Martin Gardner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gardner.
Martin Gardner
Martin Gardner.jpeg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
NormanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Domaine
Membre de
Arme
Conflit
Nombre d'Erdős
2Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Œuvres réputées
Fads and Fallacies in the Name of Science (d), L'univers ambidextre (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Martin Gardner

signature

Martin Gardner (né le à Tulsa, Oklahoma et mort le à Norman, Oklahoma) était un écrivain américain de vulgarisation mathématique et scientifique, aux intérêts portant aussi bien sur le scepticisme scientifique, la micromagie, la philosophie, la religion et la littérature - en particulier les écrits de Lewis Carroll, L. Frank Baum, et GK Chesterton [1],[2]. Il était considéré comme une autorité majeure relativement à Lewis Carroll. Sa version annotée d'Alice, qui comprenait le texte des deux livres de L. Carroll, est son œuvre la plus accomplie et s'est vendue à plus d'un million d'exemplaires [3] . Il s'est intéressé toute sa vie à la magie et l'illusion et était considéré comme l'un des plus importants magiciens du XXe siècle [4]. Il était considéré comme le doyen des créateurs américains d'énigmes [5]. C'était un auteur prolifique et polyvalent, publiant plus de 100 livres [9] au cours de sa vie [6].

Gardner était surtout connu pour la création et le maintien de l'intérêt pour les mathématiques récréatives - et par extension, les mathématiques en général - tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, grâce à ses colonnes "Jeux mathématiques", qui parurent pendant vingt-ans dans Scientific American et les livres suivants qui les réunissaient [7],[8].

Gardner fut l'un des principaux polémistes anti-pseudosciences du XXe siècle [9]. Son livre "Fads and Fallacies in the Name of Science", publié en 1957 [10], est devenu une œuvre classique et fondatrice du mouvement sceptique [11]. En 1976, il s'est joint à d'autres sceptiques pour fonder le CSICOP, organisme de promotion de la recherche scientifique et de l'utilisation de la raison dans l'examen des revendications sortant de l'ordinaire [12].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il grandit à et autour de Tulsa, en Oklahoma. Durant la Seconde Guerre mondiale, il sert dans la marine américaine. Il est également secrétaire du capitaine de son vaisseau et des autres officiers. Après la guerre, il étudie à l'Université de Chicago. Il y suit notamment un cours de philosophie des sciences donné par Rudolf Carnap[13]. Il obtient un bachelor's degree en philosophie. Il est, pour le reste, un autodidacte, démontrant un goût prononcé pour la lecture et la recherche.

Durant plusieurs décennies, il vit avec sa femme Charlotte et leur deux enfants en Caroline du Nord, où il est auteur indépendant et publie de nombreux livres chez plusieurs éditeurs, ainsi que des centaines d'articles dans différents magazines.

Il prend sa retraite en 1982, se consacrant presque exclusivement au démontage des manifestations pseudo-paranormales. Sa femme décède en 2004 et Martin décède en 2010. On a également nommé l'astéroïde (2587) Gardner en son honneur[13].

Influence[modifier | modifier le code]

Sa profondeur de pensée et sa clarté éclaireront le monde pendant longtemps.

Persi Diaconis[14]

Martin Gardner a exercé une influence majeure sur les mathématiques dans la seconde moitié du 20e siècle [15],[16]. Sa chronique était appelée « Jeux mathématiques », mais elle était beaucoup plus que cela[17],[18],[19]. Son écriture a permis à de nombreux lecteurs l'accès à de véritables mathématiques pour la première fois de leur vie[20]. La chronique a duré 25 ans et a été lue attentivement par la génération de mathématiciens et de physiciens qui ont grandi dans les années 1956 à 1981 [21],[22]. Elle a été l'inspiration originale pour nombre d'entre eux, les incitant à devenir eux-mêmes mathématiciens ou scientifiques[23],[24],[25].

David Auerbach a écrit: « En termes purement pratiques, on peut faire un exemple, de Martin Gardner comme l'un des écrivains les plus influents du XXe siècle » [26]. Ses articles de vulgarisation scientifique et de jeux mathématiques dans Scientific American pour lequel il a écrit pendant plus de 25 ans, auraient pu aider à créer plus de jeunes mathématiciens et d'informaticiens que tout autre facteur avant l'avènement de l'ordinateur personnel » [27]. Parmi le grand nombre de mathématiciens, physiciens, informaticiens, philosophes, magiciens, écrivains et autres penseurs influents qui ont inspiré et ont été inspirés en retour par Gardner figurent John Horton Conway, Bill Gosper, Ron Rivest, Richard K. Guy, Piet Hein, Ronald Graham, Donald Knuth, Robert Nozick, Lee Sallows (en), Scott Kim, M. C. Escher, Douglas Hofstadter, Roger Penrose, Ian Stewart, Benoit Mandelbrot, Elwyn Berlekamp, Solomon W. Golomb, Raymond Smullyan, James Randi, Penn et Teller, Persi Diaconis, et Ray Hyman (en)[28],[29],[30],[31],[32].

Ses admirateurs comptaient des personnalités aussi différentes que W. H. Auden, Arthur C. Clarke, Carl Sagan, Isaac Asimov, Richard Dawkins et Stephen Jay Gould[33],[34]. Salvador Dali a cherché à le rencontrer pour discuter des hypercubes à quatre dimensions[35]. M. Escher a écrit à Gardner en 1961 après avoir lu The Annotated Alice (en) et cela a conduit Gardner à populariser l'art d'Escher jusqu'alors inconnu[36]. Son écriture était à la fois profonde et de vaste portée[37],[38],[39]. Noam Chomsky a écrit: « La contribution de Martin Gardner à la culture intellectuelle contemporaine est unique - dans sa portée, son appréhension et sa compréhension des questions difficiles qui importent » [33]. Gardner a régulièrement informé le public (et d'autres mathématiciens) des découvertes récentes en mathématiques - récréatives et autres[40],[41]. En plus de présenter de nombreuses énigmes de premier ordre et des sujets comme le Jeu de la vie de Conway, il était tout aussi capable d'écrire des chroniques captivantes sur des sujets mathématiques traditionnels tels que la théorie des nœuds, la suite de Fibonacci, le triangle de Pascal, le ruban de Möbius, les nombres transfinis, le tesseract, les paradoxes de Zénon, le dernier théorème de Fermat, et le théorème des quatre couleurs[27],[30].

Martin Gardner a établi un nouveau standard élevé d'écriture sur les mathématiques[42],[43],[44],[45],[46]. Dans un entretien de 2004, il dit : « Je vais jusqu'au calcul différentiel et intégral, et au-delà, je ne comprends pas les documents qui sont écrits. Je considère que c'était un avantage pour le type de chroniques que je rédigeais parce que je devais comprendre ce que j'écrivais, et cela m'a permis de m'exprimer de telle manière qu'un lecteur moyen pouvait comprendre ce que je disais. Si vous écrivez de façon à vulgariser les mathématiques, je pense qu'il est bon de ne pas savoir trop de mathématiques » [47]. Et il était extrêmement brillant[48],[49]. John Horton Conway l'a appelé « l'homme le plus savant que j'ai jamais rencontré » [32]. Colm Mulcahy a dit « Gardner était sans doute le meilleur ami que les mathématiques aient jamais eu » [32]. Beaucoup de gens seraient d'accord avec lui[50],[51],[52],[53].

La colonne « Mathematical Games »[modifier | modifier le code]

Je joue simplement tout le temps et j'ai la chance d'être payé pour cela.

Martin Gardner[54]

Pendant plus d'un quart de siècle, Gardner a rédigé une chronique mensuelle sur le thème des mathématiques récréatives pour Scientific American. Tout a commencé avec son article indépendant sur les hexaflexagones paru dans le numéro de décembre 1956 [34]. Les Flexagones sont devenu un peu une mode et bientôt partout à New York beaucoup en faisaient. Gerry Piel, l'éditeur SA à l'époque, a demandé à Gardner: « Y a-t-il assez de matériel semblable à cela pour en faire une caractéristique régulière? » Gardner a répondu qu'il le pensait. Le numéro de janvier 1957 contenait sa première chronique, intitulée « Mathematical Games » [55]. Près de 300 autres colonnes devaient suivre [56].

La colonne « Mathematical Games » est devenue l'attraction la plus populaire de la revue et la première rubrique que beaucoup de lecteurs lisaient[57]. En septembre 1977, Scientific American reconnut le prestige et la popularité de la colonne de Gardner en la faisant passer des dernières pages à l'avant du magazine[58]. Elle a paru de 1956 à 1981 avec des colonnes épisodiques par la suite et a été la première introduction de beaucoup de sujets à un public plus large, notamment:[59],[60].

De façon un peu ironique, Gardner avait des problèmes d'apprentissage du calcul et n'a jamais suivi de cours de mathématiques après l'école secondaire. Tout en éditant Humpty Dumpty's Magazine, il a construit beaucoup de casse-têtes de pliage de papier, ce qui a conduit à son intérêt pour les flexagons inventés par le mathématicien britannique The Annotated Alice (en). L'article ultérieur qu'il a écrit sur les hexaflexagones a mené directement à sa colonne[55].

Dans les années 1980, la colonne « Mathematical Games » a commencé à paraître de façon irrégulière. D'autres auteurs ont commencé à la partager et le numéro de juin 1986 a vu la dernière publication sous ce titre. En 1981, au départ en retraite de Gardner de Scientific American, la colonne a été remplacée par « Metamagical Themas » de Douglas Hofstadter, nom qui est une anagramme de « Mathematical Games ».

Pratiquement toutes les colonnes de jeux ont été réunies sous forme de livre à partir de 1959 avec « The Scientific American Book of Puzzles and Diversions » [61]. Au cours des quatre décennies suivantes, quatorze autres livres ont été publiés. Donald Knuth les a appelés les « livres canoniques » [62],[63].

Pseudoscience et scepticisme[modifier | modifier le code]

Martin Gardner est la lumière la plus brillante qui a défendu la rationalité et la véritable science contre le mysticisme et l'anti-intellectualisme qui nous entourent.

Stephen Jay Gould [64]

Gardner était un critique intransigeant des Fringe science. Son livre "Fads and Fallacies in the Name of Science" (1952, révisé en 1957) a exploré et démystifié une myriade de théories et mouvements douteux [65], dont la radiesthésie, Charles Fort, Rudolf Steiner, la dianétique, la méthode Bates pour améliorer la vue, Critiques de la théorie de la relativité, la théorie de la terre plate, les continents perdus de l'Atlantide et de la Lémurie, les mondes en collision d'Immanuel Velikovsky, la réincarnation de Bridey Murphy, la théorie de l'orgone de Wilhelm Reich, la génération spontanée de la vie, la perception extrasensorielle et la psychokinèse, l'homéopathie, la phrénologie , la chirologie, la graphologie et la numérologie. Ce livre et ses efforts ultérieurs ("Science: Good, Bad et Bogus", 1981, "Order and Surprise", 1983, "Gardner's Whys & Wherefores", 1989, etc.) lui ont valu nombre de détracteurs et d'adversaires dans les domaines de la « science marginale » et de la « philosophie New Age ». Avec nombre d'entre eux, il a entretenu des dialogues (publics et privés) pendant des décennies[66].

En 1976, Gardner se joint à Paul Kurtz, le psychologue Ray Hyman, le sociologue Marcello Truzzi et le magicien de scène James Randi pour fonder le Comité pour l'investigation scientifique des revendications du paranormal (CSICOP). Des sommintés telles que l'astronome Carl Sagan, l'auteur et biochimiste Isaac Asimov, le psychologue B. F. Skinner et le journaliste Philip J. Klass devinrent plus tard des boursiers du CSICOP. De 1983 à 2002, il a écrit une chronique mensuelle intitulée Notes of a Fringe Watcher (à l'origine « Notes of a Psi-Watcher ») pour Skeptical Inquirer, le magazine mensuel de cette organisation [67]. Ces colonnes ont été rassemblées dans cinq livres commençant par The New Age: Notes d'un Fringe Watcher en 1988 [68].

Gardner était un critique implacable de l'auto-proclamé psychiques israélien Uri Geller et a écrit deux livrets satiriques à son sujet dans les années 1970 en utilisant le pseudonyme "Uriah Fuller" dans lequel il expliquait comment ces soi-disant physiciens charlatans réussissaient des exploits apparemment impossibles tels que plier mentalement des cuillères et lire dans les esprits [69].

Dans son livre Urantia: the great cult mystery, Martin Gardner conteste l'origine du Livre d'Urantia.

Martin Gardner a continué à critiquer l'indéfendable pseudo-science tout au long de sa vie - et il ne craignant rien. Ses cibles comprenaient non seulement des sujets sûrs comme l'astrologie et les observations d'OVNI, mais aussi des thèmes tels que la chiropratique, le végétarisme, Helena Blavatsky, le créationnisme, la scientologie, la courbe de Laffer, la « Science chrétienne » et même le mouvement Hutchins-Adler. La dernière chose qu'il a écrite au printemps 2010 (un mois avant sa mort) était un article condamnant les « opinions médicales douteuses et la fausse science » d'Oprah Winfrey - en particulier son soutien à la théorie discréditée que les vaccinations étaient causes de l'autisme; Il a continué à déplorer la « mort inutile d'enfants » que de telles notions sont susceptibles de causer [70].

Le Skeptical Inquirer l'a nommé l'un des dix sceptiques exceptionnels du XXe siècle [71]. En 2010, il a été honoré à titre posthume par un prix reconnaissant ses contributions dans le domaine sceptique du Groupe d'enquêtes indépendantes [72]. En 1982, le Comité pour l'Enquête Sceptique (CSICOP) a décerné à Gardner son prix le plus prestigieux, le « Prix d'éloge de la raison » pour ses « efforts héroïques pour la défense de la raison et la dignité de l'attitude sceptique » [73] .

Magie[modifier | modifier le code]

Les tours de carte, et la magie en général, doivent une dette beaucoup plus grande à Martin Gardner que la plupart des prestidigitateurs ne s'en rendent compte.

Stephen Minch [74]

Le père de Martin Garder lui a montré une fois un tour de magie quand il était encore un petit garçon. Le jeune Martin fut fasciné de voir les lois physiques apparemment violées ; cela aurait suscité sa passion pour la magie et l'illusion. Il écrit pour une revue de magie au lycée et a travaillé dans un grand magasin à montrer des tours de magie alors qu'il était à l'Université de Chicago[75]. Le premier texte que Martin Gardner a publié (à l'âge de quinze ans) est un tour de magie dans Le Sphinx, le magazine officiel de la Société des magiciens américains [76]. Il se concentre principalement sur la [This passage is obscure to me: micromagie (le close-up) et, à partir des années 1930, a publié un nombre important de contributions originales dans ce domaine mystérieux. Le magicien Joe M. Turner a dit: The Encyclopedia of Impromptu Magic, que ce que Gardner a écrit en 1985, « est assuré de figurer dans n'importe quelle sélection des livres de magie préférés des magiciens. Son premier livre de magie pour le grand public, Mathematics, Magic and Mystery (Dover, 1956), est encore considéré comme un classique dans ce domaine. Il était bien connu pour ses effets innovants de (? frappe et d'orthographe?), avec et sans jouer aux cartes, et était le plus fier de l'effet qu'il a appelé « The Wink Change » [77].[Quoi ?]

Beaucoup d'amis de longue date de Gardner étaient des magiciens.[78] Parmi ceux-ci figuraient William Simon qui a présenté Gardner à Charlotte Greenwald, avec laquelle il s'est marié en 1952, un collègue et fondateur du CSICOP, le chasseur de pseudoscience James Randi, le statisticien Persi Diaconis et le polymathe Raymond Smullyan. Diaconis et Smullyan comme Gardner côtoyaient les deux univers des mathématiques et de la magie[30]. Les mathématiques et la magie étaient souvent mêlées dans l'œuvre de Gardner[79]. Un de ses premiers livres, Mathematics, Magic and Mystery (1956), portait sur des tours de magie fondés sur les mathématiques[75]. Des tours de magie mathématique étaient souvent présentés dans sa colonne Mathematical Games - par exemple, sa chronique d'août 1962 était intitulée « Une variété de "trucs" détournés collectés à une convention fictive de magiciens ». De 1998 à 2002, il a écrit une chronique mensuelle sur les tours de magie appelée « Trick of the Month » dans The Physics Teacher, un journal publié par l'American Association of Physics Teachers[80].

En 1999, Magic magazine a nommé Gardner l'un des « 100 plus influents magiciens du XXe siècle » . En 2005, il obtient un "Lifetime Achievement Award" de l'Académie des arts magiques [87]. La dernière chose qu'il a publiée au cours de sa vie (il avait encore beaucoup d'autres choses en réserve) était un tour de magie dans le numéro de mai 2010 de Word Ways: The Journal of Recreational Linguistics [76].

Héritage[modifier | modifier le code]

Emballée de friandises merveilleuses et d’étonnantes surprises, la rencontre fournissait une succession continue de moments d'« ébahissement »

Ivars Peterson[81]

Martin Gardner a continué à écrire jusqu'à sa mort en 2010, et la communauté de ses admirateurs s'est développée pour s'étendre sur plusieurs générations [82]. En outre, son influence était si étendue que beaucoup de ses fans n'avaient peu ou pas de contact les uns avec les autres. En 1993, un entrepreneur d'Atlanta et collecteur de puzzles, Tom Rodgers, a eu l'idée d'organiser une rassemblement afin d'honorer les contributions de Gardner aux mathématiques récréatives, soient , la rationalité, la magie, les puzzles, la littérature et la philosophie [32]. Malgré sa timidité notoire et qu'il déclinait habituellement un honneur s'il lui exigeait de faire une apparition personnelle, Rogers persuada Gardner d'y assister [83]. On l'appela « Gathering 4 Gardner » . Un deuxième rassemblement de ce type eut lieu en 1996, de nouveau en présence de Gardner, ce qui conduit Rodgers et ses amis à faire de la réunion un événement régulier. Les participants vont des amis de longue date de Gardner tels que John Horton Conway, Elwyn Berlekamp, ​​Ronald Graham, H. S. M. Coxeter et Richard Guy, aux nouveaux venus comme l'artiste mathématique Erik Demaine et le vidéaste mathématique Vi Hart [82]. Le programme est ouvert sur tout ce que Gardner a écrit. Le nom de l'événement est souvent abrégé en G4Gn, "n" étant remplacé par le numéro de l'événement. Ainsi, le premier rassemblement en 1993 était G4G1 et la rencontre de 1996 était G4G2. Depuis lors, il se déroule les années paires, généralement dans la région d'Atlanta. Ainsi, l'événement de 2016 était G4G12 [84].

En 2007, les membres du conseil d'administration Rodgers, Berlekamp, ​​Setteducati, Thane Plambeck et Scott Hudson de Tarnowsky ont décidé que G4G devrait élargir sa portée et l'étendue de ses programmes éducatifs. À cette fin, ils ont formé la société à but non lucratif 501(c)(3) Gathering 4 Gardner, Inc.

Le logo de Gathering 4 Gardner, ainsi que le logo du premier événement CoM, utilisent des ambigrammes conçus par Scott Kim, associé de longue date de Gardner.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin (2010)
  2. Singmaster, D. (2010) "Obituary: Martin Gardner (1914–2010)" Nature 465(7300), 884.
  3. Buffalo Public Library: The annotated Alice : Alice's adventures in wonderland & through the looking-glass: "Martin Gardner's groundbreaking work went on to sell over a million copies, establishing the modest math genius as one of our foremost Carroll scholars."
  4. Costello (1988): p.114.
  5. Top 10 Martin Gardner Books, by Colm Mulcahy, Huffington Post Books, October 28, 2014
  6. (en) Thomas H., II Maugh, « Martin Gardner dies at 95; prolific mathematics columnist for Scientific American – Los Angeles Times », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  7. Martin (2010): "His mathematical writings intrigued a generation of mathematicians."
  8. Bellos (2010): "He became a kind of father figure to a generation of young mathematicians, who corresponded with him. Such was Gardner's influence between the late 1950s and 1980s that it would be hard to find a professional mathematician from those years who does not cite him as an inspiration."
  9. (en) « Martin Gardner—Mathematician », sur Martin Gardner Home Site, Gathering 4 Gardner,‎ (consulté le 28 octobre 2016)
  10. Originally published in 1952 as In the Name of Science: An Entertaining Survey of the High Priests and Cultists of Science, Past and Present
  11. (en) Michael Shermer, The Borderlands of Science: Where Sense Meets Nonsense, Oxford University Press, (lire en ligne), p. 50 "Fads and Fallacies in the Name of Science [is] still in print and arguably the skeptic classic of the past half-century."
  12. (en) « About CSI - CSI », sur Committee for Skeptical Inquiry
  13. a et b Normand Baillargeon, « Le mathématicien Martin Gardner n'est plus », Le Devoir,‎
  14. Princeton University Press: Reviews of Undiluted Hocus-Pocus: His depth and clarity will illuminate our world for a long time.
  15. Princeton University Press: Reviews of Undiluted Hocus-Pocus: "Martin Gardner occupies a special place in twentieth-century mathematics. More than any other single individual, he inspired a generation of young people to study math"–Barry Cipra
  16. Bellos (2010): He was not a mathematician – he never even took a maths class after high school—yet Martin Gardner, who has died aged 95, was arguably the most influential and inspirational figure in mathematics in the second half of the last century.
  17. Hofstadter (2010): The word games, with its lightweight flavor, did not even hint at the depth of the issues that the column dealt with.
  18. Richards (2014): Gardner’s columns seeded scores of new findings—far too many to list.
  19. Berlekamp (1982): Elwyn R. Berlekamp, John H. Conway, et Richard K. Guy ont dédié leur livre « Winning Ways for your Mathematical Plays, avec cette note : À Martin Gardner, qui a apporté plus de mathématiques à des millions de personnes que nul autre.
  20. Hofstadter (2010): Many of today's most influential mathematicians and physicists, magicians and philosophers, writers and computer scientists, owe their direction to Martin Gardner. They may not even be aware of how big a role he played in their development.
  21. Mulcahy (Jan 2014): It’s been said that he had a million readers there at his peak.
  22. Malkevitch (2014): Martin Gardner's columns and books have been referenced by huge numbers of research papers that involve mathematics.
  23. Antonick (2014): Martin Gardner was well known for inspiring generations of students to become professional mathematicians.
  24. Antonick (2014): "Martin Gardner’s column in Scientific American was one of the two things that, above all others, convinced me I wanted to be a mathematician."–Ian Stewart
  25. Demaine (2008) p. ix: Many of today's mathematicians entered this field through Gardner's influence.
  26. Martin Gardner—Mathematician (official website): "Gardner will go down in history as one of the most significant mathematicians of all time."–Michael Aschbacher, editor of The Journal of Recreational Mathematics
  27. a et b Auerbach (2013)
  28. Knuth (2011): Already when he began his monthly series in 1956 and 1957, he was corresponding with the likes of Claude Shannon, John Nash, John Milnor, and David Gale. Later he would receive mail from budding mathematicians John Conway, Persi Diaconis, Jeffrey Shallit, Ron Rivest, et all.
  29. Mulcahy (Oct 2014)
  30. a, b et c Hofstadter (2010)
  31. Teller (2014)
  32. a, b, c et d Mulcahy (2013)
  33. a et b Brown (2010)
  34. a et b The Economist (2010)
  35. Mulcahy (Jan 2014): L'artiste surréaliste a été intrigué par les écrits de Martin sur le cube à quatre dimensions, ou tesseract - qui avait été un trait proéminent de sa propre peinture de 1954 Corpus Hypercubus.
  36. Mulcahy (Jan 2014)
  37. Mulcahy (oct 2014): It went a lot further than puzzles— there was substance, depth and a fair share of mystery and wonder in the topics he wrote about.
  38. Mulcahy (oct 2014): Penrose tiles are a good example of just how 'nontrivial' the consequences of his puzzle column could be. The materials scientist Dan Shechtman actually won a Nobel Prize in chemistry in 2011 'for the discovery of quasicrystals'— three-dimensional Penrose tiles— in some aluminium-manganese alloys.
  39. Hofstadter (2010): His approach and his ways of combining ideas are truly unique and truly creative, and, if I dare say so, what Martin Gardner has done is of far greater originality than work that has won many people Nobel Prizes.
  40. Malkevitch (2014): The range of wonderful problems, examples, and theorems that Gardner treated over the years is enormous. They include ideas from geometry, algebra, number theory, graph theory, topology, and knot theory, to name but a few.
  41. Bellos, Alex (2010): I discovered how good [the columns] really were, covering everything from public-key cryptography to superstring theory. He was the first to cover so many breakthroughs.
  42. Jackson (2004): His crystalline prose, always enlightening, never pedantic, set a new standard for high quality mathematical popularization.
  43. Lister (1995): Martin Gardner's supreme achievement was his ability to communicate difficult and often profound subjects with a few deft, but human strokes of his pen.
  44. Mirsky (2010): "His writing has been valued by generations of professional mathematicians."–Ian Stewart
  45. Teller (2014): "Gardner writes with authority and ease. You trust him to take you wherever he feels like going."
  46. Hofstadter (2010): Martin had a magical touch in writing about math.
  47. Jackson (2004)
  48. Princeton University Press: Reviews of Undiluted Hocus-Pocus: James Randi called him "a huge intellect."
  49. Martin (2010): "Martin Gardner is one of the great intellects produced in this country in the 20th century."–Douglas Hofstadter
  50. Malkevitch (2014): One of the greatest expositor of mathematics, for me perhaps the greatest, was Martin Gardner. Perhaps no one has done more to make the world aware of mathematics than Martin Gardner
  51. The Economist (2010): His gift, or rather one of them, was to explain mathematical concepts in ways that made sense to non-mathematicians. Many of them not only understood what he wrote but also became infected with his love of maths, of its beauty and of its capacity to give satisfaction.
  52. Jackson (2004): He opened the eyes of the general public to the beauty and fascination of mathematics and inspired many to go on to make the subject their life’s work.
  53. Knuth (2011): Indeed, more people have probably learned more good mathematical ideas from Martin Gardner than from any other person in the history of the world.
  54. Gardner, Martin (2013): I just play all the time and am fortunate enough to get paid for it.
  55. a et b Gardner, Martin (2013)
  56. Jackson (2004)
  57. Hofstadter (2010): There were thousands of such people spread all around the world—mathematicians, physicists, philosophers, computer scientists, and on and on—who thought of Martin Gardner's column not as merely a feature of that great magazine Scientific American, but as its very heart and soul.
  58. Demaine (2008): p. 24
  59. Institute for Research in Computer Science: University Paris-Diderot: Hex & Rex & T-Rex & C-Hex Piet Hein discovered HEX in 1942, but it was only when Martin Gardner wrote about HEX in Scientific American in 1957 that it became widely known.
  60. Adamatzky, A. (Ed.) (2010). Game of Life Cellular Automata ebook, ISBN 1849962170. pp. 15-16, Conway came to New York to meet with Gardner [and] could not believe the amount of interest Gardner’s columns on the game of Life had generated.
  61. Martin Gardner: Mathematical Games Collections by David Langford
  62. The New Martin Gardner Mathematical Library Cambridge University Press
  63. The Canon: The fifteen "Mathematical Games" books at martin-gardner.org
  64. Richards (2014): "Martin Gardner is the single brightest beacon defending rationality and good science against the mysticism and anti-intellectualism that surround us."
  65. (en) [[Edward Regis|Ed Regis]], « There's One Born Every Minute (author) », New York Times,‎ (lire en ligne) Nobody who read it will soon forget its stellar roll call of mid-20th-century cranks and crackpots.
  66. (en) « Martin Gardner: Founder of the Modern Skeptical Movement » Wednesday, May 26th, 2010 », Skeptic (consulté le 22 mai 2016)
  67. (en) « CSI | Articles by Martin Gardner », Csicop.org (consulté le 1er septembre 2010)
  68. Prometheus Books The New Age: Notes of a Fringe-Watcher by Martin Gardner
  69. (en) « Linkapedia Visualarts Discover more about Uriah Fuller », linkapedia-visualarts.com
  70. Oprah Winfrey: Bright (but Gullible) Billionaire Skeptical Inquirer, March/April 2010
  71. Skeptical Inquirer Magazine Names the Ten Outstanding Skeptics of the Century
  72. (en) « About the IIG Awards », Iigwest.com (consulté le 14 avril 2012)
  73. (en) « CSICOP Council in Atlanta: Police Psychics, Local Groups », The Skeptical Inquirer, vol. 7, no 3,‎ , p. 13
  74. Martin Gardner's Magic Influence at martin-gardner.org
  75. a et b Bellos (2010)
  76. a et b Gathering 4 Gardner (2014)
  77. Demaine (2008): pp. 4-5
  78. Lister (1995)
  79. from Dover Publications : Mathematics, Magic and Mystery. "En règle générale, nous acceptons simplement ces astuces et « tour de magie » sans reconnaître si ce sont vraiment des démonstrations de lois strictes fondées sur les probabilités, les ensembles, la théorie des nombres, la topologie et autres branches des mathématiques"
  80. The Dover Math and Science Newsletter 16 mai 2011
  81. Peterson, Ivars (2006). A Gathering for Gardner Science News, March 23, 2006
  82. a et b Richards (2014)
  83. Robert P. Crease, Gathering for Gardner, The Wall Street Journal, p. W11, 2 April 2010
  84. About G4G gathering4gardner.org

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]