Alénya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alénya
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Alénya
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Perpignan
Canton La Plaine d'Illibéris
Intercommunalité Communauté de communes Sud Roussillon
Maire
Mandat
Jean-André Magdalou
2014-2020
Code postal 66200
Code commune 66002
Démographie
Gentilé Alényanais, Alényanaises
Population
municipale
3 283 hab. (2012)
Densité 615 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 38′ 27″ N 2° 58′ 57″ E / 42.6408333333, 2.982542° 38′ 27″ Nord 2° 58′ 57″ Est / 42.6408333333, 2.9825
Altitude Min. 3 m – Max. 18 m
Superficie 5,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Alénya

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Alénya

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alénya

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alénya

Alénya est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Alényanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Alénya se situe au milieu du canton de La Côte Radieuse et dans l'arrondissement de Perpignan.

Situation de la commune (en vert) relativement au département.
Situation d'Alénya

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Alénya[1]
Saleilles Saint-Nazaire Canet-en-Roussillon
Théza Alénya[1] Saint-Cyprien
Corneilla-del-Vercol Elne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 534 hectares. L'altitude varie entre 3 et 18 mètres[2].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Alénya[modifier | modifier le code]

Formes du nom

En catalan, le nom de la commune est Alenyà[4].

En français, le e de Alenya, à l'origine une voyelle neutre en catalan, ne devrait pas être accentué pour une prononciation plus conforme au nom original[5].

Alénya est mentionnée en 904 sous le nom d'Alignanum[6]. On trouve ensuite les formes Alannyano (1385) et Alenya ou Alanya dès le XVIIe siècle. Une carte française du XVIIIe siècle mentionne Lenia[5].

Suite à l'absorption du territoire de Boiça vers 1793, la commune est alors mentionnée sous le nom de Alénya et Boiça[2].

Étymologie

Le nom d'Alénya est sans doute dérivé du nom d'un propriétaire de domaine ibéro-romain suivi du suffixe -anum. Ce nom est peut-être Allenius, Allinius ou Helenius, sans doute plutôt Alanius, sobriquet de Alanus[5].

Boaça[modifier | modifier le code]

Formes du nom

En catalan, le nom du territoire est Boaçà ou Boassà et, à une certaine époque, Mas Blan. Il est mentionné dès 876 sous le nom de Villa Buacano puis au XIIe siècle sous le nom de Buassano. On a ensuite au XIVe siècle un nom de personne, Petrus Blan dominus de Buassano et en 1520 un autre, Joan Blan del Castell de Buassa[5]. Le lieu est alors désigné sous le nom de Mas Blan, alors que la chapelle locale garde le nom de Sant Martí de Boaçà. Au XVIIIe siècle, le nom est francisé en Boiça[2]. Le quartier d'Alénya correspondant est désigné de nos jours sous le nom de Mas Blanc[1].

Étymologie

Le nom de Boaçà est également dérivé du nom d'un propriétaire de domaine romain, Boetius suivi du suffixe -anum. Le nom de Mas Blan vient du nom des propriétaires du domaine au XIVe siècle. Il s'agit d'une riche famille de Perpignan dont le nom Blan trouve son origine dans le latin blandus (en français charmeur) et n'a rien à voir avec la couleur blanc[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1322, le roi Sanche de Majorque inclut Alénya dans la vicomté de Canet lors de sa création. Elle devient une seigneurie laïque, indépendamment de Boaça, autre seigneurie[6].

Entre 1790 et 1794, Alénya absorbe le territoire de Boiça[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790 la commune d'Alénya est incluse dans le canton d'Elne au sein du district de Perpignan. Elle est rattachée au canton de Perpignan-Est en 1801, puis intégrée au nouveau canton de Perpignan-III en 1973. Elle en est détachée en 1982 pour faire partie du canton de La Côte Radieuse qu'elle ne quitte plus par la suite[8]. À compter des élections départementales de 2015, la commune d'Alénya rejoint le nouveau canton de la Plaine d'Illibéris.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1983 Simone Parrot PCF Conseillère générale du Canton de Perpignan-3 (1976-1982)
         
mars 2001 mars 2014 Jacques Pumareda PCF Réélu en 2008[9]
mars 2014 en cours Jean-André Magdalou[10] PCF Président de l'Association départementale des élus communistes et républicains des Pyrénées-Orientales (ADECR 66)[11]
Les données manquantes sont à compléter.

Jacques Pumareda a parrainé la candidature de Robert Hue à l'élection présidentielle de 2002[12] et celle de Marie-George Buffet à l'élection présidentielle de 2007[13].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1365 1378 1470 1515 1553 1643 1709 1720 1730
15 f 11 f 6 f 11 f 19 f 7 f 57 f 46 f 45 f
1767 1774 1789 1790 - - - - -
112 H 45 f 42 f 57 H - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 283 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
183 196 234 319 324 350 337 368 419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450 418 375 359 431 474 519 570 634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
678 666 645 617 593 776 702 603 689
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
695 678 1 006 1 211 1 562 2 318 2 780 2 912 3 283
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 10 décembre[16].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 28 631 €[17]. En 2011, ce revenu est de 29 152 €[18].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Eulalie et Sainte-Julie, reconstruite à partir de 1593 sur les fondations d'un édifice antérieur. Son clocher est du type clocher-mur. Elle contient des retables des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi qu'une statue de la Vierge au raisin, de la fin du XIVe siècle[6].
  • La maison d'Ortaffa, ancienne maison médiévale datant de la fin du XIVe siècle.
  • La Pedra Martina, borne du haut Moyen Âge qui délimitait les paroisses, puis les seigneuries d'Alénya et de Saint-Martin de Boaça.
  • La Pompe Bonne, l'une des plus anciennes fontaines du village[19].
  • Le château et l'église Saint-Martin de Boaça, situés à l'ouest d'Alénya et datant des XIIIe et XVIe siècles, sont rasés en 1974 pour construire un centre de vacances[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Alénya

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

De gueules au demi-vol abaissé d'or, au chef d'or chargé de quatre pals de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte IGN sous Géoportail
  2. a, b et c Notice Cassini d'Alénya
  3. « Plan séisme »
  4. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone,‎ (lire en ligne)
  5. a, b, c, d et e Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra,‎ , 796 p.
  6. a, b, c et d Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales,‎ , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  7. Notice Cassini de Boiça
  8. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS,‎ , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  9. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  10. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2104 », sur http://la-clau.net
  11. La Clau.net, Communiqué de l'ADECR 66, non daté
  12. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  13. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2007
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  16. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France »,‎ (ISBN 2-7399-5066-7)
  17. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1 février 2013).
  18. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 août 2013).
  19. Site officiel de la commune
  20. a, b, c et d Gérard Bonet, « Index des communes », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier,‎ , 699 p. (ISBN 9782908866414)
  21. Nicolas Marty, « Bardou-Job (Pierre, Casimir) », dans Nouveau Dictionnaire de Biographies Roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier,‎ , 699 p. (ISBN 9782908866414)