Baignes-Sainte-Radegonde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Baignes-Sainte-Radegonde
Baignes-Sainte-Radegonde
Blason de Baignes-Sainte-Radegonde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Intercommunalité Communauté de communes des 4B Sud-Charente
Maire
Mandat
Michel Dubojski
2020-2026
Code postal 16360
Code commune 16025
Démographie
Gentilé Baignois
Population
municipale
1 235 hab. (2020 en diminution de 4,41 % par rapport à 2014)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 22′ 59″ nord, 0° 14′ 10″ ouest
Altitude Min. 51 m
Max. 148 m
Superficie 31,22 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Barbezieux-Saint-Hilaire
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Charente-Sud
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baignes-Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baignes-Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Baignes-Sainte-Radegonde
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Baignes-Sainte-Radegonde
Liens
Site web www.baignes-sainte-radegonde.fr

Baignes-Sainte-Radegonde est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Baignois et Baignoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de Baignes-Sainte-Radegonde, chef-lieu de canton, est située au sud-ouest de la Charente. C'est la capitale du Petit Angoumois. Elle se trouve à l'est de la forêt de la Double saintongeaise et à l'ouest du vignoble charentais. Elle est limitrophe de la Charente-Maritime, à 12 km au sud-ouest de Barbezieux et à 42 km d'Angoulême.

Elle est aussi à 9 km de Chevanceaux, 16 km de Brossac, 17 km de Jonzac, de Montendre et d'Archiac, 35 km de Cognac et 66 km de Bordeaux[2].

Le gros bourg de Baignes est une petite ville commerçante située à l'extrémité est de la commune, de sorte que l'un de ses faubourgs appartient à la commune de Touvérac.

La RN 10 de Paris en Espagne limite la commune au sud-est.

La commune est traversée par de nombreuses routes départementales, et le bourg de Baignes est desservi par la D 2 d'est en ouest, qui va de Brossac à la limite départementale, en direction de Jonzac, la D 14 qui va en direction de Barbezieux par Reignac, la D 100 qui va au nord en direction de Cognac par Archiac, la D 38 au nord-est en limite avec Touvérac en direction de Montchaude, et la D 132 vers le sud-est en direction de la N 10 et de Bors[3].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Parmi les très nombreux hameaux, les principaux sont : Sainte-Radegonde, ancien chef-lieu de la paroisse, qui possède encore une église du XIIIe siècle ; Puygareau, au nord de Sainte-Radegonde ; Guitres, chez Merle, et la Perdasse, dans le nord de la commune ; les Clonneries, chez Breau ; le Portail, Pilledoux, etc.[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Une grande partie centrale et ouest de la commune est située dans le Campanien, calcaire crayeux du Crétacé supérieur qui occupe une grande partie sud des Charentes. Le nord et le sud-est sont occupés par un terrain composé de sable kaolinique, d'argiles et de galets datant du Tertiaire. Ces sols sont souvent boisés en pins maritimes et constituent la lisière nord-ouest de la Double saintongeaise[4],[5],[6].

La partie occidentale de la commune forme une vaste plaine ouverte vers l'ouest, et le relief se concentre sur la partie orientale. Des bois importants couvrent le nord et le sud-est de la commune, qui font partie de la Double saintongeaise. Le point culminant de la commune est à une altitude de 148 m, situé au sud-est à Pilledoux. Le point le plus bas est à 51 m, situé le long du Pharon sur la limite ouest. Le bourg de Baignes est à 75 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant de la Charente et le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. Elle est drainée par le Pharaon, le Tâtre, le ruisseau le Lariat et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 24 km de longueur totale[8],[Carte 1].

Le Pharaon, d'une longueur totale de 18,9 km, prend sa source dans la commune, dans un petit étang, et se jette dans la Seugne à Ozillac, après avoir traversé 7 communes[9]. Il traverse la commune d'est en ouest et arrose les bourgs de Baignes et de Sainte-Radegonde. Il sert de limite communale à l'est avec Touvérac, et il s'appelle ruisseau de la Grolle en amont. Il prend sa source au pied du point culminant de la commune,

Au nord, la commune est limitée par le Tâtre et, sur une certaine distance, par l'étang de Saint-Maigrin. Le Tâtre, d'une longueur totale de 20,1 km, prend sa source dans la commune de Touvérac et se jette dans le Trèfle à Allas-Champagne, après avoir traversé 9 communes[10].

Le ruisseau le Lariat, d'une longueur totale de 13,9 km, prend sa source dans la commune et se jette dans le Pharaon] à Léoville, après avoir traversé 4 communes[11].

Au sud-ouest, le Mathelon, autre petit affluent indirect de la Seugne (par le Lariat qui coule à Bran), prend sa source et coule vers l'ouest.

Le territoire communal est aussi jalonné de nombreux petits étangs et retenues d'eau au sud, et de quelques sources au nord (Font du Bouille, Font du Quart)[3].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente » et « Isle - Dronne ». Le SAGE « Charente», dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[12]. Le SAGE « Isle - Dronne», dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[13]. Il définissent chacun sur leur territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne[7] qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [14].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1967 à 2018 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[15]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records BAIGNES BEL AIR (16) - alt : 70 m 45° 22′ 42″ N, 0° 16′ 06″ O
Statistiques établies sur la période 1990-2010 - Records établis sur la période du 01-03-1990 au 01-01-2018
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,7 2,3 4,4 6 9,9 12,4 13,7 13,9 11,1 9,2 5,2 2,8 7,8
Température moyenne (°C) 6 6,6 9,5 11,4 15,6 18,4 20,1 20,4 17,1 13,9 8,9 6,1 12,9
Température maximale moyenne (°C) 9,3 11 14,6 16,8 21,3 24,4 26,5 26,9 23,2 18,6 12,6 9,3 17,9
Record de froid (°C)
date du record
−9,9
09.01.09
−16
08.02.1991
−10,9
01.03.05
−3,7
21.04.1991
−0,5
01.05.16
3,1
01.06.06
5,4
13.07.1993
5,5
29.08.1998
0,9
18.09.01
−4,8
30.10.1997
−8,5
17.11.07
−10,8
21.12.01
−16
1991
Record de chaleur (°C)
date du record
17,8
13.01.1993
24
15.02.1998
26,2
20.03.05
30
30.04.05
33,5
30.05.01
38,6
26.06.11
37,9
19.07.16
40,3
05.08.03
36,2
03.09.05
31,2
02.10.11
24,2
08.11.15
19,1
07.12.00
40,3
2003
Précipitations (mm) 78,9 60,8 61,3 72,1 71,2 56,1 49,6 51,2 63 83,9 89,1 90 827,2
Source : « Fiche 16025003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Baignes-Sainte-Radegonde est une commune rurale[Note 1],[16]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Barbezieux-Saint-Hilaire, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (76,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (76,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (32,1 %), terres arables (31 %), forêts (18,2 %), cultures permanentes (11,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,3 %), zones urbanisées (1,4 %), prairies (1,2 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Baignes-Sainte-Radegonde est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[22]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[23].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Baignes-Sainte-Radegonde est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été élaboré pour la période 2017-2026, faisant suite à un plan 2007-2016[24]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du règlemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 3],[24],[25],[26].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Baignes-Sainte-Radegonde.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 75,7 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 687 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 645 sont en en aléa moyen ou fort, soit 94 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[27],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[28].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1986, 1987 et 1999. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[22].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[29].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Cathmeriacum, nom peut-être d'origine celtique[Note 4], avant le VIIIe siècle, date de la fondation de l'abbaye lorsque les moines lui donnèrent le nom de Beania (féminin singulier), qu'on retrouve en 1068 et après[30], et Sancta Radegundis[31].

Beanus signifierait en bas-latin « étudiant nouvellement arrivé à l'Académie », ou bec jaune[32]. Mais selon Dauzat, Beania pourrait être une déformation populaire de Bethania, localité souvent citée dans les Évangiles[33].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, Baignes-Sainte-Radegonde s'appelait alors Cathmeriacum et le cours d'eau qui la traversait était le Cavallo[30],[34].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Selon la tradition populaire, l'abbaye Saint-Étienne de Baignes aurait été construite, à l'époque de Charlemagne, au sud du bourg. Dans son principe, cette abbaye dépendait de l'ordre de Saint-Benoît mais Ramnulphe (Ramnulfus Focaudi), évêque de Saintes entre 1083 et 1106, la confia à la direction de Hugues, abbé de Cluny. Pierre II de Soubise, son successeur à l'évêché de Saintes (1107-1112), confirma cette cession à l'abbé Pontius selon la charte que l'on en a gardé dans les archives de Cluny[35].

Entre le IXe et XVIIIe siècles, Baignes était le siège d'une viguerie, qui rendait la justice localement. Elle était alors dans le diocèse de Saintes, puis fut rattachée aux six autres du comté d'Angoulême, qui en comptera une vingtaine de par son extension au XIe siècle[36].

Baignes devint plus tard la baronnie de Montausier. Le château de Montausier s'élevait à une faible distance du bourg, au nord. Il n'en subsiste plus qu'une vieille tour et une fontaine, appelée Font de Madame, dont on peut remarquer la voûte.

Au Moyen Âge, les moines de l'abbaye donnèrent à la ville le nom de Beania. Béania réunissait le bourg de l'abbaye et le bourg de Montausier.

La baronnie de Montausier, avec celle voisine de Chaux, formait l'enclave du Petit Angoumois, ressortissant pour la justice au présidial d'Angoulême, et pour l'administration à l'intendant de la Généralité de Limoges. Ce territoire se composait d'une douzaine de paroisses, dont sept, en tout ou partie, sont dans le département de la Charente : Sainte-Radegonde avec Mathelon, Chantillac, Le Tâtre, Touvérac, Bors avec Venet, Boisbreteau en partie avec Peirrefont. Tout le pays environnant était de Saintonge, élection de Barbezieux. La paroisse de Baignes, elle-même, était saintongeaise et de cette élection. Cela provenait de ce que la baronnie de Montausier et Chaux avait été détachée, au Moyen Âge, du comté d'Angoulême.

Seigneurs de Montausier[modifier | modifier le code]

À l'origine, la baronnie de Montausier appartenait en effet directement aux Taillefer, comtes d'Angoulême.

Mais, en 1031, le comte Geoffroi Taillefer la détacha du comté et en fit don à son fils cadet Arnaud († ap. 1076). Et le comte Guillaume V la détacha dans la 1re moitié du XIIe siècle en faveur de son fils puîné Foulque(s), père d'un autre Arnaud (attesté vers 1145-1170) qui convole avec Guiborc de Montchaude[37]. Les descendants de cet Arnaud Taillefer conservèrent la terre de Montausier, et leur succession pourrait être : < sa fille Fina/Phine (dont l'époux est inconnu et dont la sœur Guibourg/Guiborc de Montausier maria Olivier de Chalais, attesté vers 1182-1214 : grands-parents d'Agnès de Chalais, mariée à Hélie Talleyrand, 2e moitié du XIIIe siècle) < mère d'une fille (peut-être aussi nommée Fine) qui épousa en 1214 Itier (III) le Jeune de Barbezieux < Arnaud de Barbezieux < Foulque(s) ou Foucauld, qui suit. Montausier passa ensuite dans la famille de Sainte-Maure de Montgoger/Montgauger[38],[39], car Guy Ier de Ste-Maure, fils cadet de Mahaut et de Pierre Ier de Ste-Maure de Mon(t)gog(i)er († 1324, lui-même fils cadet de Guillaume IV de Ste-Maure — alias Guillaume III de Pressigny — et de Jeanne de Rancon de Marcillac), épousa vers 1325 Marguerite de Montausier, fille héritière de Pétronille/Perronnelle, dame de Mosnac et Jonzac, et dudit Foucaud/Foulque(s), baron de Montausier (veuve, Marguerite se remaria vers 1340 avec Bernard de Comborn) : d'où - Renaud, - Aénor (x Guillaume de Chamborant de Lavaux), et leur frère aîné :

Le membre le plus remarquable de cette famille fut - Charles de Sainte-Maure (1610-1690), Ier duc de Montausier, en 1645 converti au catholicisme et marié à Julie d'Angennes de Rambouillet, précepteur en 1668 du Grand Dauphin fils de Louis XIV, et en faveur duquel ce prince érigea la baronnie de Montausier en marquisat (1644) puis en duché-pairie (1664).

Charles de Montausier n'était qu'à demi un honnête homme (au sens classique du terme) : intègre, mais parfaitement désagréable ; il servit de modèle à Molière, pour son personnage d'Alceste, dans la comédie du Misanthrope.

Il eut pour successeur sa fille unique, - Julie Marie de Montausier (1646-1695), mariée en 1664 à Emmanuel II de Crussol, duc-pair d'Uzès, gouverneur de Saintonge et d'Angoumois. Cette branche de Crussol posséda Montausier jusqu'à la Révolution, sans l'avoir jamais habité. La terre fut alors confisquée pour cause d'émigration, et le château détruit en 1793[40].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, la commune de Sainte-Radegonde s'est appelée provisoirement Pharon, puis Radegonde-la-Plaine[41].

Dans les années 1870, l'abbé Jean Hippolyte Michon, auteur de la Statistique monumentale de la Charente, fit construire un manoir sur l'emplacement de l'ancien château de Montausier.

Au début du XIXe siècle, la principale activité économique de Baignes est l'élevage des bœufs et des cochons. Presque tous les laboureurs sont des tisserands qui fabriquent de grosses toiles vendues sur les marchés bordelais. On compte également plusieurs tanneurs et mégissiers qui préparent des cuirs forts, des basanes et des peaux blanches[35].

En 1855, Sainte-Radegonde fusionne avec Baignes pour donner Baignes-Sainte-Radegonde.

En 1893, la première coopérative laitière charentaise voyait le jour à Baignes. L'appellation beurre de Baignes bénéficie encore d'une grande renommée.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la ligne de Châteauneuf à Saint-Mariens par Barbezieux, et la gare était commune avec Touvérac[40].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1813 8 janvier 1816 Mathieu Templier   Notaire
février 1816 janvier 1826 Jean Lafenestre   Propriétaire
16 janvier 1826 27 avril 1841 (décès) Paul Templier   Notaire
4 juin 1841 14 août 1847 Christophe Besson   Médecin
5 avril 1842 au 20 mai 1855 (Maire de Sainte-Radegonde) 21 mai 1855 au 16 mai 1871 (Maire de Baignes Sainte-Radegonde) Jean Got   Notaire
17 mai 1871 5 septembre 1893 (décès) Pierre Bonlieu nommé par décret présidentiel Propriétaire
novembre 1893 6 août 1909 (décès) Jérôme Amédée Rullier   Notaire
1909 1921 (décédé avant la fin de son mandat André Broussard   Juge de Paix
1921 1929 Jacques Duranteau   Agriculteur
1929 1945 Charles-Albert Schmidt
(1880-1962)
SFIO Pasteur (1925-1935)
1945 1959 Gaston Duranteau   Agriculteur
1959 1971 Stéphane Benoit   Boulanger
mars 1971 juin 1995 Pierre-Rémy Houssin RPR Président du Conseil général, député
juin 1995 20 août 2013 Pierre Jaulin DVD puis UMP Conseiller général (2001-2013)
octobre 2013 2020 Gérard Delétoile DVD Retraité
2020 En cours Michel Dubojski    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2020, la commune comptait 1 235 habitants[Note 5], en diminution de 4,41 % par rapport à 2014 (Charente : −0,6 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
4213673914471993393644002 541
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 6312 4172 2662 2272 2152 1222 0021 8991 886
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 9681 8111 6931 6071 5031 5451 4501 3821 416
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
1 4621 4521 4271 1911 2391 2771 2871 2911 238
2020 - - - - - - - -
1 235--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 26,1 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 37,8 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 576 hommes pour 662 femmes, soit un taux de 53,47 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
4,5 
13,2 
75-89 ans
17,5 
20,3 
60-74 ans
19,0 
23,4 
45-59 ans
21,6 
15,3 
30-44 ans
12,2 
13,7 
15-29 ans
10,6 
13,5 
0-14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Remarques[modifier | modifier le code]

Baignes absorbe Sainte-Radegonde en 1854[44].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Bons Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[48].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Autres équipements et services[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de canton, Baignes dispose d'une gendarmerie, d'un poste de secours, d'une poste.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Abbaye Saint-Étienne de Baignes[modifier | modifier le code]
Église Sainte-Radegonde[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Sainte-Radegonde, située au bourg, a été fondée et construite à la fin du XIIe siècle par l'abbaye Saint-Étienne toute proche. Les colonnes engagées du mur nord sont romanes alors que celles du mur sud sont nettement gothiques et datent du XIIIe siècle. Il y a un vestige d'arc brisé et un départ de voûtes du XIIIe siècle. En effet, le chœur a été détruit lors des guerres de religion. Le clocher-porche a été construit en 1890 et remplace un simple fronton, clocher-mur, où deux cloches étaient superposées.[51].

À l'intérieur de l'église, il y a un vitrail qui représente sainte Radegonde, femme de Clotaire Ier[52], signé du maître-verrier Charles Lorin de Chartres[53].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le patrimoine bâti présente des aspects tout à fait remarquables, à Baignes

Comme à Sainte-Radegonde

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Voie verte[modifier | modifier le code]

L'ancienne voie ferrée de Châteauneuf à Saint-Yzan a été aménagée en voie verte en 2004. Celle-ci va de Barbezieux à Clérac, en Charente-Maritime, par Baignes. Au nord de Barbezieux, elle a été prolongée jusqu'à Saint-Médard qui en marque l'extrémité goudronnée en 2015[3]. La liaison jusqu'à Châteauneuf est à l'étude[57],[58].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le manoir de l'abbé Michon, près des ruines du chateau de Montausier
  • Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, précepteur du Dauphin Louis de France, fils de Louis XIV, et en faveur duquel ce prince érigea en duché-pairie la baronnie de Montausier en 1665.
  • Pierre-François-Jacques Piet, homme politique français né en 1752 à Baignes.
  • L'abbé Jean-Hippolyte Michon, né en Corrèze en 1806, vécut de nombreuses années en Charente avec sa famille. Il fut un homme universel : écrivain, journaliste et archéologue. Il fit construire sur les anciens vestiges du château de Montausier un manoir qu'il dessina lui-même avec l'aide d'ouvriers du métier. Il s'inspira des voyages en Orient pour en définir l'architecture, qui emprunte au Moyen Âge les mâchicoulis et les créneaux et à l'art oriental les arcs polybés. Fondateur de la graphologie, études des écritures manuscrites visant à révéler la personnalité des auteurs, il publia en 1878 La méthode pratique de graphologie.
  • Alfred Séguin (1825-1912), auteur dramatique et romancier né à Baignes.
  • Baptiste Roussy (1856-1926). Né au Tâtre, maire de Baignes, professeur à l'École pratique des hautes études et au Collège de France, auteur de Éducation domestique de la femme et rénovation sociale traitant de démographie, natalité, mortalité, ainsi que de nombreux autres travaux[59].
  • Roger Vieuille, acteur né à Baignes (1883-1957).
  • René Baudry (1907-1964), militaire, Compagnon de la Libération, est né et mort à Baignes-Sainte-Radegonde.
  • Jean-Philippe Robin (1967-2015), champion paralympique de tennis de table, a vécu à Baignes-Sainte-Radegonde.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Losangé d'or et d'azur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 7 mètres minimum de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  4. Voir Champniers, Catmerio en 1110.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Baignes-Sainte-Radegonde » sur Géoportail (consulté le 20 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. habitants.fr, « Nom des habitants des communes françaises », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c d et e Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le )
  7. a et b « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  8. « Fiche communale de Baignes-Sainte-Radegonde », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  9. Sandre, « le Pharaon »
  10. Sandre, « le Tâtre »
  11. Sandre, « le ruisseau le Lariat »
  12. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  13. « SAGE Isle - Dronne », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  14. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur https://eau-grandsudouest.fr (consulté le )
  15. « Fiche du Poste 16025003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  16. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Baignes-Sainte-Radegonde », sur Géorisques (consulté le )
  23. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  24. a et b « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie 2017 – 2026 », sur draaf.nouvelle-aquitaine.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  25. « Arrêté portant classement de massifs forestiers et obligation de débroussaillement. », sur www.charente.gouv.fr, (consulté le )
  26. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  27. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  28. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Baignes-Sainte-Radegonde », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  29. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  30. a et b Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. 13,332
  31. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 524
  32. Gilles Ménage et Jean Picart, Les origines de la langue françoise, , 848 p. (lire en ligne), p. 104
  33. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 46.
  34. Histoire et passion, « Cartulaire de l'Abbaye de Baignes », (consulté le )
  35. a et b Histoire de l'Angoumois - manuscrit de Louis Desbrandes (1816), conservé à la bibliothèque municipale d'Angoulême
  36. André Debord in Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la Préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », , 429 p. (ISBN 2-903504-21-0, BNF 34901024, présentation en ligne), p. 88
  37. « Comtes d'Angoulême, p. 4 et 5 », sur Racines & Histoire, par Etienne Pattou, 2008 et 2020
  38. « Sainte-Maure de Montausier, p. 14 sq., notamment p. 18-23 », sur Histoire généalogique et chronologique de la Maison royale de France, t. V, par le Père Anselme de Ste-Marie et Honoré Caille du Fourny, à la Compagnie des Libraires associés, à Paris, 1730
  39. « Sainte-Maure », sur Grand Dictionnaire historique, par Louis Moréri, t. IX, aux Libraires associés de Paris, 1759
  40. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 66-67
  41. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, « Toponymie révolutionnaire en Charente », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente,‎ 4e trimestre 1986, p. 272-278 (lire en ligne [PDF] sur andre.j.balout.free.fr, consulté en )
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Baignes-Sainte-Radegonde (16025) », (consulté le ).
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  48. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  49. Site de l'inspection académique de la Charente, « Collèges » (consulté le )
  50. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  51. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 56
  52. « Église de Sainte-Radegonde », notice no IA00041193, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. « verrière figurée (maîtresse-vitre) : sainte Radegonde », notice no IM16000814, base Palissy, ministère français de la Culture
  54. « château de Montausier », notice no IA00041197, base Mérimée, ministère français de la Culture
  55. Manoir de l'abbé Michon, site de l'office du tourisme de Baignes
  56. « Château, Baignes (Charente) », notice no IA00041198, base Mérimée, ministère français de la Culture
  57. AF3V, « Voie verte de la Galope Chopine », (consulté le )
  58. AF3V, « Voie verte de Haute-Saintonge », (consulté le )
  59. BNF, Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]