une grande quantité de tiges[57]. Le journaliste Alejandro Rojas, pour sa part, fait remarquer que si l'on a pu, à l'occasion, filmer des gens en train de faire un agroglyphe avec des cordes et des planches, par contre on n'a jamais attrapé qui que ce soit en train de véhiculer dans un champ un encombrant dispositif à micro-ondes fixé à un groupe électrogène[58].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Mystère, série télévisée de Didier Albert (2007), diffusée pendant l'été 2007 sur la chaine TF1.
  • Dans le film Chicken Little (2005), des agroglyphes sont créés par des extraterrestres alors qu'ils poursuivent les héros à travers un champ de maïs.
  • Signes, un film de science-fiction au sujet des agroglyphes, écrit et réalisé par M. Night Shyamalan et diffusé durant l'été 2002, attribue aux extraterrestres la formation de motifs en cercles dans les champs de blé et autres céréales.
  • Scary Movie 3, parodie partielle de Signes.
  • Roswell, série télévisée consacrée à un groupe d'extra-terrestres, montrant des agroglyphes dans son générique.
  • Kaamelott, série télévisée diffusée sur M6, et notamment les épisodes Silbury Hill et Silbury Hill II.
  • Jupiter : Le Destin de l'univers, film écrit, coproduit et réalisé par Lana et Andy Wachowski, sorti en 2015. On y voit des extraterrestres repartir à bord de leur vaisseau en laissant un agroglyphe dans le champ de maïs d'où ils décollent.
  • Dans l'épisode 17 de la saison 7 de la série x-files, Mulder se lance dans l'étude des cercles de culture. L'intrigue de l'épisode, toutefois, n'est pas centrée sur cette étude.
  • Dans la série télévisée policière Inspecteur Barnaby, le troisième épisode de la quatrième saison, Vendetta (Electric Vendetta), diffusé en septembre 2001, donne à voir plusieurs cercles de culture (qui se révèleront de fabrication humaine) et dans lesquels sont successivement retrouvées des personnes mortes électrocutées.
  • La couverture de l'album Remasters de Led Zeppelin, sorti le 15 octobre 1990, contient un agroglyphe, célèbre pour avoir contribué à la popularisation des agroglyphes auprès du grand public.
  • La chanson Crop Circles du rappeur Français Eden Dillinger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Crop Circle Makers in Their Own Words: Doug Bower.
  2. a b et c (en) UFOs A to Z : Tully.
  3. (en) Pseudoscience: a critical encyclopedia, Brian Regal, Greenwood Press, 2009, p. 47 « Colin Andrews coined the term "crop circle" in the late 1970s »
  4. (en) Crop Circles par Andrea Pelleschi, ABDO, 2012, p. 112 « he coined the term "crop circle" while advising Queen Elizabeth II »
  5. (en) Peter Jan Margry, Herman Roodenburg, Reframing Dutch Culture : Between Otherness and Authenticity, Ashgate Publishing, Ltd., 2007, 291 p. : « There are no reports from folkorists concerning the formation of crop circles in the nineteenth or the first half of the twentieth century. Crop circles are thus probably a quite modern phenomenon. »
  6. (en) Andy Thomas, « The 'Mowing Devil' Investigated » 22 décembre 2005.
  7. (en) Lauren Monaghan « Grand delusions » Cosmos, août 2009, no 28 : « Believers also point to a woodcutting pamphlet more than 300 years old, "The Mowing Devil", which they claim depicts the Devil mowing a field in a circular pattern in history's earliest representation of the phenomenon. But for Randi, this is just fallacious reasoning, often used in crank science - they are attempting to draw credibility from longstanding histories, disregarding their origins as fables and superstitions. »
  8. Transcription du texte :
    (en) The Mowing-Devil:
    Or, Strange NEWS out of
    Hartford-shire
    Being a True Relation of a Farmer, who Bargaining
    with a Poor Mower, about the Cutting down Three Half
    Acres of Oats, upon the Mower's asking too much, the Far
    mer Swore That the Devil should Mow it, rather than He,
    And so it fell out, that that very Night, the Crop of Oats
    shew'd as if it had been all of a Flame, but next Morning
    appear'd so neatly Mow'd by the Devil, or some Infernal Spi
    rit, that no Mortal Man was able to do the like.
    Also, How the Said Oats ly now in the Field, and the Owner
    (…) not Power to Fetch them away.
    Licensed, August 22th (sic), 1678.
    .
  9. (en) Article de Bill Chalker, pour le « projet 1947 »
  10. Bibliothèque et archives du Canada
  11. Un agroglyphe de 70 m de diamètre est découvert dans un champ de riz à Sleman, près de Yogyakarta, en Indonésie, le 24 janvier 2011. Des agroglyphes avaient déjà été signalés à Tuban (Java oriental) en 1986 et 1987. D'après l'article « Mysterious crop circle found by farmer in Yogyakarta », The Jakarta Post, 25 janvier 2011. Consulté le 3 novembre 2012.
  12. (en)Statistics, The International Crop Circle Archive
  13. (en) The International Crop Circle Database, base de donnée répertoriant les crop circle jusqu'en 2008
  14. (en) Cropcirclecenter.com
  15. (en)USA Crop Circles 1990-2008 - Reports by Month, Independant Crop Circle Research Association
  16. (en)USA Crop Circles 1990-2008 - Crop Medium Analysis, Independant Crop Circle Research Association
  17. (en)Spatial distribution of England's crop circles, Jeremy Northcote, Geography Online, Southern Illinois University
  18. a et b (en) The Crop Circle Mystery: A Closer Look, Benjamin Radford, Live Science Contributor
  19. (en) Faking UFOs, Roel Van der Meulen
  20. a et b (en) Robert Irving, John Lundberg, The Field Guide: The Art, History and Philosophy of Crop Circle Making, 2006
  21. Beginners guide, circlemakers.org
  22. Andy Russel, Les cropmakers cultivent le mythe, Nexus, n° 74, mai-juin 2011, pp. 84-89.
  23. Publication du rapport VECA, GEIPAN, Gilles Munsch, 1993 - Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés].
  24. Olivier Hertel, « Crop circle : Comment des youtubeurs ont berné des “experts” en extraterrestres », sur sciencesetavenir.fr, .
  25. Sophie Gueffier, « Crop circle à Saraltroff en Moselle : toute la vérité vraie révélée par AstronoGeek », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  26. Isabelle FÉRET, « Sarraltroff: la fameuse énergie des céréales au cœur du crop circle... », Républicain lorrain,‎ (lire en ligne).
  27. Les crops circles sont-ils des signes extra-terrestres ? Question a la une, RTBF, 2007
  28. (en) Circlemakers arts collective
  29. (en) New Zealand First, sur le site Circlemakers.
  30. Firefox crop circle.
  31. Jérémy Dahan, « Vendre plus : se faire un coup de pub pour zéro euro… ou presque », L'Express en ligne, 12 mai 2007.
  32. (en) The French Job.
  33. (en) Salinas crop circle and project 192.
  34. (en) Article du 16 août 2016 dans le Daily Mail.
  35. Dictionnaire - Agroglyphes Les Sceptiques du Québec
  36. (en) Ivan Valiela, Doing Science: Design, Analysis, and Communication of Scientific Research, Oxford University Press, 2001, p. 273
  37. Site Web du BLT Research Team, Inc..
  38. (en) The Deepening Complexity of Crop Circles: Scientific Research and Urban Legends, Eltjo H. Haselhoff Frog Books, 2001 p. 90
  39. (en) Communicating in Groups and Teams: Sharing Leadership Par Gay Lumsden, Cengage Learning, 2009 p. 150
  40. (en) Recherches publiées dans Journal of Scientific Exploration (en), Physiologia Plantarum (en)
  41. (en)Crop Circles: BLT: Dr. Levengood and the truth about his PhD and other qualifications…
  42. (en) BLT history
  43. (en) Marshall Dudley, Tennelec/Nucleus, Oak Ridge, Tennessee, États-Unis, and Michael Chorost, Duke University, Durham, North Carolina, États-Unis, « The Discovery of Thirteen Short-Lived Radionuclides in Soil Samples from an English Crop Circle ».
  44. article de Eltjo Haselhoff sur la théorie des boules de lumière, sur le site de Psi APPLICATIONS.
  45. (en) « Semi-Molten Meteoric Iron Associated with a Crop Formation » dans JSE, vol. 9, no 2, pp. 191-199.
  46. « Dispersion of energies in worldwide crop formations », dans Physiologia Plantarum, vol. 105, no 4 (avril 1999), pp. 615–624.
  47. (en) Joe Nickell, [1], Skeptical Inquirer, vol. 26, 5, septembre-octobre 2002.
  48. (en) « Crop-Circle Plant Research by Levengood; Investigative Files » Skeptical Briefs June 1996)
  49. (en) « Scientific Studies "Confirm Crop Circles Are Made By Ball of Light" »
  50. (en) Eltjo H. Haselhoff, The Deepening Complexity of Crop Circles: Scientific Research and Urban Legends, Frog Books, 2001.
  51. La Voix du Nord.
  52. Site personnel de Umberto Molinaro.
  53. Interview de Umberto Molinaro.
  54. Il est aussi fondateur de Circles Phenomenon Research et a été conseiller pour le film Signes.
  55. (en) Popular Science, août 2002, p. 84.
  56. (en) Colin Andrews biography, site personnel de Colin Andrew : « He has publicly stated since the late 1980’s that the phenomenon indicates a future period of human chaos. The period indicated, supported by current trends, can be changed with human awareness. »
  57. (en) Nick Collins, Crop circles 'created using GPS, lasers and microwaves', The Telegraph, 1 August 2011.
  58. (en) Alejandro Rojas, Crop Circle Microwave Anomalies Acknowledged By Scientists, The HuffPost, The Blog, le 17 août 2011 : « Although occasionally people are filmed with boards and ropes making the circles, no one has ever caught anyone dragging large microwave contraptions attached to generators. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Bert Janssen, The Hypnotic Power of Crop Circles, Enkhuizen, Adventures Unlimited Press, , 132 p. (ISBN 1931882347, OCLC 58448354)
  • Nicolas Montigiani, Crop circles : manœuvres dans le ciel, Chatou, éditions Carnot, « Orbis enigma », 2003. (ISBN 2-84855-000-7)
  • Umberto Molinaro, Des cercles dans la nuit : voyage initiatique au pays des crop circles.
    • Première édition française : Umberto Molinaro, Wattignies, 2006, 256 p. (ISBN 2-9527253-0-6).
    • Réédition française : Montlaur, éditions Équilibre, 2007, 319 p. (ISBN 978-2-916008-13-4).
    • Première édition canadienne : éditions Cœur de Phénix, Rosemère, 2007, 319 p. (ISBN 978-2-923524-18-4).
  • Eltjo Haselhoff, Les cercles dans les blés et leurs mystères : recherches scientifiques et légendes (traduit de l'anglais par Jean-Daniel Pellet), Lausanne et Paris, éditions Favre, 2002, 157 p. (ISBN 2-8289-0710-4). Traduit depuis l'ouvrage original « The deepening complexity of crop circles: scientific research & urban legends ».
  • (en) Judith K. Moore et Barbara Lamb, Crop Circle Revealed : Language of the Light Symbols, Flagstaff, Light Technology Publications, , 263 p. (ISBN 1891824325, OCLC 48849622, lire en ligne)
  • (en) Ralph Noves et Busty Taylor (photographe), The Crop Circle Enigma : A Range of Viewpoints, Bath, Gateway (Centre d'études des agroglyphes), , 192 p. (ISBN 0-946551-66-9, OCLC 22306905)
  • Philippe Messina, Dominique Thomas (textes), Steve Alexander (photographie), Crop Circles : Mandalas des Champs, Montpellier, éditions Gange, coll. « Arc-en-ciel », 2004, 27 + 150 p. (ISBN 2-911096-19-3).
  • Michael Hesemann, Messages : L'énigme des Crops Circles (traduit de l'anglais par Christian Muguet), éditions Trajectoire, Paris, 2003, 311 p. + 64 p. de planches illustrées (ISBN 2-84197-260-7).
  • Colin Andrews, Crop Circles, signes et contacts (avec la participation de Stephen J. Spignesi ; traduit de l'américain par Laurence Le Charpentier), Neuilly-sur-Seine, éditions Exclusif, 2007, 255 p. + 16 p. de planches illustrées (ISBN 978-2-8489-1064-2).
  • Werner Anderhub et Hans Peter Roth, Le mystère des Crop Circles, Éditions Véga, 2003 (ISBN 2858293414)

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]