Signal Wow!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wow.
Le signal Wow!

Le signal « Wow! » est un signal radio puissant, à bande étroite et centré sur la raie à 21 centimètres, capté le par le radiotélescope The Big Ear de l'université de l'État de l'Ohio[1]. D’origine inexpliquée, ce signal, qui a duré 72 secondes et n'a plus été détecté depuis, a fait l'objet d'une attention significative de la part des médias.

C'est l'astrophysicien Jerry R. Ehman qui observa le phénomène alors qu'il travaillait avec le radiotélescope à un projet SETI. Stupéfié de voir à quel point le signal correspondait à la signature attendue d'un signal interstellaire dans l'antenne utilisée, Ehman a entouré au stylo le passage correspondant sur la sortie imprimée et a écrit le commentaire « Wow! » (exclamation de surprise ou d'admiration en anglais, proche de l'onomatopée française « Ouah ! ») dans la marge à côté. Ce commentaire est devenu le nom du signal[1].

Ce signal n'a toujours pas, en 2017, d'explication faisant consensus.

Localisation du signal[modifier | modifier le code]

Le signal Wow se situe dans la constellation du Sagittaire, juste au nord-ouest de l'amas globulaire M55. En raison de la conception de l'expérience, l'emplacement du signal peut se trouver dans l'une des deux bandes rouges, et il y a aussi une grande incertitude dans la déclinaison (axe vertical). Pour plus de clarté, les largeurs des bandes rouges ne sont pas tracées à l'échelle. Elles devraient en fait être plus étroites.

Déterminer un emplacement précis du signal dans le ciel est compliqué, du fait que le télescope Big Ear a utilisé deux cornets d'alimentation pour rechercher des signaux, chacun pointant vers une direction légèrement différente. Le signal n'a été détecté que dans un seul de ces deux cornets et les données ont été traitées de telle façon qu'il est impossible de déterminer dans lequel des deux cornets le signal est entré. Il y a donc deux valeurs d'ascension droite possibles.

Discussion[modifier | modifier le code]

On ne connaît ni la nature ni l'origine du signal et, a fortiori, s'il codait quelque chose. Affirmer qu'il codait quelque chose équivaut à certifier qu'il avait pour origine une civilisation extraterrestre, ce qui n'est pas prouvé à ce jour.

Éléments objectifs[2] :

  • le signal était à bande étroite (environ 10 kHz). Aucun phénomène naturel connu n'émet sur un spectre étroit.
  • le signal a été émis précisément sur la raie à 21 centimètres.
    • C'est précisément la fréquence sur laquelle on s'attend à recevoir d'éventuels signaux de civilisations extraterrestres, car la poussière interstellaire est transparente à cette longueur d'onde et c'est la raie d'émission naturelle de l'élément le plus abondant de l'univers, l'hydrogène, de sorte que l'attention des êtres pensants est attirée sur cette bande, en émission comme en réception[3].
    • C'est d'ailleurs la fréquence choisie pour émettre le message d'Arecibo, un signal d'un projet SETI vers l'amas globulaire M13 en 1974.
    • Cette fréquence n'est utilisée par aucun émetteur artificiel. Un accord international existe pour bannir cette fréquence de tout usage civil ou militaire.
  • Il venait d'une direction très précise du ciel, la durée de 72 secondes correspondant au passage d'un « lobe » de sensibilité de l'antenne sur ce point ;
  • Lors du passage du second lobe de sensibilité de l'antenne quelques minutes plus tard, le signal avait disparu. Cela suggère une origine dans l'espace, en orbite ou plus loin.
  • Il n'y a aucun objet céleste notable connu dans les zones d'émission du signal (sauf deux petites comètes qui sont à la base de l'hypothèse cométaire).

Il est difficile de trouver une explication naturelle à l'ensemble de ces phénomènes, et notamment l'absence de signal au second lobe et le spectre étroit. Une explication qui a été proposée pour le Wow et pour d'autres signaux similaires trouvés depuis par SETI est qu'ils pourraient être des réflexions d'émetteurs radios terrestres sur des satellites, mais d'autres ont dit que ces réflexions ne pourraient pas renvoyer assez d'énergie. L'hypothèse cométaire, développée dans les années 2010 semble à ce jour la plus plausible, mais il n'y a toujours pas de consensus établi concernant l'interprétation de ce phénomène.

Hypothèse cométaire[modifier | modifier le code]

Début janvier 2016, le Prof. Antonio Paris de la Washington Academy of Sciences a publié un article[4] où il indique avoir trouvé deux comètes (266P/Christensen et P/2008 Y2 (Gibbs) ) découvertes dans la dernière décennie, pouvant se trouver en face du radiotélescope le 15 août 1977. Les comètes, émettant beaucoup d'hydrogène, pourraient expliquer l'existence de ce signal. Pour vérifier son hypothèse, il propose de braquer les radiotélescopes vers une de ces comètes à leur prochain passage dans la même région d’émission du signal Wow pour comparer précisément les deux signaux. La campagne d'observation qu'il a menée entre novembre 2016 et janvier 2017 a effectivement relevé un signal similaire au signal Wow généré par 266P/Christensen[5]. Selon cette étude, la comète émet bel et bien à 1420 MHz, avec un pic similaire à celui du signal Wow, cependant avec un rapport signal/bruit de 4,76 sigma, alors que celui du signal de 1977 était de plus de 30 sigma. Les auteurs estiment que la différence tient au diamètre supérieur du Big Ear (52 m de diamètre contre 10 m pour les observations de 2017), et au fait que la comète a pu perdre de la masse depuis 1977[5].

Cette hypothèse et cette étude sont contestées par certains radioastronomes comme Jacques Crovisier, qui arguent que les nuages d'hydrogène entourant les comètes ne génèrent pas un signal assez fort à cette fréquence car la raie à 21cm est une raie de transition interdite de l'atome d'hydrogène[6].

De plus, les comètes se déplaçant lentement dans le ciel, le second lobe de sensibilité aurait détecté le signal, ainsi que 24h plus tard ce qui n'a pas été le cas[7].

Enfin, la position supposée de 266P/Christensen lors de l'émission du signal Wow! est également remise en cause, et n'aurait pas été à l'emplacement de l'émission du signal en 1977[6].

Le code du radiotélescope[modifier | modifier le code]

Intensité du bit du signal au cours du temps.

Chacune des 50 premières colonnes de la feuille montre les valeurs successives d'intensité reçue par le Big Ear radio télescope, dans chaque canal (10 kHz), avec un intervalle de 12 secondes successives. Afin d'économiser l'espace sur la feuille, Bob Dixon et Jerry Ehman ont décidé d'utiliser une méthode codée qui ne donnerait des résultats qu'en caractères alphanumériques pour chaque intensité. Leur ordinateur était programmé pour garder une mise à jour constante pour chaque canal. L'intensité finale était alors divisée en valeur rms pour obtenir une échelle. Enfin, ils décidèrent de ne baser que la partie entière de cette intensité échelonnée, sur une portée de 0 à 9 999. La valeur tronquée du 0 était représentée par un blanc (espace). Pour les échelles d'intensité de 10 à 35 inclus, ils utilisèrent les lettres capitales de l'alphabet. Ainsi, la valeur 10 était imprimée comme étant « A », 11 étant « B », etc. Si l'échelle d'intensité dépassait les 36,0, le programme reprenait simplement à zéro. La valeur « U » est la valeur la plus forte jamais vue par ce radio-télescope. Dixon et Ehman ne pensent pas que l'intensité du signal puisse être dépassée[8].

Sachant que tous les autres chiffres imprimés ne dépassaient pas la valeur d'intensité de 2, et en utilisant la méthode ci-dessus, on se rend compte alors que l'intensité du signal est exceptionnelle :

6 → gamme 6,0 - 6,999…
E → gamme 14,0 - 14,999…
Q → gamme 26,0 - 26,999…
U → gamme 30,0 - 30,999…
J → gamme 19,0 - 19,999…
5 → gamme 5,0 - 5,999…

Réponse[modifier | modifier le code]

En 2012, pour le 35e anniversaire du signal Wow!, le radiotélescope d'Arecibo a envoyé une réponse de l'humanité, contenant 10 000 messages Twitter, dans la direction d'où provenait le signal[9],[10]. Pour cette réponse, les scientifiques d'Arecibo ont tenté d'augmenter les chances qu'une vie intelligente reçoive et décode les vidéos de célébrités et les tweets des gens en y attachant une séquence en en-tête, répétée pour chaque message, qui permettrait au destinataire de savoir que les messages sont intentionnels et proviennent d'une autre forme de vie intelligente, l'humanité[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Robert Krulwich, « Aliens Found In Ohio? The 'Wow!' Signal », sur http://www.npr.org, (consulté le 22 décembre 2012).
  2. Michael Brooks 13 Things that Don't Make Sense Doubleday 2008, p. 98 et 101 « The Wow Signal ».
  3. Futura Science : La raie à 21 cm : une clé pour l'astrophysique, la cosmologie et Seti.
  4. (en) « Hydrogen Clouds from Comets 266/P Christensen and P/2008 Y2 (Gibbs) are Candidates for the Source of the 1977 “WOW” Signal », sur http://planetary-science.org/, (consulté le 30 août 2016)
  5. a et b (en) Antonio Paris, « Hydrogen line observations of cometary spectra at 1420 MHz », Journal of the Washington Academy of Science, vol. 103, no 2,‎ (lire en ligne)
  6. a et b « L’origine E.T. du célèbre signal Wow! est toujours crédible », sur Futura Sciences
  7. (en) « Famous Wow! signal might have been from comets, not aliens »
  8. (en) « Explanation of the Code "6EQUJ5" On the Wow! Computer Printout », sur Big Ear Radio Observatory and North American AstroPhysical Observatory., (consulté le 3 juillet 2015).
  9. Natalie Wolchover, « Possible Alien Message to Get Reply from Humanity », Discovery News,‎ (lire en ligne).
  10. a et b « Humanity Responds to 'Alien' Wow Signal, 35 Years Later », Space.com,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jerry R. Ehman, « Wow! - A Tantalizing Candidate », dans H. Paul Shuch (ed.), Searching for Extraterrestrial Intelligence : SETI Past, Present, and Future, Springer, 2010, p. 47-64

Roman[modifier | modifier le code]

  • 172 heures sur la Lune, Johan Harstad, livre citant ce signal et en donne une hypothèse : le signal aurait été émis par la Lune.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]