Villelongue-de-la-Salanque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villelongue-de-la-Salanque
Villelongue-de-la-Salanque
Vue sur une rue de la commune.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Canton Perpignan-2
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
José Lloret
2014-2020
Code postal 66410
Code commune 66224
Démographie
Gentilé Villelonguets, Villelonguettes
Population
municipale
3 281 hab. (2015 en augmentation de 6,39 % par rapport à 2010)
Densité 455 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 43′ 43″ nord, 2° 59′ 05″ est
Altitude Min. 5 m
Max. 15 m
Superficie 7,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Villelongue-de-la-Salanque

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Villelongue-de-la-Salanque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villelongue-de-la-Salanque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villelongue-de-la-Salanque

Villelongue-de-la-Salanque est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Villelonguets. La graphie Villelongais est incorrecte et se rapporte aux habitants d'une autre commune (Villelongue-dels-Monts).

Ce village est situé dans le « pays » (comarca) du Roussillon. Son nom catalan est Vilallonga de la Salanca et ses habitants sont appelés en catalan des Vilallonguets. La commune est devenue au cours des dernières années la banlieue de la deuxième couronne de Perpignan et s'est urbanisée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située en Salanque, qui est une zone marécageuse qui s'est progressivement asséchée, permettant la mise en culture de la terre. Les premiers travaux datent de 1344 à l'époque où la commune appartenait au roi de Majorque.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villelongue-de-la-Salanque[1]
Claira Torreilles
Bompas Villelongue-de-la-Salanque[1] Sainte-Marie-la-Mer
Perpignan Canet-en-Roussillon

La ville la plus proche est Perpignan, à 9 km de distance.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude du village est de 8 mètres[2].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Vilallonga de la Salanca[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Villelongue-de-la-Salanque est une ancienne commune médiévale puisqu'on retrouve la trace du nom de « Villa longa » en 934. Le nom Salanque a été joint au nom de la commune au XIVe siècle et surtout dès le XVIIe siècle.

Le lieu est mentionné en 981 dans un précepte du roi Lothaire en faveur de l'abbaye de Saint-Génis-des-Fontaines, qui y possédait un alleu « à Villelongue sur le fleuve Têt ». Par la suite, une famille de Vilallonga semble avoir détenue la seigneurie dès le XIe siècle et sans doute jusque dans le courant du XIIe siècle[2].

La commune est construite en colimaçon autour de son église et des fortifications sont apparues au XIVe siècle.

Un seigneur de Villelongue est présent en 1319. Le majordome du roi de Majorque Pierre de Bellcastell reçoit des droits de justice sur Villelongue de la Salanque et son fils François est le premier seigneur dont on a une preuve formelle. Au cours du temps, le village a appartenu à l'Espagne comme en 1375 où il s'était rallié au royaume d’Aragon.

Au XVe siècle, la Famille Oms remplace la seigneurie de Villelongue.

Villelongue-de-la-Salanque est occupée par Louis XI en 1477 et par les troupes françaises en 1564.

En août 1653, le roi de France Louis XIV confisque les terres du seigneur et les donna au comte de Noailles en mars 1656 pour servir à l'entretien de la garnison de Perpignan[5].

En 1906, la querelle des inventaires provoque à Villelongue-de-la-Salanque d'importantes émeutes nécessitant l'intervention en ville des gendarmes, de deux compagnies du 100e de ligne et d'une compagnie du 24e régiment d'infanterie coloniale. Il est nécessaire de détruire la porte de l'église à la hache et de venir à bout d'un incendie de soufre allumé à l'intérieur par les fidèles ayant eu pour effet d'intoxiquer à la fois les forces de l'ordre et les manifestants. L'inventaire ne peut ensuite pas avoir lieu, le mobilier de l'église ayant été dissimulé au préalable dans les environs[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Villelongue-de-la-Salanque

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Émile Cortale, « Milou »    
  1989 René Macabies    
1989 mars 2008 Germain Vignau    
mars 2008, réélu en 2014[7] en cours José Lloret[8]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1515 1553 1643 1709 1720 1730 1755 1767
31 f59 f17 f22 f70 f81 f73 f118 f327 H
1774 1789 1790 - - - - - -
73 f102 f342 H------
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Note :

  • 1553 : un autre relevé donne 36 f.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 3 281 habitants[Note 1], en augmentation de 6,39 % par rapport à 2010 (Pyrénées-Orientales : +5,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446456514605571581627780889
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8598169039721 0051 0411 0931 1451 194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2441 3041 2841 2981 2791 3901 3751 2821 406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5401 6421 5482 0272 1392 4612 8562 9123 229
2015 - - - - - - - -
3 281--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 32 39 34 37 39 37 37 36
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a sur la commune 2 établissements scolaires:

  • l'école maternelle Jean de La Fontaine
  • l'école primaire Jules Ferry

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 16 janvier[17].

Santé[modifier | modifier le code]

Il y a à Villelongue-de-la-Salanque deux médecins généralistes, un chirurgien-dentiste et une pharmacie[18].

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements

La commune dispose des équipements sportifs suivants[19] :

  • un court de tennis ;
  • un parcours sportif/santé ;
  • une salle polyvalente ;
  • un terrain de rugby ;
  • un terrain de football.
Évenements

Au mois d'avril a lieu une course pédestre hors stade de 10km, nommée la course de l'artichaut ou "Carxofa". Cette course fait partie du calendrier des courses hors stade du département des Pyrénées-Orientales. Elle a lieu au mois d'avril. La particularité de cette course, qui existe depuis 1996, est que chaque coureur inscrit à la compétition, repart avec des artichauts et des légumes du village[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 845 €[21].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

- L'activité de la commune est orientée sur la culture des fruits (abricotiers notamment) et légumes dont plus spécialement l’artichaut. À l'origine, la terre était davantage utilisée pour la vigne qui a peu à peu a été en partie remplacée par les cultures maraîchères.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • El Portalet (en cours de rénovation).
  • L'église Saint Marcel, en partie romane et à tour carrée.

Elle a été construite au XIIe siècle sous la forme d’une forteresse avec l'autorisation du roi d'Aragon Père 1er. Son clocher date de 1508. Elle contient deux monuments funéraires de 1324 et de 1449 inscrits aux monuments historiques.
Reconstruite au XIXe siècle dans un style du XVe siècle, elle est consacrée le par Mgr Caraguel, évêque de Perpignan[2].

  • La chapelle Saint Sébastien.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Miquel Aymar (?-1894) : religieux et écrivain mort à Villelongue, traducteur officiel en catalan de la bulle Ineffabilis de 1854, publiée à Perpignan en 1889 et auteur de la Novena de Sant Josep Patró de la Bona mort ;
  • Sasha Stone (1895-1940) : photographe allemand ayant vécu à Villelongue en 1940[22] ;
  • André Tourné (1915-2001) : homme politique né à Villelongue ;
  • Jean Serre (1936-1989) : joueur de rugby à XV, né à Villelongue, champion de France en 1955 avec l'USAP ;
  • Joan-Pere Pujol (1946-) : écrivain, auteur de plusieurs livres concernant l'occultisme et le catalanisme, a été secrétaire de mairie à Villelongue[23] ;
  • Michel Azama (1947-) : écrivain et dramaturge français, né à Villelongue ;
  • David Marty (1982-) : rugbyman international, a débuté au club de Villelongue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a, b et c Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  3. « Plan séisme »
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  5. http://pyreneescatalanes.free.fr/Villages/Histoire/VillelongueDeLaSalanque.php
  6. Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers », , 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, notice BnF no FRBNF43886275)
  7. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net
  8. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  18. Site de la mairie, section Professions libérales
  19. mairie.biz
  20. Site de la course de l'artichaut
  21. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  22. art75, section Sasha Stone
  23. Site de Joan-Pere Pujol