Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Perpignan Méditerranée Métropole
Perpinyà Mediterrània Metròpoli
Blason de Perpignan Méditerranée Métropole Perpinyà Mediterrània Metròpoli
Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole
Hôtel d’agglomération
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Forme Communauté urbaine
Siège Perpignan
Communes 36
Président Jean-Marc Pujol (LR)
Date de création (Communauté urbaine)
(Communauté d'agglomération)
Date de disparition (Communauté d'agglomération)
Code SIREN 200027183
Démographie
Population 266 909 hab. (2015)
Densité 407 hab./km2
Géographie
Superficie 655,84 km2
Localisation
Localisation de Perpignan Méditerranée Métropole Perpinyà Mediterrània Metròpoli
Localisation dans les Pyrénées-Orientales.
Liens
Site web www.perpignanmediterraneemetropole.fr
Fiche Banatic Données en ligne
Carte des communes membres depuis le 1er janvier 2011

La communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) français, située dans le département des Pyrénées-Orientales et la région Occitanie.

Historique[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée a été créée le . Elle succède à la communauté de communes Têt Méditerranée, qui regroupait les six communes de Perpignan, Bompas, Canet-en-Roussillon, Saint-Nazaire, Sainte-Marie et Villelongue-de-la-Salanque.

En 2001, onze autres communes adhérèrent à la nouvelle communauté d'agglomération : Baho, Canohès, Peyrestortes, Pézilla-la-Rivière, Pollestres, Saint-Estève, Le Soler, Toulouges, Saint-Féliu-d'Avall, Villeneuve-de-la-Raho et Villeneuve-la-Rivière.

En 2006 quatre nouvelles communes adhèrent à la communauté d'agglomération : Torreilles, Le Barcarès (dont le départ de la communauté de communes Salanque - Méditerranée a provoqué de vives réactions chez certains élus), Saint-Laurent-de-la-Salanque et Saint-Hippolyte.

Au , les trois communes de Baixas, Calce et Saleilles adhèrent à leur tour, puis deux nouvelles communes, Ponteilla et Llupia[1], au 1er janvier 2010.

En est inauguré le nouvel Hôtel Communautaire, siège de la communauté d'agglomération[2].

Le développement d'une agglomération comprenant 36 communes et représentant plus de 56 % de la population des Pyrénées-Orientales n'est pas sans susciter quelques inquiétudes sur la création d'un « département » bis.

Le , la communauté d'agglomération de Perpignan et la communauté de communes du Rivesaltais-Agly-Manadeil ont voté lors de leurs assemblées respectives pour une fusion. La Communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée serait dès lors composée de 36 communes, et avec près de 280 000 habitants. Cabestany, qui refuse depuis toujours d'entrer dans l'Agglomération (désormais Métropole) va être contrainte par la loi d'y entrer : en effet, il ne peut y avoir d'enclave à l'intérieur d'une intercommunalité. Cette fusion est effective au 1er janvier 2011.

Le , la communauté d'agglomération se transforme en communauté urbaine et change son nom en Perpignan Méditerranée Métropole.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Les communes[modifier | modifier le code]

Perpignan-Méditerranée

La communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole est composée des communes suivantes au 1er janvier 2016 :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Perpignan
(siège)
66136 Perpignanais 68,07 121 934 (2015) 1 791
Baho 66012 Bahotencqs 7,90 3 203 (2015) 405
Baixas 66014 Baixanencs 18,91 2 557 (2015) 135
Le Barcarès 66017 Barcarésiens 11,65 5 316 (2015) 456
Bompas 66021 5,70 7 129 (2015) 1 251
Cabestany 66028 Cabestanyencs 10,42 9 790 (2015) 940
Calce 66030 Calçois 23,77 211 (2015) 9
Canet-en-Roussillon 66037 Canétois 22,39 11 965 (2015) 534
Canohès 66038 Canouhards 8,56 5 541 (2015) 647
Cases-de-Pène 66041 Casois 13,38 907 (2015) 68
Cassagnes 66042 15,16 264 (2015) 17
Espira-de-l'Agly 66069 Espiranencs 26,77 3 420 (2015) 128
Estagel 66071 Estagellois 20,83 2 041 (2015) 98
Llupia 66101 Llupiais 6,88 1 964 (2015) 285
Montner 66118 Montnerois 10,98 337 (2015) 31
Opoul-Périllos 66127 Opoulencs 50,53 1 135 (2015) 22
Peyrestortes 66138 Peyrestortencs 7,96 1 341 (2015) 168
Pézilla-la-Rivière 66140 15,62 3 529 (2015) 226
Pollestres 66144 Pollestrencs 8,30 4 759 (2015) 573
Ponteilla 66145 Ponteillanais 13,78 2 797 (2015) 203
Rivesaltes 66164 Rivesaltais 28,76 8 678 (2015) 302
Saint-Estève 66172 11,67 11 698 (2015) 1 002
Saint-Hippolyte 66176 14,65 2 897 (2015) 198
Saint-Féliu-d'Avall 66174 Saint-Féliens 10,79 2 732 (2015) 253
Saint-Laurent-de-la-Salanque 66180 Laurentins 12,39 10 301 (2015) 831
Sainte-Marie-la-Mer 66182 10,29 4 742 (2015) 461
Saint-Nazaire 66186 10,33 2 577 (2015) 249
Saleilles 66189 Saleillencs 6,12 5 089 (2015) 832
Le Soler 66195 Solériens 10,35 7 624 (2015) 737
Tautavel 66205 Tautavellois 53,47 877 (2015) 16
Torreilles 66212 Torreillans 17,14 3 798 (2015) 222
Toulouges 66213 Toulougiens 8,04 6 686 (2015) 832
Villelongue-de-la-Salanque 66224 Villelonguets 7,21 3 281 (2015) 455
Villeneuve-de-la-Raho 66227 11,41 3 895 (2015) 341
Villeneuve-la-Rivière 66228 Villeneuvois 4,38 1 285 (2015) 293
Vingrau 66231 Vingraunais 32,12 609 (2015) 19

Compétences[modifier | modifier le code]

Pour pouvoir mener à bien ses actions, le budget de la communauté urbaine est financé par la taxe professionnelle unique (TPU), perçue auprès des entreprises implantées dans le périmètre de l'agglo, autrement dit chaque entreprise dont les locaux sont sur l'une des communes membres.

La communauté urbaine gère plusieurs domaine d'interventions, dans chacune de ses villes membres, qui transfèrent leurs propres compétences dans les domaines suivants :

Transports[modifier | modifier le code]

Pour les transports voir l'article Sankéo.

L'aménagement[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine possède une compétence concernant l'aménagement des voiries d'intérêt communautaire et des pistes cyclables.

Les déchets[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine possède une compétence concernant les déchets : collecte, tri sélectif et gestion de la déchèterie.

L'eau[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine s'occupe des réseaux d'eau et d'assainissement des communes membres. Elle gère et construit de nouveaux équipements, tels la station d'épuration de Canet-en-Roussillon, et la nouvelle de Perpignan et s'occupe, par ailleurs, des travaux de rénovation des réseaux humides des communes de l'agglo[3].

La musique[modifier | modifier le code]

Le Conservatoire à Rayonnement Régional Perpignan Méditerranée (Musique, Danse et Art dramatique) est un établissement artistique administré par la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée [4]. Le conservatoire possède plusieurs "antennes d’enseignement musical", réparties sur l'ensemble du territoire de la Communauté urbaine et propose plusieurs formations ainsi que des diplômes en fin de cycle[5].

Le logement[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine possède une compétence concernant l'habitat et le logement social.

Le développement économique[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine possède une compétence concernant le développement économique ainsi que la gestion de l'environnement et le développement durable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]