Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Nazaire
Saint-Nazaire (Pyrénées-Orientales)
Église paroissiale Saint-Nazaire
Blason de Saint-Nazaire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Intercommunalité Perpignan Méditerranée Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Torrens
2020-2026
Code postal 66570
Code commune 66186
Démographie
Gentilé Nazairiens, Nazairiennes
Population
municipale
2 784 hab. (2019 en augmentation de 9,52 % par rapport à 2013)
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 40′ 07″ nord, 2° 59′ 25″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 18 m
Superficie 10,33 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Saint-Nazaire
(ville isolée)
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Côte sableuse
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Saint-Nazaire
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Nazaire

Saint-Nazaire Écouter est une commune française, située dans l'est du département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Nazairiens. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Roussillon, une ancienne province du royaume de France, qui a existé de 1659 jusqu'en 1790 et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le Réart, la Fosseille. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : deux sites Natura 2000 (le « complexe lagunaire de Canet-Saint Nazaire » et le « complexe lagunaire de Canet »), un espace protégé (l'« étang de Canet - Saint-Nazaire ») et trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Saint-Nazaire est une commune rurale et littorale qui compte 2 784 habitants en 2019, après avoir connu une forte hausse de la population depuis 1975. Elle est dans l'agglomération de Saint-Nazaire et fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan. Ses habitants sont appelés les Nazairiens ou Nazairiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune de Saint-Nazaire se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 8 km à vol d'oiseau de Perpignan[2], préfecture du département, et à 4 km de Canet-en-Roussillon[3], bureau centralisateur du canton de la Côte sableuse dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Perpignan[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Alénya (3,2 km), Saleilles (3,6 km), Cabestany (4,3 km), Canet-en-Roussillon (4,4 km), Théza (4,6 km), Saint-Cyprien (5,6 km), Corneilla-del-Vercol (5,9 km), Villelongue-de-la-Salanque (6,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Saint-Nazaire fait partie de l'ancienne province du royaume de France, le Roussillon, qui a existé de 1659 jusqu'à la création du département des Pyrénées-Orientales en 1790[5] et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne[6].

Communes limitrophes de Saint-Nazaire[7]
Cabestany Canet-en-Roussillon
Saleilles Saint-Nazaire[7]
Alénya
Situation de la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 033 hectares. L'altitude varie entre 0 et 18 mètres[8].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[9].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Juste au nord du village, le Réart, qui prend sa source dans les Aspres, se jette dans l'étang de Canet.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[10],[11].

Un espace protégé est présent sur la commune : l'« étang de Canet - Saint-Nazaire », un terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, d'une superficie de 1 181,7 ha[12],[13].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 2]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[15].

  • le « complexe lagunaire de Canet », d'une superficie de 1 872 ha, l'élément le plus méridional qui subsiste en France du grand ensemble lagunaire du languedoc-Roussillon. Il s'agit d'une lagune évoluée, à un stade de maturité où la coupure avec la mer est en train de s'effectuer et où les apports d'eau douce deviennent prépondérants[16] et au titre de la directive oiseaux[15]
  • le « complexe lagunaire de Canet-Saint Nazaire », d'une superficie de 1 869 ha, joue différents rôles en fonction des saisons et des espèces d'oiseaux : aires de repos, aires de nidification (roselières et milieux dunaires, notamment), zones d'alimentation (plan d'eau, prairies pâturées). Le site accueille ainsi de nombreuses espèces de l'annexe 1 avec des effectifs souvent significatifs. On signalera notamment la Talève sultane, pour laquelle l'étang constitue le seul site de nidification actuellement connu en France[17].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 3] sont recensées sur la commune[18] : l'« étang de Canet » (630 ha), couvrant 2 communes du département[19] et la « zone humide de l'étang de Canet » (945 ha), couvrant 4 communes du département[20] et une ZNIEFF de type 2[Note 4],[18] : le « complexe lagunaire de Canet-Saint-Nazaire » (1 912 ha), couvrant 4 communes du département[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Nazaire est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Nazaire, une unité urbaine monocommunale[25] de 2 688 habitants en 2017, constituant une ville isolée[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[28],[29].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[30]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[31],[32].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (77,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (56,1 %), zones agricoles hétérogènes (21,2 %), zones humides côtières (13,1 %), zones urbanisées (7,5 %), eaux maritimes (2,2 %)[33].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne 22 (Saint-Nazaire Era - Perpignan Massilia - Gare de Perpignan) du réseau urbain Sankéo assure la desserte de la commune.

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Saint-Nazaire est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée)[34],[35].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par crue torrentielle de cours d'eau du bassin du Réart. La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Perpignan-Saint-Cyprien, regroupant 43 communes du bassin de vie de l'agglomération perpignanaise, un des 31 TRI qui ont été arrêtés le sur le bassin Rhône-Méditerranée. Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[36],[37].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont soit des mouvements liés au retrait-gonflement des argiles, soit des glissements de terrains[38]. Une cartographie nationale de l'aléa retrait-gonflement des argiles permet de connaître les sols argileux ou marneux susceptibles vis-à-vis de ce phénomène[39].

Ces risques naturels sont pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais d'un plan de prévention des risques inondations et mouvements de terrains[40].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

La première mention du lieu date de l'an 899 : Sancti Nazarii. Un autre nom est mentionné au XIIe siècle sous différentes formes : Solza, Solsa et Castrum de Solca. On rencontre ensuite Sanctus Nazarius de Solsa au XIIIe siècle, Sent Nazari au XIVe siècle, Sancto Nazario de Salsa en 1583 puis simplement Sant Nazari au XVIIe siècle[41]. En 1793, à la suite de la création des communes, le nom est Saint-Nazaire, encore utilisé aujourd'hui[8].

En catalan, le nom de la commune est de nos jours Sant Nazari de Rosselló[42].

Étymologie

Le nom de Solsa désignait sans doute des plantes du genre Salsola, abondantes autour de l'étang, et dont on utilisait alors les cendres pour obtenir de la soude caustique, employée en teinturerie[41].

Saint Nazaire est un martyr romain du Ier siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts

Le village est mentionné pour la première fois en 899 comme possession de l'évêché d'Elne ; il est alors installé entre les salines et l'étang[43].

La commune de Saint-Nazaire est rattachée à celle de Canet par arrêté préfectoral du [44]. La nouvelle commune prend le nom de Canet-en-Roussillon-Saint-Nazaire. Saint-Nazaire reprend son autonomie le [45].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Saint-Nazaire est incluse dans le canton d'Elne. Elle est rattachée en 1801 au canton de Perpignan-Est et y demeure lors de la fusion avec Canet en 1971. Ce canton est supprimé en 1973 et la nouvelle commune rejoint alors le canton de Perpignan-3. En 1982, Canet-en-Roussillon-Saint-Nazaire est incluse dans le nouveau canton de La Côte Radieuse, dans lequel demeurent Canet-en-Roussillon et Saint-Nazaire après leur séparation en 1983[44]. Enfin, Saint-Nazaire rejoint le nouveau canton de Canet-en-Roussillon en 1997[8].

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton de la Côte sableuse.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Saint-Nazaire
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Jacques Coupet Rad. Entrepreneur en travaux publics
Maire de Canet-en-Roussillon-Saint-Nazaire
Henri Tanyères PS  
En cours Jean-Claude Torrens[46],[47] UMP-LR Fonctionnaire
Conseiller général du canton de Canet-en-Roussillon (2011 → 2015)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1424 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
5 f5 f8 f13 f8 f7 f17 f20 f17 f
1767 1774 1789 1790 - - - - -
105 H17 f25 f60 H-----
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[48]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[49].

En 2019, la commune comptait 2 784 habitants[Note 7], en augmentation de 9,52 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +3,73 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
127156140194199229245263274
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
246220271285362427450480498
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
608587583650608658600531626
1962 1968 1990 1999 2006 2011 2016 2019 -
6627062 0482 3802 3192 5162 5942 784-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[50].)
Histogramme de l'évolution démographique

Note : Pour 1975 et 1982

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[51] 1975[51] 1982[51] 1990[51] 1999[51] 2006[52] 2009[53] 2013[54]
Rang de la commune dans le département 71 40 41 48 48 49
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le foyer rural
Festivités
  • Fête de l'étang : début juin, depuis 2011[55].
Équipements[56]
  • Le foyer rural est une salle polyvalente utilisée uniquement pour les manifestations culturelles ou festives organisées par la municipalité.
  • La chapelle de l'Arca et les jardins environnants sont utilisés pour toutes sortes de manifestations, municipales ou privées.

Économie[modifier | modifier le code]

Entrée de la zone artisanale

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 29 181 [57].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame de l'Arca, située à l'ouest du village
  • La plupart des bâtiments constituant le centre ancien du village datent du XIXe siècle.
  • Le principal monument est l'église paroissiale Saint-Nazaire de Saint-Nazaire, d'origine romane, mais complètement reconstruite au XIXe siècle. Cet édifice est mentionné en 899. La construction de l'édifice actuel a débuté en 1875[43].
  • À côté de l'église se dressait une tour médiévale, qui s'est effondrée dans les années 1970 ; ses vestiges ont été transformés en fontaine[58].
  • À l'ouest du village, la chapelle Notre-Dame de l'Arca, construite aux alentours de 1890, se situe à proximité d'une ancienne motte ecclésiale, qui supportait la chapelle romane d'origine. Ruinées après la Révolution, la chapelle et la motte furent arasées dans le courant du XIXe siècle[59].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Raynal (1904-?) : joueur de rugby à XV né à Saint-Nazaire, finaliste du championnat de France de rugby à XV avec Perpignan dont il était capitaine en 1935. International de rugby à XV à 5 reprises entre 1935 et 1937. Troisième ligne centre ou aile (1,77 m - 81 kg). Clubs : Perpignan, Castres, Nice ;
  • Roger Furcade (1928-) : international de rugby à XV, né à Saint-Nazaire.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Nazaire Blason
D'or à quatre pals de gueules, à la tour de Saint-Nazaire de gueules maçonnée de sable, brochant sur le tout[60].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[14].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune de Saint-Nazaire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Nazaire et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Saint-Nazaire et Canet-en-Roussillon », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches de Saint-Nazaire », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Carrere, J.B., Description de la Province de Roussillon, Paris, chez Lamy, , 438 p. (lire en ligne).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 222-225.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Plan séisme » (consulté le ).
  10. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  11. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  12. « l'« étang de Canet - Saint-Nazaire » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  13. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  15. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saint-Nazaire », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « site Natura 2000 FR9101465 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « site Natura 2000 FR9112025 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Nazaire », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF l'« étang de Canet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF la « zone humide de l'étang de Canet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF le « complexe lagunaire de Canet-Saint-Nazaire » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 de Saint-Nazaire », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Perpignan », sur insee.fr (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  31. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  34. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), chapitre 1 - Liste des risques par commune.
  35. « Les risques près de chez moi - commune de Saint-Nazaire », sur Géorisques (consulté le )
  36. « cartographie des risques d'inondations du tri de perpignan/saint-cyprien », sur le site du service public d’information sur l’eau et les milieux aquatiques dans le bassin Rhône-Méditerranée, (consulté le )
  37. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  38. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) des Pyrénées-Orientales », sur le site de la préfecture, édition 2017 (consulté le ), partie 1 - chapitre Mouvements de terrain.
  39. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  40. « Plans de Préventions des Risques naturels - Base de données actualisée à septembre 2020 », sur georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  41. a et b Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p..
  42. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  43. a et b Abbé Albert Cazes, Le Roussillon Sacré, Perpignan, Conflent, , p. 19.
  44. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  45. Annuaire-mairie.fr
  46. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  47. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  48. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  49. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  50. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  51. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  52. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  53. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  54. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  55. L'Indépendant, Saint-Nazaire : La fête de l'étang bien ancrée dans la tradition, 8 juin 2013
  56. Site de la mairie, section La chapelle de l'Arca et le foyer rural
  57. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  58. Jean Tosti, Saint-Nazaire. < http://jeantosti.com/villages/stnazaire.htm >
  59. Collectif, Carte archéologique de la Gaule : Pyrénées-Orientales, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, (ISBN 2-87754-200-5 (édité erroné), BNF 41204652), p. 563-565.
  60. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).